Fourrures


Fourrures

Fourrure

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fourrure (homonymie).
Différentes fourrures

La fourrure est le pelage d'un animal. Par extension il s'agit également de la peau de celui-ci, tannée en préservant les poils[1].

Sommaire

Pelage

Fourrure d'opossum.

Le terme fourrure désigne les poils des mammifères, aussi connu comme le pelage (comme le terme plumage pour les oiseaux). La véritable fourrure vient des animaux dont la peau est recouverte de poils plus ou moins longs, épais ou denses. Les chiens sont par exemple dits à poil court, poil long ou poil dur. Les espèces à la fourrure presque inexistante sont appelés nu, comme le chien nu mexicain et le Rat-taupe nu.

La fourrure consiste habituellement en deux couches principales :

  • le duvet proche du corps, dense et court ;
  • le poil de garde ou jarre qui dépasse du duvet et qui donne la couleur.

Textile

Etole de fourrure, 1914

Les hommes primitifs portaient de la fourrure pour se vêtir à l'époque des cavernes. L'époque moderne a créé de nombreuses matières synthétiques ou naturelles de substitution.

Tonte des moutons au XIXe siècle

La création de vêtements en fourrure implique de laisser le poil de l'animal sur la peau traitée. Par contraste le cuir implique de retirer la fourrure de la peau. La fourrure tondue d'un mouton est appelée la laine[2]. Elle s'obtient par tissage des poils tondus qui repoussent ensuite et peut être facilement filée et tissée pour créer des textiles chauds et doux en fibres naturelles.

D'autres animaux ont un pelage qu'il est possible de tisser[3].

Plusieurs espèces de chèvres à poil long donnent une fibre recherchée comme la chèvre du Tibet (ou chèvre angora) qui fournit le mohair ou le tibet, la chèvre Pashmînâ ou chèvre de Kaschmir (Capra Hircus) qui fournit le Pashmînâ[4] ou le cachemire quand il ne s'agit pas des poils issus des parties les plus douces du cou et du torse[5], et la chèvre de Mongolie[3].

On tisse aussi le poil du lapin angora qui fournit l'angora après épilation[6], le mouflon, le chameau, le paco[7] qui fournit l'alpaga, le lama, la vigogne[3] et même parfois le poil de chien[8].

Fourrure naturelle

Ecorchage d'un phoque.
Decoration de maisons Robert Schütz et C. Wöbke, à Leipzig (1904)

La fourrure proprement dite est obtenue par écorchage, ou dépeçage, des animaux, nettoyage puis tannage de leur peau. Différentes opérations effectuées dans des tanneries permettent de conserver la peau souple et de la rendre imputrescible.

La procédure habituelle comporte de nombreuses étapes[9] :

  • La conservation de la peau crue par salage et séchage sur un cadre,
  • Le décharnage pour enlever les résidus de chair,
  • Un trempage plus au moins long selon que l'on désire conserver le poil ou non,
  • Le dégraissage suivi d'un rinçage,
  • Le pickelage avec un mélange de vinaigre et d'eau pour préparer au tannage,
  • Le tannage, imprégnation chimique (chrome, aluminium (alun)) ou naturel (écorces d'arbres ou graisses animales), suivi d'un nouveau rinçage,
  • Le raccommodage, pour réparer les trous et déchirures éventuelles
  • Graissage pour assouplir avec une graisse qui ne rancit pas
  • Assouplissement de la peau encore humide en l'étirant
  • Le séchage
  • La finition : ponçage, égalisation des bords, graissage à l'huile de pied de bœuf, etc.
  • La confection d'objets et vêtements

l'histoire

Dépôt de fourrures, Alberta 1890
Marché aux fourrures, Irbit, vers 1900

Bien avant la découverte du textile, les hommes et les femmes utilisaient des peaux de bêtes pour se vêtir. Les hommes préhistoriques découvrirent très tôt comment conserver les fourrures. Ils avaient déjà à leur disposition le tannage végétal qui utilise des écorces d'arbres riches en tanins (chêne, bouleau, etc…) et le tannage aux graisses animales qui utilise la cervelle ou le suif[10].

Au Moyen Âge et sous l'Ancien Régime, une communauté d'artisans spécialisés s'occupe du travail des fourrures : les pelletiers (terme logiquement devenu un nom de famille courant sous diverses déclinaisons).

La traite des fourrures joua un rôle économique important par le passé. Les trappeurs explorèrent et ouvrirent aux colons de grandes parties de l'Amérique du Nord, et la mode pour les chapeaux de castor mena à une compétition intense pour la matière première. Pendant environ 200 ans, la fourrure a été la ressource la plus importante de la Nouvelle-France et ensuite de la province de Québec. Mais, au tournant des années 1800 le commerce des fourrures entra dans un certain déclin.

Le commerce des peaux

Travail de la fourrure en 1568
Manteau de renard teinté.

La fourrure naturelle est la seule véritable fourrure[11], comme le cuir naturel est le seul véritable cuir. Mais, les règlements autorisent que la soie synthétique soit vendue comme de la soie naturelle.

Le marché de la fourrure, qui était très fort dans les années 70 et 80, a connu une forte chute après le krach boursier de 1987[12].

En février 2007 la fourrure d'élevage représente 85% du commerce mondial de la fourrure[13].

En Europe:
La fourrure d'élevage est majoritairement produite en Europe qui fournit 70% des visons et 63% des renards qui sont les espèces les plus répandues avec le chinchilla. L'Union européenne compte 6000 fermes familiales qui sont réparties dans 16 pays différents, essentiellement au Danemark, en Finlande, Norvège et aux Pays-Bas[13].

Le Danemark est le premier pays producteur de vison d'élevage avec 32 % de la production mondiale[14].

Reste du monde:
l’Argentine, les États Baltes, la Chine, l’Amérique du Nord et la Russie sont d'autres grands pays d'élevages destinés à la production des fourrures[13].

La Chine en 2005 est le premier pays producteur au monde de renards d'élevage[14].

Le volume des ventes de peaux étant dépendant des températures hivernales, les hivers doux et la crainte du réchauffement climatique préoccupent les professionnels. En effet après un hiver 2006-2007 particulièrement clément les ventes ont chuté de 50% en volume et de 20% en prix d'après la principale société de ventes aux enchères[13].

Les produits finis

La fourrure est utilisée par l'industrie du luxe pour confectionner des manteaux, des garnitures vestimentaires et des accessoires de décoration.

La fourrure est aussi utilisée en taxidermie pour la création d'animaux naturalisés.

L'éthique

Installation anti-fourrure en Allemagne

Depuis plusieurs années des associations militent pour l'interdiction de l'exploitation et contre la maltraitance des animaux pour leur fourrure, en particulier le piégeage[15]. Elles encouragent les commerces qui renoncent à vendre de la fourrure[16] et organisent des campagnes médiatiques pour sensibiliser l'opinion publique[17], parfois en utilisant des images choc[18].

La législation impose désormais que les pièges ne soient pas inutilement cruels.

Les professionnels de la fourrure canadienne ont de leur côté fait des efforts de communication pour expliquer qu'un élevage raisonné, avec des règles strictes, pouvait être considéré comme aussi écologique que la production de fourrures synthétiques à base de produits pétroliers non renouvelables[12]. Ils disent contribuer également au maintien de l’équilibre écologique par la récupération des différents sous-produits animaux impropres à la consommation humaine[19] et soutenir les peuples autochtones et les personnes qui vivent de la nature et la protègent[12].

Des recherches scientifiques tentent par ailleurs de concilier fourrure naturelle et éthique en développant des races nouvelles comme l'orylag, un lapin domestique exploitable pour sa chair appréciée des gastronomes aussi bien que pour sa fourrure proche de celle du chinchilla[20]. Mais ce type d'arguments ne convainc pas encore les militants anti-fourrure[21].

Dans la Communauté européenne, à compter du 31 décembre 2008 et sauf dérogation exceptionnelle, « la mise sur le marché, l'importation dans la Communauté et l'exportation depuis cette dernière de fourrure de chat (tout animal de l'espèce felis silvestris) et de chien (tout animal de la sous-espèce canis lupus familiaris) et de produits en contenant sont interdites. »[22]

Fausse fourrure

Fourrure synthétique
Ours en peluche en fausse fourrure

Imitation de la fourrure naturelle, la fausse fourrure appelée à tort "fourrure synthétique" est composée de fibres synthétiques (obtenues à partir du pétrole).

Production

La fabrication de fausse fourrure à un coût de production économique et une fabrication à grande échelle est possible grâce à une machine de traitement à écoulement liquide. La fabrication part d'un « tissu de base au travers duquel des fibres de formation de la fourrure sont inclinées dans le sens longitudinal de manière que ces fibres soient parallèles au sens longitudinal autour de la partie centrale et suivant un angle compris entre 10 et 80 degrés par rapport au sens longitudinal »[23].

En 2004, la société Tissavel devient le numéro un mondial de la fourrure synthétique. Toute la production de fourrures tissées est faite en France à Neuville-en-Ferrain[24].

Utilisation

L'utilisation de la fourrure synthétique ne se limite pas au marché du vêtement. La fausse fourrure sert aussi à fabriquer des tissus techniques : des rouleaux à peindre, des articles de nettoyage ou encore des tissus double parois en trois dimensions[24], des filtres, anti-escarres , anti-bactériens, etc. Les produits synthétiques servent aussi à faire des fourrures pour les peluches ,des tapis fantaisies et des tapis pour salle de bain[25].

Le symbolisme

Habit de l'homme primitif, c'est pour l'homme moderne un symbole de luxe. La fourrure est par extension un signe de réussite sociale.

La texture douce et chaude de la fourrure plaît à beaucoup de gens et pour certains l'attraction devient un fétichisme sexuel.

Ambox notice.png Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références

  1. Fourrure dans TLFI
  2. la laine
  3. a , b  et c Poils
  4. la laine Pashmina
  5. Différences entre Pashmina et Cachemire
  6. LE LAPIN ET L'ÉPILATION
  7. Paco, définition sur answers.com
  8. La passion du filage au rouet, laine en poil de chien ou le filage de laine canine
  9. Tannage d'une peau avec poils
  10. Le tannage
  11. Décret sur les fraudes et falsifications des fourrures et produits similaires, Décret n°91-1163 du 12 novembre 1991, sur le site legifrance.gouv
  12. a , b  et c État de la situation de l’élevage des animaux à fourrure au Québec, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2006, p6. Lire le document PDF
  13. a , b , c  et d [1] Le réchauffement climatique pourrait avoir la peau du marché de la fourrure, par Elisabeth Studer le 8 février 2007
  14. a  et b État de la situation de l’élevage des animaux à fourrure au Québec, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2006, p8.Lire le document PDF
  15. Les animaux: La trappe de la fourrure
  16. Jacob fait un cadeau de Noël aux animaux
  17. Mode anti-fourrure 2006
  18. CONTRE LA FOURRURE, signe extérieur de cruauté, sur le site de la Fondation Brigitte Bardot
  19. État de la situation de l’élevage des animaux à fourrure au Québec, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2006, p25.Lire le document PDF
  20. INRA, 2006. Lire le document Pdf
  21. Peau de lapin-Orylag, les bonnes œuvres de l’INRA
  22. Texte de la loi
  23. Yamashita et all.,1984,Artificial fur and process for its production
  24. a  et b Tissavel devient le numéro un mondial de la fourrure synthétique, Communiqué de Europefa, adhérent Fusacq
  25. Exemples de produits

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Commons-logo.svg

Ce document provient de « Fourrure ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Fourrures de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Compagnie des fourrures du Missouri — La Compagnie des fourrures du Missouri (en anglais, Missouri Fur Company) est, avec la Pacific Fur Company de John Jacob Astor, l une des premières compagnies de traite des fourrures qui ait été fondée et dirigé par des Américains. Son… …   Wikipédia en Français

  • Le Pays des fourrures — Sur les autres projets Wikimedia : « Le Pays des fourrures », sur Wikisource (bibliothèque universelle) Le Pays des fourrures est un roman de Jules Verne paru en 1873. Il fut publié dans le Magasin d Éducation et de Récréation du… …   Wikipédia en Français

  • Traite des fourrures — La traite des fourrures est une des principales activités économiques du XVIIe siècle au XIXe siècle, entre les colons européens d Amérique du Nord, français et britanniques et les autochtones des Premières Nations. Les fourrures… …   Wikipédia en Français

  • Compagnie américaine des fourrures — American Fur Company Le commerce de la fourrure en Amérique du Nord L American Fur Company ou Compagnie Américaine des Fourrures fut fondée par John Jacob Astor en 1808 dans la région des Grands Lacs. La compagnie grandit au point de monopoliser… …   Wikipédia en Français

  • Le Pays Des Fourrures — est un roman de Jules Verne paru en 1873. Sommaire 1 Synopsis 2 Thèmes abordés dans le roman 3 Liste des personnages 3.1 …   Wikipédia en Français

  • Le pays des fourrures — est un roman de Jules Verne paru en 1873. Sommaire 1 Synopsis 2 Thèmes abordés dans le roman 3 Liste des personnages 3.1 …   Wikipédia en Français

  • Les Chasseurs de fourrures (film, 1910) — Les Chasseurs de fourrures est un film muet français réalisé par Jean Durand et sorti en 1910. Distribution Joë Hamman Gaston Modot Lien externe Les Chasseurs de fourrures (film, 1910) sur l’Internet Movie Database Version plus complète en… …   Wikipédia en Français

  • fourrure — [ furyr ] n. f. • forreüre 1160; de fourrer I ♦ 1 ♦ Peau d animal munie de son poil, préparée pour servir de vêtement, de doublure, d ornement. ⇒ pelleterie. Fourrure à long poil, à poil ras. Fourrure unie, tachetée. Couverture, descente de lit… …   Encyclopédie Universelle

  • Fourrure — Pour les articles homonymes, voir Fourrure (homonymie). Différentes fourrures Le terme fourrure désigne aussi bien le pelage d un animal vivant que la peau garnie de son poil …   Wikipédia en Français

  • Jedediah Smith — Pour les articles homonymes, voir Smith. Jedediah Strong Smith, (né vers 1798 dans le Comté de Chenango de l État de New York et probablement tué le 27 mai 1831 aux abords de la rivière Cimarron, dans le Kansas, lors d un voyage entre… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.