Doug Collins


Doug Collins
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Collins.
Doug Collins Portail du basket-ball
Doug Collins
Fiche d’identité
Nom complet Paul Douglas Collins
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance 28 juillet 1951 (1951-07-28) (60 ans)
à Christopher
Taille 1,98 m (6 6)
Situation en club
Poste arrière
Carrière universitaire ou amateur
1969-1973 Illinois State University
Draft NBA
Année 1973
Position 1er
Franchise Philadelphia 76ers
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1973-1974
1974-1975
1975-1976
1976-1977
1977-1978
1978-1979
1979-1980
1980-1981
Philadelphia 76ers
Philadelphia 76ers
Philadelphia 76ers
Philadelphia 76ers
Philadelphia 76ers
Philadelphia 76ers
Philadelphia 76ers
Philadelphia 76ers
8,0
17,9
20,8
18,3
19,7
19,5
13,8
12,3
Sélection en équipe nationale **
1972 Drapeau : États-Unis États-Unis
Carrière d’entraîneur
1986-1989
1995-1998
2001-2003
Dep. 2010
Chicago Bulls (assisté par Phil Jackson.)
Detroit Pistons
Washington Wizards
Philadelphia 76ers

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Paul Douglas Collins (né le 28 juillet 1951 à Christopher, Illinois), plus connu sous le nom de Doug Collins, est un ancien joueur américain professionnel de basket-ball et commentateur qui a également été l'entraîneur de nombreuses équipes NBA.

Collins connut une belle carrière au lycée à Benton, Illinois, lui permettant d'intégrer l'Université d'État de l'Illinois, en 1969.

Collins est choisi pour représenter les États-Unis lors des Jeux olympiques d'été de 1972 à Munich. Alors qu'on se souvient surtout de l'assassinat d'athlètes israéliens, ces jeux connaissent aussi l'une des plus grosses controverse de l'histoire des jeux. L'URSS bat les États-Unis en finale, rencontre où Collins a un rôle prépondérant. Les États-Unis sont alors invaincus dans l'histoire des Jeux olympiques. Collins réussit deux lancer-francs. Le temps de jeu apparemment écoulé, les États-Unis mènent 50-49 et semblent avoir acquis la médaille d'or. Les Soviétiques réclament alors un temps mort qu'ils auraient déposé entre les deux lancers de Collins mais que les arbitres n'auraient pas validé. Sous l'action du président de la FIBA William Jones, les Soviétiques obtiennent finalement celui-ci et trois secondes de jeu. Ils remettent en jeu mais ne parviennent pas à inscrire de panier, offrant ainsi le titre aux Américains. Mais l'horloge n'ayant pas été correctement réglée avant cette remise en jeu, les arbitres décident de faire rejouer ces trois secondes à jouer, offrant une chance supplémentaire aux Soviétiques, qu'ils utilisent pour inscrire un lay-up face à une défense américaine totalement immobile[1],[2]. Cela coûte sa première défaite aux États-Unis lors des Jeux olympiques sur le score de 51-50.

Après cette rencontre controversée, Collins est sélectionné par les Denver Nuggets, alors en American Basketball Association (ABA). Lors d'une draft supplémentaire en 1973, il est également choisi par les New York Nets. Bien qu'il soit choisi par des équipes ABA, il ne joue jamais dans cette ligue, effectuant ces débuts aux Philadelphia 76ers lors de la saison 1973-1974 qui le choisissent en première position lors de la draft NBA 1973. Il joue seulement 25 rencontres lors de sa première saison chez les 76ers, inscrivant 8 points par match.

Ses statistiques s'améliorent au fil des saisons, inscrivant presque 18 points et distribuant 2,6 passes décisives et captant 4 rebonds par match en 81 rencontres lors de la saison 1974-1975, passant à 20,8 points et près de 4 rebonds par match la saison suivante.

Il garde cette moyenne d'environ 19 points et 4 rebonds par match lors des trois saisons suivantes, alors que les 76ers atteignent les Finales NBA lors de la saison 1976-1977. Bien que l'équipe compte Julius Erving dans ses rangs, les Sixers ne parviennent pas à battre les Portland Trail Blazers de Bill Walton lors de ces finales, perdant quatre rencontres à deux.

Lors de la saison 1978-1979, Collins subit une grave blessure, le limitant à seulement 47 matches cette année-là, et l'obligeant également à mettre un terme à sa carrière. La saison 1980-1981 est sa dernière saison., Il joue 12 matches avant d'annoncer qu'il prend sa retraite.

Collins inscrit un total de 7 427 points en 415 rencontres NBA, pour une moyenne de 17,9 points par match, captant 1 339 rebonds pour une moyenne de 3,2 par match et compilant 1 368 passes décisives, avec une moyenne de 3,3 passes par match. Alors que le tir à trois-points vient d'être introduit dans le basket-ball quand Collins se retire, il en tente seulement un dans sa carrière NBA, le manquant.

Collins fait on retour dans la grande ligue, en tant qu'entraîneur des Chicago Bulls au milieu des années 1980, Michael Jordan débutant sous ses ordres. Les Bulls font des apparitions en playoffs sous ses ordres, mais ils sont incapables de remporter un championnat. Collins est alors remplacé par son assistant Phil Jackson.

Collins est nommé entraîneur des Detroit Pistons en 1995, où il exerce jusqu'en 1997, année où il est licencié à la fin de la saison et remplacé par Alvin Gentry. Collins devient ensuite commentateur à la télévision, travaillant de nombreuses années pour différentes chaînes, comme NBC et TNT. Il travaille comme commentateur environ cinq années, avant d'être engagé à nouveau comme entraîneur, par les Washington Wizards, au début de la saison 2001-2002. Après que les Wizards eurent licencié Collins à l'issue de la saison 2002-2003, il réintégre les rangs de TNT.

En huit saisons en tant qu'entraîneur NBA, Collins compile un bilan de 332 victoires - 287 défaites (53,6% de victoires) et un bilan de 15 victoires - 23 défaites en playoffs (39,5%).

Doug et sa femme Kathy ont deux enfants. Leur fils Chris, est un ancien joueur de basket-ball professionnel, est maintenant entraîneur assistant de l'Université Duke et leur fille Kelly est enseignante en Pennsylvanie.

Le 21 mai 2010, il devient le nouvel entraineur des Philadelphia 76ers, avec un contrat de quatre ans.

Il a un terrain de basket-ball à son nom à l'Université d'État d'Illinois.

Lien externe

Notes et références

  1. Robert Parienté et Guy Lagorce, La fabuleuse histoire des Jeux olympiques, ODIL, 1973 (ISBN 2830705831) 
  2. (en)Frank Saraceno, « Classic 1972 USA vs. USSR Basketball game » sur espn.go.com, 6 août 2004. Consulté le 25 novembre 2010

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Doug Collins de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Doug Collins — Saltar a navegación, búsqueda Doug Collins Datos personales Paul Douglas Collins Doug Nacimiento Christopher, (Illinois) …   Wikipedia Español

  • Doug Collins — For the Canadian journalist, see Doug Collins (journalist). For the English footballer, see Doug Collins (footballer). Doug Collins Collins as head coach of the 76ers in November 2010. No. 20 …   Wikipedia

  • Doug Collins (journalist) — Doug Collins (September 8, 1920 – September 29, 2001) was a British born Canadian journalist, known for his editorials in a small community paper in British Columbia, Canada. He was also a figure of Canada s far right and a Holocaust denier[1].… …   Wikipedia

  • Doug Collins (footballer) — Doug Collins Personal information Full name John Douglas Collins Date of birth August 28, 1945 ( …   Wikipedia

  • Doug Christie (lawyer) — Doug Christie Leader of the Western Block Party Incumbent Assumed office November 20, 2005 Preceded by First Leader Personal details Born …   Wikipedia

  • Collins (surname) — The surname Collins has a variety of likely origins in Britain and Ireland: Anglo Saxon: A patronymic surname based on the name Colin, an English diminutive form of Nicholas. In England, Collins usually signified son of Colin. Irish: cuilein =… …   Wikipedia

  • Doug Moe — For the American journalist, see Doug Moe (writer). Douglas Edwin Moe (born September 21, 1938 in Brooklyn, New York) is an American professional basketball coach. He is most closely associated with the Denver Nuggets franchise. Moe was a star… …   Wikipedia

  • Collins — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sommaire 1 Patronyme 2 Toponyme 3 …   Wikipédia en Français

  • Doug Flutie — Doug in Hollis, New Hampshire taking a break from his Flutie Brothers Band where he is the drummer. No. 2, 7, 20, 22      Quarterback …   Wikipedia

  • Doug Hawkins — Personal information Birth 5 May 1960 (1960 05 05) (age 51) Recruited from Braybrook Football Club Height and weight 180 cm / 79 kg Playing career¹ Debut …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.