Economie d'Israel


Economie d'Israel

Économie d'Israël

L'économie israélienne est un système capitaliste moderne d'un pays jeune et se caractérise par un secteur public relativement important et un secteur de la high-tech en croissance rapide. Les entreprises israéliennes, principalement dans ce domaine, sont très appréciées sur les marchés financiers mondiaux. Israël est le second pays en nombre de sociétés cotées au NASDAQ.

En 2006, des milliardaires et des magnats américains dont Bill Gates, Warren Buffett et Donald Trump ont chacun loué l'environnement économique israélien[1].

Sommaire

Quelques chiffres

  • PNB ppa (à parité de pouvoir d'achat) : 177 milliards de dollars selon la banque mondiale (2005). Le pays est au 47e rang mondial.
  • PNB par habitant ppa : 31 767 dollars (estimation 2007 du FMI). Le pays est au 18e rang mondial.[2]
  • Augmentation réelle du PNB par année : 5,3% (2005), 5,2% (2006), 5,3% (2007), 4,2% (2008 - prévision de la banque centrale d'Israël).

Son taux de chômage est de 6,5 % de la population active pour le 1er trimestre 2008. Le taux d'activité des 15-65 ans, structurellement bas pour des raisons culturelles et démographiques, atteint 56,8% en 2007, contre 53,2% en 2003 (pour rappel la moyenne des pays de l'OCDE est d'environ 65%, 60% en France). Après une violente récession durant les années 2001-2002, le pays connaît une forte croissance économique qui a atteint 4,8% du PIB en 2004, 5,3% en 2005, et 5,2% selon le Bureau central des statistiques d'Israël pour 2006, malgré la guerre au Liban. Sur la première moitié de 2007, la croissance atteint 6,6% en rythme annuel - au-dessus des prévisions de la Banque d'Israël[3].

Histoire économique du pays

Premières décennies

Créé en 1948, les principales sources de croissance d'Israël relèvent du talent de ses ressources humaines qui ont permis en grande partie des taux de croissance à deux chiffres pendant les deux premières décennies d'existence du pays. Les années qui suivirent la guerre de Kippour en 1973 ont fait perdre dix années de croissance au pays et entraîné une inflation à 3 chiffres. À partir de 1985, un plan de stabilisation économique et des réformes dans le sens d'une économie de marché ont ranimé le dynamisme économique et permis une nouvelle croissance rapide dans les années 1990.

Années 1990

Les vagues d'immigration massive des années 1990, avec l'Aliyah de plus d'un million de Juifs hautement qualifiés originaires de l'ancien Bloc de l'Est, a donné une nouvelle accélération à l'économie israélienne grâce à leur force de travail et leur impact sur une augmentation de la consommation.

Le processus de paix israélo-palestinien, lancé par la conférence de Madrid de 1991 et qui a conduit aux accords d'Oslo en 1993 et au traité de paix israélo-jordanien en 1994, a grandement profité à l'économie israélienne en mettant un terme à l'isolement économique du pays et en favorisant une intégration régionale et une ouverture des relations économiques avec ses voisins. Cela a également marqué le début d'une augmentation des exportations israéliennes vers l'Asie de l'Est et des investissements étrangers en Israël.

En 1998, Tel Aviv est cité par le magazine Newsweek comme l'une des 10 villes du monde les plus influentes technologiquement parlant[4].

Années 2000

Les années 2000 sont doublement marquées par la récession des années 2001-2002 et la forte reprise due aux réformes libérales drastiques conduites par le ministre des Finances Benjamin Netanyahou.

Suite à l'effondrement de la bulle high tech et au début de la nouvelle Intifada, l'économie israélienne connaît à partir de 2001, une violente récession se traduisant par un recul du PIB de 0,3% en 2001 et de 1,2% en 2002 (en PIB par habitant, le recul cumulé sur les deux ans atteint 6%). Le chômage explose et s'approche fin 2003 des 11%.

À partir de 2003, Benjamin Netanyahou, ministre des Finances du second gouvernement d'Ariel Sharon, entreprend une politique de réformes profondes, comprenant une baisse massive des impôts, une refonte du système des retraites et de l'assurance maladie, et surtout des coupes brutales dans le budget et en particulier dans les allocations - l'idée étant de forcer les gens à travailler.

Ce plan est un succès sur le plan macroéconomique mais, à court terme, il plonge de nombreuses familles (en particulier arabes et ultra-orthodoxes) dans la pauvreté. La croissance redémarre à partir d'août 2003 et atteint 1,8% sur l'ensemble de l'année, puis 4,8% en 2004, 5,2% en 2005, et 5,1% en 2006. Le chômage tombe à 7,7% fin 2006, et le taux d'activité, structurellement bas en Israël, augmente de 53% a 55,8% fin 2006. Le taux de dépenses publiques, qui représentait 77% du PIB en 1985, et 55% en 2002, est tombé à 49% en 2006 malgré les dépenses dues à la guerre au Liban. De même, la dette publique, qui culminait à 110% du PIB en 2002 est redescendue à 85% en 2007, et suite aux excédents budgétaires de cette même année, devrait tomber à 77% début 2008.

Parallèlement la Bourse israélienne retrouve dès fin 2004 ses records de l'an 2000 et les dépasse de plus de 40% début 2006. De 2003 à 2006, les indices de la Bourse de Tel Aviv ont été multipliés par un facteur 3. En février 2007, les indices de la bourse de Tel Aviv atteignent les 1000 points, contre 100 en 1992.

2006 est aussi l'année des records d'investissements étrangers avec un total de plus de 23 milliards de dollars - dont 4 milliards pour le rachat de ISCAR Metalworking par Warren Buffett, le deuxième homme le plus riche du monde ; et pour la première fois de son histoire, Israël connaît un excédent commercial qui atteint 2,2 milliards de dollars, et devrait monter à 5,3 milliards en 2007.

Structure de l'économie

Matières premières

L'État d'Israël est relativement pauvre en ressources naturelles. La petitesse de son territoire en est sans doute la cause. Ainsi, l'État hébreu importe une bonne part de sa consommation énergétique (100% de sa consommation pétrolière par exemple) et alimentaire. Le pays importe également de grandes quantités de diamants bruts (d'Afrique du Sud notamment) et d'autres produits industriels. Le pays commerce principalement avec l'UE et les États-Unis. Mais l'Asie prend de plus en plus de poids dans la balance commerciale israélienne.

Primaire

Voir Catégorie:Communauté agricole en Israël

2.8% du PIB du pays provient de l'activité agricole. Israël importe d'importantes quantités de céréales mais est totalement suffisant pour les autres produits agricoles. De nombreuses variétés d'agrumes (notamment oranges, pamplemousses et citrons) sont développés par les producteurs israéliens et constituent le principal produit exporté (dont les oranges de Jaffa par exemple).

Secondaire

Les principaux secteurs de l'industrie israélienne sont :

  • la métallurgie,
  • les équipements électroniques et bio-médicaux,
  • les produits alimentaires,
  • les produits chimiques,
  • les équipements de transport,
  • l'industrie israélienne du diamant est l'un des plus importants centres du monde dans la taille de diamants,
  • les équipements militaires électroniques (Israël est un exportateur important d'équipements militaires avec une part de 10% du marché mondial).

Tertiaire

  • Le secteur des services est également bien représenté.
  • Ce pays est une importante destination touristique.
  • Israël est notamment un pays leader dans le développement de logiciels. Il possède 4 000 start-up, soit une pour 2 000 habitants. Il compte la plus grande concentration d'ingénieurs au monde : 140 pour 10 000 travailleurs, comparés à 88 au Japon, 85 aux États-Unis et 60 pour l'Allemagne.

Partenaires économiques

En 1997, les États-Unis sont le premier partenaire économique du pays avec un total de 12,6 milliards de dollars échangés pour l'année 1997: les Américains y exportent des ordinateurs, des circuits intégrés, des avions et des équipements militaires, du blé et des automobiles vers Israël, tandis qu'ils importent des diamants taillés, des bijoux, des circuits intégrés et du matériel de télécommunication en provenance d'Israël. Depuis le 1er septembre 1985, des accords bilatéraux de libre-échange ont progressivement supprimé les taxes douanières entre ces deux pays, pour un grand nombre de marchandises. Israël reçoit des aides substantielles des États-Unis, qui étaient de l'ordre de 1,2 milliard de dollars par an depuis les années 1970 et ont diminué continuellement d'environ 120 millions de dollars par an depuis 1998.

Les exportations israéliennes aux États-Unis en 2006 sont de 19 milliards de dollars, soit 44 % de l'ensemble des exportations. Elles ont augmenté de plus de 800 % depuis 1985 [5].

Des accords d'échange et de coopération existent également avec l'Union européenne et le Canada, et sont recherchés avec la Turquie, la Jordanie et plusieurs pays d'Europe de l'Est.

Jusqu'à la dernière décennie, les échanges avec le monde arabe se limitaient au strict minimum à cause du boycott de la ligue arabe qui refusait non seulement de faire du commerce avec ce pays mais aussi avec toute entreprise commerçant avec Israël ou toute entreprise commerçant avec une entreprise qui commercerait avec Israël (boycott au deuxième et troisième degrés). (Lire à ce sujet, l'article Office de boycottage d'Israël)

Références

  1. AIPAC: Today's Briefing (12 décembre 2006).
  2. IMF increases Israel's per capita GDP to $31,767 | Jerusalem Post
  3. äåãòåú ìòéúåðåú
  4. Tel Aviv Hailed as One of the World's Top Hi-tech Centers. The Israeli Economy Achievements and Potential. Ministry of Finance of Israel (MOF) November 1998.
  5. Les accords de libre-échange entre les États-Unis et divers pays du monde, Département d'États des États-Unis, 2008

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


  • Portail d’Israël Portail d’Israël
  • Portail de l’économie Portail de l’économie
Ce document provient de « %C3%89conomie d%27Isra%C3%ABl ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Economie d'Israel de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Économie d'Israël — Israël Indicateurs économiques Les tours Azrieli (en), symbole du dynamisme économique et financier du pays …   Wikipédia en Français

  • ISRAËL — À quelque point de vue qu’on se place, Israël représente un élément irréductible aux catégories habituelles. Il n’est point d’exemple de pays se constituant ou se reconstituant après deux mille ans d’interruption environ. Il n’est point d’exemple …   Encyclopédie Universelle

  • Économie de l'Israël — Économie d Israël L économie israélienne est un système capitaliste moderne d un pays jeune et se caractérise par un secteur public relativement important et un secteur de la high tech en croissance rapide. Les entreprises israéliennes,… …   Wikipédia en Français

  • Économie israélienne — Économie d Israël L économie israélienne est un système capitaliste moderne d un pays jeune et se caractérise par un secteur public relativement important et un secteur de la high tech en croissance rapide. Les entreprises israéliennes,… …   Wikipédia en Français

  • Israel — Israël Wikipédia …   Wikipédia en Français

  • Israél — Israël Wikipédia …   Wikipédia en Français

  • Israël, la nation startup — Israël, la nation startup, sous titré Les ressorts du miracle économique israélien (en anglais Start up Nation: The Story of Israel s Economic Miracle), est un livre de Dan Senor et Saul Singer sur l économie d Israël. Paru en anglais en 2009 et… …   Wikipédia en Français

  • Israël — Pour les articles homonymes, voir Israël (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • Economie palestinienne — Économie palestinienne Un restaurant palestinien L économie palestinienne est avant tout dépendante de l’évolution du processus de paix au Proche Orient [1] . 80% des échanges extérieurs et du déficit sont réalisés avec Israël. Le déficit… …   Wikipédia en Français

  • ÉCONOMIE MONDIALE - 1993 , une nouvelle année de purgatoire — «L’Europe occidentale n’est plus la zone dominante dans le monde.» Cette remarque du secrétaire d’État américain Warren Christopher, dans une interview publiée en octobre 1993, reflétait une arrière pensée politique c’était quelques semaines… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.