Haroun Ar-Rachid


Haroun Ar-Rachid

Haroun ar-Rachid

Harun al-Rashid
Calife de Bagdad
Harun Al-Rashid and the World of the Thousand and One Nights.jpg

Règne
14 septembre 786 - 24 mars 809
Dynastie Abbassides
Prédécesseur Abu Abdullah Musa ibn Mahdi al-Hadi
Successeur Muhammad ibn Harun al-Amin

Autres fonctions
{{{fonction1}}}
Période
{{{début fonction1}}} - {{{fin fonction1}}}
Président {{{président1}}}
Président(s) de la République {{{président de la république1}}}
Monarque {{{monarque1}}}
Gouverneur général {{{gouverneur1}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur1}}}
Successeur {{{successeur1}}}

{{{fonction2}}}
Période
{{{début fonction2}}} - {{{fin fonction2}}}
Président {{{président2}}}
Président(s) de la République {{{président de la république2}}}
Monarque {{{monarque2}}}
Gouverneur général {{{gouverneur2}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur2}}}
Successeur {{{successeur2}}}

{{{fonction3}}}
Période
{{{début fonction3}}} - {{{fin fonction3}}}
Président {{{président3}}}
Président(s) de la République {{{président de la république3}}}
Monarque {{{monarque3}}}
Gouverneur général {{{gouverneur3}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur3}}}
Successeur {{{successeur3}}}

{{{fonction4}}}
Période
{{{début fonction4}}} - {{{fin fonction4}}}
Président {{{président4}}}
Président(s) de la République {{{président de la république4}}}
Monarque {{{monarque4}}}
Gouverneur général {{{gouverneur4}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur4}}}
Successeur {{{successeur4}}}

{{{fonction5}}}
Période
{{{début fonction5}}} - {{{fin fonction5}}}
Président {{{président5}}}
Président(s) de la République {{{président de la république5}}}
Monarque {{{monarque5}}}
Gouverneur général {{{gouverneur5}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur5}}}
Successeur {{{successeur5}}}

{{{fonction6}}}
Période
{{{début fonction6}}} - {{{fin fonction6}}}
Président {{{président6}}}
Président(s) de la République {{{président de la république6}}}
Monarque {{{monarque6}}}
Gouverneur général {{{gouverneur6}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur6}}}
Successeur {{{successeur6}}}

{{{fonction7}}}
Période
{{{début fonction7}}} - {{{fin fonction7}}}
Président {{{président7}}}
Président(s) de la République {{{président de la république7}}}
Monarque {{{monarque7}}}
Gouverneur général {{{gouverneur7}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur7}}}
Successeur {{{successeur7}}}

{{{fonction8}}}
Période
{{{début fonction8}}} - {{{fin fonction8}}}
Président {{{président8}}}
Président(s) de la République {{{président de la république8}}}
Monarque {{{monarque8}}}
Gouverneur général {{{gouverneur8}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur8}}}
Successeur {{{successeur8}}}

{{{fonction9}}}
Période
{{{début fonction9}}} - {{{fin fonction9}}}
Président {{{président9}}}
Président(s) de la République {{{président de la république9}}}
Monarque {{{monarque9}}}
Gouverneur général {{{gouverneur9}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur9}}}
Successeur {{{successeur9}}}

{{{fonction10}}}
Période
{{{début fonction10}}} - {{{fin fonction10}}}
Président {{{président10}}}
Président(s) de la République {{{président de la république10}}}
Monarque {{{monarque10}}}
Gouverneur général {{{gouverneur10}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur10}}}
Successeur {{{successeur10}}}

Biographie
Naissance 17 mars 763
Teheran
Décès 24 mars 809
Mahshad actuelle
Père Muhammad ibn Mansur al-Mahdi
Mère Al-Khayzuran

{{{armoiries}}}
{{{liste souverains}}}


Hârûn al-Rachîd ben Muhammad ben al-Mansûr[1] ou Hârûn ar-Rachîd est né en 763, à Ray, alors que son père al-Mahdî y séjournait. À la mort de son frère al-Hâdî en 786, il devint le cinquième calife abbasside. Il est mort à Tûs dans le Khorasan en 809 et y est enterré.

Sommaire

Biographie

La jeunesse

Troisième fils de al-Mahdî, son enfance se passe dans le luxe. Il est le fils préféré de leur mère al-Khayzurân. Son précepteur est Yahyâ ben Khâlid de la famille des Barmécides. Hârûn est l'ami d'enfance des fils de Yahyâ ben Khâlid : Fadhl, Ja`far, Mûsâ et Mohammed. Fadhl était frère de lait de Hârûn et Ja`far son ami intime.

Hârûn commande des expéditions contre les Byzantins en 781 et 782. Au cours l'expédition de 782, l'armée arabe atteint le Bosphore, mais subit une écrasante défaite aux mains de Michel Lachanodrakôn dans le thème des Thracésiens.

Il est ensuite nommé gouverneur d'Égypte de Syrie, d'Arménie et d'Azerbaïdjan. Il charge son ancien précepteur Yahyâ ben Khâlid d'administrer ces provinces. Le frère de Hârûn, al-Hâdî est devant lui dans l'ordre de succession, mais le règne de ce frère ne durera que de 784 à 786.

Le califat

Le précédent calife al-Hâdî et frère de Hârûn ar-Rachîd avait voulu nommer son fils Ja`far comme héritier. À sa prise de pouvoir Hârûn ar-Rachîd força son neveu Ja`far à faire une déclaration par laquelle il reconnaissait que le pouvoir appartenait à son oncle (786).

Le jour de son intronisation il eut un premier fils `Abd Allah, de l'esclave perse Marajil, le calife interpréta cela comme un bon présage. Quelque temps plus tard il eut un second fils Mohammed Al-Amîn, de son épouse légitime Zubayda. Hârûn voulut reconnaître dans un premier temps `Abd Allah, lui donnant le surnom de Al-Mâ'mûn, comme héritier présomptif, mais il dut affronter la grogne de Zubayda et de ses partisans, qui estimaient que Al-Amîn était le plus légitime, étant né de Zubayda. Hârûn ar-Rachîd céda et fit reconnaître comme héritier présomptif son fils Al-Amîn alors qu'il n'avait que cinq ans (802). Plus tard il décréta un arrangement entre ses deux fils : Al-Amîn était l'héritier présomptif et gouvernait l'ouest de l'empire (Irak Syrie) et Al-Ma'mûn devenait le second dans l'ordre de succession et dirigeait l'est de l'empire (Khorasan).

Il se débarrassa des vizirs et des gouverneurs de Al-Hâdî pour les remplacer par des hommes de son choix. Son principal vizir fut Yahyâ ben Khâlid.

En 788 un petit fils de Hassan ben Ali, Yahyâ s'insurgea dans le Tabaristan, son frère Idrîs (survivant de la Bataille de Fakh) s'était enfui à Tanger (Maroc) où il parvint à créer un royaume et une dynastie (Idrissides). Hârûn envoya une armée de 50 000 hommes. Il traita avec le rebelle qui fut accueilli avec les honneurs à Bagdad. Yahyâ s'étonna de cette réception, mais cinq mois après Hârûn le fit mettre en prison et le fit empoisonner.

La situation de l'empire

Hârûn trouve un empire plutôt fragile bien que brillant.

L'Espagne était devenue omeyyade en 755.

Le Maroc est contrôlé par les Idrissides depuis 788. Idrîs Ier arrière petit fils de Hassan ben Ali venait de fonder la première dynastie musulmane du Maroc et la ville de Fès. Il avait conquis un petit territoire au nord du Maroc. Hârûn le fit empoisonner par un de ses émissaires. Son tombeau est à Moulay Idriss Zerhoun, village à flanc de montagne près des ruines de Volubilis (793).

Au Yémen, la population se révolte en 795 contre le gouverneur abbasside. Cette révolte ne cesse qu'en 804.

En Égypte, les impositions écrasantes servent à entretenir l'armée d'Ifriqiya commandée par Harthama ben A'yan et une mauvaise administration, conduisent à des soulèvements d'une grande ampleur en 788 et 794-795.

L'Ifriqiya est constamment agitée par des troubles. Harthama ben A'yan en confie l'administration (797) à Ibrâhîm ben al-Aghlab. Celui-ci en profita pour fonder sa propre dynastie en 800 les Aghlabides (jusqu'en 903).

En Syrie, l'opinion reste favorable aux Omeyyades contre les Abbassides. En 796, Hârûn envoya en Syrie, une troupe sous le commandement de Fadhl ben Yahyâ pour y rétablir l'ordre.

De nombreux mouvements de révoltes populaires ont lieu dans tout l'empire. Les inégalités sociales sont trop grandes. Ces mouvements de contestation prennent souvent une coloration religieuse kharijite ou chiite contre le sunnisme du pouvoir central. Ce contexte a motivé une politique de répression contre les groupes religieux dissidents (kharijites et chiites), des mesures restrictives à l'égard des dhimmis en leur imposant un costume distinctif, et des arrestations au sein d'une élite « athée »(kāfir) ou soupçonnée de l'être. Cette politique était censée plaire aux religieux et à la majorité sunnite de la population.

La politique

Hârûn ar-Rachid reçoit une délégation de Charlemagne

En 796, Hârûn quitta Bagdad dont « l'air ne lui convenait pas » pour Raqqa puis Mossoul.

L'année suivante Hârûn fit une expédition dans le pays Roum (Est de l'Anatolie). Il profitait ainsi de ce que les Byzantins étaient occupés par une guerre contre le Bulgares. Les troupes arabes atteignirent Ankara. En 798, L'impératrice byzantine Irène consentit à payer tribut au calife. Cependant, comme pour les précédentes expéditions cela ne se traduisit pas par des annexions de territoires au dépens de Byzance.

Des rumeurs défavorables au gouverneur du Khorasan lui étant venues aux oreilles, Hârûn prit la décision d'aller lui même déposer ce gouverneur abusif et du même coup arrêter les ismaéliens qui s'étaient réfugiés dans la région. Le gouverneur et le calife se sont rencontrés à Ray (près de la ville de Téhéran actuelle). Par ses cadeaux au calife, le gouverneur du Khorasan revint en grâce. En revanche, Ishâq ben al-`Abbas, gouverneur de Ray qui avait hébergé l'imam ismaélien Mohammed ben Ismâ`îl, fut arrêté et torturé à mort sans qu'il révélât quoi que ce soit. Pour éviter les querelles entre ses fils il partagea le pouvoir : Al-Amîn reste l'héritier direct. Son aîné `Abd Allah fut désigné comme le successeur de Al-Amîn, c'est alors qu'on le surnomma Al-Mâmûn[2]. Son troisième fils Al-Qâsim fut désigné comme successeur de Al-Mâmûn. Qâsim reçut le gouvernorat de la Mésopotamie et de la région de Mossoul et Al-Mâmûn reçut celui de Ray et du Khorasan.

Après avoir pris ces dispositions, Hârûn accompagné de Al-Amîn et Al-Mâmûn, partit en pèlerinage à La Mecque. Hârûn y fit répéter les engagements pris (802). Tabarî raconte que lorsque les deux frères voulurent afficher le texte de cet accord sur la porte de la Kaaba, la feuille tomba à terre ce qui « fut considéré par le peuple comme un présage de non accomplissement des stipulations de l'accord. »[3]. Cette année là, l'empereur Nicéphore Ier succéda à Irène sur le trône de Byzance.

Nicéphore Ier rompit les accords avec les Abbassides et refusa de payer le tribut prévu. Hârûn envoya cette réponse à Nicéphore Ier : « J'ai lu votre lettre, vous allez connaître ma réponse. » et il partit immédiatement en campagne contre les Byzantins (806). À la suite de la prise d'Héraclée et de Tyane, Nicéphore Ier battu accepta de payer le tribut, mais à peine Hârûn s'était-il retiré du territoire byzantin que Nicéphore Ier refusa à nouveau de payer le tribut[4].

La marine abbasside a occupé Chypre en 805 et Rhodes en 807.

Sous l'administration de ses vizirs barmécides, Bagdad devint la capitale intellectuelle de son époque. Des écoles, des hôpitaux et des bibliothèques furent construites. La traduction des textes latins et grecs fut encouragée et les savants venaient à Bagdad de toutes les régions de l'empire. On dit qu'il y eut échange de cadeaux et de correspondance entre Hârûn ar-Rachîd et Charlemagne. L'éléphant d'ivoire, appelé « éléphant de Charlemagne » conservé à la BNF et faisant partie du trésor de l'abbaye de Saint Denis, a longtemps été considéré comme un cadeau fait par Hârûn ar-Rachîd.

La chute des Barmécides

La famille des Barmécides (ou Barmakides) avait fourni des vizirs et des gouverneurs aux deux précédents califes. Yahyâ ben Khâlid avait été emprisonné par le précédent calife al-Hâdî. Hârûn l'a fait libérer et a placé un certain nombre de membres de sa famille à différents postes de vizir ou de gouverneur de province. Ibn Khaldûn raconte que : « Ja`far ben Yahyâ fut même appelé « Sultan », ce qui montre qu'il avait la responsabilité générale et dirigeait l'État[5]. »

Hârûn changea très brutalement d'attitude à l'égard de cette famille. Tabarî y voit quatre motifs possibles :

  1. Le vizir Yahyâ ben Khâlid se sentant vieillir demanda à Hârûn l'autorisation de se retirer à La Mecque avec ses deux fils. Hârûn refusa, lui demandant de choisir lequel de ses deux fils devait lui succéder. Fadhl fut donc choisi comme principal vizir par Ya`hyâ parce qu'il était l'aîné et le plus sage. Hârûn aurait préféré que ce soit Ja`far ben Yahyâ qui soit choisi.
  2. Au même moment la requête d'un ouléma de Raqqa parvient à Hârûn dénonçant Yahyâ ben Khâlid et sa famille comme une famille d'athées.
  3. Ja`far ben Yahyâ avait commis une erreur en libérant sans prévenir Hârûn un rebelle Yahyâ qui était emprisonné depuis 788.
  4. Enfin Hârûn avait une sœur nommée `Abbâssa qui l'avait protégé contre la vindicte de son aîné al-Hâdî. Hârûn donna sa sœur en mariage à Ja`far ben Yahyâ, étant entendu que ce mariage devait être un « mariage blanc ». `Abbâssa était belle et fut rapidement enceinte de Ja`far ben Yahyâ malgré sa promesse. Ibn Khaldûn s'insurge contre cette hypothèse insultante pour la famille de Mahomet, et il préfère ne garder qu'une cinquième hypothèse, celle de leur trop grande influence et leur mainmise sur les finances de l'État[6]

Hârûn décida de partir en pèlerinage à La Mecque avec les Barmécides. À son retour en Irak, au cours d'un festin Hârûn demanda à un eunuque de convoquer Ja`far ben Yahyâ dans sa tente et de lui couper la tête. L'eunuque au dernier moment n'exécuta pas cet ordre de crainte qu'il ne fût dû à l'ivresse et que cela lui soit reproché le lendemain. Il revint près de Hârûn accompagné de Ja`far ben Yahyâ, sur quoi Hârûn dit « Ce n'est pas Ja`far ben Yahyâ que je t'ai demandé, mais sa tête ». L'eunuque trancha la tête de Ja`far ben Yahyâ. Hârûn envoya la tête de Ja`far ben Yahyâ à Bagdad et fit arrêter Yahyâ ben Khâlid et ses trois fils. Yahyâ ben Khâlid mourut en prison de ses tortures. Hârûn fit égorger en sa présence Fadhl ben Yahyâ et toute la famille Barmécide, sauf les plus jeunes enfants (803)[7].

Zoubayda

Zubayda qui a épousé Hârûn ar-Rachîd en 781, fut la femme la plus puissante de son temps. Elle est la petite-fille du calife Al-Mansour, et une cousine d'Hârûn ar-Rachîd. Elle est décèdée en 831 pendant le règne d'Al-Ma'mûn.

Article détaillé : Zubayda bint Jafar.

La succession

Hârûn al-Rachîd a eu deux épouses. On lui prête d'avoir eu jusqu'à 2 000 femmes dans son harem :

Il a treize fils dont onze sont des fils de mères esclaves et quatre filles[8] :

  1. Abû al-`Abbâs `Abd Allah calife sous le nom d'Al-Ma'mûn (813-833).
  2. Abû `Abd Allah Muhammad calife sous le nom d'Al-Amîn (809-813) seul fils de Zubayda.
  3. Qâsim al-Mutaman désigné comme successeur d'Al-Ma'mûn
  4. `Alî seul fils de 'Umm al-`Azîz
  5. Sâlih
  6. 'Abû Ishâq Muhammad calife sous le nom d'Al-Mu`tasim (833-842)[9].
  7. 'Abû `Isâ Muhammad
  8. 'Abû Ya`qûb Muhammad
  9. 'Abû al-`Abbâs Muhammad
  10. 'Abû Sulaymân Muhammad
  11. 'Abû `Alî Muhammad
  12. 'Abû Ahmad Muhammad
  13.  ?

Les sciences et les techniques

Les Arabes avaient été au contact avec les Chinois pendant le règne du premier abbasside Abû al-`Abbâs à la victoire de Talas (Ville du Kirghizistan actuel). Cette victoire qui a marqué l'avancée la plus à l'Est des armées arabes a été l'occasion d'acquérir un certain nombre de techniques chinoises dont celle de la fabrication du papier. Le papier allait rapidement remplacer le parchemin : il est plus facile à fabriquer, moins cher, et plus sûr car on ne peut pas facilement effacer ce qui y est écrit. Des manufactures furent créées à Samarkand, Bagdad, Damas et au Caire. Hârûn imposa l'usage du papier dans toutes les administrations de l'empire.

Les mille et une nuits

Le recueil de contes des Mille et une nuits met en scène à plusieurs reprises Hârûn ar-Rachîd et son vizir Ja`far ben Yahyâ. Plusieurs de ces contes se déroulent aux environs de Bagdad.

Poésie

Abbas Ibn al-Ahnaf fut le poète attitré d'Haroun al-Rachid.

Notes

  1. arabe : hārūn ar-rašīd ben muḥammad ben al-manṣūr,
    هارون الرشيد بن محمد بن المنصور, Hârûn : Aaron, rachîd, le droit
  2. arabe : māmūn, مأمون, sûr
  3. Tabarî, traduit du persan par Hermann Zotenberg, La Chronique Histoire des prophètes et des rois (Volume II, L’âge d’or des Abbassides), Actes Sud / Sindbad, 2001 (ISBN 978-2742-73318-7), p. 127 
  4. Tabarî, ibidem, p. 135
  5. Ibn Khaldûn (trad. Abdesselam Cheddadi), Le livre des exemples, vol. I, Gallimard, coll. « La Pléiade », 2002, 1560 p. (ISBN 2-07-011425-2), « Muqaddima, III, XXXII. Rangs et titres royaux », p. 543 
  6. Ibn Khaldûn, ibidem, p. 20-22
  7. Tabarî, ibidem, p. 127-134
  8. Tabarî, ibidem, p. 141
  9. Le texte de Tabarî, ibidem, p.414, comporte une erreur en présentant Muhammad 'Abû Ishâq et Muhammad al-Mu`tasim, comme deux personnes différentes

Voir aussi

Articles connexes

Documentation externe

  • Portail du monde arabo-musulman Portail du monde arabo-musulman
Ce document provient de « Haroun ar-Rachid ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Haroun Ar-Rachid de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Haroun Ar Rachid — Harun al Rashid Calife de Bagdad …   Wikipédia en Français

  • Haroun al-Rachid — Haroun ar Rachid Harun al Rashid Calife de Bagdad …   Wikipédia en Français

  • Haroun ar-Rachid — Harun al Rashid Calife de Bagdad …   Wikipédia en Français

  • Haroun ar-rachid — Harun al Rashid Calife de Bagdad …   Wikipédia en Français

  • Haroun el-Rachid — Haroun ar Rachid Harun al Rashid Calife de Bagdad …   Wikipédia en Français

  • Haroun el Rachid — Haroun ar Rachid Harun al Rashid Calife de Bagdad …   Wikipédia en Français

  • Haroun al-Rachid — V. Harun ar Rachid. Harun ar Rachid ou Haroun al Rachid (Hârûn ar Rasid) (766 809) cinquième calife abbasside (786 809). Sous son règne, Bagdad devint un centre florissant (arts, lettres, sciences). Célèbre pour ses victoires contre Byzance,… …   Encyclopédie Universelle

  • Hâroun ar-Rachîd — Harun al Rashid Titre Calife de Bagdad 14 septembre 786 – …   Wikipédia en Français

  • Haroun al-Rashid — Haroun ar Rachid Harun al Rashid Calife de Bagdad …   Wikipédia en Français

  • Haroun El Poussah — Personnage de fiction apparaissant dans Les aventures du calife Haroun El Poussah / Iznogoud Naissance Au temps des Mille et une nuits …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.