Fusion à froid


Fusion à froid

Fusion froide

La fusion froide doit être distinguée de la Fusion catalysée par muons, initialement qualifiée, et elle seule, de fusion froide. C'est une réaction de fusion nucléaire qui aurait été réalisée dans des conditions de température et de pression ambiantes. La fusion nucléaire est réalisable en obtenant des pressions et des températures extrêmes telles que celles régnant dans le soleil, dans l'explosion d'une bombe atomique (principe de la bombe à Hydrogène) ou de façon plus contrôlée dans des installations telles que Tore Supra à Cadarache, le JET (Joint European Torus) à Oxford ou le futur ITER à Cadarache qui chacun permettent d'obtenir des plasmas suffisamment chaud et à très hautes densité de plasma pour produire des phénomènes de fusion atomique.

Fusion froide est un terme populaire pour désigner le domaine de recherche sur les « réactions nucléaires à basse énergie ». Il est devenu commun suite à la controverse entourant l'expérience de Fleischmann et Pons en mars 1989. Plusieurs équipes de recherche ont alors tenté de reproduire leurs résultats, sans y parvenir. Un comité organisé par le Département de l'Énergie des États-Unis a alors conclu qu'il n'y avait pas de preuves convaincantes qu'une source d'énergie utile pourrait résulter de ces recherches. Cinq ans plus tard, la plupart des gouvernements et des chercheurs considéraient que le phénomène n'était qu'une illusion.

Depuis, plusieurs chercheurs ont continué les recherches et participé aux conférences internationales sur la fusion froide. Ils ont publié leur travaux dans des revues scientifiques réputées, en annonçant la génération d'énergie anormale ou d'autres effets nucléaires. La sophistication des calorimètres a fait de grands progrès, conclut en 2004 un second comité du Département de l'Énergie des États-Unis, et les preuves de génération d'énergie anormale sont plus convaincantes qu'en 1989. Cependant, selon son rapport, de nombreuses expériences sont mal documentées, l'amplitude du phénomène n'a pas augmenté, il est difficile à reproduire, et une origine nucléaire est généralement exclue. Le comité s'est donc opposé au financement d'un programme de recherche majeur, et a identifié différents domaines de recherche susceptibles de résoudre la controverse scientifique.

Sommaire

Aperçu

Lorsque l'eau est électrolysée dans un vase entouré d'un calorimètre, il est possible de vérifier la loi de conservation de l'énergie en utilisant les théories de l'électricité, de la thermodynamique et de la chimie: l'énergie électrique en entrée, la chaleur accumulée dans le vase, l'énergie chimique stockée, et la chaleur s'échappant du vase s'équilibrent parfaitement. Lorsque la cathode est constituée de palladium, et lorsque l'eau est remplacée par de l'eau lourde, on s'attend aux mêmes transferts d'énergie.

Ce que Fleischmann et Pons observèrent dans leurs expériences, à leur grand étonnement, c'est que, dans certains cas, la quantité de chaleur mesurée par le calorimètre est plus grande que prévu. Lorsqu'ils ont calculé la densité de puissance sur base du volume de la cathode, ils ont obtenu une valeur trop grande pour être explicable par une réaction chimique. Par conséquent, ils conclurent que l'effet devait être nucléaire, bien qu'ils n'eussent pas de preuves expérimentales.

D'autres scientifiques ont essayé de reproduire ces résultats. Beaucoup ont échoué, mais quelques uns ont réussi et ont publié leurs résultats dans des journaux scientifiques comme le Japanese Journal of Applied Physics et le Journal of Electroanalytical Chemistry[1]. Certains chercheurs pensent qu'il y a suffisamment de preuves expérimentales pour établir la validité scientifique du phénomène, tandis que d'autres rejettent ces preuves : en 2004, le comité d'évaluation du département de l'énergie américain est resté divisé de façon égale sur cette question (ce qui est un changement significatif par rapport aux conclusions du comité équivalent de 1989).

La recherche de produits de fusion nucléaire a donné des résultats contradictoires, ce qui a amené deux tiers du comité de 2004 à rejeter la possibilité de réactions nucléaires lors de ces expériences. Une raison supplémentaire de rejeter cette hypothèse est le fait que les théories physiques actuelles seraient incapables d'expliquer comment la fusion nucléaire pourrait survenir dans ces expériences, et comment l'énergie générée pourrait être convertie en chaleur (plutôt qu'en rayonnement ou en autres produits nucléaires). Cependant, en 2006, Mosier-Boss et Szpak, chercheurs à la marine américaine, ont annoncé des preuves non ambiguës de réactions nucléaires, qui doivent être encore reproduites de façon indépendante par d'autres chercheurs[2].

Le bureau américain des brevets a accordé un brevet concernant la fusion froide en 2001[3]. Cependant, notre connaissance actuelle du phénomène, s'il est avéré, est insuffisante pour envisager des applications commerciales dans un avenir proche. Le comité de 2004 a identifié plusieurs domaines de recherche à conduire par la méthode scientifique : la recherche continue.

D'autre métaux que le palladium peuvent, selon plusieurs rapports d'expérimentateurs et sous couvert de l'affirmation de l'existence de la réaction, servir à la fusion froide : typiquement, la famille des métaux précieux, tel que l'iridium, l'osmium, le platine, le rhodium et le ruthénium est suspectée d'avoir les propriétés suffisantes pour entretenir cette réaction. Des expériences, néanmoins jamais reproduites par la communauté, ont aussi mis en cause le nickel ou le fer. Dans le cadre d'une possible utilisation industrielle, le remplacement du palladium cher par un métal plus abondant est primordial.

Les expérimentateurs affirment que la fusion s'accompagne aussi d'une transmutation au niveau de la cathode[4]. De l'or, de l'argent, du chrome, du fer et du cuivre auraient ainsi été découvert, ce qui alimente les théories ésotériques de la proximité de l'alchimie et de la fusion froide, même si les scientifiques apprécient peu ce rapprochement. De plus, près de 1000 fois le bruit de fond neutronique auraient été détecté aux abords d'un réacteur à fusion froide. Toutes les expériences ne produisent cependant pas des neutrons, ou alors à trop faible quantité pour être significative.

Historique

Argentine

Au début des années 1950, un docteur en physique autrichien appelé Ronald Richter avait persuadé le général Peron, président argentin, que l'énergie de fusion était maîtrisable à l'échelle de laboratoire. Il se basait sur le fait que sur une population d'atomes, il y avait statistiquement une fraction (très petite) d'atomes possédant une énergie suffisante pour obtenir la fusion.

Peron lui alloua un budget qui a permis à Richter de s'équiper avec le matériel le plus avancé de l'époque, et il lui a confié la construction de ses installations sur une île dans un lac des Andes Patagoniens, près de la ville de Bariloche, une colonie suisse fondée en 1904. Le projet a été appelé Projet Huemul, selon le nom de l'île.

Suite à une erreur d'interprétation dans une expérience de Richter, ce dernier annonça l'obtention de la fusion nucléaire. Malgré cette annonce, qui a suscité beaucoup de controverses, une commission d'enquête à la charge de physiciens argentins est arrivée à la conclusion que Richter n'avait pas obtenu de fusion, et Richter a du quitter le pays. Le projet a été fermé en 1952.

En 1955, Peron a été remplacé suite à un putsch militaire. Le nouveau gouvernement a donné ce qui restait de l'équipement du laboratoire de Richter à un jeune physicien argentin formé en Angleterre et membre de la commission d'enquête, José Antonio Balseiro. Avec cet équipement, et une poignée de professeurs, il a créé en 1955 l'Institut de Physique qui porte aujourd'hui son nom.

Un livre du Dr. Mario Mariscotti narre comme dans un roman les faits dans son livre El secreto atómico de Huemul.

USA

Le 23 mars 1989, la « Une » du Financial Times déclencha une onde de choc : deux électrochimistes, Stanley Pons et Martin Fleischmann de l'université d'Utah, y déclaraient avoir réussi à obtenir une réaction de fusion nucléaire lors d'une relativement banale expérience d'électrolyse effectuée avec une simple paire d'électrodes (dont une de palladium) reliées à une batterie et immergées dans de l'eau lourde

Lors de cette expérience, ils auraient mesuré un important dégagement de chaleur excédentaire qu'ils interprétaient comme la résultante d'un phénomène de fusion nucléaire contrôlée. Ce type de réaction nucléaire, au cours de laquelle des noyaux atomiques fusionnent en générant une très grande quantité d'énergie, est en quelque sorte le Graal des physiciens qui s'efforcent depuis plus de cinquante ans de contrôler les mécanismes à l'origine du fonctionnement des étoiles, mais également des bombes thermonucléaires. La maîtrise de cette source d'énergie quasi-illimitée libérerait l'humanité des contraintes liées à l'exploitation de ressources énergétiques non renouvelables ou générant des déchets dangereux, comme c'est le cas actuellement pour le nucléaire « classique » reposant sur le principe de la fission des noyaux atomiques.

L'annonce du Financial Times arrivait dans un contexte bien particulier : trois ans auparavant, Tchernobyl avait rappelé à l'ensemble de la planète que l'énergie nucléaire de fission pouvait présenter des dangers considérables et les programmes électro-nucléaires engagés au lendemain du premier choc pétrolier de 1973 commençaient à être de plus en plus critiqués par l'opinion publique des principaux pays industrialisés.

Les travaux sur la fusion thermonucléaire contrôlée marquaient toujours le pas depuis 50 ans malgré les milliards de dollars investis et, après les chocs pétroliers des années 1970, les consommations énergétiques avaient repris leur progression. Enfin, même si on assistait à l'implosion du Bloc de l'Est, le contexte géopolitique restait incertain avec la montée des fondamentalismes religieux et du nationalisme dans les principaux pays producteurs de pétrole.

Dans ce contexte, la perspective ouverte par Pons et Fleischmann de produire des quantités d'énergie quasi-illimitées à partir de l'eau, semblait merveilleuse.

D'emblée, le débat dépassa donc le cadre feutré des publications scientifiques : l'information fut immédiatement reprise de par le monde par la plupart des quotidiens et chaînes de télévision et présentée comme ce qui pouvait être, à juste titre, une découverte scientifique majeure, mais également la promesse d'un nouvel âge pour l'Humanité.

Cependant, dès la publication de la découverte de cette « fusion froide », de nombreux scientifiques contestèrent, sinon la réalité du dégagement de chaleur décrit par les deux électrochimistes, du moins leurs conclusions concernant une fusion thermonucléaire. Ils rappelèrent qu'il n'est théoriquement pas possible de vaincre par des moyens « électro-chimiques » tels que l'électrolyse décrite par Pons et Fleischmann, les forces électriques qui font que deux noyaux atomiques se repoussent.

Selon les théories scientifiques admises depuis plusieurs décennies, deux noyaux atomiques ne peuvent en effet fusionner qu'au prix d'une dépense d'énergie très importante, permettant de franchir cette répulsion, la Barrière coulombienne. Actuellement on n'a imaginé que la fusion "à chaud" pour procurer cette énergie capable de rapprocher les noyaux.

Cependant, alors que la fusion froide semblait n'être qu'un pétard mouillé médiatique, on assista trois jours après la publication du Financial Times à un coup de théâtre : Steven Jones de la Brigham Young University n'observa pas de chaleur mais observa l'émission de neutrons qui pourrait indiquer une réaction nucléaire, confirmant indirectement la validité des travaux de Pons et Fleishmann.

Très rapidement, de nombreux scientifiques, dont quelques Prix Nobel de physique, déclarèrent confirmer également des dégagements inexplicables alors qu'ils tentaient de reproduire l'expérience des deux électrochimistes.

L'Energy Research Advisory Board du département américain pour l'énergie réunit ainsi une commission scientifique afin d'enquêter sur la fusion froide. Celle-ci ne put reproduire la fusion froide en question.

Le débat s'intensifia entre les tenants d'un phénomène encore inexpliqué mais devant faire l'objet de travaux approfondis, et les opposants pour lesquels, dans le meilleur des cas, le dégagement de chaleur était imputable à un mauvais protocole opératoire, et dans la pire hypothèse, à une vaste fumisterie orchestrée par des scientifiques de seconde zone à la recherche de notoriété et de budget.

Pour les gardiens de l'orthodoxie scientifique, la « fusion froide » devait être classée sans autre forme de procès dans la catégorie des « sciences pathologiques », au même titre que la mémoire de l'eau, l'homéopathie ou les mouvements perpétuels.

Sans se positionner sur le terrain de la validation expérimentale des affirmation de Pons et Fleischmann, les détracteurs leur reprochaient en effet d'avoir annoncé leur découverte par le biais de la presse grand public et non pas en premier lieu dans une revue scientifique avec évaluation par les pairs, procédure habituelle en matière de communication scientifique d'importance.

Il est en effet d'usage d'annoncer les résultats de travaux scientifiques dans des revues qui soumettent l'article en premier lieu à un ou plusieurs experts scientifiques chargés de vérifier que la description de l'expérience, l'analyse des résultats et les conclusions qui en découlent répondent aux critères de la démarche scientifique.

Les revues scientifiques d'audience internationale, telles que Nature, suivent cet usage, et les scientifiques qui espèrent obtenir pour leurs travaux une reconnaissance internationale se soumettent à cette règle si importante pour l'obtention de crédits et la suite de leur carrière professionnelle (c'est le fameux “publish or perish” qui conditionne aujourd'hui, avec la quête des fonds de fonctionnement, une grande partie de la vie quotidienne des chercheurs).

En insistant sur le fait que Pons et Fleischmann avaient pour ainsi dire « mis la charrue avant les bœufs » en donnant la primeur de leur découverte à la presse grand public, il fut possible à certains détracteurs d'insinuer que les auteurs de la découverte n'avaient pas souhaité se confronter au jugement de scientifiques reconnus et risquer de voir leur prétentions ridiculisées… Cet argument aurait eu quelque consistance si Pons et Fleischmann n'avaient effectivement pas soumis d'article à une revue scientifique à évaluation par les pairs. Non seulement ils avaient soumis à Nature un article relatant leur découverte mais le comité de lecture de la prestigieuse publication n'avait pas émis d'objection sur le caractère scientifique de la communication.

Dix ans après les faits, la « précipitation médiatique » dont ont fait preuve les deux scientifiques est encore citée comme argument définitif démontrant leur « manque de sérieux évident ». Il est néanmoins vrai que l'expérience décrite par Pons et Fleischmann souffrait d'un certain nombre de défauts susceptibles de remettre en question la validité de leurs conclusions. En particulier, ils ne précisaient pas s'ils avaient observé la formation de neutrons et d'hélium, normalement présents lors d'une réaction de fusion thermonucléaire (on les qualifie de « cendres » de la réaction de fusion), et les conditions mêmes de mesure des températures lors de l'expérience pouvaient engendrer un certain nombre d'erreurs.

Des équipes américaines, italiennes et japonaises continuent à travailler depuis plus de dix ans sur le sujet et elles estiment avoir obtenu des résultats confirmant qu'un tel phénomène existe (on ne le nomme toutefois plus « fusion froide », mais plus modestement : réactions nucléaires à basse température ou réactions nucléaires chimiquement assistées). Ces équipes revendiquent la réalité du dégagement de chaleur (supérieur de 25 % à 70 % à l'énergie fournie). Certaines affirment avoir mis en évidence la production d'hélium. Toutes soulignent le caractère transitoire et rare du phénomène. Certains physiciens, comme Peter Hagelstein du MIT (Cambridge, USA) en ont même proposé une théorie.

Sur une période de dix-neuf ans (1989-2008), pas moins de treize conférences internationales se sont réunies sur le sujet, sans compter une multitude de réunions moins solennelles tenues ici ou là soit sur la fusion froide proprement dite, soit sur le thème plus général des nouvelles énergies. Etant donné leur faible écho local, la presse scientifique les ignora. La première (ICCF1) se tint à Salt Lake City en mars 1990 et fut suivie de onze autres (de ICCF2 à ICCF13) successivement à Côme (Italie) en juin-juillet 1991, à Nagoya (Japon) en octobre 1992, à Hawaii (USA) en décembre 1993, à Monte-Carlo (Monaco) en avril 1995, à Sapporo (Japon) en octobre 1996, à Vancouver (Canada) en avril 1998, à Lerici (Italie) en mai 2000, à Pékin (Chine) en mai 2002, à Cambridge (USA) en août 2003, à Marseille (France) en novembre 2004, à Yokohama (Japon) fin novembre 2005 et à Moscou (Russie) en juin 2007.

En France

En France, pays engagé dans une politique énergétique reposant très largement sur l'électronucléaire, le débat fut très vite clos : Jean Teillac, alors Haut-commissaire à l'énergie atomique (CEA) et donc personnalité fortement associée au complexe nucléaire militaro-industriel français, refusa d'engager des recherches sur la question.

On engagea cependant un rapide programme d'expériences à la centrale du Bugey, autant pour démontrer qu'en France il n'y avait pas d'interdit sur la fusion froide au CEA, que pour tenter de démontrer l'inanité de recherches en ce domaine. Peu de temps après, Michel Martinot, son directeur de cabinet, expliqua dans les colonnes du Figaro du 9 juin 1993 que rien ne s'opposait à ce que les chercheurs du CEA travaillent sur la question de la fusion froide, pourvu qu'ils le fissent chez eux, le week-end, et sur leurs propres ressources financières.

Fort de cet « encouragement » de leur hiérarchie, quelques scientifiques français, tel Jean-Paul Bibérian à Marseille, s'engagèrent de façon très discrète sur cette voie. D'autres purent bénéficier d'un financement de la part de certaines compagnies pétrolières attentives aux développements d'une possible découverte majeure pour l'humanité.

Si le CEA se désintéressait officiellement de la question et si d'éminents esprits n'hésitaient pas à déclarer que la fusion froide relevait de la « science pathologique » au même titre que la mémoire de l'eau, la France n'était donc pas totalement en dehors de la course à la fusion froide.

Ainsi, Jacques Dufour, du Laboratoire des Sciences Nucléaires du Conservatoire National des Arts et Métiers de Paris, aurait réussi a faire financer ses recherches sur le sujet par Shell.

Les « pères fondateurs » Pons et Fleischmann se sont vu offrir par Toyota la possibilité de poursuivre en France leurs travaux dans un laboratoire abrité au sein de l'Institut Minoru de Recherches Avancées (IMRA) de Sophia Antipolis et ce jusqu'à la retraite de Pons qu'il prit en France en 1999 (Fleischmann l'avait prise deux ans auparavant en Angleterre). Les enjeux industriels étant considérables, très peu d'informations ont filtré de ce laboratoire. Cependant, en 1993, à ICCF4 à Maui, les deux chercheurs annonçaient pouvoir produire vers la fin de l’année jusqu'à 200 kW ...

Petites avancées en avril 2005

Le magazine New Scientist a annoncé dans son édition en ligne le 27 avril 2005 qu'une réaction de fusion tiède aurait été obtenue par Seth Putterman, Brian Naranjo et James Gimzewski à l'Université de Californie. En utilisant des cristaux de tantalate de lithium et l'effet pyroélectrique (il faut réchauffer de -33°C à +7°C en quelques minutes ces cristaux plongés dans un bain de gaz de deutérium, afin de produire un champ électrique local), ils auraient réussi à produire un flux, faible mais mesurable, de neutrons.

Les auteurs soulignent à grands traits qu'ils n'ont pas mis au point une nouvelle source d'énergie: leur expérience produit quelques centaines de neutrons par seconde, alors qu'un réacteur nucléaire commercial aurait besoin d'en produire des dizaines de millions par seconde.

Le 22 mai 2008, Yoshiaki Arata, un physicien nucléaire hautement respecté du Japon, a fait publiquement une expérience de ce qu'il appelle la "fusion de la matière condensée" avec une méthode dérivée de Pons et Fleischmann.

Controverse

Les annonces de résultats positifs de fusion froide en dehors des publications scientifiques à évaluation par les pairs sont controversées et sont sujettes à caution. Néanmoins, échaudées par la polémique de 1989, la plupart des revues à comité de lecture refusent simplement et à titre préventif toute publication sur la fusion froide. Selon Martin Fleischmann, la vraie raison de l'hostilité envers la fusion froide réside dans le fait que l'incorporation d'hydrogène dans des métaux lourds concerne d'importants développements récents en matière d'armements couverts par le secret militaire[5],[6]. Selon un journaliste de Rai News 24, Flaviano Masella, la découverte dans la région de Khiam, au Liban, après la guerre du Liban de 2006, de traces d'uranium enrichi pourrait s'expliquer par ces nouveaux processus militaires signalés par Fleischmann[5],[7]. Selon le journal Horizons et débats, ces faits peuvent être rapprochés d'un cas dénoncé par un biologiste de Falloudja, Mohamad Tareq al Deraji, qui a constaté chez des cadavres, causés par les destructions de l'armée des Etats-Unis au printemps 2004, que les morts comportaient des blessures inconnues et des corps étaient carbonisés alors que leur vêtements étaient intacts[8].

Références

  1. cité par les chercheurs consulté par le comité du département de l'énergie américain en 2004:
    M.H. Miles et al., "Correlation of excess power and helium production during D2O and H20 electrolysis using Palladium cathodes", J. Electroanal. Chem. 346 (1993) 99
    Y. Arata and Y-C Zhang, "Anomalous difference between reaction energies generated within D20-cell and H20 Cell", Jpn. J. Appl. Phys 37, L1274 (1998)
  2. Daviss and Krivit, "Extraordinary evidence", New Energy Times, Nov 10, 2006 [1]
  3. Davis, et al. "Electrolysis apparatus and electrodes and electrode material therefor"", US patent 6,248,221, cité par Infinite energy
  4. Rapport sur L’International Conference on Cold Fusion ICCF10
  5. a  et b Rai News 24, interview réalisée par Angelo Saso, diffusée le 24 avril 2008, émission réalisée par Maurizio Torrealta
  6. Horizons et débats, 21 juillet 2008, n°29, p.1, Armes à l'uranium et fusion froide
  7. Horizons et débats, 21 juillet 2008, n°29, p.1, Armes à l'uranium et fusion froide
  8. Horizons et débats, La guerre et ses conséquences, n°38, 22 septembre 2008, p. 3

Bibliographie

  • (en)Edmund Storms, Science of Low Energy Nuclear Reaction: A Comprehensive Compilation of Evidence and Explanations, World Scientific Publishing Company, 2007
  • (en) David Adam, article dans the Guardian, le 24 Mars 2005 In from the cold [2]
  • (fr)S. Krivit, N. Winocur, The rebirth of cold fusion, Pacific Oak Press, 2004
  • (fr)Science & Vie n° 1040 de mai 2004 : Le magazine de vulgarisation scientifique a consacré sa une à la fusion froide (« Alchimie, les physiciens commencent à y croire »). La revue a mené une enquête très fouillée de 18 pages sur la question. Conclusion : des dégagements de chaleur anormaux ont bien été répliqués par quelques équipes indépendantes de par le monde mais, échaudées par l'affaire Pons et Fleischmann et le manque de confirmation, les revues scientifiques comme Science et Nature refusent de publier la moindre ligne sur le sujet. Des crédits de recherche supplémentaires sont demandés pour apporter la preuve du phénomène.
  • (en)Charles G. Beaudette, Excess Heat: Why Cold Fusion Research Prevailed, Oak Grove Press, 2002
  • (en)Robert L. Park, Voodoo Science: The Road from Foolishness to Fraud, New York: Oxford University Press, 2000
  • (fr)Michel de Pracontal : L'Imposture scientifique en dix leçons
  • (ja) & (en) Tadahiko Mizuno, Nuclear Transmutation: The Reality of Cold Fusion, Concord, New Hampshire: Infinite Energy Press, 1998
  • (en)Charles Seife, Sun in a Bottle: The Strange History of Fusion and the Science of Wishful Thinking, New York: Viking,
  • (en)John O'M. Bockris and Amulya K. N. Reddy: Modern Electrochemisty, Plenum Press, 1998
  • (en)Antony Cyril Sutton, Cold Fusion: Secret Energy Revolution, 1997.
  • (en)Frank Close, Too Hot to Handle: The Race for Cold Fusion, Princeton Univ Pr, 1991
  • (en)Eugene Mallove, Fire from Ice : Searching for the Truth Behind the Cold Fusion Furor, 1991.
  • (es)Mario Mariscotti, 1985, El Secreto Atómico de Huemul: Crónica del Origen de la Energía Atómica en la Argentina, Sudamericana/Planeta, Buenos Aires, Argentina ISBN 950-37-0109-0. En espagnol.

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

Le réacteur CFR v2.1 en fonctionnement
  • Le site officiel de la 12ème Conférence Internationale sur la Matière Nucléaire Condensée, nouvelle appellation des conférences internationales sur la fusion froide, qui s'est tenue à Yokohama (Japon), du 27 novembre au 2 décembre 2005.
  • Portail de la physique Portail de la physique
Ce document provient de « Fusion froide ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Fusion à froid de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Fusion froide — Diagramme d un calorimètre utilisé à l institut de la nouvelle énergie à base d hydrogène au Japon. La presse a nommé fusion froide ce qui semblait être une fusion nucléaire réalisée dans des conditions de température et de pression ambiantes,… …   Wikipédia en Français

  • Liste Des Communes Avant Fusion De La Région Wallonne — Liste des communes avant fusion de Wallonie Suite au différentes étapes de la fusion des communes, il reste en Région wallonne 262 communes fusionnées, comprenant chacune une ou plusieurs communes avant fusion. Sommaire : Haut A B C D E F G… …   Wikipédia en Français

  • Liste des communes avant fusion de Wallonie — Suite au différentes étapes de la fusion des communes, il reste en Région wallonne 262 communes fusionnées, comprenant chacune une ou plusieurs communes avant fusion. Sommaire : Haut A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W …   Wikipédia en Français

  • Liste des communes avant fusion de la Region wallonne — Liste des communes avant fusion de Wallonie Suite au différentes étapes de la fusion des communes, il reste en Région wallonne 262 communes fusionnées, comprenant chacune une ou plusieurs communes avant fusion. Sommaire : Haut A B C D E F G… …   Wikipédia en Français

  • Liste des communes avant fusion de la région wallonne — Liste des communes avant fusion de Wallonie Suite au différentes étapes de la fusion des communes, il reste en Région wallonne 262 communes fusionnées, comprenant chacune une ou plusieurs communes avant fusion. Sommaire : Haut A B C D E F G… …   Wikipédia en Français

  • Liste des communes avant fusion de la Région wallonne — Suite au différentes étapes de la fusion des communes, il reste en Région wallonne 262 communes fusionnées, comprenant chacune une ou plusieurs communes avant fusion. Sommaire : Haut A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y …   Wikipédia en Français

  • Accumulateur de froid — Un accumulateur de froid permet d absorber la chaleur. Il sert par exemple: à réfrigérer des aliments, médicaments ou autres produits lors de leur transfert ou transport, à dissiper l énergie thermique échangée entre l intérieur et l extérieur d… …   Wikipédia en Français

  • United Nations Intelligence Taskforce — UNIT Organisme de fiction apparaissant dans Doctor Who …   Wikipédia en Français

  • E. E. Smith — Edward Elmer Smith Pour les articles homonymes, voir Smith. Edward Elmer Smith Activité(s) romancier Naissance 2 mai 1890 Décès 31 août 1965 …   Wikipédia en Français

  • Edward Elmer Smith — Pour les articles homonymes, voir Smith. Edward Elmer Smith Activités romancier Naissance 2 mai 1890 Sheboygan, Wisconsin …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.