Concordisme


Concordisme

Le concordisme est un système d'exégèse consistant à interpréter les textes sacrés d'une religion de façon à ce qu'ils ne soient pas contradictoires avec les connaissances scientifiques d'une époque. Né dans la sphère chrétienne au XIXe siècle afin de justifier les données de la Bible, il est de nos jours particulièrement vivace dans le monde musulman, à travers le mouvement de l'I`jaz `Ilmiy (« Contenu scientifique miraculeux ») tendant à faire concorder à la fois le Coran et la Sunna avec les sciences contemporaines ainsi que dans le néocréationnisme protestant.[réf. nécessaire]

Le concordisme vise deux objectifs :

  • Le concordisme s'est développé dans un contexte de confrontation croissante entre des descriptions du monde établies à partir de textes sacrés et des savoirs dégagés par une méthodologie scientifique autonome, à la faveur du développement et de la vulgarisation des sciences modernes (âge du positivisme) : il s'agit de rejeter l'idée d'une contradiction entre des textes censément révélés par un Dieu créateur et omniscient, ne pouvant donc se méprendre sur la description de sa propre création, et les connaissances scientifiques sur le réel.
  • A fin d'apologétique et de prosélytisme, le concordisme peut poursuivre cette approche en prétendant dévoiler dans les textes sacrés des connaissances scientifiques modernes que les hommes de l'époque de sa rédaction n'auraient pu avoir, la science moderne révélant un « miracle ».}}

Sommaire

Dans le christianisme

Le courant protestant libéral

Article détaillé : protestantisme libéral.

Le protestantisme libéral se caractérise par l'invention de l'exégèse scientifique et critique. En sorte, qu'il ne pratique pas le concordisme.

Le courant protestant fondamentaliste

Catholicisme

Des écrits de type concordiste ont parfois été publiés dans les milieux catholiques. Ainsi, l'abbé A. Arduin publiait en 1883 La religion en face de la science. Leçons sur l'accord entre les données de la révélation biblique et les théories scientifiques modernes qui cherchaient à assimiler les jours bibliques aux grandes périodes géologiques.

Cependant, à partir de 1893, le magistère pontifical s'empare de la question. Dans son encyclique Providentissimus Deus, le pape Léon XIII affirme lui aussi l'inerrance des écritures saintes, mais en rejetant les interprétations purement littérales de celles-ci. Il affirme en effet qu'il ne peut y avoir de contradiction entre la science véritable et les écrits bibliques s'ils sont correctement expliqués. Cette encyclique donna une véritable impulsion aux études bibliques, afin que l'exégèse moderne soit en harmonie avec les découvertes scientifiques de son époque.

En publiant en 1943 l'encyclique Divino Afflante Spiritu, le pape Pie XII réaffirme les positions de son prédécesseur, loue les découvertes récentes de la commission biblique pontificale et de l'école biblique et archéologique française de Jérusalem et considère que la méthode historico-critique peut être acceptable lorsqu'elle est nourrie par une grande foi en l'Esprit Saint.

En 1993, cinquante et cent ans après la parution des encycliques précédentes, un document de la commission biblique pontificale, L'interprétation de la Bible dans l'Église est présenté par le cardinal Joseph Ratzinger au pape Jean-Paul II. Les interprétations concordistes fondamentalistes, donnant le caractère de vérité scientifique à des détails de la Bible, y sont rejetées de façon explicite, et un large tour d'horizon des diverses méthodes d'études et de leurs apports est effectué[1].

Dans l'islam

Le profil du concordisme musulman est moins défensif (rejeter les critiques scientifiques) qu'apologétique et prosélyte : il vise à démontrer que l'Islam serait la seule religion conforme aux connaissances scientifiques modernes et que, mieux, Coran et Sunna contiendraient des « miracles scientifiques », c'est-à-dire des connaissances scientifiques inconnues à l'époque de sa rédaction et des prophéties sur le développement des technologies modernes.

Si les développements du concordisme musulman les plus intenses sont contemporains et s'inscrivent dans la lignée de l'ouvrage du médecin Maurice Bucaille La Bible, le Coran et la Science de 1976, d'où le surnom de « bucaillisme » donnée à cette exégèse musulmane, il existe bien une tradition concordiste dans l'Islam, se fondant sur le verset « Nous n'avons rien omis d'écrire dans le Livre » [2], interprété comme l'attestation que tout est contenu d'une manière ou d'une autre dans le Coran, notamment les principes scientifiques.

Bien que l'idée d'une nécessaire concordance entre Coran et science figure déjà chez Al-Suyuti ou Al-Ghazali (notamment dans Les Joyaux du Coran où est affirmé que tout principe scientifique est contenu dans le Coran et que celui-ci permet la convergence entre les savoirs antiques et médiévaux), il faut attendre la fin du XIXe siècle pour qu'un concordisme apologétique visant à découvrir « miraculeusement » des idées scientifiques et des techniques précises prenne forme.[réf. nécessaire]

Ainsi on citera le réformiste Abd al-Rahman al-Kawakibi annonça la présence de la majorité des découvertes des occidentaux dans les versets coraniques, ou le médecin Al-Iskandarani publiant La révélation des secrets lumineux coraniques à propos des corps célestes et terrestres, des animaux, des plantes, et des substances métalliques dans les années 1880, ou dans une approche plus systématique le Cheikh Tantawi Jawhari qui rédigea une encyclopédie illustrée tentant de démontrer la présence dans le Coran d'un grand nombre de découvertes scientifiques contemporaines.[réf. nécessaire] Dans l'aspect « prophétique », Dariusch Atighetchi prend comme exemple un groupe d'érudits musulmans invoquant le verset 55:33 [3] du Coran en 1957 pour proclamer la présence dans le livre sacré d'une prophétie annonçant le lancement de Spoutnik[4]

De nos jours, les tenants de l'Islam cherchent à montrer que le Coran annonce des vérités scientifiques qui ne pouvaient pas être connues à l'époque de sa rédaction. Pour eux, cela prouverait l'origine divine des écrits coraniques. Ce mouvement a pour leaders Harun Yahya et Maurice Bucaille. Tous les sites musulmans cherchent à reprendre leurs thèses.

Une variante appelée concordisme du «Dieu des lacunes» consiste à faire appel au divin pour expliquer les lacunes des théories scientifiques, c'est aussi l'idée que la science peut conduire à la religion.

Exemple : la création divine pour le Big Bang et la précision des constantes universelles ; des interprétations de textes allégoriques du Coran, par exemple, qui en font une Révélation divine de descriptions scientifiques, comme le Big Bang.

Critique du concordisme

Voir aussi

Références

  1. L'interprétation de la Bible dans l'Église
  2. Coran, 6:38
  3. «ô peuple de djinns et d’hommes ! si vous pouvez sortir du domaine des cieux et de la terre, alors faites-le. Mais vous ne pourrez en sortir qu’à l’aide d’un pouvoir [illimité]», traduction de Muhammad Hamidullah
  4. Dariusch Atighetchi, Islamic bioethics, Problems and perspectives, Springer, 2007


Bibliographie

Dominique Lambert, Le `réenchantement' des sciences : obscurantisme, illusion ? Revue des Questions Scientifiques, n°166, 1995, p. 287-291.

Dominique Lambert, Sciences et Théologie, les figures d'un dialogue, PUN, 1999.

Nidhal Guessoum, Réconcilier l'islam et la science moderne - L'esprit d'Averroès, Presses de la Renaissance, 2009.

Liens externes

  • Portail des religions et croyances Portail des religions et croyances

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Concordisme de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • concordisme — ● concordisme nom masculin (de concorde) Système d exégèse qui consiste à interpréter la Bible de manière à la mettre en accord avec les résultats des sciences intéressées (géologie, préhistoire, histoire). ⇒CONCORDISME, subst. masc. RELIG.… …   Encyclopédie Universelle

  • concordisme —  n.m. Système d exégèse biblique …   Le dictionnaire des mots absents des autres dictionnaires

  • Maurice Bucaille — Maurice Bucaille, né le 19 juillet 1920 à Pont l Évêque (Calvados) et mort le 17 février 1998, est un médecin français, qui « a personnellement contribué aux investigations sur les momies »[1]. Auteur de plusieurs… …   Wikipédia en Français

  • concordism — CONCORDÍSM s.n. Concepţie care caută să pună de acord învăţătura biblică cu rezultatele ştiinţei. – Din fr. concordisme. Trimis de Joseph, 22.05.2004. Sursa: DEX 98  concordísm s. n. Trimis de siveco, 10.08.2004. Sursa: Dicţionar ortografic … …   Dicționar Român

  • Aristotelisme — Aristotélisme L aristotélisme est le nom donné à la doctrine dérivée des œuvres d Aristote, chez les arabes Avicenne et Averroes notamment, puis progressivement adoptée aux XIIe et XIIIe siècle par la scolastique, grâce à la réconciliation… …   Wikipédia en Français

  • Aristotélicien — Aristotélisme L aristotélisme est le nom donné à la doctrine dérivée des œuvres d Aristote, chez les arabes Avicenne et Averroes notamment, puis progressivement adoptée aux XIIe et XIIIe siècle par la scolastique, grâce à la réconciliation… …   Wikipédia en Français

  • Aristotélicienne — Aristotélisme L aristotélisme est le nom donné à la doctrine dérivée des œuvres d Aristote, chez les arabes Avicenne et Averroes notamment, puis progressivement adoptée aux XIIe et XIIIe siècle par la scolastique, grâce à la réconciliation… …   Wikipédia en Français

  • Aristotélisme — Buste d Aristote (Bibliothèque Mazarine, Paris). L aristotélisme est le nom donné à la doctrine dérivée des œuvres d Aristote, chez le persan Avicenne et l arabe Averroes notamment, puis progressivement adoptée aux XIIe et …   Wikipédia en Français

  • Harun Yahya — Adnan Oktar Adnan Oktar, pseudonyme Harun Yahya, (Ankara, 1956) est une des figures centrales du créationnisme en Turquie, et un fervent défenseur du créationnisme dans le débat création contre évolution. Il est considéré comme le défenseur… …   Wikipédia en Français

  • Histoire de la pensée évolutionniste — L Arbre de la vie représenté par Ernst Haeckel dans L évolution de l homme (1879) illustre la vision du XIXe selon laquelle l évolution était un processus menant à l apparition de l homme. Le concept de pensée évolutionniste selon lequel les… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.