David copperfield (roman)


David copperfield (roman)

David Copperfield (roman)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir David Copperfield.
David Copperfield

Illustration de David Copperfield


Auteur Charles Dickens
Genre Roman de formation
Pays d'origine Grande-Bretagne
Collection Publié en feuilleton
Date de parution 1850

Œuvre de Charles Dickens écrite entre 1849 et 1850, David Copperfield ou L'Histoire, les aventures et l'Expérience personnelles de David Copperfield le jeune est un roman qui contient un certain nombre d'éléments autobiographiques.

S'il commence, comme d'autres romans de l'écrivain, par une peinture assez noire de la situation des enfants de l'Angleterre victorienne, notamment dans les pensionnats, il s'attache ensuite à décrire la lente ascension sociale d'un jeune homme qui subvient aux besoins de sa bonne tante en travaillant et étudiant comme un forçat, et finit par devenir écrivain.

Plusieurs versions ont été adaptées au cinéma ou à la télévision de 1911 à 2000.

Sommaire

Création

Charles Dickens vient de finir Dombey et fils (1848) quand il entreprend le récit de la vie de David Copperfield de sa naissance jusqu'à sa maturité. Cette entreprise de longue haleine lui prendra un an et demi. David Copperfield paraît en feuilleton en 19 parutions mensuelles de 3 à 4 chapitres chacune de mai 1849 à novembre 1850. Chaque parution contient environ 32 pages et est agrémentée de deux illustrations de Phiz. Charles Dickens en travaille avec sérieux les articulations.

Le livre paraît ensuite dans son entier en 1850, précédé d'une préface de Dickens dans lequel il explique à quel point il lui est difficile de quitter un univers et des personnages qui ont occupé son esprit pendant près de deux ans. Dans sa préface de 1869, Charles Dickens précisera que ce livre est son préféré [1]. Le livre est un succès populaire : il s'en vend près de 25 000 exemplaires en deux ans, mais semble concerner principalement le milieu de la petite bourgeoisie [2]

Roman autobiographique

Ce roman de Charles Dickens, écrit à la première personne et racontant l'enfance, l'adolescence et les premières années de la vie d'adulte d'un écrivain peut donner tous les indices d'un récit autobiographique. Il est vrai que Dickens a puisé dans son histoire personnelle de nombreux épisodes de ce roman. Ainsi, le moment où David Copperfield est contraint de gagner sa vie en nettoyant les bouteilles de l'entreprise Murdstone et Grinby tandis qu'il visite en prison la famille Micawber qui lui a offert un toit est à rapprocher de son expérience personnelle où, encore enfant, il fut obligé de travailler à la fabrique de cirage de Warren's Blacking pour nourrir sa famille tandis que son père, endetté, est emprisonné. Ce détail, qui ne fut révélé que par son biographe John Forster, éclaire cet épisode de la vie de David Copperfield. Mais Charles Dickens réussit à prendre ses distances vis-à-vis de sa propre vie. Le personnage de l'impécunieux Micawber est une caricature de son propre père. Charles Dickens crée en fait un personnage qui possède un relief propre, original, exaspérant, attachant et miraculeusement efficace face à l'ignoble Uriah Heep. Comme l'auteur, David Copperfield travaille chez un notaire, apprend la sténographie pour retranscrire les débats de l'assemblée et se convertit ensuite à l'écriture. Mais là s'arrête la ressemblance entre les deux personnages. Charles Dickens ne fut jamais orphelin, ni victime d'un beau-père sadique.

L'épisode de la cour que fait David Copperfield à Dora est inspirée de celle de Charles Dickens à l'inaccessible Maria Beadnell. Mais, alors que dans le livre, David épouse Dora, dans la réalité, Maria, après avoir longtemps joué avec Charles, le repoussera comme n'étant pas de son monde. On peut noter dans la suite du récit, la frustration lancinante de David qui ne trouve pas, dans sa Dora, la compagne efficace capable de gérer une maison tout comme on connait la frustration de Charles Dickens face à l'incapacité de sa femme à gérer correctement la nombreuse famille qu'ils ont procréée[3]. On voit ainsi comment Charles Dickens fait œuvre d'écrivain en se nourrissant de son expérience personnelle pour créer un nouvel univers.

Sans être à part entière une autobiographie, ce roman dans lequel Charles Dickens a glissé tant d'allusions à son expérience personnelle est ainsi très proche de son auteur, tellement proche que Charles Dickens dira de David Copperfield (le personnage et non le roman) qu'il est une de ses créations préférées, comme un fils ou un double de lui-même. «  ...like many fond parents, I have in my heart of hearts a favourite child. And his name is David Copperfield. » Comme beaucoup de parents aimants, j'ai au fond de mon coeur un enfant favori. Et son nom est David Copperfield[4]

Roman de formation

David Copperfield est un roman de formation. On suit le jeune David de sa naissance jusqu'à sa maturité. Charles Dickens joue avec subtilité sur les deux registres du je. Le je de l'adulte qui regarde vers son passé pour le décrire et le je de l'enfant qui pose sur le monde un regard naïf et inexpérimenté[5]. Le lecteur s'attache à ce personnage qui n'a du monde qui l'entoure qu'une connaissance partielle et subjective, qui est souvent le jouet des autres mais trouve aussi des adultes qui vont le protéger et le faire grandir. Sa vie est faite de ruptures qui le font progressivement évoluer et mûrir comme le lecteur qui s'attache à ses pas. Publié en épisodes sur une durée de 19 mois, ce roman permettait au lecteur de se nourrir progressivement des expériences de David pour avancer dans sa propre formation. L'originalité du roman est de ne pas arrêter le récit à l'entrée dans la vie d'adulte mais de le poursuivre au delà. David commettra encore de nombreuses erreurs en tant que jeune adulte avant de trouver la sérénité et la plénitude auprès de la lumineuse Agnès.

Les personnages

Charles Dickens excelle dans la peinture des personnages qui traversent le roman. Son art du portrait, teinté d'humour, offre un défilé de personnages hauts en couleur. Jean-Pierre Naugrette parle à leur sujet de gargouilles tendres ou inquiétants [5].

On note ainsi la figure maternelle avec Peggotty dont les accès de tendresse font éclater les boutons de son corsage ou la tante Trotwood qui se rêvait marraine d'une petite nièce et qui s'enfuit à l'annonce de l'arrivée d'un neveu. Cette même tante Trotwood, avec son obsession des ânes et sa hantise des incendies londoniens devient une seconde mère pour David. Dickens présente une figure inquiétante de mère avec le personnage de Mme Steerforth qui adule son fils aussi fort qu'elle le rejettera que celui-ci la décevra et une figure troublante de mère avec le portrait de Clara Copperfield qui tombe totalement sous la coupe de son second mari. Mais Dickens présente aussi plusieurs figures de père, le père sur lequel on peut compter avec la personne du marin Peggotty qui abandonne tout pour retrouver sa nièce perdue, une figure plus lunatique de père avec Micawber et une image du père tortionnaire sous les traits de Murdstone. Parmi les figures d'épouses la femme-enfant Dora, la lumineuse Agnès, la fidèle Annie Strong et l'excentrique Mme Micawber qui « n'abandonnera jamais M. Micawber ».

Dickens a une tendresse particulière pour de doux personnages plus ou moins excentriques comme M. Dick qui fait voler ses écrits sur d'immenses cerf-volants, qui n'a pas toute sa tête mais qui la remplace par l'intelligence du cœur, celui du Docteur Strong, marié innocemment à une très jeune femme et entièrement préoccupé par l'écriture de son dictionnaire, celle de Tommy Traddles, fidèle en amitié et en amour, qui attend plusieurs années l'argent nécessaire pour épouser sa fiancée, doux et patient et dont le seul exutoire consiste à dessiner des squelettes.

Charles Dickens propose aussi une belle galerie de petites gens, M. Barkis qui a "le vouloir", le milieu de pêcheurs et des pompes funèbres de Yarmouth, le personnel de maison tantôt discret et efficace mais le plus souvent maladroit, voleur, ou insolent.

Dickens excelle aussi dans la description de personnages inquiétants envahis par la haine. C'est le cas de M. Murdstone qui éprouve une réelle jouissance à étendre son pouvoir sur son entourage ou celui de Rosa Dartle dont la cicatrice blanchit sous le coup de la colère et dont la haine et la jalousie se focalisent sur Émilie. Les qualités narratrices de Dickens trouvent leur pleine ampleur dans la description du visqueux Uriah Heep, humble et sournois. Mais le caractère optimiste de Dickens empêche le lecteur de se sentir écrasé par la haine de ces personnages. Le potentiel de malheur qu'ils peuvent générer est réduit à presque rien grâce à la collusion des gentils : M. Murdstone et sa sœur sont chassés comme des moins que rien par la tante Betsy. Toutes les machinations de Uriah Heep sont réduites à néant grâce au travail efficace de Micawber et Traddles. L'odieux majordome Littimer, âme damnée de Steerforth, chassé de la maison, finit comme un misérable en prison.

Le thème de l'enfance malheureuse

Le thème de l'enfance malheureuse ou exploitée est cher à Dickens qui l'a déjà largement développé dans le roman Oliver Twist et qui le développera par la suite dans Les Grandes Espérances. Il reprend ce thème dans les premiers chapitres du roman où l'on assiste au désespoir de David Copperfield, martyrisé par son beau-père sous le regard faible et impuissant de sa mère, cherchant désespérément à les satisfaire et se réfugiant dans le lecture pour se trouver des modèles. Le thème de l'abandon est évoqué dans l'envoi à l'institution Salem où Dickens décrit d'abondance le mauvais traitement que l'écolier anglais subit dans ce type d'établissement. Le travail des enfants est évoqué avec douleur dans l'épisode de l'entrepôt Murdstone et Grinby, épisode qui réveille chez Dickens le souvenir de sa propre enfance malheureuse. Mais dans cet univers sombre persistent quelques lumières comme les vacances chez la famille Peggotty dans leur maison-bateau, l'amour inconditionnel et fidèle de la servante Peggotty et la protection finale de la tante excentrique Betsy Trotwood

Un roman dans le roman

Tandis que se déroule au premier plan, la vie de David Copperfield, se noue en arrière plan une autre aventure dans laquelle David ne joue qu'un rôle marginal. C'est l'histoire poignante de la jeune Émilie et de l'aristocrate gâté James Steerforth. L'histoire se déroule en filigrane avec quelques émergences dans lesquelles David joue tantôt un rôle plus déterminant (présentation de Steerforth à la famille Peggotty, mise en relation de Martha et de Peggotty) tantôt un rôle de témoin privilégié (la fuite, l'affrontement entre Rosa et Émilie, la tempête et la mort de Ham et de Steerforth).

Adaptations

Films

  • 1911 : David Copperfield, Théodore Marston
  • 1922, David Copperfield, A W Sandberg
  • 1935 : David Copperfield, George Cukor
  • 2000 : David Copperfield, Peter Medak
  • Sortie Prochaine : David Copperfield, Peter Howitt

Téléfilms

Pièces théâtrales

  • 1977 : David Copperfield, Théâtre du Campagnol, mise en scène de Jean-Claude Penchenat
  • 2008 : (Mon) Copperfield , Dominique Sarrazin

Dessins animés

  • 1993, David Copperfield, Canada, Canal J VOD, réalisateur Don Arioli
  • 1994 (septembre) : David Copperfield , TF1
  • 2005, David Copperfield Dessin animé, collection Les grands Auteurs, éditeur Adventi

Bandes dessinées

Anecdotes

David Copperfield est le roman lu par Montag dans le film Fahrenheit 451 de François Truffaut. Il est aussi lu à voix haute par Melanie Hamilton dans Autant en emporte le vent. L'illusionniste David Seth Kotkin a pris comme nom de scène David Copperfield en hommage au héros de Dickens.

Notes et références

  1. « Of all my books, I like this the best. », Charles Dickens, préface de l'édition de 1869 à David Copperfield.
  2. Fabrice Bensimon, La culture populaire au Royaume-Uni, 1800-1914
  3. Portraits nouveaux de Charles Dickens, André Maurois
  4. Charles Dickens, préface à l'édition de 1869
  5. a  et b Jean-Pierre Naugrette, préface à l'édition 2001 de David Copperfield, dans les classiques de Poche

Annexes

Liens internes

Ce document provient de « David Copperfield (roman) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article David copperfield (roman) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • David Copperfield (Roman) — Pour les articles homonymes, voir David Copperfield. David Copperfield Auteur …   Wikipédia en Français

  • David Copperfield (roman) — Pour les articles homonymes, voir David Copperfield. David Copperfield Auteur Charles Dickens …   Wikipédia en Français

  • David Copperfield (Roman) — David Copperfield, Originaltitel David Copperfield or The Personal History Experience and Observation of David Copperfield the Younger of Blunderstone Rookery ist ein Bildungsroman des englischen Schriftstellers Charles Dickens aus dem Jahr 1849 …   Deutsch Wikipedia

  • David Copperfield — ist der Name folgender Personen: David Copperfield (Magier) (David Seth Kotkin; * 1956), US amerikanischer Illusionist David Copperfield bezeichnet: David Copperfield (Roman), ein Roman aus dem Jahr 1849 von Charles Dickens David Copperfield… …   Deutsch Wikipedia

  • David Copperfield (Magier) — David Copperfield (2008) David Copperfield (* 16. September 1956 in Metuchen, New Jersey als David Seth Kotkin) ist ein US amerikanischer Illusionist. Seit den 1970er Jahren ist er durch zahlreiche TV Auftritte bekannt geworden. Er gibt jedes… …   Deutsch Wikipedia

  • David Copperfield (film) — David Copperfield (téléfilm) David Copperfield est un téléfilm britannique réalisé par Simon Curtis en 1999, adapté du roman du même nom de Charles Dickens. Histoire Angleterre, XIXe siècle. David Copperfield est venu au monde après la mort… …   Wikipédia en Français

  • David Copperfield (1969 film) — David Copperfield Directed by Delbert Mann Produced by Frederick H. Brogger …   Wikipedia

  • David Copperfield —    Drame de George Cukor, avec Freddie Bartholomew (David enfant), Frank Lawton (David adulte), Basil Rathbone (Murdstone), W. C. Fields (Micawber), Lionel Barrymore (Dan), Jessie Ralph (Peggotty), Edna May Oliver (Betsey), Lewis Stone… …   Dictionnaire mondial des Films

  • David Copperfield —   [ deɪvɪd kɔpəfiːld], englisch »The personal history, adventures, experience, and observation of David Copperfield the younger«, Roman von C. Dickens, englisch 1850 …   Universal-Lexikon

  • David Copperfield (film, 1935) — Pour les articles homonymes, voir David Copperfield. David Copperfield Données clés Réalisation George Cukor Scénario Hugh Walpole Howard Estabrook Acteurs principaux …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.