Claude Lanzmann


Claude Lanzmann
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lanzmann.

Claude Lanzmann

Accéder aux informations sur cette image commentée ci-après.

Claude Lanzmann lors de la table ronde Un vivant qui parle à la Cinémathèque française le 12 janvier 2008

Naissance 27 novembre 1925 (1925-11-27) (85 ans)
Bois-Colombes
France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Réalisateur
Films notables Pourquoi Israël,
Shoah
,
Un vivant qui passe,
Sobibor, 14 octobre 1943, 16 heures

Claude Lanzmann, né le 27 novembre 1925 à Bois-Colombes, est un journaliste, écrivain et cinéaste français. À partir de 1943, à l'âge de 18 ans, il s'engage dans la Résistance à Clermont-Ferrand puis dans les maquis d'Auvergne.

Compagnon de Simone de Beauvoir entre 1952 et 1959, il lui succède en 1986 comme directeur de la revue Les Temps modernes, à laquelle il collaborait depuis les années cinquante. Il a épousé, en 1971, la romancière allemande Angelika Schrobsdorff.

Il est le réalisateur de Shoah, film documentaire de neuf heures et demi consacré à l’extermination des Juifs d'Europe dans les camps nazis, qui fut diffusé pour la première fois en 1985.

Claude Lanzmann, athée, est Juif, et selon ses propres termes « viscéralement attaché à Israël »[1].

Sommaire

Enfance et formation

Il est né dans une famille dont les différentes branches sont originaires des communautés juives de l'Est de l'Europe, immigrées en France à la fin du XIXe siècle[2]. La famille de son père, Itzhak Lanzmann, vient d'un shtetl près de Minsk en Biélorussie. Cherchant à s'assimiler rapidement et se coupant entièrement de la communauté juive, prenant le prénom de Léon, il épousa à Paris Anna, venant de Riga et devint marchand en mobilier ancien rue Drouot. De leur union nait en 1900, Armand, père de Claude Lanzmann[3]. Itzhak naturalisé en 1913 sera versé dans l'infanterie de 1ère ligne entre 1914 et 1918.

Sa mère, Pauline, dite Paulette, Grobermann (1903-1995) est née sur un navire entre Odessa et Marseille: ses parents, Yankel et Perl Grobermann, sont originaires de Kichinev, en Bessarabie. Établis en région parisienne, ils créent une affaire de brocante, puis deviennent antiquaires pendant la Première Guerre mondiale, fournissant les jeunes studios américains en décors[4].

En 1934, à la suite du divorce de ses parents, Claude, son frère cadet Jacques (écrivain, scénariste et parolier) et sa sœur Évelyne (Évelyne Rey, actrice de théâtre), emmenés par leur père, vont vivre à Brioude, en Haute-Loire[5]. Ils y restent jusqu'en septembre 1938 ; lorsque la famille retourne à Paris, Claude poursuit ses études au lycée Condorcet, où il découvre l’antisémitisme.

La guerre et la Résistance

Mémorial de la Résistance au Mont Mouchet

En octobre 1939, son père, ancien combattant engagé volontaire en 1917, gazé à Ypres fut « affecté spécial » de la défense nationale à Brioude. Là, il entraîne ses enfants à disparaître sans laisser de traces, en simulant des rafles de la Gestapo ou de la Milice. Il enseigne à ses enfants la méfiance et le « pessimisme actif »[6].

À cette époque, Engagement et Résistance deviennent les grands signifiants de Claude Lanzmann. A la rentrée 1943, il rejoint la classe de première supérieure du lycée Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand comme interne. À 18 ans, il devient membre des Jeunesses communistes et l’un des organisateurs de la résistance de Clermont-Ferrand. Il participe à la lutte clandestine, puis aux combats des maquis d’Auvergne à la Margeride, au mont Mouchet, aux embuscades dans le Cantal et en Haute-Loire, pour retarder la remontée des troupes allemandes vers la Normandie, lors de l'été 44[7].

Philosophie

Après la Libération, sa famille revient vivre à Paris. Lanzmann, qui a retrouvé sa mère et son compagnon Monny de Boully, est admis en janvier 1945 en hypokhâgne au lycée Louis-le-Grand. Il y rencontre Jean Cau, avec qui il noue une grande amitié[8]. Ayant échoué au concours d'entrée à l'École normale supérieure, il s'inscrit en licence de philosophie à la Sorbonne. Il choisit les "possibles et les incompossibles" chez Leibniz comme sujet de son diplôme d'études supérieures[9].

En 1947, sur les conseils de son autre ami Michel Tournier, il part étudier la philosophie à l'Université de Tübingen en Allemagne : il veut voir « les Allemands en civil ». Puis, en 1948, il obtient un poste de lecteur à la Freie Universität Berlin (université libre de Berlin) en secteur américain[10].

Il se découvre des talents et un goût de pédagogue, comme il le dit, « mêlant en une torsade unique Le Rouge et le Noir et L'Être et le Néant ». La parution des Réflexions sur la question juive de Sartre en 1947 fut pour lui un événement fondateur et devient le fondement d'un séminaire sur l'antisémitisme qu'il organisa à la demande des étudiants. Il se convainc que les thèses de Sartre doivent être dépassées, ce qui sera l'une des raisons de son premier voyage en Israël en 1952. Voulant dénoncer la faiblesse de la dénazification au sein de l'université, il publie en 1949 deux articles dans le Berliner Zeitung, journal de la RDA, ce qui lui vaut de quitter ses fonctions officielles[11].

Carrière de journaliste

France Soir

À son retour en France, il entre dans le groupe de presse de Pierre Lazareff comme rédacteur. Il passera les vingt années suivantes dans ce groupe, contribuant par des dizaines d'articles au magazine Elle, créé et dirigé par Hélène Lazareff, à France Soir ou à d'autres publications. Il entrera par ce biais en relations avec de très nombreuses personnalités du monde politique ou artistique des années cinquante et soixante.

En 1951, ayant proposé à France Soir un reportage sur la vie en Allemagne de l'Est, et n'étant pas retenu, il publie finalement la série d'articles ("L'Allemagne derrière le Rideau de fer") dans le journal Le Monde. Cette série est remarquée par Sartre qui lui demande de collaborer à sa revue.

Les Temps modernes

Simone de Beauvoir, Jean-Paul Sartre avec Che Guevara à La Havane en 1960

C’est donc en 1952 qu’il rencontre Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre. Diplômé de philosophie, journaliste, il devient leur ami et entre au comité de rédaction de la revue Les Temps modernes qu'ils ont fondée en 1945.

À partir de juillet 1952 il vit une histoire d’amour avec Simone de Beauvoir, dont il restera le compagnon jusqu'à leur rupture en 1959. Il demeurera toujours très proche d’elle jusqu’à sa mort en 1986[12].

En 1963, il épouse l'actrice Judith Magre.

L'engagement politique

En mai 1958 Lanzmann part en Corée du Nord pour son travail de journalisme.

Son engagement anticolonialiste le confronte à la peine capitale. Il fait partie des dix inculpés, parmi les signataires du manifeste des 121, qui dénonce la répression en Algérie en 1960. En 1967, il prend une grande part à l'élaboration du fameux numéro des Temps Modernes intitulé "Le conflit israélo-arabe".

Jusqu’en 1970, Claude Lanzmann partage ses activités entre Les Temps modernes, et le journalisme. Il écrit de nombreux articles et reportages. En 1986, après la mort de Simone de Beauvoir, il deviendra responsable de la revue Les Temps modernes.

Carrière de réalisateur

À partir de 1970, Claude Lanzmann se consacre au cinéma. Il est notamment l'auteur du film Shoah sorti en 1985.

L’armée israélienne est-elle une armée comme les autres ? Tel est le questionnement de Tsahal, un film de Claude Lanzmann sorti en 1994. Ce documentaire de cinq heures a fait l'objet de vives polémiques. Il est jugé tendancieux et apologétique par ses détracteurs qui lui reprochent notamment son manque de distance vis-à-vis du discours tenu par l'armée israélienne sur elle-même, ainsi que son silence au sujet de la guerre du Liban – un conflit qui a pourtant suscité de vifs débats en Israël même[13].

Controverses

Lors des évènements ayant conduit à la mort d'un jeune palestinien, Mohammed Al Durah, Claude Lanzmann écrit un article dans le journal Le Monde, dans lequel il déclare que, selon lui, on ne peut prendre en compte la version d'un "journaliste arabe" dans cette affaire[14].

Dans le quotidien Libération, le 6 mars 2007, Claude Lanzmann « accuse Raymond Barre[15] d’être antisémite », suite à une entrevue que celui-ci a accordée à France Culture le 20 février 2007, interview diffusée le 6 mars 2007. Raymond Barre répond à ces critiques le même jour, sur RTL : « Il y a une clique qui depuis 1979 me poursuit pour me faire apparaître antisémite[16]. »

En janvier 2010, Claude Lanzmann s'élève vivement contre le roman de Yannick Haenel, Jan Karski.

Annexes

Distinctions

Filmographie

Réalisateur

Scénariste

Producteur

  • 1997 : Un vivant qui passe, production Les Films Aleph, Cinétévé, La Sept Arte, 35 mm, couleur, 65 minutes. 940.531 7 LAN (VHS)

Acteur

Bibliographie

  • Shoah (préface de Simone de Beauvoir), éd. Fayard, Paris, 1985, 254 pages. Texte intégral du film, paroles et sous-titres.
  • Un vivant qui passe : Auschwitz 1943 - Theresienstadt 1944, éd. Mille et une nuits, Paris, 1997, 62 pages.
  • Sobibor, 14 octobre 1943, 16 heures, éd. Cahiers du Cinema Livres, 2001, 79 pages. Postface d'Arnaud Desplechin.
  • Le Lièvre de Patagonie, éd. Gallimard, 2009, 550 pages (ISBN 978-2-07-012051-2) (prix Saint-Simon 2009).- Voir les critiques de Philippe Sollers Les cent vies de Claude Lanzmann - Il publie ses Mémoires. Par Philippe Sollers, de J. Savigneau[20].
  • Marie-Christine Laznik, L'Impensable Désir : féminité et sexualité au prisme de la ménopause, coll. « L’espace analytique », éd. Denoël, Paris, 2003, (ISBN 2-207-25420-8), Les relations amoureuses entre Simone de Beauvoir et Claude Lanzmann, pp. 95, 194-203, 215, 221-222.

Liens externes

Notes et références

Nombre de références de cet article sont tirées de l'autobiographie de Claude Lanzmann, Le Lièvre de Patagonie publiée en 2009.

  1. Conférence « Claude Lanzmann par lui-même » - Avril 2009. Sur les traces du Lièvre de Patagonie (116 min)
  2. Le Lièvre, p.98
  3. Le lièvre, p. 98 et 99
  4. Le Lièvre, p. 94
  5. Le lièvre, p.34
  6. Le lièvre, p.74 -75
  7. Le lièvre, chapitre IV
  8. celui-ci, interrompant son cursus en khâgne, devient le premier secrétaire de Jean-Paul Sartre au cours de l'année 1946
  9. Le lièvre, p.196
  10. Le lièvre, p.202
  11. Le lièvre, p.212
  12. Voir la biographie de Simone de Beauvoir par Deirdre Bair
  13. Le Monde-diplomatique
  14. c.f. Claude Lanzmann: Israël, Palestine : la séparation illusoire Le Monde, article publié le 07 Février 2001.
  15. Liberation.fr « J'accuse Raymond Barre d’être un antisémite », 6 mars 2007 2006
  16. lemonde.fr « La polémique enfle autour des propos antisémites de Raymond Barre », numéro du 6 mars 2007.
  17. Décret du 13 juillet 2011 portant élévation aux dignités de grand'croix et de grand officier
  18. Programme Arte, 17 mars 2010
  19. Franck Nouchi, « Ce que vous dites est impossible », Le Monde, 18 mars 2010, mis en ligne sur le site lemonde.fr, le 17 mars 2010, consulté le 18 mars 2010.
  20. Josyane Savigneau, critique : « Claude Lanzmann sur tous les fronts » Le Monde des livres, 20 mars 2009.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Claude Lanzmann de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Claude Lanzmann — (2008) Claude Lanzmann (* 27. November 1925 in Paris) ist ein französischer Regisseur von Dokumentarfilmen und Produzent. Er ist Herausgeber des von Jean Paul Sartre und Simone de Beauvoir gegründeten Magazins Les Temps modernes. Sein jüngerer… …   Deutsch Wikipedia

  • Claude Lanzmann — (right) in 2008 Shoah film poster …   Wikipedia

  • Claude Lanzmann — (Bois Colombes, 27 de noviembre de 1925), es un director de cine, guionista, productor y periodista francés. Contenido 1 Biografía 2 Filmografía 2.1 Dirección …   Wikipedia Español

  • Lanzmann — is a surname that may refer to: * Claude Lanzmann, Paris based filmmaker * Jacques Lanzmann, French writer, scriptwriter and lyric writeree also* Landsman …   Wikipedia

  • Lanzmann —  Cette page d’homonymie répertorie des personnes (réelles ou fictives) partageant un même patronyme. Pour consulter un article plus général, voir : Nom de famille germanique. Lanzmann est un nom de famille notamment porté par :… …   Wikipédia en Français

  • Lanzmann — Personen namens Lanzmann sind Claude Lanzmann, (* 1925), französischer Regisseur Jacques Lanzmann, (* 1927), französischer Schriftsteller und Journalist Siehe auch Landsmann Lenzmann …   Deutsch Wikipedia

  • LANZMANN, CLAUDE — (1925– ), French cinema director and essayist. Lanzmann was born in Paris and was active in the Resistance during World War II. After completing his studies in philosophy in France, he lectured at the University of Berlin in 1948–49. In 1952 he… …   Encyclopedia of Judaism

  • Lanzmann, Claude — (b. 1925)    French writer. Lanzmann was born in Paris and educated at the Sorbonne. He was part of the existential circle around Jean Paul Sartre and Simone de Beauvoir in the 1950s and he succeeded Sartre as Chief Editor of Les Temps Modernes.… …   Who’s Who in Jewish History after the period of the Old Testament

  • Lanzmann, Claude — (November 27, 1925, Bois Colombes, Hauts de Seine, France )    The son of a decorator father and an antique dealer mother (both Jewish), he had to hide with his younger brother, future writer Jacques Lanzmann (1927 2006), and sister, future… …   Encyclopedia of French film directors

  • Lanzmann — Lạnzmann,   Claude, französischer Filmregisseur und Publizist, * Paris 1925; gehörte in den 50er Jahren zum Kreis um J. P. Sartre; war Mitarbeiter und später Herausgeber der Zeitschrift »Les Temps modernes«; bekannt wurde er als Schöpfer einer… …   Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.