Francois Le Lionnais


Francois Le Lionnais

François Le Lionnais

François Le Lionnais (3 octobre 1901 à Paris - 13 mars 1984 à Boulogne-Billancourt, France) est un ingénieur chimiste mathématicien épris de littérature, doublé d’un écrivain passionné de sciences.

Sommaire

Biographie

Après une approche professionnelle dans l'industrialisation de la téléphonie automatique, il devint un résistant lyonnais de la première heure (du groupe Front National), puis fut déporté à Dora durant deux ans sur les chaînes de montage des circuits de guidage des fusées V2… parfois « modifiés » par ses soins.

Nommé par la suite Directeur des Études Générales à l'École Supérieure de Guerre, il devint Chef de la Division d'Enseignement et de Diffusion des Sciences à l'UNESCO au début des années 1950.

Cofondateur -le 26 juin 1950 avec Louis de Broglie et son grand ami Jacques Bergier- et Président de l'Association des Écrivains Scientifiques de France (initialement financée par l'UNESCO), il devient également membre du Comité consultatif du langage scientifique de l’Académie des Sciences et du Comité d’étude des termes techniques français, ainsi que Conseiller scientifique de la Commission de Restauration des Œuvres d’Art des Musées Nationaux français, et expert technique auprès du Conseil indien pour la Recherche scientifique durant cette décennie.

En 1952, il crée le Prix Kalinga-UNESCO de Vulgarisation scientifique, toujours avec Jacques Bergier.

Célèbre à la fois pour son livre sur les Nombres remarquables et la fondation de l’Oulipo, ingénieur et chimiste de formation, il fut régent du Collège de ’Pataphysique, grand spécialiste du jeu d'échecs et producteur-animateur d’une émission de radio diffusée régulièrement tout au long des années 60, La Science en marche (sur France Culture), alors qu'il est membre du Comité des sciences de la R.T.F.

Ses connaissances littéraires, musicales ou picturales et mathématiques, l’amenèrent à rassembler des artistes et des chercheurs autour d’ouvroirs dans lesquels un sujet X serait traité uniquement sous un aspect potentiel et où les créations se feraient sous contraintes.

À l’intérieur de cet « Ou-X-Po » général (Ouvroir d’X Potentielle), il fonde l’Oulipo avec Raymond Queneau pour ce qui concerne la littérature, puis l’Oulipopo pour la littérature policière, l’Oupeinpo pour la peinture, et avec Noël Arnaud (qui lui succédera à la présidence de l’Oulipo et aux destinées de l’Ouxpo) jette les bases de ce qui deviendra l’Oucuipo pour la cuisine.

Il meurt en 1984, laissant d’innombrables projets en suspens. Ce n’est qu’en 1991 avec la création, par Stanley Chapman, de l’Outrapo pour la tragicomédie en particulier, et tous les arts de la scène en général, que l’Ouxpo prendra un nouvel essor.

Il possédait une extraordinaire bibliothèque de près de 30 000 ouvrages, dont un dixième consacré au seul jeu d'échecs.

Décorations et récompenses

Œuvres écrites

Suite à ses entretiens scientifiques radiodiffusés
  • La Science en marche, Les Yeux Ouverts:
    • t. 1 La Prévision du temps (avec J. Bessemoulin, R. Clausse, l. Facy et A. Viaut - 1962)
    • t. 2 L'Éclairagisme : lumière et couleur (avec Mme Jonckeere, M. Deribère, Y. Le Grand et J. Maisonneuve - 1962)
Sur les sciences
  • Cinquante années de découvertes, bilan 1900 - 1950 (collectif), Seuil 1950.
Sur les mathématiques
  • Les Nombres remarquables, Hermann.
  • Les Grands Courants de la pensée mathématique, Cahiers du Sud. 1948 (ce titre reprend une locution souvent reprise dans l'introduction du livre de Pierre Boutroux L'Idéal scientifique des mathématiciens dans l'Antiquité et dans les Temps modernes, Paris, Alcan, 1920).
  • Dictionnaire des Mathématiques, PUF (avec A. Bouvier et M. George, 1979 - (ISBN 2-13-047821-2)).
  • Traducteur avec Francine Béris (pseudonyme de Francine Bloch) de Les Mathématiques et l'Imagination de Edward Kasner et James Newman, Paris, Payot, 1950.
Sur la littérature
  • LiPo (1er Manifeste de l’OuLiPo), Gallimard 1963.
  • 2nd Manifeste de l’Oulipo, Gallimard 1973.
  • 3e Manifeste de l’Oulipo, Bibliothèque Oulipienne n°30.
  • Un Certain Disparate, Bibliothèque Oulipienne n°85.
  • Lewis Carroll précurseur de l’OU.LI.PO, Éd. Henri Veyrier. 1978.
Sur la peinture
  • Magnelli, Galerie de France. 1960.
  • La Peinture à Dora, L’Échoppe. 1999.
Sur les échecs
  • L'Ouverture française 1e4-e6, Éditions des Cahiers de l'Échiquier Français, 1935.
  • Le Jardin des échecs, Éditions des Cahiers de l'Échiquier Français, 1936.
  • Les Prix de beauté aux échecs, Payot, 1939 ; Deuxième édition en 1951 ; troisième en 2002.
  • Le Jeu d'échecs, « Que Sais-je », PUF, 1957 ; Réédition en 1974.
  • Tempête sur l’échiquier, Belin, 1981.
  • Marcel Duchamp joueur d’échecs, L’Échoppe, 1997.
Divers
  • Le Temps, Éd. Robert Delpire. 1959.

Bibliographie

  • Viridis Candela (Carnets trimestriels du Collège de Pataphysique), n° 18, 15 décembre 2004: spécialement consacré à Le Lionnais.
  • Olivier Salon, François Le Lionnais, un érudit universel[1]

Notes et références

  1. lire en ligne sur le site du CNRS

Liens externes

le dossier consacré à François Le Lionnais sur le site de l'Oulipo

  • Portail des échecs Portail des échecs
Ce document provient de « Fran%C3%A7ois Le Lionnais ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Francois Le Lionnais de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • François Le Lionnais — (3 octobre 1901 à Paris 13 mars 1984 à Boulogne Billancourt, France) est un ingénieur chimiste mathématicien épris de littérature, doublé d’un écrivain passionné de sciences. Sommaire 1 Biographie …   Wikipédia en Français

  • François Le Lionnais — (October 3, 1901 ndash; March 13, 1984) was a French chemical engineer and mathematician, perhaps best known as a founder of the literary movement Oulipo.Le Lionnais was born in Paris. A Dada poet in the 1920s, he became director of a large… …   Wikipedia

  • LE LIONNAIS (F.) — FrançoisLE LIONNAIS 1901 1984 Ingénieur chimiste de formation, François Le Lionnais aimait se présenter comme mathématicien. Jeune encore, il s’occupe du téléphone automatique. Résistant, il est déporté à Dora où il sabote le système de guidage… …   Encyclopédie Universelle

  • Ouvroir de littérature potentielle — L Ouvroir de littérature potentielle, généralement désigné par son acronyme OuLiPo (ou Oulipo), est un groupe international de littéraires et de mathématiciens se définissant comme des « rats qui construisent eux mêmes le labyrinthe dont ils …   Wikipédia en Français

  • Oulipopo — L OU.LI.PO.PO. (Ouvroir de littérature policière potentielle) est un groupe de recherche créé le 23 août 1973 (13 phalle 100) à l’instigation de François Le Lionnais, sur le modèle de l’Oulipo. Sommaire 1 Historique, missions et membres… …   Wikipédia en Français

  • Oulipo — French literature By category French literary history Medieval 16th century  …   Wikipedia

  • Oupeinpo — Oupeinpo, contraction d ouvroir de peinture potentielle, s est créé en 1980 au sein de l Ou X Po afin d inventer des formes, des contraintes mathématiques, logiques ou ludiques capables de soutenir le travail des peintres et plus généralement des …   Wikipédia en Français

  • Johner - Nimzowitsch (Dresde, 1926) — La partie Johner Nimzowitsch (Dresde, 1926) est une remarquable partie d échecs jouée par Aaron Nimzowitsch et Paul F. Johner en 1926. Selon certains analystes[1], elle est le point de départ de l école hypermoderne. Sommaire 1 Contexte 2 Partie… …   Wikipédia en Français

  • Maroczy - Tartakover, Teplitz-Schönau, 1922 — Maróczy Tartakover (Teplitz Schönau, 1922) Cet article utilise la notation algébrique pour décrire des coups du jeu d échecs. La partie Maróczy Tartakover (Teplitz Schönau, 1922) est une fameuse partie d échecs jouée par Géza Maróczy et Xavier… …   Wikipédia en Français

  • Maroczy - Tartakover (Teplitz-Schonau, 1922) — Maróczy Tartakover (Teplitz Schönau, 1922) Cet article utilise la notation algébrique pour décrire des coups du jeu d échecs. La partie Maróczy Tartakover (Teplitz Schönau, 1922) est une fameuse partie d échecs jouée par Géza Maróczy et Xavier… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.