Comite de surete generale


Comite de surete generale

Comité de sûreté générale

Le Comité de sûreté générale est une institution de la première République française, chargé de diriger la police et la justice révolutionnaires.

Il naquit du Comité de surveillance de la Législative qui fut créé le 25 novembre 1791, et prit le nom de Comité de sûreté générale après le 10 août 1792. Il poursuivit ses fonctions sous la Convention, d'abord de manière provisoire, puis de manière définitive, par le décret du 2 octobre 1792, après avoir été réorganisé.

Le Comité siégeait dans ses locaux dans l’hôtel de Brionne, aujourd’hui disparu, et était relié par un couloir au pavillon de Marsan.

Il était formé de 12 membres élus chaque mois par la Convention nationale et rééligibles. La plupart d'entre eux étaient des députés Montagnards.

Le Comité fut chargé d’appliquer les mesures de police contre les suspects. Il devint un véritable "ministère de la Terreur" après l’élimination des Girondins, le 2 juin 1793. Le Comité recherchait les suspects et envoyait les inculpés devant le Tribunal révolutionnaire. Il rédigeait les ordres d’arrestation, qui étaient effectuées sous la direction des douze policiers de Paris nommés par la Commune.

À partir du printemps de l’an II, la plupart de ses membres entrent en conflit avec le Comité de salut public qu’ils considéraient comme des enragés.

En messidor, Vadier lit le dossier à charge (Catherine Théot) avec le mysticisme de Maximilien de Robespierre qu’il a créé.

Après la grande terreur, le deuxième dossier monté pour ridiculiser Robespierre atteint son but le 9 thermidor (27 juillet 1794).

Le Comité de sûreté générale fut supprimé en octobre 1795, sous le Directoire.

Membres

Le nom et le nombre de membres du Comité varièrent beaucoup. Il compta un maximum de 30 membres lors de son organisation le 2 octobre 1792 et un minimum de 9 membres en septembre 1793. De Germinal à Thermidor an II, il était composé de 12 membres, à savoir :

En firent partie à une certaine époque :


Articles liés

  • Portail de la Révolution française Portail de la Révolution française
Ce document provient de « Comit%C3%A9 de s%C3%BBret%C3%A9 g%C3%A9n%C3%A9rale ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Comite de surete generale de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Comité De Sûreté Générale — Article de la série Révolution française Causes Préludes L Assemblée constituante et ses suites (1789 1791) …   Wikipédia en Français

  • Comité de Sûreté Générale — Article de la série Révolution française Causes Préludes L Assemblée constituante et ses suites (1789 1791) …   Wikipédia en Français

  • Comité de sûreté générale — Mandat d arrêt de Danton et de ses amis par le Comité de Salut public et le Comité de sûreté générale le 30 mars 1794. Archives Nationales, Paris. On relève les signatures de Vadier, Amar, Voulland, Le Bas, Lacoste, etc. Rühl fut le seul membre… …   Wikipédia en Français

  • SÛRETÉ GÉNÉRALE (COMITÉ DE) — SÛRETÉ GÉNÉRALE COMITÉ DE (1791 1795) À la suite de la découverte de tentatives de recrutement pour l’émigration, l’Assemblée législative décide, le 25 novembre 1791, de créer un Comité de surveillance, chargé de poursuivre les affaires de contre …   Encyclopédie Universelle

  • Comite de salut public — Comité de salut public Pour les articles homonymes, voir Comité de salut public (homonymie). L’entrée du Comité de salut public. Le Comité d …   Wikipédia en Français

  • Comité De Salut Public — Pour les articles homonymes, voir Comité de salut public (homonymie). L’entrée du Comité de salut public. Le Comité d …   Wikipédia en Français

  • Comité de Salut Public — Pour les articles homonymes, voir Comité de salut public (homonymie). L’entrée du Comité de salut public. Le Comité d …   Wikipédia en Français

  • Comité de Salut public — Pour les articles homonymes, voir Comité de salut public (homonymie). L’entrée du Comité de salut public. Le Comité d …   Wikipédia en Français

  • Comite de surveillance revolutionnaire — Comité de surveillance révolutionnaire Les Comités de surveillance révolutionnaire sont des institutions révolutionnaires créées par décret de la Convention nationale le 21 mars 1793 dans l ensemble des communes ou sections de commune.… …   Wikipédia en Français

  • Comité De Surveillance Révolutionnaire — Les Comités de surveillance révolutionnaire sont des institutions révolutionnaires créées par décret de la Convention nationale le 21 mars 1793 dans l ensemble des communes ou sections de commune. Composé de douze membres, il est chargé …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.