Dorenavant


Dorenavant

Dorénavant

Dorénavant (1986-1989) revue d'avant-garde en bande dessinée créée par Balthazar Kaplan et Barthélémy Schwartz, ce dernier rejoint plus tard par Stéphane Goarnisson, Romuald Hibert et Yves Dymen, qui connaîtra huit numéros jusqu'en 1989 (plus deux numéros d'une feuille complémentaire intitulée Désormais l'inaugurale. "Nous nous présentons comme critiques ET auteurs de bande dessinée ; par "critiques", nous entendons faire la critique de la critique et créer une autre critique (…), par "auteurs", nous entendons rechercher un nouveau langage en bande dessinée", annonçaient ses animateurs dès 1985 dans une Lettre aux critiques envoyée à la profession.

Le plus radical des supports de "l'Ultracritique", selon Jean-Christophe Menu (l'Éprouvette n°2, janvier 2006), semble né dans le sillage de la revue Controverse de Bruno Lecigne, Kaplan et Schwartz figurant aussi au sommaire de ses “Lettres ouvertes”, et entretenant avec lui des polémiques à rebondissements qui en leur temps firent ricaner et agacèrent au dernier cran la critique établie (y compris Thierry Groensteen dans Les Cahiers de la bande dessinée, qui d’ailleurs réagit en “s’élevant contre cette tendance à l’Ultracritique”).

Dans Controverse n°3, Barthélémy Schwartz publie “De la misère[1], qui demeure l’un des textes les plus radicaux consacrés à la bande dessinée, et dont certains aspects peuvent nous paraître prophétiques. A bien des égards, il est en avance sur son temps et semble entrevoir ce que pourrait devenir la bande dessinée, et ce qu’elle va effectivement commencer à devenir à partir des années 1990.

Dorénavant, et plus précisément Barthélémy Schwartz, le plus théoricien, a forgé en 1986-1987 quelques concepts critiques radicaux qui sont toujours valides comme “l’idéologie bédé” (souvent citée comme telle par l'Association, et qui est au microcosme ce que l’idéologie ordinaire est à la gent politique) ou le “storyboard” (qui chez Schwartz définit péjorativement l’ensemble des BD qui se contentent d’une narration adadémique dont le seul intérêt pourrait être de servir de base à une adaptation cinématographique : “un storyboard séparé du cinéma, parlant le langage du cinéma”). “Beaucoup ont raconté, peu se sont exprimés” résume Schwartz pour qui la bande dessinée se situe “à l’exact point de rencontre d’une part, de la mise en rapport d’images séparées juxtaposées, quels que soient les moyens techniques employés, et d’autre part, de la mise en relation du texte et de l’image, c’est-à-dire à leur nœud de tension ”, une définition qui lui permet d’admettre comme bandes dessinées des peintures de Magritte, Klee ou Michaux ; ainsi que le roman-photo.

Dans le dernier numéro de Dorénavant, le 7-8 de janvier 1989, Barthélémy Schwartz, également auteur, se sera entouré de nouveaux collaborateurs, notamment de Stéphane Goarnisson, dont on peut se souvenir de la “bande dessinée sans dé" [2] (c’est-à-dire sans dessin) qui doit figurer parmi les “plagiaires par anticipation” de l’OuBaPo.

Au début des années 1990, Schwartz prendra ses distances avec le monde de la bande dessinée, et créera avec Stéphane Goarnisson et Romuald Hibert, le collectif Ab irato (tendance "art & subversion"), qui publiera la Comète d'Ab irato (1992-1996), une revue poétique et politique qui continuera parfois de tisser des liens entre Poésie et bande dessinée, avant de transformer Ab irato en maison d'éditions, puis de contribuer, avec d'autres, à la création en 1997 de la revue de critique sociale Oiseau-tempête.

"Qu'est-ce qu'a été Dorénavant ? écrit Jean-Philippe Martin, Une revue théorico-terroriste sur la bande dessinée ? Un phalanstère artistique d'avant-garde ? Des néo-situs ? Des tenants de l'ultra-gauche ? Tout aura été dit de concernant Dorénavant, tout et peut-être n'importe quoi comme cette dénégation du groupe semble l'attester : "Nous n'aurons été ni dadaïste, ni surréalistes, ni situationnistes, ni undergrounds." Son irruption météorique dans le milieu conformiste et réactionnaire de la bédé a valu à Dorénavant d'être frappé d'un ostracisme attendu. Ainsi, après la disparition de la revue en 1989, on constatera une complète absence de mentions concernant ses théories dans la totalité des ouvrages parus depuis cette époque. Y compris dans les dictionnaires ou encyclopédies qui se targuent pourtant d'exhaustivité. La principale raison de cette amnésie réside sans doute dans l'illégitimité de Dorénavant à se revendiquer critiques et auteurs de bandes dessinées : le côté artisanal de la revue, la quantité négligeable de numéros, la radicalité des positons prises par des gens qui ne pouvaient pas se prévaloir d'une somme de publications savantes irrécusable ou d'œuvres référentielles, ont maintenu Dorénavant dans le champ de la marginalité que l'Histoire officielle a résolu de traiter comme telle. [3]"

Les premiers textes polémiques du Lynx ou de Globof, animés en 1986-1987 par Jean-Christophe Menu, sont contemporains de Dorénavant et lui doivent beaucoup. En janvier 1990, Labo (un numéro unique chez Futuropolis) se sera voulu, déjà, un espace dévoué à la bande dessinée où création et critique allaient pouvoir se juxtaposer (Barthélémy Schwartz y publiera “Une période de nuit, l’idéologie bédé”, qui synthétisera les prises de position de Dorénavant). Puis, plus tard en 1990, ce sera la création de L'Association et la décision collective de ses membres-fondateurs de suspendre la donnée critique pour se concentrer sur l’action éditoriale naissante. Même si Lapin et Le Rab (publiés par l’Association) demeureront des espaces de prises de positions critiques sporadiques, il n’y aura pas d’autres exemples de cette tendance à l'Ultracritique entre 1990 et 2005. Plates-Bandes de Jean-Christophe Menu, puis l'Éprouvette (2006-2007) rallumeront, d’une certaine manière, cette flamme et viendront se situer dans la descendance directe de labo, et donc indirectement de Dorénavant, Controverse et STP.

(sources : l'Éprouvette n°1, janvier 2006, et n°2, juin 2006, l'Association).

Notes

  1. Ce texte a été repris dans l'Éprouvette n°2, dans son dossier consacré à Dorénavant.
  2. reprise dans l'Éprouvette n°2.
  3. L'Éprouvette n°2, dossier consacré à Dorénavant.

Références

  • L'Éprouvette n°2 (juin 2006) a publié un dossier, "Dorénavant / Dorénaprès" consacré à l'expérience Dorénavant, en reprenant plusieurs textes-manifestes publiés dans la revue (dont "De la misère", "soixante-treize notes sur la bande dessinée" et "Ces poètes seront"), ainsi qu'un entretien de Jean-Christophe Menu avec Barthélémy Schwartz, précédé d'une présentation de Jean-Philippe Martin, Du passage de Dorénavant à travers une assez courte unité de temps). * Jean-Christophe Menu, "Avant-garde et ultracritique", L'Éprouvette n°1 (l'Association), janvier 2006.
  • Barthélémy Schwartz, "Une période de nuit : l'idéologie bédé", labo, Futuropolis, 1990.
  • Barthélémy Schwartz, Lire Soixante-treize notes sur la bande dessinée. L'Éprouvette n°2 (l'Association), juin 2006.
  • Thierry Groensteen, "Bande dessinée, récit et modernité", colloque de Cerisy, 1987 ; actes publiés par Futuropolis, 1988.
  • Portail de la bande dessinée Portail de la bande dessinée
Ce document provient de « Dor%C3%A9navant ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Dorenavant de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • dorénavant — [ dɔrenavɑ̃ ] adv. • d or en avant XIIe; de l a. fr. ore, or « maintenant », en et avant ♦ À partir du moment présent, à l avenir. ⇒ désormais. « J ai décidé de rire dorénavant le moins possible » (Montherlant). Dorénavant, tâchez d être à l… …   Encyclopédie Universelle

  • Dorénavant — (1986 1989) revue d avant garde en bande dessinée créée par Balthazar Kaplan et Barthélémy Schwartz, ce dernier rejoint plus tard par Stéphane Goarnisson, Romuald Hibert et Yves Dymen, qui connaîtra huit numéros jusqu en 1989 (plus deux numéros d …   Wikipédia en Français

  • dorénavant — DORÉNAVANT. adv. de temps, par contraction de D ores en avant, c est à dire, De ce moment en avant, désormais, à l avenir. Il veut que dorénavant il y ait plus d ordre dans sa maison. Je suis résolu de vivre dorénavant …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Dorénavant — Dorenavant Ca Va Etre Comme Avant (now it s gona be just like before) Studio album by Baaziz Length …   Wikipedia

  • dorénavant — (do ré na van) adv. de temps. À partir de ce moment, à l avenir. Nous nous sommes levés ce mois ci à six heures du matin ; dorénavant nous nous lèverons à cinq. •   Cessez, dorénavant, pensers irrésolus, D épargner des enfants que je ne verrai… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DORÉNAVANT — adv. de temps Désormais, à l avenir. Il veut que dorénavant il y ait plus d ordre dans sa maison. Je serai dorénavant plus circonspect. Soyez plus exact dorénavant. Je suis résolu de vivre dorénavant dans la retraite …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • DORÉNAVANT — adv. de temps à l’avenir, à partir du moment actuel. Il veut que dorénavant il y ait plus d’ordre dans sa maison. Je serai dorénavant plus circonspect. Je suis résolu de vivre dorénavant dans la retraite …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • dorénavant — adv. => Maintenant …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Armée romaine des origines à la fin de la République — Une reconstitution moderne d hoplites grecs en formation de phalange, proche de l armée étrusco romaine et de celle de la République primitive …   Wikipédia en Français

  • GNOME — Pour les articles homonymes, voir Gnome (homonymie). GNOME …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.