Fort-de-france


Fort-de-france

Fort-de-France

Fort-de-France

Vue de l'arrivée des bateaux en provenance des Trois-Ilets
Vue de l'arrivée des bateaux en provenance des Trois-Ilets

Administration
Pays France
Région Martinique (préfecture)
Département Martinique (préfecture)
Arrondissement Arrondissement de Fort-de-France
(chef-lieu)
Canton chef-lieu de dix cantons
Code Insee abr. 97209
Code postal 97200, 97234 (quartier de Balata)
Maire
Mandat en cours
Serge Letchimy
2008-2014
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Centre de la Martinique
Site internet http://www.fortdefrance.fr/
Démographie
Population 90 347 hab. (2006)
Densité 2 044 hab./km²
Gentilé Foyalais, Foyalaise
Géographie
Coordonnées 14° 36′ 00″ Nord
       61° 05′ 00″ Ouest
/ 14.6, -61.08334
Altitudes mini. m — maxi. m
Superficie 44,21 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Fort-de-France est une ville française située dans le département français d'outre-mer de la Martinique, dont elle est la capitale. En tant que chef-lieu du département et de la région de la Martinique, la ville (90 347 habitants en 2006) concentre d'importantes fonctions administratives, militaires et culturelles. C'est aussi un pôle économique, commercial et portuaire majeur de l'archipel des Petites Antilles.

La commune est la ville-centre d'une unité urbaine de 133 281 habitants, comprenant Schoelcher, Saint-Joseph et Case-Pilote. Elle est aussi au cœur d'une conurbation de 173 128 habitants, incluant la commune limitrophe du Lamentin où se situent d'importantes zones d'activités et l'aéroport international Martinique Aimé Césaire, qui dépasse l'agglomération stricto sensu, en raison des interdépendances et des flux qui relient Fort-de-France à cette ville voisine. Au-delà, l'influence directe de la capitale de la Martinique se fait sentir jusqu'à Rivière-Salée, au sud, si bien que l'aire urbaine (211 000 habitants) rassemble plus de la moitié de la population insulaire. Cette primauté de Fort-de-France a conduit certains géographes à forger le concept d'« île-ville »[1].

Ses habitants sont appelés les Foyalais et les Foyalaises.

Sommaire

Géographie

Situation

Localisation

Fort-de-France est située à 6800 km de Paris, sur la côte caraïbe de la Martinique, c'est-à-dire à l'ouest de l'île, et presque à mi-chemin entre les extrémités septentrionale et méridionale du département. La ville est construite sur le littoral nord de la baie de Fort-de-France.

C'est une commune très étendue (11,7 km du nord au sud et 5,2 km d'est en ouest) : certains quartiers, comme Balata, sont très éloignés du centre-ville. La topographie est très variée. Le nord-ouest est surplombé par le massif volcanique des Pitons du Carbet (le point culminant de la commune atteint environ 1 000 mètres d'altitude, près du sommet du Piton Dumauzé) et par le Morne Césaire (603 mètres). Les pentes volcaniques abruptes et boisées sont entaillées par quelques cours d'eau peu importants mais dont le débit prend un caractère torrentiel par temps de pluie. Les hauteurs qui dominent la partie centrale de la ville, entre les Pitons du Carbet et la plaine du Lamentin, forment une sorte de piémont disséqué en collines (les mornes) et en lambeaux de plateaux en pente douce. Les deux principaux cours d'eau qui débouchent sur la mer à Fort-de-France sont la Rivière Madame et la Rivière Monsieur. L'hypercentre de la commune, entre le Morne Tartenson et les Hauts du Port, se déploie dans une zone basse, autrefois marécageuse (mangrove).

La côte, le long du littoral foyalais, alterne donc falaises et parties basses, et les plages, de sable gris, n'y sont guère étendues. La mangrove ne subsiste aujourd'hui que dans le Cohé du Lamentin, et au sud-est de la baie de Fort-de-France (baie de Génipa) où elle est protégée dans le cadre du parc naturel régional de la Martinique.

Climat

Le climat y est de type tropical humide, caractérisé par des températures moyennes élevées tout au long de l'année (26,5 °C) et un gros volume de précipitations (1 950 mm). Cependant, les températures moyennes mensuelles les plus chaudes sont observées d'août à octobre (31° C de maximum en journée, 24 à 25 °C minimum la nuit) et les moins chaudes en janvier et février (29 °C maximum en journée et 22 °C minimum la nuit). Comme toute la Martinique, Fort-de-France est soumise au régime des alizés, les vents d'est, dont la circulation générale détermine les saisons pluviométriques[2]. Ainsi, on distingue :

  • le carême, de février à avril, saison plus sèche au cours de laquelle les alizés sont moins chargés en humidité (les précipitations moyennes mensuelles sont de 60 à 90 mm) et où le ciel est relativement clair ; les très belles journées n'excluent pas quelques averses ;
  • l'hivernage (ou saison des pluies), de juillet à octobre, saison plus chaude au cours de laquelle les averses sont plus nombreuses et plus intenses. Entre deux perturbations, cependant, le temps est beau, le ciel est peu nuageux et les alizés sont faibles. L'hivernage correspond à la période des cyclones. Parmi les cyclones les plus violents ou dévastateurs, on retient celui du 19 août 1891, qui avait provoqué la mort de 400 personnes à Fort-de-France (1 000 au total en Martinique), détruit la majeure partie de l'hôpital et du camp militaire de Balata. Lors du passage du cyclone Allen, les 3 et 4 août 1980, des pointes de vent de 167 km/h ont été enregistrées à Desaix et on y a relevé 159 mm de précipitations en 18 heures. Lors du passage d'Edith, le 25 septembre 1963, le débit de la Rivière Madame à Fort-de-France a atteint 150 m³/s, alors qu'il varie normalement entre 20 m³/s en période de crue et 0,050 m³/s en période d'étiage[3].

Si les intersaisons (de novembre à janvier, de mai à juin) possèdent des caractéristiques climatiques intermédiaires, elles peuvent être marquées par des épisodes exceptionnels. Ainsi, à cause de l'épisode pluvieux des 4 et 5 mai 2009, les précipitations du mois de mai 2009 ont été les plus fortes enregistrées au cours des cinquante dernières années à Fort-de-France pour un mois de mai (trois fois le volume moyen)[4], provoquant d'importantes inondations.

Une des conséquences du caractère montueux de la majeure partie du territoire de la commune de Fort-de-France et des épisodes de fortes pluies est l'instabilité des versants, avec le risque de glissement de terrain.

Les températures diminuant avec l'altitude, les populations de classes moyennes ou aisées ont recherché ces espaces plus aérés pour y bâtir leurs résidences, comme à Balata, Tivoli, La Redoute ou Haut Didier. Par ailleurs, l'espace végétal et forestier tient encore une grande place dans la ville, surtout sur les pentes du nord de la commune. La végétation mésophile des premières pentes cède la place à la végétation hygrophile (forêt avec lianes et grands arbres) au-dessus de 700 mètres. En outre, les maisons entourées de leurs jardins recèlent d'espèces qui peuvent compléter l'alimentation des citadins foyalais, comme les arbres à pain, les manguiers, les cocotiers...

Voies de communication et transports

Urbanisme

Morphologie urbaine

La ville de Fort-de-France est composée de nombreux quartiers que sont :

  • Dillon
  • Sainte-Thérèse
  • Morne Pichevin
  • Ravine-Bouillé
  • Renéville
  • Morne Calebasse
  • Montgérald
  • Volga
  • Chateauboeuf
  • Morne Morissot
  • La Meynard
  • Moutte
  • Redoute
  • Ravine-Vilaine
  • Langelier-Bellevue
  • Coridon
  • Crozanville
  • Terres-Sainville
  • Trénelle
  • Citron
  • Ermitage
  • Balata
  • Tivoli
  • La Médaille
  • Godissard
  • Floréal
  • De Briant
  • Des Rochers
  • Didier
  • Clairière
  • Cluny
  • Sainte-Catherine
  • Bellevue
  • Texaco
  • Pointe des Nègres
  • Rive Droite

 

Logement

Le prix moyen de l'immobilier à la vente est d'environ 2 389 €/m². Le prix moyen de l'immobilier à la location est quant à lui d'environ 12,16 €/m²/mois. Le nombre total de logements sur la commune est de 40 655. Parmi ceux-ci, 86,6 % sont des résidences principales, 0,8 % sont des résidences secondaires et 11,8 % Logements vacants[5].

Projets d'aménagements

  • La campagne de ravalement de façades.
  • Réhabilitation de nombreux immeubles publics.
  • Aménagement de la voirie piétonne au centre ville.
  • Aménagement de couloirs pour les transports en commun.

Toponymie

Le nom de la commune est dû à la présence du fort que la France a établi au XVIIe siècle. D'abord appelé cul-de-sac du Fort-Royal (1635-1672), le site devient la paroisse puis la ville de Fort Royal (1672-1793), Fort-de-la-République ou République-Ville (1793-1794), de nouveau Fort-Royal (1794-1807) et Fort-de-France depuis 1807.

Histoire

Fort Saint-Louis

Un premier centre d'habitation est choisi sur le site de l'actuel centre-ville par le gouverneur Jacques Dyel du Parquet qui y installe sa résidence en 1639 et fait construire des fortifications. Toutefois, c'est le gouverneur Jean-Charles de Baas qui fonde en 1669 la ville de Fort-Royal, et c'est son successeur, le comte de Blénac, qui achève la construction de la ville et de son fort (aujourd'hui le fort Saint-Louis). Fort-de-France est la capitale économique et politique de la colonie puis du département de la Martinique depuis 1902, date de la destruction de Saint-Pierre. Toutefois, elle avait le titre de capitale administrative depuis 1692, date du transfert du palais du Gouverneur de Saint-Pierre à Fort-de-France.

Choix du site

La Poste de Fort-de-France.

Alors que les Caraïbes avaient privilégié la côte au vent (côte atlantique), l'implantation des colons français se fait dès 1635 sur la côte-sous-le-vent (côte caraïbe). C'est sur le site de Saint-Pierre, par la construction d'un fortin à l'embouchure de la rivière Roxelane, que débute la présence française. C'est le fort Saint-Pierre. Rapidement, les colons s'intéressent « à l’entrée de la plus grande baie de l’isle » et construisent un fort en palissade qu'ils nomment Fort-Royal. Dans un contexte de conflits avec les Caraïbes, les Hollandais et les Anglais, le site de Fort-Royal révèle son importance malgré le climat insalubre des marécages environnants[6]. En effet, le site est aisé à défendre et bien protégé des tempêtes, ce qui n'est pas le cas de Saint-Pierre. Il est donc décidé d'y bâtir une ville, Fort-Royal, dont la prononciation en créole donnera le nom des habitants de Fort-de-France : les Foyalais. Le plan d'alignement des voies de la future ville est approuvé par Colbert en 1671 et des aménagements hydrauliques sont réalisés à la fin du XVIIe siècle et au cours du XVIIIe siècle afin d'assainir le site marécageux et de le mettre à l'abri des inondations. Ainsi naît le quadrilatère de 42 hectares, au plan en damier, qui constitue noyau urbain de Fort-de-France. En plus du Fort-Royal (devenu Fort Saint-Louis), bâti sur un éperon rocheux qui forme une avancée de 300 mètres dans la baie, le site de défense est renforcé par la construction des forts Tartenson et Desaix sur des mornes d'une altitude de 140 mètres surplombant l'actuel centre-ville.

Développement de la ville et rivalité avec Saint-Pierre

Cependant, la décision d'implanter une ville dans un endroit si inhospitalier ne fait pas l'unanimité. Le sol meuble ne favorise pas les constructions et l'air des marécages entraîne une forte mortalité par la malaria. En outre, des catastrophes naturelles ou humaines détruisent à plusieurs reprises la ville :

  • le 11 janvier 1839, un tremblement de terre ravage la cité ;
  • le 22 juin 1890, un grand incendie détruit les trois quarts de la ville coloniale, la quasi-totalité des 1 600 maisons construites en bois pour pallier les conséquences d'un futur séisme, le marché, la cathédrale Saint-Louis ;
  • le 18 août 1891, un cyclone s'abat sur la ville et tue près de 400 personnes.

Le statut de capitale de la Martinique lui est disputé par Saint-Pierre. Certes, en 1692, le siège du Gouvernement général ainsi que le palais du Gouverneur avaient été transférés de Saint-Pierre à Fort-de-France. En outre, l'entrée du capitaine général Villaret-Joyeuse à Fort-Royal le 14 septembre 1802 consacra le retour de la Martinique à la France, en application de la Paix d'Amiens signée avec l'Angleterre[7] et c'est sous l'Empire, en 1807, que la ville devint "chef lieu de la colonie" et prit le nom de Fort-de-France. Ce nom ne fut pas remis en cause lors de la nouvelle occupation britannique, de 1809 à 1815. Mais Fort-de-France, ville administrative et militaire, souffre toujours de la concurrence de Saint-Pierre, plus peuplée, enrichie par le commerce et le négoce, dont la renommée culturelle est grande dans tout l'arc antillais. Les deux villes sont cependant complémentaires. Car si Saint-Pierre fait office de port de mouillage, Fort-de-France fait fonction de port de carénage. D'ailleurs, de nouveaux aménagements portuaires sont réalisés à Fort-de-France pendant les années 1860 et un bassin de radoub est inauguré en 1868.

L'arrivée d'esclaves, d'affranchis et de mulâtres, puis de populations désormais toutes libres à partir de 1848, consacre l'essor de la ville, qui passe de 9 200 habitants environ au début du XIXe siècle à 17 000 environ en 1876. De plus, l'introduction de la machine à vapeur dans le système de production sucrière entre 1840 et 1870 conduit à une importante transformation de l'espace agricole et rural de la Martinique. Cela favorise la concentration foncière dans de grands domaines agricoles autour des usines centrales sucrières et des rhumeries, en même temps qu'un émiettement de petites propriétés et exploitations tenues par des affranchis ou par leurs descendants, et un vaste mouvement d'exode rural[8]. Parallèlement, la baisse de la mortalité accélère la croissance démographique. Aussi, en 1901, le recensement donne 29 000 habitants à Saint-Pierre contre environ 24 700 à Fort-de-France. Mais, alors que la population de la première est essentiellement urbaine, concentrée dans l'espace, celle de Fort-de-France est beaucoup plus dispersée, la partie urbaine ne regroupant que 7 000 habitants, et ses emplois y sont encore en majorité agricoles[9].

Ironie du sort, c'est une autre catastrophe naturelle qui va définitivement consacrer Fort-de-France dans son rôle de première ville de l'île : l'éruption de la montagne Pelée, qui dévaste Saint-Pierre le 8 mai 1902.

Fort-de-France au XXe siècle

Un groupe de réfugiés à Fort-de-France, après l'éruption de 1902.

Après l'éruption de la Montagne Pelée, Saint-Pierre n'est plus une ville commerciale, car elle a perdu tous les habitants qui étaient restés sur place (sauf deux survivants), et son repeuplement s'effectue lentement et très partiellement. Les migrants du nord de l'île arrivent massivement à Fort-de-France, qui récupère l'ensemble des fonctions portuaires, industrielles et de direction économique et commerciale de la Martinique. Pour faire face à cet afflux de population, le maire de la ville, Victor Sévère, relance en 1904 un projet évoqué par les édiles locaux à la fin du siècle précédent : l'assainissement et la municipalisation des Terres-Sainville, un vaste marécage situé au nord-ouest de la ville basse coloniale, alors peuplé de misérables qui y avaient construit leurs cases.

Après une longue bataille juridique pour en exproprier les habitants, les travaux sont réalisés dans la deuxième moitié des années 1920, donnant naissance à un quartier moderne, destiné à une population ouvrière, dont la trame viaire orthogonale prolonge celle du centre-ville, avec des mailles plus petites toutefois. En revanche, les quartiers de Sainte-Thérèse, du Morne Pichevin et de Dillon, de même que d'autres groupement d'habitat individuel spontané (cases) se développent le long des routes allant vers les bourgs avoisinants, sous la pression de la croissance naturelle de la population et de l'exode rural, et donnent l'image d'une dispersion anarchique de l'urbanisation.

Dans les années 1930, l'assainissement est encore imparfait, comme en témoignent l'état du canal de la Levée, un ensemble de fossés séparant les Terres-Sainville du centre, la décharge de la pointe Simon et les caniveaux qui servent d'égouts à ciel ouvert. En dehors du centre-ville, des résidences aisées de style colonial escaladent toutefois les hauteurs aérées du plateau Didier, au nord-ouest de la ville (Balata) et à Redoute, sur la route du Morne-Rouge. Fort-de-France apparaît donc comme une ville de contrastes, plus hétérogène et moins riche que ne l'était Saint-Pierre au temps de sa splendeur.

La crise économique des années 1930 et la Seconde Guerre mondiale, en limitant les débouchés sucriers de la Martinique, mettent à mal son système agricole. La fermeture de grandes usines sucrières durant les années 1950 et 1960, les difficultés des petits propriétaires ou exploitants à vivre des revenus des produits de leurs terres, la forte croissance démographique se conjuguent pour attiser l’émigration vers la métropole et l’exode rural vers Fort-de-France.

Bénéficiant de la loi de départementalisation de 1946 et désormais mieux reliée au reste de l’île grâce à l'amélioration du réseau routier, la ville offre alors l’espoir d’y trouver des emplois dans les services et les équipements. La population est donc passée de 16 000 habitants en 1894 à plus de 52 000 en 1936, puis 66 000 en 1946. Si on peut douter de la fiabilité des recensements antérieurs à celui de 1954 - ce dernier accorde 60 600 habitants à Fort-de-France, révélant la surestimation du chiffre de 1946 -, il est indéniable que la croissance démographique est vive jusqu'en 1967 (97 000 habitants), avant de se stabiliser autour de 100 000 habitants entre 1974 et 1990. Elle s'accompagne de la multiplication des bidonvilles et autres quartiers d'habitat spontané qui enserrent alors l'hypercentre (Terres-Sainville et centre colonial) : Texaco, qui a donné son nom au célèbre roman de Patrick Chamoiseau, prix Goncourt en 1992, Canal-Alaric, Volga-Plage, Trénelle, Citron, Fond-d'Or, Renéville, etc.

Au milieu des années 1970, on estime que 40 % des constructions de Fort-de-France avaient été réalisées sans autorisation et les quartiers insalubres regroupaient un quart des logements, contenant un quart de la population de la commune[10]. Pour faire face aux besoins, Aimé Césaire, maire de la ville de 1945 à 2001, a entrepris la construction de grands ensembles de logements sociaux, comme les cités Dillon, Floréal, Bon-Air et Calebasse dans les années 1960 et 1970 ou Châteaubœuf dans les années 1980, ou de quartiers plus résidentiels (Cluny, Bellevue, Des Rochers, etc.), et appuyé la densification des quartiers centraux. La « durcification » de la majorité des anciens bidonvilles qui ont été reliés aux réseaux (eau, électricité, etc.), avec légalisation des installations, a aussi accompagné la politique de résorption de l'habitat insalubre mise en place par les pouvoirs publics.

Politique et administration

La commune tient une place importante sur le plan administratif et politique sur l'ensemble de la Martinique.

Divisions administratives

La ville de Fort-de-France est divisée en dix cantons que sont :

  • Le 1er canton compte 7 018 habitants ; Son conseiller général est Jean-Michel Jean-Baptiste (PPM) depuis le 16 mars 2008
  • Le 2e canton compte 2 671 habitants ; Son conseiller général est Raphaël Séminor (PPM) depuis le 16 mars 2008
  • Le 3e canton compte 3 613 habitants ; Son conseiller général est Johnny Hajjar (PPM) depuis le 28 mars 2004
  • Le 4e canton compte 5 473 habitants ; Son conseiller général est Noé Malouda (Palima) depuis le 28 mars 2004
  • Le 5e canton compte 6 288 habitants ; Son conseiller général est Patrick Flériag (PPM) depuis le 18 mars 2001
  • Le 6e canton compte 11 649 habitants ; Son conseiller général est Catherine Conconne (PPM) depuis le 21 mars 2004
  • Le 7e canton compte 20 936 habitants ; Son conseiller général est Christian Edmond-Mariette (PPM) depuis le 16 mars 2008
  • Le 8e canton compte 10 809 habitants ; Son conseiller général est Geneviève Chanteur (RDM) depuis le 28 mars 2004
  • Le 9e canton compte 11 122 habitants ; Son conseiller général est Yves-André Joseph (Divers gauche) depuis le 22 mars 1992
  • Le 10e canton compte 10 768 habitants. Son conseiller général est Claude Lise (RDM) depuis le 21 mars 1982

Tendances politiques

La commune est un bastion du Parti progressiste martiniquais. La sensibilité politique des foyalais se place davantage à gauche.

Administration municipale

Mise à jour suite aux élections municipales et cantonales des 9 et 16 mars 2008 :

  • Le Maire de Fort-de-France depuis le 18 mars 2001 (réélu le 9 mars 2008) : Serge Letchimy (PPM)
  • Le conseil municipal est composé de 53 élus dont 15 adjoints (Majorité : PPM : 49 élus - Opposition : Alliance MIM/CNCP/PALIMA : 2 élus et la droite UMP/FMP/DVD : 2 élus).

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
1883 1888 Jules Fanfan ... ...
1888 1896 Osman Duquesnay Républicain Conseiller général
1896 1900 Henri Audemar ... ...
1900 1907 Victor Sévère Radical Député
1907 1908 Antoine Siger (assassiné) Radical ...
1908 1919 Victor Sévère Radical Député
1919 1924 Louis Saint-Cyr ... ...
1924 1941 Victor Sévère Radical Député
1941 1943 Jean de Laguarigue (administration de l'Amiral Robert) Régime de Vichy ...
1943 1943 Étienne Montestruc (administration de l'Amiral Robert) Régime de Vichy ...
1943 1945 Victor Sévère Radical ...
1945 2001 Aimé Césaire PC puis PPM Député
2001 en cours Serge Letchimy PPM Député

Instances judiciaires et administratives

À Fort-de-France se trouvent la Préfecture, l'Hôtel du Département, l'Hôtel de la Région, l'Archevêché, le Centre hospitalier universitaire, l'État-major des forces armées aux Antilles-Guyane, le Palais de justice, le Tribunal de grande instance et la Cour d'appel. Fort de France est aussi une base navale de la marine nationale, située au fort Saint Louis. Une frégate de surveillance, deux patrouilleurs et un bâtiment de transport léger y sont affectés au titre de la souveraineté nationale et pour lutter contre le trafic de drogue.

Politique environnementale

Jumelage

Population et société

Démographie

Évolution démographique
1853 1867 1894 1901 1936 1954 1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006
13 130 16 721 17 274 24 692 52 051 60 648 85 151 96 943 98 807 99 844 100 080 94 152 90 347
Nombre retenu à partir de 1967 : Population sans doubles comptes


Évolution de la pyramide des âges de la ville de Fort-de-France, comparaison entre l'année 2006 et 1990[11] :

Pyramide des âges en 2006 en nombre d'individus.
Hommes Classe d'âge Femmes
2 164  75 à plus  4 276
4 727  60 à 74  6 636
10 056  40 à 59  14 086
10 486  20 à 39  12 654
12 695  0 à 19  12 567
Pyramide des âges en 1990 en nombre d'individus.
Hommes Classe d'âge Femmes
1 411  75 à plus  2 911
3 949  60 à 74  5 624
9 101  40 à 59  11 247
16 327  20 à 39  17 987
15 858  0 à 19  15 657

Enseignement

Manifestations culturelles et festivités

Santé

Fort-de-France possède l'un des plus grands CHU de la zone Caraïbe : l'hôpital Pierre Zobda Quitman à la Meynard.

Sports

Clubs sportifs

Fort-de-France compte plusieurs clubs sportifs :

Stades

Deux grands stades à Fort de France 
Autres stades 
  • Stade Serge Rouch
  • Stade Desclieux

Autres équipements sportifs :

  • Hall des sports Pellière Donatien
  • Gymnase du stade Louis Achille

Médias

Personnalités liées à la commune

Économie

Fort-de-France est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie de la Martinique. Elle gère le CFA, l'EGC, le port de la ville, l’aéroport (aéroport international Martinique Aimé Césaire), la Marina Pointe du Bout, la gare maritime inter-îles et le terminal croisière de la Martinique.

Revenus de la population et fiscalité

Emploi

La population active résidant dans la commune atteignait un total de 40 331 individus au recensement de 2006 et le nombre d'emplois 45 793. Le taux de chômage, en 2006, était de 25,6 %[12].

Répartition des actifs occupés par catégorie socioprofessionnelle en 2006

  Agriculteurs Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Fort-de-France 0,3 % 7,2 % 12,8 % 25,6 % 38,2 % 15,8 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Sources des données : INSEE[12]

Entreprises de l'agglomération


Secteurs d'activités

Commerce

Le centre commercial Perrinon au cœur de la ville.

Transport maritime

Fort-de-France est le plus important port de commerce de la Martinique. Le port de Fort-de-France est réparti sur plusieurs sites (le terminal conteneurs de la Pointes des Grives, les quais de la Baie des Tourelles (nord et sud), le quai ouest, le bassin de radoub et le terminal de croisières de la Pointe Simon). La Chambre de commerce et d'industrie de la Martinique gère le port de Fort-de-France depuis 1964. Fort-de-France est le 4e port à conteneurs de France, et le premier bassin d'emploi de l'outre-mer français.

Touristiques et Affaires

Un centre d'affaire est en construction sur une ZAC concédée au début des années 1990 par la ville à la Semaff. Il se situe à la Pointe-Simon de Fort-de-France, sur un espace de 15 hectares, à proximité de l’embouchure de la Rivière Madame. Il devrait comporter :

  • une tour de 20 étages, qui s'élèverait jusqu'à 95 m de haut, pour des commerces et des bureaux.
  • un hôtel quatre étoiles de 7 étages.
  • un immeuble de grand standing de 8 étages, pour des logements et des services à vocation touristique et d'affaire.

La totalité de la surface construite fait prévoir un complexe urbain de 24 000 m².

Il est également prévu une galerie marchande de type « village créole » à proximité du « Malecon » et adossé à l’aménagement du boulevard Alfassa[13].

Culture et patrimoine

Musées

  • Musée Départemental d'Archéologie Précolombienne
  • Muséum d'Histoire Naturelle
  • Réserve du père Pinchon
  • Musée Régional d'Histoire et d'Ethnographie

Monuments, lieux touristiques et patrimoines

  • la bibliothèque Bibliothèque Schoelcher.
  • le cinéma CMAC Atrium.
  • la plage de Fort-de-France
  • le fort Saint-Louis
  • la statue de l'impératrice Joséphine - sur la place de la Savane (les travaux 2007-2008 ont conduit les entrepreneurs à la retirer)
  • le palais des arts et des cultures, Espace Camille Darsières, ancien palais de justice
  • le théâtre de la ville - ancien Hôtel de ville

Monuments religieux catholiques

Espaces verts

  • Le jardin de la Savane
  • Le jardin de Balata
  • Parc Naturel Régional (Domaine de Tivoli)

Gastronomie

Notes et références

  1. Jean-Pierre Doumenge, L'outre-mer français, Armand Colin, 2000
  2. www.meteo.fr
  3. François Doumenge et Yves Monnier, Les Antilles françaises, PUF, collection "Que sais-je ?",1989
  4. www.meteo.fr
  5. Données INSEE citées par Linternaute - Logement à Fort-de-France
  6. Exemple avec la bataille du 20 juillet 1674 contre une force hollandaise
  7. Paul Butel, Histoire des Antilles françaises, Perrin, 2002
  8. www.univ-provence.fr
  9. Denis Martouzet, Fort-de-France. Villes fragile ?, Anthropos, 2001
  10. Serge Letchimy, Urbanisme et urbanisation à la Martinique. Le cas de Fort-de-France, thèse de doctorat de troisième cycle, Université de Paris IV, 1984.
  11. Recensement de l'INSEE en 2006
  12. a  et b INSEE - Résultats du recensement de 2006 - Chiffres clés Emploi - Population active
  13. Projet du centre d'affaire à la Pointe-Simon

Voir aussi

Article connexe

Commons-logo.svg

Liens externes

Vue du Port de Fort-de-France, bateau La Foyalaise pour Les Trois-Ilets.
  • Portail de la Martinique Portail de la Martinique
  • Portail des communes de France Portail des communes de France
Ce document provient de « Fort-de-France ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Fort-de-france de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Fort-De-France — Vue de l arrivée des bateaux en provenance des Trois Ilets Administration Pays France Région Martiniqu …   Wikipédia en Français

  • Fort de France — Vue de l arrivée des bateaux en provenance des Trois Ilets Administration Pays France Région Martiniqu …   Wikipédia en Français

  • Fort de France — DEC …   Deutsch Wikipedia

  • Fort-de-France — Saltar a navegación, búsqueda Fort de France País …   Wikipedia Español

  • Fort-de-France — Fort de France …   Deutsch Wikipedia

  • FORT-DE-FRANCE — Chef lieu de la Martinique, Fort de France s’étend en bordure de la baie qui porte son nom, sur les premières pentes du massif des Pitons du Carbet. La population est en croissance continue: elle passe de 24 700 habitants en 1902 à 39 600… …   Encyclopédie Universelle

  • Fort-de-France —   [fɔːrdə frãs], bis 1802 Fort Royal [fɔrrwa jal], Hauptstadt des französischen Übersee Départements Martinique, im Westen der Insel Martinique, am Nordufer der Baie de Fort de France, 101 500 Einwohner; größte Stadt, Handelszentrum und… …   Universal-Lexikon

  • Fort-de-France — (spr. fōr dö frāngß , früher Fort Royal, Fort Libre und Fort National genannt), Hauptstadt der französisch westind. Insel Martinique, mit trefflichem Naturhafen (le Carenage), der Schiffe von 8,5 m Tiefgang zuläßt und von mehreren Forts… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Fort de France — (spr. Fohr d Frangs, heißt auch Fort Libre [spr. F. Lib r] od. F. Desaix [spr. F. Desäh] u. [zur Zeit des Königthums in Frankreich] F. Royal [spr. F. Roajal]), befestigte Stadt am Cul de Sac Royal auf Martinique (französisches Westindien);… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Fort de France — (Fohr de Frangß), sonst Fort Royal, Hauptstadt der franz. Insel Martinique in Westindien, mit 11500 E., befestigtem Hafen …   Herders Conversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.