Ecorce


Ecorce

Écorce

L'écorce est le revêtement extérieur du tronc, des branches et des racines des arbres, et plus généralement des plantes ligneuses.

Écorce fossile d'un arbre préhistorique (Lepidodendron)
Écorce d'un arbre
L'écorce peut circonscrire une large blessure, et parfois même la recouvrir
Écorces de chêne-liège (Portugal)
En zone tropicale, plusieurs espèces d'arbre ont des écorces garnies de solides épines (ici Bombax costatum en Gambie)
Nid (probablement de troglodyte) construit entre tronc et écorce d'un arbre dépérissant

Il est souvent possible de reconnaître un arbre par son écorce, dont l'aspect peut cependant fortement varier selon les régions (latitudes, altitudes), son âge, son exposition, et la présence éventuelle de lichens ou d'autres épiphytes.

Sommaire

Définitions

Dans le langage courant ;
on appelle écorce les tissus externes, morts, crevassés, qui parfois s'exfolient par plaques, et que les botanistes appellent « rhytidome ».

En botanique ;

Schéma d'une racine primaire.


L'écorce comprend l'ensemble des tissus dits corticaux produits vers l'extérieur de la tige par le fonctionnement du Phellogène ou assise génératrice suberophellodermique sur le branches, le tronc, mais aussi les racines des arbres. C'est une couche de cellules génératrices, méristème secondaire, qui produit du liège (ou suber ou phellème), vers l'extérieur et du phelloderme, vers l'intérieur qui est l'écorce vivante.Le phelloderme assure la continuité de la protection externe, malgré l'accroissement en diamètre de la tige.
Pour résumer, l'écorce au sens commun du terme est donc constituée par l'épiderme, le parenchyme cortical, et le suber (ou liège).
L'écorce des arbres est souvent riche en toxines (phénols) et principes amers (tanins) ce qui la rend plus protectrice, mais en fait aussi une source de principes médicinaux, que certains animaux ont aussi appris à exploiter (ex : l'aspirine de l'écorce de saules broutée par des animaux).

Blessures de l'écorce

Les blessures qui n'intéressent que l'écorce au sens botanique du terme ne sont pas trop dommageables pour l'arbre (Le chêne-liège est écorcé tous les sept ans).Il n'en est pas de même pour les blessures profondes, celles qui atteignent le bois Dès les premières minutes l'arbre réagit : Il émet des tanins(Polyphénols)ou des résines pour limiter les agressions extérieures, champignons en particulier, les vaisseaux vont être obstrués naturellement (Thyllose). Les cellules peu spécialisées situées près du cambium déchiré vont se dédifférencier puis se diviser pour produire un cal, ce n'est qu'à l'intérieur de ce cal que l'anneau cambial va se reformer, au plus tôt, le dixième jour (Blessure étroite en pleine période d'activité mitotique). Ce néo-cambium produira du bois à l'intérieur et du liber à l'extérieur. Parallèlement un néo-phellogène va s'initier dans les couches moins profondes, ceci protègera la blessure en cours de cicatrisation de la déshydratation.

Utilisation

L'écorce de certaines plantes est exploitée par l'homme à des fins diverses :

  • l'écorce du chêne-liège produit le liège ;
  • l'écorce de la cannelle est utilisée comme épice ;
  • l'écorce déroulée du bouleau à canot (Betula papyrifera) était utilisée par les Indiens du Canada pour confectionner l'enveloppe de leurs canots ; Le Bouleau est aussi utilisé en Europe du nord comme sous-toiture sous les mottes de terre enherbées de maisons traditionnelles à toiture végétale.
  • de l'écorce du quinquina on extrait la quinine et la quinidine ;
  • de l'écorce du saule blanc, on extrait l'aspirine ;
  • l'écorce du tilleul produit par teillage des fibres textiles ;
  • l'écorce du mûrier à papier (Broussonetia papyrifera) a servi à fabriquer du papier de même que celle du lokta (Daphne papyracea) toujours utilisée de manière artisanale au Népal ;
  • les écorces résiduelles des usines de sciages sont utilisées pour produire de l'énergie et des panneaux de bois
  • Le tan, poudre utilisée pour la préparation des cuirs, est fabriqué à partir de l'écorce de chêne

Certains arbres et arbustes sont cultivés en raison de l'aspect décoratif de leur écorce.

En horticulture, on utilise souvent des écorces de pin pour réaliser des paillis isolants.

Voir aussi

  • L'écorce désignant la peau épaisse de certains fruits, notamment des agrumes.
  • L'écorce terrestre, ou « croûte terrestre », désignant la partie superficielle du globe terrestre.

Liens externes

Notes et références

Commons-logo.svg

Wiktprintable without text.svg

Voir « écorce » sur le Wiktionnaire.


  • Portail de la botanique Portail de la botanique
Ce document provient de « %C3%89corce ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ecorce de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • écorce — [ ekɔrs ] n. f. • 1176; lat. scortea « manteau de peau », de scortum « peau, cuir » 1 ♦ Enveloppe d un tronc d arbre et de ses branches, qu on peut détacher du bois. Bot. Enveloppe des végétaux ligneux constituée des tissus extérieurs au liber.… …   Encyclopédie Universelle

  • écorce — ÉCORCE. s. f. Enveloppe d un arbre ou d une plante boiseuse. La première, la grosse écorce. La seconde, la petite écorce. Cet arbre a l écorce tendre, l écorce déliée. Peler l écorce. On fait des cordes avec des écorces de tilleul. On fait des… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • écorcé — écorcé, ée (é kor sé, sée) part. passé. Un chêne écorcé …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Écorce — L écorce est le revêtement extérieur du tronc, des branches et des racines des arbres, et plus généralement des plantes ligneuses. Écorce fossile d un arbre préhistorique (Lepidodendron) …   Wikipédia en Français

  • écorce — (é kor s ) s. f. 1°   Enveloppe de la tige des plantes ligneuses. L écorce du chêne.    Écorce du Pérou, le quinquina. •   Du temps de la Fontaine on disait l écorce du kin : Ce dieu, dis je, touché de l humaine misère, Produisit un remède au… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ÉCORCE — s. f. Enveloppe d un arbre ou d une plante ligneuse. La première, la grosse écorce. La seconde, la petite écorce. Cet arbre a l écorce tendre, l écorce mince. Peler l écorce. On fait des cordes avec des écorces de tilleul. On fait des étoffes… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ÉCORCE — n. f. Enveloppe d’un arbre ou d’une plante ligneuse. La première, la grosse écorce. La seconde, la petite écorce. Cet arbre a l’écorce tendre, l’écorce mince. ôter l’écorce. Dépouiller un arbre de son écorce. On fait des cordes avec des écorces… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • écorce — nf. ; grume : ékeurshe, ékeurche (Cordon.083), ÉKEÛRSA (Albanais.001, Annecy), ékorsa (Chambéry), ékorfa (Thônes), égourfa (Samoëns.010), ékourche (Table), ékoursa (Arvillard), égrufa (Quintal), R. Gousse ; rufi (Lanslebourg), R. blat. DEF.589… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • ÉCORCE (botanique) — ÉCORCE, botanique Pour les botanistes, ce terme désigne, au sens propre, le tissu cortical, parenchymateux, siège des fonctions nutritives de la tige et de la racine. Lorsque ces organes sont jeunes, l’écorce, dite primaire, est en situation… …   Encyclopédie Universelle

  • Écorce de sapin — Pays d’origine   …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.