Edwy Plenel


Edwy Plenel
Edwy Plenel
Edwy Plenel lors des Assises du journalisme à Lille en mai 2008
Edwy Plenel lors des Assises du journalisme à Lille en mai 2008

Naissance 31 août 1952 (1952-08-31) (59 ans)
Nantes
Profession journaliste
écrivain
enseignant

Edwy Plenel, de son nom complet Hervé Edwy Plenel, est un journaliste politique français, né le 31 août 1952 à Nantes (Loire-Atlantique). Il est directeur de la rédaction du quotidien Le Monde de 1996 jusqu'à sa démission en novembre 2004. En désaccord avec les orientations prises par le journal et le groupe dirigés à l'époque par Jean-Marie Colombani et Alain Minc, il est remercié le 31 octobre 2005 après avoir travaillé vingt-cinq ans dans la rédaction du quotidien. Il a depuis co-fondé le site Mediapart, journal payant accessible sur Internet, qui a ouvert le 16 mars 2008.

Sommaire

Biographie

Edwy Plenel à la Fête de l'Humanité en 2008.

Parcours

Fils du vice-recteur de la Martinique Alain Plénel, connu pour ses engagements humanistes et anti-colonialistes, il passe l'essentiel de son enfance dans cette île des Caraïbes, qu'il quitte en 1962. Après une étape en région parisienne, il vit à partir de 1965 en Algérie, termine à Alger sa scolarité et y commence ses études universitaires.

De retour en France et arrivé à Paris en 1970, il rejoint la Ligue communiste révolutionnaire et en 1976 il est journaliste (sous le pseudonyme de Joseph Krasny) dans l'hebdomadaire de la LCR Rouge qui devient quotidien pour une courte période. Après son service militaire, il s'éloigne de la LCR et entre au Monde en 1980. Son livre Secrets de jeunesse (2001) revient sur une jeunesse militante trotskiste qu'il n'a jamais reniée.

D'abord spécialiste au Monde des questions d'éducation, il s'y fait remarquer, à partir de 1982, par ses enquêtes, tout en assurant la rubrique « police » du quotidien. Ses révélations sur la plupart des affaires de la présidence de François Mitterrand en feront une figure du journalisme indépendant et critique. Cette indépendance lui vaudra nombre d'inimitiés et beaucoup d'adversité[réf. nécessaire]. Jusqu'en 1994, soit pendant une quinzaine d'années, il travaille à l'écart du monde journalistique parisien, en solitaire ou en tandem – essentiellement avec Bertrand Le Gendre, puis Georges Marion. L'élection de Jean-Marie Colombani à la tête du Monde qui, à l'époque, était simplement un journal et non pas un groupe de presse, va l'amener, malgré ses réticences[réf. nécessaire], à accepter des responsabilités. Principal animateur de la nouvelle formule du Monde sortie en 1995, il devient directeur de la rédaction en 1996. Il publie avec Jean-Marie Colombani des articles sur le génocide des Tutsi au Rwanda[1].

Jusqu'en 2003, sous sa direction, les ventes du quotidien ne cesseront d'augmenter, hissant Le Monde à un niveau qu'il n'avait jamais atteint depuis sa création en 1944, celui de premier quotidien national généraliste, devant Le Figaro[2]. Avec une diffusion totale (France + étranger) payée de 407 085, l'année 2002 reste le record historique du Monde : premier quotidien national cette année-là, il bat son précédent record de 1979, en affichant une diffusion France payée de 361 254 exemplaires et une progression de 19,5% depuis 1994. Par comparaison, sa diffusion totale payée n'a été que de 336 090 en 2008 et sa diffusion France payée de 300 522[3].

Jusqu'aux violentes polémiques et à la longue crise provoquée, début 2003, par la parution d'un livre dénonçant certaines orientations éditoriales et les liens ambigus entretenus avec des personnalités du monde syndical, politique et des affaires, La Face cachée du Monde de Pierre Péan et Philippe Cohen, l'opinion générale saluait le dynamisme, l'originalité et l'indépendance de sa direction éditoriale[4]. Depuis, une sorte de « légende noire » s'est installée qui, tout à la fois, le mythifie et le démonise[5]. Il l'évoque dans la préface de ses Chroniques marranes (2007), sous le titre « Autoportrait ».

Il a annoncé en novembre 2007 un nouveau projet de média participatif de qualité sur Internet, Mediapart. Défendant un journalisme de qualité sur Internet et promouvant un débat participatif exigeant, Mediapart s'est lancé le 16 mars 2008 et, en quelques mois, s'est imposé comme une marque de référence parmi les pure players du Net[réf. nécessaire].

Il est l'époux de Nicole Lapierre.

L'affaire des écoutes

Edwy Plenel est l'une des personnalités victimes des écoutes illégales de l'Élysée dans les années 1980. Plenel a été mis sur écoute en raison de ses enquêtes sur la cellule antiterroriste de l'Élysée, notamment son implication dans le dévoilement de l'affaire des Irlandais de Vincennes. L'écoute s'est prolongée en 1985 durant l'affaire du Rainbow Warrior pour connaître ses sources alors que ses révélations provoquaient la démission du ministre de la défense, Charles Hernu, et du chef des services secrets, l'Amiral Pierre Lacoste. Poursuivis devant la justice, les collaborateurs concernés de François Mitterrand prétextent d'une affaire d'espionnage soviétique, le dossier Farewell, pour justifier cette écoute, allant jusqu'à affirmer que l'ex-trotskiste Plenel travaillait pour la CIA.

Cette dernière assertion est reprise sans aucune distance ni précaution par certains journalistes défenseurs de Mitterrand. Le jugement rendu en 2005 par la XVIe chambre du tribunal correctionnel de Paris la balaye explicitement et a condamné à des peines de prison avec sursis les quatre responsables de la cellule de l'Élysée pour avoir mis sur écoute Plenel. Ils ne font pas appel de ce jugement. À l'issue de ce procès, Plenel rassemble en un volume ses trois livres sur la présidence de Mitterrand (La Part d'ombre, Un temps de chien, et Les Mots volés), en y ajoutant une analyse du procès des écoutes (Le Journaliste et le Président, 2006).

Edwy Plenel a également été l'une des victimes des dénonciations calomnieuses des faux listings de l'affaire Clearstream. Les faits remontent à 2003 et 2004, mais n'ont été portés à sa connaissance qu'au printemps 2006. Partie civile depuis lors, il a notamment critiqué dans ce dossier le poids que fait peser sur la justice Nicolas Sarkozy.

La crise du Monde

Article détaillé : La Face cachée du Monde.

S'il a gardé une image de journaliste indépendant, Plenel fut parfois accusé d'autoritarisme dans sa gestion de la rédaction du Monde. La fin de sa carrière à la direction de la rédaction du Monde a été précipitée par les accusations de Pierre Péan et Philippe Cohen dans le livre La Face cachée du Monde, du contre-pouvoir aux abus de pouvoir (Mille-et-une nuits, 2003). Contestant ce réquisitoire, qu'il juge semé d'inexactitudes ou de calomnies, Plenel s'est expliqué dans Procès (2006) où il revient à la fois sur ce livre qu'il qualifie d'« attentat éditorial », sur sa conception du métier de journaliste, sur son engagement professionnel au Monde et sur ses divergences avec les « vrais dirigeants » de ce journal qu'étaient, selon lui, Colombani et Minc.

Au sein de la rédaction du Monde, Daniel Schneidermann sera l'un des rares journalistes à oser exprimer une réaction critique vis-à-vis du quotidien et du comportement d'Edwy Plenel, et poursuivra cette critique dans son ouvrage Le Cauchemar médiatique où il met en cause la réaction de la direction du quotidien en estimant que celle-ci ne répondait pas aux arguments du livre[6]. En octobre 2003, Daniel Schneidermann est licencié du quotidien.

Edwy Plenel est également contesté pour avoir laissé paraître au sein de son journal les accusations diffamatoires à l'encontre de Dominique Baudis[7].

L'aventure de Mediapart

Article détaillé : Mediapart.

Depuis fin 2007, date de la création de la SAS Mediapart, Edwy Plenel dirige Mediapart, journal d'information payant sur internet, en tant que président de la société éditrice et directeur de publication du journal. Six fondateurs sont à l'origine de la création du journal en ligne Mediapart : outre Edwy Plenel, il s'agit de François Bonnet (directeur éditorial), Gérard Desportes, Laurent Mauduit, Marie-Hélène Smiéjan (directrice administrative et financière) et Godefroy Beauvallet.

Mediapart est également à l'initiative de la création, à l'automne 2009, du Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne (SPIIL), dont Edwy Plenel est le secrétaire général[8].

En mars 2011, Edwy Plenel a annoncé le lancement de FrenchLeaks, site de documentation et d'alerte animé par Mediapart et inspiré de WikiLeaks, dont Mediapart est l'un des partenaires[9].

Livres, émissions et films

Edwy Plenel à Montpellier, en septembre 2008.

Edwy Plenel a publié plus d'une dizaine d'ouvrages, dont L'Effet Le Pen (en collaboration, 1984), La République inachevée sous-titré L'État et l'école en France (1985), Secrets de jeunesse (2001), qui a été distingué par le prix Médicis essai, et La Découverte du monde (2002).

De 1986 à 1995, il a codirigé, puis dirigé seul une collection de livres d'actualité, d'abord chez Gallimard (« Au vif du sujet ») jusqu'en 1991, puis chez Stock (« Au vif »). Parmi les quarante-sept ouvrages qui y ont été publiés, on remarque notamment le best-seller de Gilles Perrault Notre ami le roi, deux essais d'Edgar Morin (Penser l'Europe et Mes démons), deux de Daniel Bensaïd (Moi, la Révolution et Jeanne, de guerre lasse), le témoignage précurseur d'Alain Emmanuel Dreuilhe sur le sida (Corps à corps), la célèbre trilogie d'Anne Tristan (Au Front, L'Autre monde et Clandestine) et Tibet mort ou vif, un essai du journaliste Pierre-Antoine Donnet.

Plenel est également présent dans les médias audiovisuels. Après avoir animé depuis 1995 sur LCI l'émission Le Monde des idées, il y a présenté de la fin 2005 à la fin 2007 une autre émission hebdomadaire sur les livres, Entre guillemets. Depuis janvier 2005, il tient une chronique hebdomadaire sur France Culture (Lignes de fuite), diffusée le vendredi à 17 h 54[10]. Depuis le 10 septembre 2007 et jusqu'à août 2008, il a rejoint l'équipe des polémistes d'On refait le monde sur RTL. Depuis le mois de janvier 2008, chaque samedi matin, peu après 9 h 15, sur France Info, il débat avec Alain Genestar, l'ancien directeur de la rédaction de Paris-Match, dans le cadre d'un duel animé par Célyne Bayt-Darcourt.

Dans le domaine de la fiction audiovisuelle, Edwy Plenel a été coscénariste de Une affaire d'État (1990), téléfilm de Jean Marbœuf avec Bernard Pivot dans le rôle-titre, et conseiller pour Le Rainbow Warrior (2006) de Pierre Boutron, scénario de Dan Franck. Il a aussi participé à un projet de téléfilm sur l'affaire d'Ouvéa de 1988, pour Canal+, auprès des scénaristes Gilles Taurand et Antoine Lacomblez.

Dans la presse écrite, après son départ du Monde, il a tenu une chronique bimensuelle, puis mensuelle dans le quotidien belge Le Soir (La France vue d'en dehors, puis En dehors), de septembre 2006 à juin 2008. Dans ses commentaires de l'élection présidentielle française de 2007, il a été un critique de Nicolas Sarkozy[11]. Il fut d'ailleurs le premier à employer dans les médias, à propos du président nouvellement élu, l'expression d'« hyperprésidence ». De l'automne 2007 jusqu'au début 2010, il a tenu une chronique bi-mensuelle dans l'hebdomadaire Marianne, à la rubrique « Ils ne pensent pas (forcément) comme nous ».

Professeur associé

Ayant participé, auprès du professeur Paul Alliès, à la création du Master II professionnel « Métiers du journalisme » à l' Université Montpellier 1, il y a été nommé professeur associé en 2006, sur proposition des instances universitaires[12]. Il enseigne au sein du département de science politique de l'Université Montpellier 1. Ses principaux cours ont pour intitulé : « Philosophie du journalisme », « Sociologie du journalisme », « Presse et pouvoir », « Communication et politique »[13].

Depuis août 2008, il est également professeur associé à l'Académie du journalisme et des médias de l'Université de Neuchâtel (Suisse). Accueillie par la faculté des sciences économiques, l'AJM a été créée par le professeur Vincent Kaufmann, en partenariat avec le Centre romand de formation des journalistes. Dans le cadre de la maîtrise universitaire en journalisme, Edwy Plenel délivre un cours de « Perspectives historiques » ainsi qu'un cours de « Perspectives philosophiques et politiques »[14].

Bibliographie

Essais, témoignages et reportages

  • La République inachevée. L'État et l'école en France, Paris, Payot, 1985 ; Stock, 1997 ; Biblio « Essais », 1999.
  • Voyage avec Colomb, Paris, Le Monde-Éditions, 1991 (traduit en japonais).
  • La Part d'ombre, Paris, Stock, 1992 ; « Folio Actuel », 1994.
  • Un temps de chien, Paris, Stock, 1994 ; Gallimard, « Folio Actuel », 1996.
  • Les Mots volés, Paris, Stock, 1997 ; Gallimard, « Folio Actuel », 1999.
  • L'Épreuve, Paris, Stock, 1999.
  • Secrets de jeunesse, Paris, Stock, 2001 (prix Médicis essai) ; « Folio », 2003.
  • La Découverte du monde, Paris, Stock, 2002 ; Gallimard, « Folio Actuel », 2004 (traduit en coréen).
  • Procès, Paris, Stock, 2006 (prix du Journal du Centre) ; Gallimard, « Folio », 2007.
  • Le Journaliste et le Président, Paris, Stock, 2006.
  • Combat pour une presse libre. Le manifeste de Mediapart, Paris, Galaade, 2009.

Recueils

  • L'Effet Le Pen (en collaboration avec Alain Rollat), Paris, La Découverte-Le Monde, 1984.
  • Mourir à Ouvéa. Le tournant calédonien (en collaboration avec Alain Rollat), Paris, La Découverte-Le Monde, 1988.
  • La République menacée. Dix ans d'effet Le Pen (en collaboration avec Alain Rollat), Paris, Le Monde-Éditons, 1992.
  • Chroniques marranes, Paris, Stock, 2007.
  • Le Président de trop. Vertus de l'antisarkozysme, vices du présidentialisme, Paris, Don Quichotte, 2011.

Entretiens

Préfaces et contributions

  • à Jean-Pierre Favereau, Blues Outremer, Paris, Contrejour, 1991.
  • à Joseph Fouché, Mémoires, Paris, Arléa, 1993.
  • à François Maspero, L'honneur de Saint-Arnaud, Paris, Seuil, « Points » 1995.
  • à Christine Daure-Serfaty, Lettres du Maroc, Paris, Stock, 2000.
  • à Seymour Hersh, Dommages collatéraux, Paris, Denoël, 2005.
  • à Des nouvelles de La Fontaine, recueil collectif, Paris, Gallimard, 2007.
  • à Robert E. Park, Le journaliste et le sociologue, Paris, Seuil, 2008.
  • à Edgar Morin, plans rapprochés, revue Communications, no 82, Paris, Seuil, 2008.
  • à Jean-Georges Chali, Vincent Placoly, un créole américain, Fort-de-France, Desnel, 2008.
  • à François Maspero et les paysages humains, Lyon, A plus d'un titre/La fosse aux ours, 2009.
  • à Rosa, la vie. Lettres de Rosa Luxemburg, choisies et traduites par Anouk Grinberg, Paris, Éditions de l'Atelier, 2009.
  • à Yoran Brault, Concevoir et déployer ses sites web avec Drupal, Paris, Eyrolles, 2009.
  • à la rédaction de Mediapart, N'oubliez pas! Faits et gestes de la présidence Sarkozy. Décryptage au jour le jour d'une contre-révolution, Paris, Don Quichotte, 2010.
  • à Daniel Bensaïd, revue Lignes, no 32, Paris, Nouvelles Editions Lignes, 2010.
  • à la rédaction de Mediapart, L'affaire Bettencourt. Un scandale d'Etat, Paris, Don Quichotte, 2010.
  • à Thierry Ternisien d'Ouville, Réinventer la politique avec Hannah Arendt, Paris, Editions Utopia, 2010.
  • à Pierre Puchot, Tunisie, la révolution arabe, Paris, Galaade, 2011.

Notes et références

  1. Jean-Paul Gouteux, Le Monde, un contre-pouvoir ? Désinformation et manipulation sur le génocide rwandais, L'esprit frappeur, 1999.
  2. Office de justification de la diffusion OJD
  3. OJD, chiffres Presse Payante Grand Public, Quotidiens nationaux
  4. cf. par exemple Jacques Thibau, Le Monde 1944-1996, Plon ; et cette chronologie universitaire : [1]
  5. cf. Laurent Huberson, Enquête sur Edwy Plenel. De la légende noire du complot trotskyste au chevalier blanc de l'investigation, Le Cherche Midi, 2008
  6. Le Monde : la chronique censurée de Daniel Schneidermann Daniel Schneidermann, Acrimed.org, 1er mars 2003
  7. « Plenel au centre du viseur », Le Journal du dimanche, 9 juillet 2010.
  8. Toutes les précisions sur le site du Spiil : [2]
  9. Le site de FrenchLeaks : [3]. La vidéo de la conférence de presse où a été annoncée la création de FrenchLeaks peut être visionnée ici : [4].
  10. La page de Lignes de fuite sur le site de France Culture.
  11. Edwy Pleyel s'engage contre Sarkozy, Edwy Plenel décrit les dangers de la candidature de Nicolas Sarkozy avant son élection.
  12. cf. le site du Master 2 « Métiers du journalisme »
  13. Voir hautcourant.com, le site des étudiants en journalisme de Montpellier[5]
  14. cf. le site de l'Académie du journalisme et des médias

Voir aussi

Bibliographie

  • Laurent Huberson, Enquête sur Edwy Plenel. De la légende noire du complot trotskyste au chevalier blanc de l'investigation, Le Cherche Midi, 2008.

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Edwy Plenel de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Plenel — Edwy Plenel Edwy Plenel Edwy Plenel lors des Assises du Journalisme à Lille en mai 2008 Naissance …   Wikipédia en Français

  • Mediapart — Pays  France Langue Français Périodicité …   Wikipédia en Français

  • Mediapart.fr — Mediapart  Mediapart {{{nomorigine}}} Pays …   Wikipédia en Français

  • La Face cachée du Monde — La Face cachée du Monde : du contre pouvoir aux abus de pouvoir logo du journal Auteur Pierre Péan et Philippe Cohen Genre Livre d investigation Pays d origine France Éditeur Mille et Une Nuits …   Wikipédia en Français

  • Le Monde — Cet article concerne le journal français « Le Monde ». Pour les autres significations associées au mot monde, voir Monde. Le Monde Pays …   Wikipédia en Français

  • Affaire Des Écoutes De L'Élysée — L’affaire des écoutes de l’Élysée est une affaire française d’écoutes téléphoniques illégales qui s est déroulée de 1983 à 1986 sous le premier septennat de François Mitterrand. Elle s est terminée par le jugement du 9 novembre 2005 du Tribunal… …   Wikipédia en Français

  • Affaire des ecoutes de l'Elysee — Affaire des écoutes de l Élysée L’affaire des écoutes de l’Élysée est une affaire française d’écoutes téléphoniques illégales qui s est déroulée de 1983 à 1986 sous le premier septennat de François Mitterrand. Elle s est terminée par le jugement… …   Wikipédia en Français

  • Affaire des écoutes de l'Elysée — Affaire des écoutes de l Élysée L’affaire des écoutes de l’Élysée est une affaire française d’écoutes téléphoniques illégales qui s est déroulée de 1983 à 1986 sous le premier septennat de François Mitterrand. Elle s est terminée par le jugement… …   Wikipédia en Français

  • Affaire des écoutes de l'Élysée — L’affaire des écoutes de l’Élysée est une affaire française d’écoutes téléphoniques illégales qui s est déroulée de 1983 à 1986 sous le premier septennat de François Mitterrand. Elle s est terminée par le jugement du 9 novembre 2005 du Tribunal… …   Wikipédia en Français

  • Affaire des écoutes de l'élysée — L’affaire des écoutes de l’Élysée est une affaire française d’écoutes téléphoniques illégales qui s est déroulée de 1983 à 1986 sous le premier septennat de François Mitterrand. Elle s est terminée par le jugement du 9 novembre 2005 du Tribunal… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.