Fortifications de Metz


Fortifications de Metz

L’histoire des fortifications de Metz, en Lorraine, remonte au IIIe siècle de notre ère, pour se terminer au XXe siècle. Les dernières fortifications sont particulièrement soignées en raison de la position stratégique de cette ville entre la France et l’Allemagne.

Sommaire

Époque antique

Metz est une ville fortifiée depuis l’antiquité. Les Médiomatriques érigèrent un oppidum dominant la Moselle, probablement sur la colline Sainte-Croix[1]. Lorsque les Romains arrivèrent en 52 avant J.-C., ils construisent un poste militaire, qui s’agrandit peu à peu. Aux IIIe et IVe siècles, les édiles de la cité font construire les premiers remparts de pierre, pour faire face aux premiers assauts des barbares. La ville s’entoure d’une enceinte percée de plusieurs portes où sont réemployés des blocs d’architecture et des stèles des monuments romains. La ville ainsi enclose n’avait plus qu’une longueur de 1 200 mètres et une largeur de 600 mètres et sa superficie était ramenée à 70 hectares. À la chute de l’Empire romain, les fortifications tombent en ruine ou sont intégrées à l’habitat urbain. Les maisons à arcades de la place Saint-Louis ou l’église Saint-Martin sont construites sur les fondations du rempart romain.

Époque médiévale

Fortification de la porte Sainte-Barbe
Article détaillé : Remparts médiévaux de Metz.

Aux IXe[2] et Xe siècles, les fortifications de la cité sont renforcées, notamment par l’évêque Robert. Les remparts sont renforcés une première fois vers 1235. L’enceinte, de plus de 6 000 mètres de long, compte alors pas moins de trente-huit tours carrées ou rondes[3]. La plupart portent le nom des corporations chargées de leur entretien. Une partie de cette enceinte est toujours visible le long de la Seille. En 1324, l’enceinte compte plus de dix-huit portes ou poternes : la porte Serpenoise, la porte Saint-Thiébaut[4], la porte en Chandellerue, la porte des Repenties, la poterne Saint-Nicolas, la porte Mazelle (à Maizelle), la porte des Allemands, la porte Sainte-Barbe, la porte du pont Dame-Colette, la porte du Haut-Champé, la porte de France[5], du Pont Rémond (ou Renmont) de la Saux-en-Rhimport, de Chambière, de l’Hôtel-lambert, d’Outre-seille, du Pontiffroy, du Pont des Morts, d’Anglemur et de Patar[6]. L’enceinte médiévale est renforcée une seconde fois vers 1445, comme le rappelle la porte des Allemands.

Époque moderne

Les fortifications bastionnées de la ville de Metz, en 1645.
Dessin des fortifications de Metz, XVIIe siècle.

Du XVIe siècle au XVIIIe siècle, les fortifications de la ville de Metz connaîtront plusieurs remaniements, qui transformeront radicalement la ville fortifiée médiévale en une véritable place forte moderne, adaptée à l’artillerie et aux nouvelles techniques de siège. Metz devient une place forte au XVIe siècle, avec la construction de la citadelle, peu après le siège de Charles Quint de 1552. Le magasin aux vivres, construit en 1559, fait partie intégrante de la citadelle militaire et témoigne de l’organisation rationnelle de l’intendance des garnisons militaires sous l’Ancien Régime.

Louis XIV reconnait l’importance militaire de la ville et y envoie l’ingénieur Vauban pour examiner les fortifications[7]. Ce dernier visite la place en 1675 et conclut : « Les autres places du royaume couvrent la province, Metz couvre l’État ». Ses plans sont en partie suivis en 1676, puis repris au début du XVIIIe siècle par son élève Louis de Cormontaigne. À cette époque, une partie des portes et remparts médiévaux est démolie et remplacée par de nouveaux ouvrages fortifiés. L'édification d'une double couronne de fortification est confiée à l'ingénieur militaire Louis de Cormontaigne[8], en sa qualité de directeur des places fortes des Evêchés, charge qu'il conserva de 1728 à 1749. La construction du fort de Bellecroix doit protéger le front de la basse Seille, alors que le fort Moselle protège le front de la Moselle au nord-ouest. Cormontaigne conçoit les doubles couronnes en miroir.

Jusqu'au début du XVIIIe siècle, les soldats étaient logés chez l’habitant, ce qui ne manquait pas de créer des problèmes entre la population civile et la garnison. De 1726 à 1731, l’évêque Henri du Cambout de Coislin fait construire à ses frais une immense caserne sur le Champ-à-Seille pour loger l’infanterie[7]. Au fort Moselle, on construit un hôpital militaire royal pouvant accueillir 2 000 malades et un corps de caserne d’artillerie. Un corps de caserne de cavalerie est construit à Chambière de 1732 à 1736. Du Moyen Âge jusqu’à la fin du XIXe, le quartier de l'Amphithéâtre sert de glacis pour les fortifications au sud de la cité. Cormontaigne fait édifier en 1737 la redoute de la Seille selon les plans de Vauban : un fort bastionné en avant des fortifications, à l’emplacement de l’ancien amphithéâtre gallo-romain[9]. Le sud de la ville reçoit également une ligne de remparts en 1739. Les nouvelles constructions militaires permettent de recevoir 10 000 hommes et 2 000 chevaux[7]. L’ensemble de la ville est alors bastionné, rendant sa prise improbable.

Époque contemporaine

Article détaillé : Forts de Metz.
Remise du drapeau au 8e régiment d’artillerie à pied, le 22 avril 1900, à la caserne Steinmetz.

Au cours du XIXe siècle, les progrès de l’artillerie obligèrent les ingénieurs français à concevoir un nouveau système défensif autour de la place forte de Metz, la première ceinture fortifiée. Ce dispositif est à l’origine composé de quatre forts avancés et détachés, les forts du Saint-Quentin et de Plappeville à l’ouest, et les fort de Saint-Julien et de Queuleu à l’est. Ce dispositif, conçu notamment par le colonel Séré de Rivières, était inachevé en 1870. Dans un premier temps, il fut complété par la construction de sept autres forts, par les ingénieurs militaires allemands, entre 1871 et 1898. Dans un second temps, la première couronne de forts fut doublée par une seconde ceinture fortifiée, composée de neuf groupes fortifiés, entre 1899 et 1916.

Les forts sont généralement composés de plusieurs grandes casernes entourées de blockhaus plus petits. Les casernes, enterrées sur trois côtés, tournent le dos aux tirs ennemis, n’offrant aux regards qu’une façade appareillée pour les plus anciennes, ou bétonnée pour les plus récentes. Les casernes ont généralement des murs de plus de deux mètres d’épaisseur et une couverture de plusieurs mètres de terre compactée, souvent renforcée par une chape de béton d’un à deux mètres d’épaisseur. Des tunnels souterrains relient la plupart des structures entre elles. Les forts les plus anciens sont entourés de larges tranchées, véritables douves sèches dont la profondeur atteint parfois une dizaine de mètres. Ces forts étaient en outre entourés d’un réseau dense de fil de fer barbelé.

Aujourd’hui, outre ces forts avancés, de nombreuses casernes et terrains militaires dans l’agglomération messine et les communes avoisinantes rappellent encore le passé militaire de la ville de Metz. Parmi celle-ci, il faut citer les anciennes casernes du Cloître, de Chambière, du fort Moselle, ou du Génie. Dans les années 1890, Metz devient la plus grande place forte d'Europe[10]. Alors que Metz se débarasse de son carcan bastionné hérité du XVIIIe siècle, un nouvel hôpital militaire et de nombreuses casernes se construisent pour répondre aux besoins de la nouvelle garnison allemande, qui oscille entre 15 000 et 20 000 hommes au début de la période[11], et dépasse 25 000 hommes avant la Première Guerre mondiale[12]. Parmi celles-ci, il convient de citer les casernes Barbot, de Lattre de Tassigny, Steinmetz, Grandmaison, Serret, Raffenel, Roques, Dupuis, Roques, Colin et Riberpray.

Bibliographie

  • Christian Dropsy, Les fortifications de Metz et Thionville, Bruxelles, 1995.
  • Alain Hohnadel, La bataille des Forts - Verdun face à Metz, 1995, (ISBN 2-84048-087-5).

Notes et références

  1. Bour René, Histoire de Metz, Paul Even, Metz, 1950
  2. Une charte de 880 atteste l’existence de ces murailles
  3. Bour, op. cit. p 81
  4. Gravure de la porte Saint-Thibault dans Les Chroniques de la ville de Metz : 900-1552
  5. La porte de France, composée de trois portes avec pont-levis, communiquait avec le pont des Morts au nord-Ouest : (Site Autour des Arènes de Metz Sablon, consulté le 10 octobre 2009.)
  6. Bour, op. cit., p. 81-82.
  7. a, b et c René Bastien, « Metz devient une ville fortifiée », p. 155-159 dans Histoire de la Lorraine, Éditions Serpenoise, 2e trimestre 1998, Metz, 224 p., ISBN 2-87692-088-3
  8. Gérard Michaux, Le siècle de Belle-Isle, in François-Yves Le Moigne, Histoire de Metz, Privat, Toulouse, 1986, (pp.265-267)
  9. Site archéologique de la ZAC du quartier de l’amphithéâtre de Metz en Moselle, Inrap, Publié le 16 juillet 2009 et mis à jour le 5 octobre 2009. Consulté le 5 janvier 2010.
  10. François Roth, Metz annexée à l'Empire allemand, in François-Yves Le Moigne, Histoire de Metz, Privat, Toulouse, 1986, (p.350)
  11. René Bour, op. cit., 1950, p. 227.
  12. L’Express, no 2937, du 18 au 24 octobre 2007, dossier « Metz en 1900 », d’après Philippe Martin de l’université de Nancy 2.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Fortifications de Metz de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Fortifications of Metz — The Fortifications of Metz, a city in northeastern France, are extensive, due to the city s strategic position near the border of France and Germany. After the Franco Prussian War of 1870, the area was annexed by the newly created German Empire… …   Wikipedia

  • Fortifications de la ville de Metz — Fortifications de Metz Groupe fortifié l Aisne (Feste Wagner), 1904 1912 Les fortifications de Metz, en Lorraine, sont particulièrement soignées, en raison de la position stratégique de cette ville, entre la France et l’Allemagne. Metz est une… …   Wikipédia en Français

  • Metz — For other uses, see Metz (disambiguation). Metz   Commune   Municipalité de Metz From top: Panora …   Wikipedia

  • Metz — 49° 07′ 13″ N 6° 10′ 40″ E / 49.1203, 6.1778 …   Wikipédia en Français

  • Metz — • A town and bishopric in Lorraine Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Metz     Metz     † Catho …   Catholic encyclopedia

  • Metz Au Moyen Âge — Saint Clément, premier évêque de Metz, conduit le Graoully sur les bords de la Seille. L’histoire de Metz au Moyen Âge est celle d’une ville libre d’Empire qui s’affranchit graduellement de la tutelle féodale impériale avant de devenir en 1552… …   Wikipédia en Français

  • Metz au Moyen-Âge — Saint Clément, premier évêque de Metz, conduit le Graoully sur les bords de la Seille. L’histoire de Metz au Moyen Âge est celle d’une ville libre d’Empire qui s’affranchit graduellement de la tutelle féodale impériale avant de devenir en 1552… …   Wikipédia en Français

  • Metz au Moyen Age — Metz au Moyen Âge Saint Clément, premier évêque de Metz, conduit le Graoully sur les bords de la Seille. L’histoire de Metz au Moyen Âge est celle d’une ville libre d’Empire qui s’affranchit graduellement de la tutelle féodale impériale avant de… …   Wikipédia en Français

  • Metz au moyen âge — Saint Clément, premier évêque de Metz, conduit le Graoully sur les bords de la Seille. L’histoire de Metz au Moyen Âge est celle d’une ville libre d’Empire qui s’affranchit graduellement de la tutelle féodale impériale avant de devenir en 1552… …   Wikipédia en Français

  • FORTIFICATIONS — Le mot «fortification» apparaît au XIVe siècle. C’est un latinisme, emprunté au bas latin fortificare , fortificatio , dont la racine est fortis et qui signifie, d’une part, action de fortifier et, de l’autre, ouvrage défensif. Il n’y a, pour une …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.