1317-33-5


1317-33-5

Molybdénite

Molybdénite
CatégorieII : sulfures et sulfosels
Molybdenite quebec.jpg

Molybdenite sur quartz – Lamothe Quebec (5,5x3cm)
Général
Formule brute MoS2
Identification
Masse moléculaire 160.07 g/mol
Couleur gris argenté, noir
Classe cristalline ou groupe d'espace dipyramidale
P63/mmc
Système cristallin Hexagonal
Réseau de Bravais Primitif P
Clivage parfait à {001}
Habitus plaquettes hexagonales minces formant de belles rosettes ou agrégats sphériques, masses encroûtées, tubes cylindriques creux de 5 mm de long et de 0,2 mm en diamêtre. En Cristaux hexagonaux pouvant dépasser 5cm.
Fracture Flexible
Échelle de Mohs 1 - 1.5
Éclat métallique
Propriétés optiques
Dispersion 2vz ~ °
Trait bleu-gris
Transparence opaque
Autres propriétés
Densité 4.73
Fusibilité infusible
Caractères distinctifs
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Principales variétés
Femolite Rhenian Molybdenite
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.
Molybdénite
Général
Nom IUPAC disulfure de molybdène
No CAS 1317-33-5
No EINECS 215-263-9
Propriétés chimiques
Formule brute MoS2  [Isomères]
Masse molaire 160,09 gmol-1
Mo 59,94 %, S 40,06 %,
Propriétés physiques
Solubilité pratiquement insoluble dans l'eau à 20 °C
Masse volumique 5,060 g/m³
Précautions
Directive 67/548/EEC
Phrases S : 22, 24/25,
SIMDUT[1]
Produit non contrôlé
Écotoxicologie
DL50 >2000mg/kg rat oral,
>2000mg/kg rat peau
CL50 > 2820mg/m³/4 heures, rat, inhalation
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La molybdénite est le sulfure de molybdène de formule MoS2 ;

Sommaire

Inventeur et étymologie

Décrit par Scheele, en 1778. Le nom dérive du du grec "MOLUBDOS" qui désignait le plomb. Ce terme générique était commun à de nombreux minéraux d’éclat métallique pouvant contenir du plomb du graphite ou de l’antimoine.

Cristallographie

La molybdénite existe en deux polytypes :

Environ 80% des molybdénites naturelles sont 2H. Le molybdène a une coordination trigonal prismatique

La liaison intra-couche est essentiellement covalente tandis que l'inter-couche est normalement considérée comme de type Van der Waals, ce qui explique le clivage facile et la faible dureté : 1-1½. La couleur est gris-graphite.

Plusieurs métaux peuvent remplacer le molybdène en faible proportion : niobium, bismuth, fer, cuivre, argent, plomb, magnésium.

Par rapport aux autres sulfures, la molybdénite est un conducteur relativement médiocre, avec une résistivité supérieure à 10-3 Ohm·m ; la résistivité est très anisotrope à cause de la structure en couches.

Les cristaux de molybdénite sont lamellaires {00.1}, flexibles et clivables dans ces plans ; ils ressemblent des couches de papier d'aluminium. La molybdénite est le minéral de molybdène le plus important, utilisé comme lubrifiant solide (comme le graphite). La tungstenite, WS2, est isostructurelle avec la molybdénite et parfois les deux sulfures se trouvent associés.

Gîtologie

Sa genèse est pneumatolytique, mais elle peut aussi se présenter comme minéral accessoire des roches magmatiques. La molybdénite se concentre dans les veines de quartz, associée avec des sulfures de fer et de nickel : scheelite, fluorine et topaze.

Gisements remarquables

En France

  • Anglade, Salau, Seix, Ariège[2]
  • Mine des Montmins (Filon Ste Barbe), Échassières, Ébreuil, Allie[3]
  • Montbelleux, Fougères, Ille-et-Vilaine[4]

Dans le monde Les gisements de ce minéral sont très nombreux

  • Moly Hill mine, Rivière-Héva, Vallée-de-l'Or, La Motte, Abitibi Co., Québec, Canada[5]


Utilisation

Le molybdène est utilisé comme élément d'alliage pour les aciers. Mais aussi comme additif dans les lubrifiants.

Références

  1. « Sulfure de molybdène » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme canadien responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 24 avril 2009
  2. C. Derré, M. Fonteilles, L.Y. Nansot : "Le Gisement de Scheelite de Salau, Ariège - Pyrénées", Publications du 26è Congrès Géologique International, Paris, 7-17 July, 1980
  3. J.M. Boisson et al. : "Filon Sainte Barbe, Commune d'Echassières, Allier, France", Le Cahier des Micromonteurs, 2000, 4, 3-46
  4. Pillard F., Chauris L., Laforêt C. (1985), Inventaire minéralogique de la France, Ed. BRGM, n°13, pp: 60-66
  5. R.Mielke 2009

Commons-logo.svg

  • Portail des minéraux et roches Portail des minéraux et roches
  • Portail de la chimie Portail de la chimie
Ce document provient de « Molybd%C3%A9nite ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 1317-33-5 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • 1317 — Années : 1314 1315 1316  1317  1318 1319 1320 Décennies : 1280 1290 1300  1310  1320 1330 1340 Siècles : XIIIe siècle  XIVe&# …   Wikipédia en Français

  • 1317 — Portal Geschichte | Portal Biografien | Aktuelle Ereignisse | Jahreskalender ◄ | 13. Jahrhundert | 14. Jahrhundert | 15. Jahrhundert | ► ◄ | 1280er | 1290er | 1300er | 1310er | 1320er | 1330er | 1340er | ► ◄◄ | ◄ | 1313 | 1314 | 1315 | 13 …   Deutsch Wikipedia

  • 1317 — Year 1317 was a common year starting on Saturday (link will display the full calendar) of the Julian calendar.Events of 1317* The Great Famine of 1315 1317 ends. * Pope John XXII erects the dioceses of Luçon, Maillezais, and Tulle.Births* Michael …   Wikipedia

  • 1317-35-7 — Hausmannite Hausmannite Général Nom IUPAC tétroxyde de trimanganèse No CAS …   Wikipédia en Français

  • 1317-36-8 — Oxyde de plomb (II) Monoxyde de plomb Général Nom IUPAC Monoxyde de plomb No CAS …   Wikipédia en Français

  • 1317-37-9 — Troïlite Troïlite Général Nom IUPAC sulfure de fer No CAS …   Wikipédia en Français

  • 1317-38-0 — Tenorite Tenorite Un échantillon de ténorite Général Nom IUPAC oxyde de cuivre …   Wikipédia en Français

  • 1317-39-1 — Oxyde cuivreux Oxyde cuivreux Général Nom IUPAC Oxyde de cuivre I Oxyde de cuivre rouge Oxyde de dicuivre …   Wikipédia en Français

  • 1317-61-9 — Magnétite Magnétite Général Nom IUPAC tétraoxyde de trifer No CAS …   Wikipédia en Français

  • 1317-99-3 — Octaoxyde de triuranium Octaoxyde de triuranium Structure de l octaoxyde de triuranium Général No CAS …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.