Cathédrale Saint-Front


Cathédrale Saint-Front
Cathédrale Saint-Front
Image illustrative de l'article Cathédrale Saint-Front
Présentation
Culte Catholique romain
Type Cathédrale
Rattaché à Diocèse de Périgueux et Sarlat (siège)
Début de la construction XIIe siècle
Fin des travaux XIXe siècle (restauration)
Style(s) dominant(s) Roman
Byzantin
Protection  Classé MH (1840)
 Patrimoine mondial (1998)
Géographie
Pays Drapeau de France France
Région Aquitaine
Département Dordogne
Ville Périgueux
Coordonnées 45° 11′ 01″ N 0° 43′ 22″ E / 45.18361, 0.7227845° 11′ 01″ Nord
       0° 43′ 22″ Est
/ 45.18361, 0.72278
  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cathédrale Saint-Front

La cathédrale Saint-Front est située dans la commune de Périgueux, préfecture du département français de la Dordogne. Siège du diocèse de Périgueux et Sarlat, elle est classée monument historique[1] en 1840 et au Patrimoine mondial en 1998 au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France.

Sommaire

Présentation

La cathédrale est nommée d'après saint Front, légendaire premier évêque de Périgueux, et légendaire évangélisateur de la région au IIIe siècle et dont les supposées reliques reposaient jusqu'en 1575 dans la cathédrale qui est la plus vaste du Sud-Ouest de la France

Une première église dédicacée à saint Front aurait été construite par l'évêque Chronope II (vers 506-vers 533). L'évêque Frotaire (976-991) a commencé la reconstruction de l'abbatiale Saint-Front. Raoul de Couhé, mort en 1013, est enterré dans l'église non encore terminée. L'église est consacrée probablement en 1047 par l'archevêque de Bourges Aymon. Cette église est de plan basilical, couverte de charpente. On avait peut-être conservé des fragments de l'église précédente. Le chœur était voûté et abritait le tombeau de saint Front réalisé en 1077 par Guimaunond, moine de La Chaise-Dieu[2]

Un incendie se produisit en 1120 au temps de l'évêque Guillaume d'Auberoche, ravageant le bourg et l'abbatiale. La construction de l'église à coupoles commence aussitôt après l'incendie. Le tombeau de saint Front ayant été protégé par la voûte, l'église a été reconstruite sur le même emplacement.

Elle a été construite au XIIe siècle dans un style mêlant les influences romane et byzantine. L'originalité de son plan en croix grecque par rapport à l'architecture locale a été la source de nombreuses discussions entre spécialistes.

En effet, comme la basilique Saint-Marc de Venise, son plan est en forme de croix grecque et ses cinq coupoles à clochetons rappellent Saint-Marc et de l’église des Saints-Apôtres. Cette filiation reste recevable. Saint-Marc de Venise a été construite à partir de 1063 et consacrée en 1111. Peut-être faut-il conserver l'idée que le maître d'ouvrage de la nouvelle abbatiale ait voulu donner à celle-ci un plan prestigeux imité de l'église des Saints-Apôtres de Constantinople. Si le plan de l'église peut être rapproché des églises byzantines, la réalisation des coupoles reprend une technique locale.

La prise de la ville par les Protestants en 1575 et 1577 et les destructions qui vont en résulter, les malfaçons dans sa restauration, a amené l'abandon de la cathédrale Saint-Étienne de la Cité. Ce n'est donc qu'en 1669 que l'église Saint-Front acquiert son titre de cathédrale, auparavant détenu par l'église voisine Saint-Étienne, dans le quartier de La Cité.

De 1852 à 1895, la cathédrale Saint-Front [3] est restaurée par Paul Abadie (et d'autres architectes) qui agrandit les coupoles et ajoute les clochetons qu'on peut voir aujourd'hui. En vérité, c'est plus une véritable reconstruction des coupoles qui s'étaient à moitié effondrées, et qu'il fallut couvrir sous une charpente classique. La cathédrale ne gardera d'original que son clocher du XIIe siècle, mais son aspect original avec ses coupoles est rétabli. C'est ce même architecte qui plus tard sera sélectionné pour construire la basilique du Sacré-Cœur à Paris, qui n'est pas sans ressemblance avec la cathédrale Saint-Front.

Les trois lustres monumentaux qui éclairent la cathédrale ont servi à illuminer Notre-Dame de Paris lors du mariage de Napoléon III le 29 janvier 1853.

Son orgue, construit par la maison Merklin-Schütze en 1870 a été restauré en 1998 par Pascal Quoirin.

Entre 1999 et 2002 la DRAC Aquitaine a confié à Françoise Perret, restauratrice à Sergeac, la restauration de l'ensemble du Chemin de croix peint par Jacques-Émile Lafon entre 1849 et 1851[4].

La cathédrale est inscrite depuis 1998 au Patrimoine mondial de l'Humanité dans le cadre des chemins de St-Jacques-de-Compostelle (Via Lemovicensis). À l'occasion de l'année sainte compostellane 1999 une chapelle Saint-Jacques avec une statue du saint est inaugurée par Monseigneur Gaston Poulain, évêque de Périgueux et de Sarlat.

On trouve une maquette de la Cathédrale Saint-Front au parc France miniature, dans les Yvelines (regarder ici et ).

Galerie

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références

Sources

  1. Notice sur la cathédrale de Périgueux, sur la base Mérimée, ministère de la Culture. Consultée le 12 août 2010
  2. Marcel Aubert - Église Saint-Front - pp.45-65, dans Congrès archéologique de France. 90e session. Périgueux. 1927 - Société Française d'Archéologie - Paris - 1928
  3. Claude Laroche, Saint-Front de Périgueux : la restauration au XIXe siècle, pp. 267-280, dans Congrès archéologique de France. 156e session. Monuments en Périgord. 1999 - Société Française d'Archéologie - Paris - 1999
  4. Nathalie André et Françoise Perret, Du noir à l'or, conserver, restaurer, valoriser, Ed° La Lauze, 2006 (lire le résumé)

Bibliographie

  • Dictionnaire des églises de France, Belgique, Luxembourg, Suisse (Tome III-B), Robert Laffont, Paris (France) ; pp. 114–118.
  • Collombet, François, Les plus belles cathédrales de France, Sélection du Reader's Digest, Paris (France), ISBN 2-7098-0888-9, 1997; pp. 98–99.
  • Laroche, Claude - Saint-Front de Périgueux: la restauration du 19e siècle - pp.267-280, dans Congrès archéologique de France. 156e session. Monuments en Périgord. 1998 - Société Française d'Archéologie - Paris - 1999
  • Corvisier, Christian - Périgueux: cathédrale Saint-Front- pp.371-374, dans Congrès archéologique de France. 156e session. Monuments en Périgord. 1998 - Société Française d'Archéologie - Paris - 1999
  • Marcel Aubert, Église Saint-Front, pp. 45-65, dans Congrès archéologique de France. 90e session. Périgueux. 1927, Société Française d'Archéologie, Paris, 1928

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Cathédrale Saint-Front de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.