Dziga Vertov


Dziga Vertov

Dziga Vertov

Accéder aux informations sur cette image nommée Dziga Vertov.jpg.
Naissance 2 janvier 1896
Białystok
Nationalité Soviétique
Décès 12 février 1954
Moscou, RSFS de Russie
Flag of the Soviet Union.svg Union soviétique
Profession Réalisateur
Films notables Kino-Glaz,
L'Homme à la Caméra,
Trois chants sur Lénine,
La Symphonie du Donbass. Enthousiasme

Dziga Vertov (Białystok, 2 janvier 1896Moscou, 12 février 1954), de son vrai nom Denis (Abramovitch) Arkadiévitch Kaufman, est un cinéaste soviétique d'avant-garde qui, s'opposant à un cinéma dramatique et littéraire (une histoire, des acteurs, des décors), privilégia le montage-mouvement du réel.

Sommaire

Biographie

Fils de libraires russes, il écrit ses premiers poèmes au lycée, suit des cours de musique au conservatoire et très tôt (1915-1916), se revendique du futurisme. Ce dernier lui inspire la prise du pseudonyme de Dziga Vertov (qui signifie en ukrainien « Toupie qui tourne »), pseudonyme qu'il adopte officiellement[1]. Il étudie la médecine à Saint-Pétersbourg et s'adonne à des expériences de musique bruitistes (le Laboratoire de l'ouïe).

Ses deux frères Mikhaïl Kaufman et Boris Kaufman (en tant que directeur de la photographie) ont également travaillé dans le cinéma.

En 1918, il rejoint la Révolution. Il devient rédacteur et monteur du premier journal filmé d'actualité soviétique. Jusqu'en juin 1919 il réalisera une quarantaine de films d'actualité. Fin 1919 il est correspondant de guerre et ramène des images pour La Bataille de Tsaritsyne. Début 1920 il part avec le train Révolution d'Octobre sur le front du Sud-Ouest et à chaque arrêt projette son film L'anniversaire de la Révolution (montage de ses films d'actualité) ; en même temps il filme le voyage. Il réalisera des documentaires sur divers sujets (procès, guerre civile, voyages).

En 1922, il sort différents numéros de Ciné-Vérité (Kino-pravda) magazine filmé composé de différents reportages, dont il tire une philosophie du cinéma. Avec sa femme (Elisabeth Svilova) et son frère (Mikhaïl Kaufman) ils forment le Conseil des Trois. À la fin de l'année, le Conseil des Trois lance, à destination des cinéastes soviétiques, un Appel au commencement qui sera publié dans LEF, la revue de Vladimir Maïakovski. Vertov rédige son manifeste théorique Kinoki.

De 1923 à 1925, Vertov publie une cinquantaine de numéros de Goskino-Kalandar, magazine filmé.

Au printemps 1923, le Conseil des Trois devient le groupe des Kinoki (les Ciné-Yeux).

En 1924, il finalise le premier film d'animation soviétique (La Carte politique de l'Europe en dessins animés), débuté en 1922, suivi d'un autre, Les Jouets soviétiques.

Vertov écrit de nombreux articles (le Ciné-œil, du Ciné-œil au radio-œil, etc.)

Son frère, Mikhaïl Kaufman, réalise Moscou, film, détruit pendant la guerre, montrant Moscou durant une journée, filmée d'un matin au soir.

En 1929, sort L'Homme à la Caméra un film présenté par l'auteur lui même comme un film expérimental sans aucun scénario, voila exactement ce qu'il dit dans sa traduction anglaise :

"attention viewers" "this film is an experiment in cinematic communication of real events without the help of theatre . This experimental work aims at creating a truly international language of cinema based on its absolute separation from the language of theatre and literature."

Les films de Vertov et ses théories du Ciné-œil commencent à avoir de l'influence sur les cinéastes d'avant-garde européens (Richter, Jean Lods, Jean Vigo - avec qui travaille son frère : Boris Kaufman, etc.).

L'Homme à la Caméra, film muet sans intertitres, est un travail de montage, de mouvement et de rythme, où différents effets (ralentis, accélérés, surimpression, découpage de l'écran...) apparaissent. Le film reprend le principe, en l'intégrant à un propos plus large (le ciné-œil contre le ciné-drame), de filmer une grande ville d'un matin au soir. C'est le dernier film que Vertov réalise avec son frère (Mikhaïl), en raison des dissensions nées au sujet du travail sur le film. Le film est projeté à Paris, au Studio 28, en juillet 1929. En 2000 The Cinematic Orchestra compose une bande son pour ce film.

En 1930 sort Enthousiasme (ou la symphonie du Donbass), documentaire sonore, réalisé, monté et scénarisé par Vertov, l'un des tout premiers longs métrages soviétiques à utiliser le son.

L'Homme à la Caméra / Человек с киноаппаратом (1929) et La symphonie du Donbass. Enthousiasme / Симфония Донбаса (1931) ont été tournés en Ukraine, respectivement à Odessa et dans le Donbass, ce qui incitera certains historiens du cinéma à citer le nom de Dziga Vertov dans leur histoire du cinéma ukrainien[2].

L'étau stalinien se resserre, tout est sous contrôle, les artistes de l'avant-garde sont de plus en plus mal perçus. La norme artistique devient le réalisme socialiste. Maïakovski se suicide.

En 1931, Dziga Vertov et sa femme voyagent un peu partout en Europe et présentent L'Homme à la Caméra et Enthousiasme (ou la symphonie du Donbass). L'accueil est fervent (Chaplin est admiratif devant le travail de sonorisation effectué sur Enthousiasme).

En 1934, il réalise Trois chants sur Lénine, film tourné à travers toute l'Union soviétique (jusqu'en Asie centrale). Cette célébration des 10 ans de la mort de Lénine est montée à partir de témoignages populaires et d'images d'archives.

Vertov continue de tourner, principalement des actualités au service du régime.

Dziga Vertov meurt le 12 février 1954, à Moscou, d'un cancer de la gorge.

Sa vision du cinéma

Selon Vertov, le "ciné-drame" (fiction) est l'opium du peuple. Il est donc contre le scénario, les décors, la mise en scène, les acteurs, les studios et le documentaire de paysage. Vertov utilise tout de même une préparation en vue de la réalisation de son film.

Il considère cependant que la caméra est un perfectionnement de l'oeil humain, qui lui, est imparfait. Il faut donc utiliser la caméra pour la lutte des classes. Et donc se servir du "cinéma-Œil" afin de pouvoir "prendre la vie sur le vif".

Filmographie

Bibliographie

  • Frédérique Devaux, L'Homme à la caméra de Dziga Vertov, Bruxelles : Yellow Now, 1990
  • Georges Sadoul, Dziga Vertov, préface de Jean Rouch, Paris : Champ libre, 1971
  • Dziga Vertov, Articles, journaux, projets, traduction et notes par Sylviane Mossé et Andrée Robel, Paris : Union générale d'éditions, 1972
  • Kino-Eye : The Writings of Dziga Vertov, by Dziga Vertov. Michelson, Annette, editor; translated by Kevin O'Brien, Paperback, University of California Press, 1995

Liens externes

Références

  1. (fr) Atlas du cinéma, André Z. Labarrère, coll. Encyclopédies d'aujourd'hui, Le livre de poche, Paris, 2002, (ISBN 2-253-13015-X)
  2. (fr), (uk) Histoire du cinéma ukrainien (1896 - 1995), Lubomir Hosejko, Éditions à Dié, Dié, 2001, (ISBN 9782908730678), traduit en ukrainien en 2005 : Istoria Oukraïnskovo Kinemotografa, Kino-Kolo, Kiev, 2005, (ISBN 966-8864-00-X)

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Dziga Vertov de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Dziga Vertov — David Arkadevich Kaufman (Russian: Давид Абелевич Кауфман) (2 January 1896 – 12 February 1954), better known by his pseudonym Dziga Vertov (Russian: Дзига Вертов), was a Soviet pioneer documentary film, newsreel director and cinema theorist. His… …   Wikipedia

  • Dziga Vértov — Saltar a navegación, búsqueda Dziga Vértov Dziga Vertov Nombre real Denis Abramovich Kaufman Nacimiento 2 de enero de …   Wikipedia Español

  • Dziga Vertov — (en ruso, Дзига Вертов) es el seudónimo de Denis Abramovich Kaufman (Bialystok, actual Polonia, 2 de enero de 1896 Moscú, 12 de febrero de 1954), director de cine vanguardista soviético, autor de obras experimentales, com …   Enciclopedia Universal

  • Dziga Vertov — Dsiga Wertow Dsiga Wertow (russisch Дзига Вертов, eigentlich Denis Arkadjewitsch Kaufman/Денис Аркадьевич Кауфман, wiss. Transliteration Dziga Vertov, eigentlich Denis Arkad evič Kaufman; * 3. Januarjul./ …   Deutsch Wikipedia

  • Dziga Vertov Group — The Dziga Vertov Group ( fr. Groupe Dziga Vertov) was formed in 1968 by politically active filmmakers including Jean Luc Godard and Jean Pierre Gorin. Their films are defined primarily for Brechtian forms, Marxist ideology, and a lack of personal …   Wikipedia

  • Dziga Wertow — Dsiga Wertow Dsiga Wertow (russisch Дзига Вертов, eigentlich Denis Arkadjewitsch Kaufman/Денис Аркадьевич Кауфман, wiss. Transliteration Dziga Vertov, eigentlich Denis Arkad evič Kaufman; * 3. Januarjul./ …   Deutsch Wikipedia

  • VERTOV (D.) — VERTOV DENIS ARKADIEVITCH KAUFMAN dit DZIGA (1895 1954) Né à Bialystok, Denis Kaufman étudie d’abord la musique et la psychoneurologie. Très marqué par le futurisme de Maïakovski, il prend le pseudonyme de Dziga («toupie» en ukrainien) Vertov… …   Encyclopédie Universelle

  • VERTOV, DZIGA — (originally Denis Kaufman; 1897–1954), Russian pioneer in newsreel documentary movie director and founder of the cine eye, cine ear theory. He edited (early 1920s) the newsreel kino pravda from film taken by cameramen he dispatched throughout the …   Encyclopedia of Judaism

  • Vertov — (izg. vèrtov), Dziga (1896 1954) DEFINICIJA sovjetski filmski redatelj, njegova »kino oko« teorija utjecala je na razvoj dokumentarnih filmova i filmskog realizma 1920 ih …   Hrvatski jezični portal

  • Vertov — Vertov, Dziga …   Enciclopedia Universal


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.