Constitution De L'an I


Constitution De L'an I

Constitution de l'an I

Droit constitutionnel | Flag of France.svg
Constitutions françaises :
Histoire constitutionnelle
Ordre constitutionnel en France
Haute Cour de justice (Président de la République) · Cour de Justice de la République (ministres) ·
Conseil Constitutionnel
Constitution française de 1958
Bloc de constitutionnalité
Déclaration des Droits de l'Homme de 1789 · Préambule de la Constitution de 1946 · Charte de l'environnement de 2004 · Principes fondamentaux reconnus par les lois de la République
Conseil constitutionnel
Jurisprudence · Membres
 Cette boîte : voir •  • mod. 
Portail Portail Droit constitutionnel

La Constitution de l'an I est élaborée pendant la Révolution française par la Convention montagnarde et promulguée solennellement le 24 juin 1793. Elle ne fut jamais appliquée.

Sommaire

Adoption

Approuvée par référendum dans des circonstances assez particulières (il y eut autour de cinq millions d'abstentionnistes sur un contingent d'environ sept millions d'électeurs, en raison de la publicité du vote, à savoir que le caractère secret du vote n'était pas mis en avant), cette Constitution très démocratique – suffrage universel masculin – et décentralisatrice ne fut pas appliquée, en raison de l'état de guerre intérieure et extérieure.

Le texte

La déclaration de 1793

Les députés souhaitent compléter la déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 qui n'avait pas été terminée. Ainsi les droits individuels de 1789 sont confirmés, mais on peut noter certaines innovations:

  • Proclamation de droits économiques et sociaux (association, réunion, travail, assistance & instruction),
  • Consécration de la théorie de la souveraineté populaire au détriment de la souveraineté nationale se traduisant par l'introduction du référundum (c'est le peuple réel qui est souverain, non la Nation, le peuple sublimé, qui est plus large -- notion sous-jacente de majorité),
  • L'insurrection devient un droit et un devoir (c'est-à-dire qu'elle est éventuellement de fait un droit) quand le gouvernement viole les droits du peuple,
  • Interdiction de l'esclavage juridique -- appropriation de fait d'un droit excessif confinant au privilège par une caste ou secteur de l'administration publique si d'aventure l'étendue des textes législatifs outrepasse le cadre populaire de la réglementation approuvée par le Peuple,
  • Conception moderne du droit d'asile : "Il donne asile aux étrangers bannis de leur patrie pour cause de la liberté. Il le refuse aux tyrans." (Art. 120).

Voir également Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1793

Le régime d'assemblée

Il n'existe prétendument pas d'équilibre des pouvoirs. La Constitution de l'An I consacre un régime d'assemblée où le pouvoir est concentré entre les mains d'une seule assemblée. Elle est unique, renouvelable par tiers tous les ans au suffrage universel direct. Elle exerce le pouvoir législatif, avec la participation des citoyens par référendum.

Le pouvoir exécutif pour l'Assemblée est confié à un conseil composé de vingt-quatre membres qui sont élus indirectement par le peuple puisqu'en fait élus au suffrage universel (indirect vis-à-vis de l'ensemble du peuple) au sein de l'Asssemblée ainsi désignée. Il n'a aucun pouvoir d'action contre l'assemblée (aucun veto, aucun droit de dissolution, aucune initiative des lois).

Sans qu'il s'agisse pour autant d'une "simple chambre d'enregistrement", le pouvoir exécutif du conseil a pour rôle d'organiser la conduite des actions de l'Assemblée en réglant son avancée.

Une constitution jamais appliquée

Le 10 octobre 1793, la Convention consacrait apparemment l'établissement d'un régime de Terreur, déclarant : « Le gouvernement provisoire de la France sera révolutionnaire jusqu'à la paix ». Il avait été convenu que la paix revenue, la constitution serait ressortie de son arche de cèdre pour être appliquée. Et nul n'en douta tant que Maximilien Robespierre fut de fait l'organe officiel du Comité de Salut Public. La guerre intérieure, extérieure et surtout le renversement de la convention montagnarde le 10 thermidor an II sonnèrent le glas de son application.

Malgré sa non-application, la Constitution de l'an I garda un grand prestige auprès des forces politiques de la gauche démocratique française sous le Directoire, l'Empire et la Restauration.

Pourtant, on doute aujourd'hui que cette constitution eut été efficace compte tenu de la rigidité excessive de la séparation des pouvoirs envisagée et du non équilibre manifeste qui découle de la fragmentation et du mode de nomination du pouvoir exécutif.

Cependant, Gracchus Babeuf et la Conjuration des Égaux proclamaient l'application de cette constitution qui même encore avec l'apologie à la propriété semble être la plus égalitaire envers et pour le peuple. La Conjuration tenue au secret à cause des répressions et des fermetures des Clubs a été trahie pour intérêt vénal par un de ces membres, Georges Grisel.

Voir aussi

Constitutions
Textes
Régime politique
Constitution de 1791 texte Monarchie constitutionnelle
Constitution de l'an I - 1793 texte Ire République
Constitution de l'an III - 1795 texte Directoire
Constitution de l'an VIII - 1799 texte Consulat
Constitution de l'an X - 1802 texte Consulat à vie
Constitution de l'an XII - 1804 texte Ier Empire
Charte de 1814 texte Restauration
Acte additionnel de 1815 texte Cent-Jours
Charte de 1830 texte Monarchie de Juillet
Constitution de 1848 texte IIe République
Constitution de 1852 texte, IInd Empire
Lois constitutionnelles de 1875 texte IIIe République
Loi constitutionnelle de 1940 texte État français
Loi constitutionnelle de 1945 texte GPRF
Constitution de 1946 texte IVe République
Constitution de 1958 texte Ve République
voir aussi: Site source et Constitution


  • Portail de la Révolution française Portail de la Révolution française
  • Portail du droit français Portail du droit français
Ce document provient de « Constitution de l%27an I ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Constitution De L'an I de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • constitution — [ kɔ̃stitysjɔ̃ ] n. f. • constitucion « ordonnance, règlement » v. 1170; lat. constitutio « institution » I ♦ 1 ♦ Dr. Action d établir légalement. ⇒ établissement, institution. Constitution de rente, de pension. Constitution de partie civile :… …   Encyclopédie Universelle

  • Constitution de l'an i — Droit constitutionnel | Constitutions françaises : Histoire constitutionnelle … de 1791 · texte · Monarchie co …   Wikipédia en Français

  • Constitution De L'an X — Constitutions Textes Régime politique Constitution de 1791 texte …   Wikipédia en Français

  • Constitution de l'An X — Constitutions Textes Régime politique Constitution de 1791 texte …   Wikipédia en Français

  • Constitution de l'an x — Constitutions Textes Régime politique Constitution de 1791 texte …   Wikipédia en Français

  • Constitution de l’An X — Constitution de l an X Constitutions Textes Régime politique Constitution de 1791 texte …   Wikipédia en Français

  • constitution — con·sti·tu·tion n [Latin constitutio system, fundamental principles (of an institution), from constituere to set up, establish] 1: the basic principles and laws of a nation, state, or social group that determine the powers and duties of the… …   Law dictionary

  • constitution — con‧sti‧tu‧tion [ˌkɒnstˈtjuːʆn ǁ ˌkɑːnstˈtuː ] noun [countable] 1. LAW the system of basic laws and principles that a democratic country is governed by, which cannot easily be changed by the political party in power: • The First Amendment of… …   Financial and business terms

  • constitution — CONSTITUTION. subs. f. Composition. La forme et la matière entrent dans la constitution du corps naturel. f♛/b] Il se dit aussi De l établissement, de la creation d une rente, d une pension; et les rentes mêmes s appellent des Constitutions. Un… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Constitution — Con sti*tu tion (k[o^]n st[ict]*t[=u] sh[u^]n), n. [F. constitution, L. constitutio.] 1. The act or process of constituting; the action of enacting, establishing, or appointing; enactment; establishment; formation. [1913 Webster] 2. The state of… …   The Collaborative International Dictionary of English


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.