Glaive


Glaive
glaive (reproduction moderne)

Glaive a deux sens :

Sommaire

Le glaive romain

Gladius est un terme latin pour glaive, voire pour épée en général (le mot gaulois pour "épée" est cladio). Il est de nos jours utilisé pour désigner une épée courte, d'approximativement 60 cm de long (de longueur totale ?), de 4cm de large, et d'environ 1,4 kg, utilisée par les légionnaires romains à partir du IIIe siècle av. J.‑C. Elle dérivait de l'épée celtibère (gladius hispanis) et conçue pour délivrer principalement de puissantes frappes d'estoc.

Le glaive était large pour que les blessures infligées soient les plus larges possibles et aient donc un impact psychologique sur l'adversaire. Évoluant, au fil des siècles, il deviendra la spatha romaine en passant par le glaive pompéi.

L'escrime romaine, également appelée hoplomachie se pratique avec un bouclier, le scutum, et un glaive. La taille du glaive évoluant, il atteint les 50-60 cm (de longueur de lame ? les reproductions actuelles reproduisent cette longueur de lame, pour une longueur totale de 70 cm ou plus - par exemple, dans la reproduction en photo, la partie blanche de la poignée fait 12 cm, alors qu'un travers de main fait en moyenne 8,5-9 cm). Plus le glaive est court, moins le légionnaires doit armer de coups et plus vite il peut frapper. Les coups sont portés principalement au visage et au bas-ventre. Si le glaive rentre de seulement quatre centimètres, le coup est mortel ; par contre au-delà il peut être difficile à retirer.

Au moment de la frappe, le glaive doit être placé derrière le bouclier pour mettre un appui supplémentaire et donc que la position du bouclier soit plus stable et également pour que l'adversaire ne sache pas quand et où sera porté le coup.

Le glaive d’armes

Arme d'hast à la lame courbe ressemblant à la vouge, il est parfois appelé glaive d'armes pour le distinguer du précédent. Il se peut que l’homonymie ne soit qu'une coïncidence, car il semblerait que les deux armes n'aient pas la même racine étymologique.

Le glaive n'est plus utilisé comme arme à partir du XVIe siècle, mais comme arme d'apparat ou comme symbole des hérauts.

Le rudius

Le rudius est un glaive en bois qu'on donne aux gladiateurs célèbres quand ils sont affranchis.

Les glaives aux XVIIIe et XIXe siècles

Ces glaives d'inspiration antique sont utilisés pour l'apparat et ne servent plus à combattre. Les glaives du XVIIIe siècle annoncent la fin de l'arme blanche comme arme de combat telle que l'on peut le constater avec les épées sous le 1er Empire. De très beau glaives honorifiques sont alors fabriqués au XIXe siècle[1].

Cependant, des glaives à monture en bronze fondu furent donnés à l'artillerie à pied et à l'infanterie. Ils étaient censés servir d'arme, à l'instar des sabres briquets, mais leur poids et leur courte lame ne contribuaient pas à les faire apprécier de la troupe, aussi reçurent-ils le surnom de "coupe-chou", ce qui laisse présager de l'utilité que les soldats leur accordait. En France, ce sont principalement les glaives à tête d'aigle Modèle 1771, un certain nombre de glaives de l'époque révolutionnaire et consulaire à tête de coq, le Modèle 1816 à fusée à écailles de poisson, et le Modèle 1831 à fusée à bourrelets, destiné à l'infanterie.


Religion

Le glaive de Saint-Paul, église de Haslach

Dans l'Évangile, Jésus dit : "Je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive" [Matthieu 10:34][2].

Cette phrase a été la source de plusieurs réflexions évangéliques sur l'obligation de suivre pleinement le Christ et sa parole.

À noter que [Matthieu 10:34] relativise clairement toute interprétation trop littérale de cette notion : « Tous ceux qui prendront l’épée périront par l’épée. »

Par ailleurs, les deux glaives sont une théorie médiévale sur le gouvernement temporel.

Arts plastiques

Le glaive est l'attribut de plusieurs figures historiques ou allégoriques dans les arts plastiques. C'est un des attributs de saint Michel, de saint Paul, de la Justice parfois de la Force.

Notes et références

Voir aussi



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Glaive de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • glaive — [ glɛv ] n. m. • 1160; gladie Xe; lat. gladius 1 ♦ Anciennt Épée de combat à deux tranchants, pour frapper d estoc et de taille. Gladiateur combattant avec le glaive. 2 ♦ Vx ou littér. Cette épée, symbole de la guerre, de la justice divine, du… …   Encyclopédie Universelle

  • glaive — GLAIVE. s. m. Coutelas, espée trenchante. Il est vieux, & on ne s en sert guere qu en ces phrases. Qui frappe de glaive, de glaive mourra. On dit, Le Souverain a la puissance du glaive, pour dire, qu Il a le pouvoir de vie & de mort. Dieu luy a… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Glaive — Glaive, n. [F. glaive, L. gladius; prob. akin to E. claymore. Cf. {Gladiator}.] 1. A weapon formerly used, consisting of a large blade fixed on the end of a pole, whose edge was on the outside curve; also, a light lance with a long sharp pointed… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • glaive — late 13c., used in Middle English of various weapons, from O.Fr. glaive lance, spear, sword, also figuratively used for violent death (12c.), from L. gladius sword (see GLADIATOR (Cf. gladiator)); influenced by clava knotty branch, cudgel, club,… …   Etymology dictionary

  • glaive — Glaive, m. C est cousteau, espée, Il vient de Gladius Latin, mais il se prend aussi pour une lance d homme d armes. Au 3. livre d Amadis, et rompismes nos glaives l un sur l autre, si rudement que tous deux fusmes renversez en terre, et nos… …   Thresor de la langue françoyse

  • glaive — [glāv] n. [ME < OFr, a lance < L gladius, sword: see GLADIATOR] Obs. a sword; esp., a broadsword …   English World dictionary

  • glaive — (glê v ) s. m. 1°   Épée tranchante (usité surtout en poésie et dans le style soutenu). •   J ignore si de Dieu l ange se dévoilant Est venu lui montrer un glaive étincelant, RAC. Athal. II, 2. •   Quand l arrêt du destin eut, durant quelques… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • GLAIVE — s. m. Coutelas, épée tranchante. Il n est guère usité qu en poésie et dans le style soutenu. Il lui plongea son glaive dans le sein. Tout périt alors sous le tranchant du glaive. Mille glaives furent aussitôt levés sur lui.   Il se dit dans… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Glaive — A glaive is a polearm consisting of a single edged blade on the end of a pole. It is similar to the Japanese naginata and the Chinese Guan Dao. However, instead of having a tang like a sword or naginata, the blade is affixed in a socket shaft… …   Wikipedia

  • GLAIVE — n. m. épée tranchante. Il n’est guère usité qu’en poésie et dans le style soutenu. Il lui plongea son glaive dans le sein. Tirer le glaive. Remettre le glaive dans le fourreau. Fig., Le glaive de la justice. En termes d’écriture, Celui qui… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.