Clairville (Louis-Francois Nicolaie)


Clairville (Louis-Francois Nicolaie)

Clairville (Louis-François Nicolaïe)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clairville.
Caricature de Clairville parue dans Le Trombinosocope de Touchatout en 1874.

Louis-François Nicolaïe, dit Clairville, né à Lyon le 28 janvier 1811 et mort à Paris le 7 février 1879, est un comédien et auteur dramatique français.

Biographie

Fils d’un régisseur de théâtre lyonnais, il débute à Paris au Petit Théâtre du Luxembourg comme acteur, puis comme régisseur, et enfin comme auteur de textes dramatiques. Il y fait représenter une quarantaine de pièces. Il s’introduit ensuite au Théâtre de l’Ambigu-Comique pour jouer les « utilités ». Mais, pour lui, c’était le lieu idéal pour développer sa verve d’auteur dramatique qui fut sa seule vraie vocation. Son imagination débridée, sa facilité de versification qui reste fluide, mais aussi son souci constant de perfection vont faire merveille. Il conçoit d’abord une revue intitulée 1836 dans la lune, dont le succès va le lancer dans le métier. Il voit tous les « petits » théâtres s’ouvrir : le Beaumarchais, la Gaîté, le Gymnase, les Variétés, les Divertissements. Son pouvoir de création semble illimité avec pièces drôles, pièces sérieuses, revues, féeries, satires et parodies :

Le Page et la Danseuse, Rosière et nourrice, Jean Lepingre et Pierre Lelarge, Les hussards et les lingères, La journée aux éventails
L’Opium et le champagne, Les Iroquois
Satan, ou le Diable à Paris
Peau d’âne ; Les sept châteaux du Diable (féeries) ; Les pommes de terre malades (revue)
La Propriété, c’est du vol (satire composée après la révolution de Février).

On lui attribue sûrement au moins 230 pièces diverses dont 50 ont atteint cent représentations suivies. Mais on est loin du compte puisqu’on trouvera après sa mort nombre d’œuvres inédites[1]. Il peut être considéré comme l’Alexandre Dumas du vaudeville. Sa production fut le fruit d’une véritable industrie. Pour davantage d’efficacité, il s’était adjoint depuis le début le concours du fidèle Édouard Miot. Le groupe de ses collaborateurs, triés sur le volet, grossira avec le temps des succès[2]. Rien de l’actualité ne leur échappe et ils ont la même source d’inspiration que nos chansonniers et le même sens des titres accrocheurs :

La Chaleur ; Les Français peints par eux-mêmes ; Les petites misères de la vie humaine ; Paris et la banlieue ; Paris sans impôts ; Paris voleur ; Paris dans la comète ; Les sept billets, ou la Semaine aux échéances ; Une semaine à Londres ; Les Nains du Roi ; Le Congrès de la paix

Il collabora avec d’autres auteurs [3] pour toutes sortes de spectacles et notamment avec des librettistes pour des opéras-comiques que nous nommons aujourd’hui opérettes :

Daphnis et Chloé de Jacques Offenbach, en collaboration avec Jules Cordier (1860)
La Fille de madame Angot de Charles Lecocq avec Paul Siraudin et Victor Koning (1872)
Les Cent Vierges de Charles Lecocq (1873)
Les Cloches de Corneville de Robert Planquette (1877)

Fécondité stérile, manque de profondeur et création vaine, comme l’ont dit certains critiques du XIXe siècle, mais un art populaire sans complexe qui sait divertir, provoquer le rire ou l'émotion. Paris a toujours aujourd’hui ses petits théâtres de boulevard qui sont les plus fréquentés et où se laissent admirer des acteurs connus.

« Clarville ne compose pas, il confectionne... sorte de friperie littéraire, où l’on rhabille à neuf les vieux mots râpés et les calembours ensevelis », écrivait Henri Rochefort ; mais il ajoutait : « pas une mesure administrative, pas une annonce bizarre, pas une invention nouvelle que M. Clarville n’ait mise en scénario ou tournée en couplets. C’est l’homme de la revue et de la parodie par excellence. »

En 1853, il publie Chansons et poésies, recueil de rimes, allant de l’égrillard des chansons[4] à la simplicité touchante des poésies. Cependant, rien d’un monument littéraire.

Notes

  1. « L’homme aux cartons inépuisables » disait Arnold Mortier dans ses Soirées parisiennes 1874-1884 ; peut-être certaines furent-elles contrefaites.
  2. Parmi eux : Dumanoir, Dennery, Nicot et Cordier.
  3. Dont les frères Cogniard, Lambert-Thiboust, Paul Siraudin, Victor Koning, Henri Chivot et Alfred Duru, Édouard Plouvier, Alfred Dartigue-Delacour.
  4. « De celles qui se chantent au dessert » selon Albert Blanquet, dans l’ouvrage collectif de Hoefer

Sources

  • Hoefer, Nouvelle Biographie Générale, t 10
  • William Duckett, Dictionnaire de la conversation et de la lecture, 1853


  • Portail du théâtre Portail du théâtre
  • Portail de la France au XIXe siècle Portail de la France au XIXe siècle
Ce document provient de « Clairville (Louis-Fran%C3%A7ois Nicola%C3%AFe) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Clairville (Louis-Francois Nicolaie) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Clairville (Louis-François Nicolaïe) — Pour les articles homonymes, voir Clairville. Caricature de Clairville parue dans Le Trombinosocope de Touchatout en 1874. Louis François Nicolaïe, dit …   Wikipédia en Français

  • Louis-François Nicolaie — Clairville (Louis François Nicolaïe) Pour les articles homonymes, voir Clairville. Caricature de Clairville parue dans Le Trombinosocope de To …   Wikipédia en Français

  • Louis François Nicolaie — Louis François Clairville (* 28. Januar 1811 in Lyon; † 7. Februar 1879 in Paris), eigentlich Louis François Nicolaie, war ein französischer Bühnenautor und Librettist. Seine Werke sind sämtlich dem Vaudeville zuzuordnen und enthalten zahlreiche… …   Deutsch Wikipedia

  • Louis François Clairville — (* 28. Januar 1811 in Lyon; † 7. Februar 1879 in Paris), eigentlich Louis François Nicolaie, war ein französischer Bühnenautor und Librettist …   Deutsch Wikipedia

  • Louis-François Clairville — Clairville (Louis François Nicolaïe) Pour les articles homonymes, voir Clairville. Caricature de Clairville parue dans Le Trombinosocope de To …   Wikipédia en Français

  • Clairville (1811-1879) — Clairville (Louis François Nicolaïe) Pour les articles homonymes, voir Clairville. Caricature de Clairville parue dans Le Trombinosocope de To …   Wikipédia en Français

  • Clairville — may refer to: Locations Clairville, Toronto, a former village and neighbourhood in Toronto Claireville, Brampton, the portion of the village in Brampton Claireville Conservation Area, in Brampton An alternate name for Davisville, West Virginia… …   Wikipedia

  • Clairville — 39° 12′ 04″ N 81° 29′ 54″ W / 39.2011, 81.4983 …   Wikipédia en Français

  • Clairville — (spr. klärwil ), 1) Louis François, eigentlich Nicolaie, franz. Bühnendichter, geb. 28. Jan. 1811 in Lyon als Sohn eines Schauspielers, gest. 7. Febr. 1879 in Paris, machte sich durch zahllose, flüchtig hingeworfene Produktionen bekannt, die… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Alexandre Charles Lecocq — Charles Lecocq en 1880 Alexandre Charles Lecocq (París, 3 de junio de 1832 París, 24 de octubre de 1918) fue un compositor musical francés. Fue admitido en el Conservatorio en 1849, siendo ya un consumado pianista. Estudió con François Bazin,… …   Wikipedia Español


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.