Histoire De La Libye


Histoire De La Libye

Histoire de la Libye

Cette page traite de l'histoire de la Libye.

Sommaire

Fondation de la Libye

A partir de quel(s) moment(s) les historiens commencent à parler d'un état libyen ?

Préhistoire

Art préhistorique, désert libyen.

Afrique du Nil, Afrique du Nord

- 1 000 000 Homo erectus ( Africain) - Toumaï ( Tchad )


- 40 000 ans /passage en Europe via le détroit de Gibraltar d'une population négroïde qui sera appelée "Homme de Grimaldi".


Le Paléolithique moyen en Libye et Cyrénaïque

L'Atérien et le Moustérien

La chronologie absolue fiable pour le Paléolithique moyen de l'Afrique du Nord en est encore à ses débuts. À l'exception du Maghreb où l'Atérien est susceptible d'avoir survécu jusque vers 30 000 ans, pour la majeure partie de l'Afrique du nord, la séquence du paléolithique moyen se trouve au-delà des possibilité de datation C14. Les déterminations d'âge proviennent d'autres techniques comme la TL, l'ESR et l'OSL.les dates disponibles suggèrent que le moustérien était présent dans le sud-est du Sahara au début de la fin du Pléistocène moyen ( 250-240 000 ans). Ces premières trouvailles datées du Paléolithique moyen sont identifiées comme du Moustérien et montrent de nombreuses affinités formelles avec le Moustérien du sud-ouest de l'Asie et de l'Europe.

Deux sites majeurs offrent des assemblages moustériens en Cyrénaïque: Hajj Creiem ( 142:142ff ) et Haua Fteah ( 20 ).L'Atérien est aussi présent à Haua Fteah ainsi qu'à Wadi Gan ( 142 : 22ff ), mais est absent du site de Hajj Creiem, qui semble présenter une relativement courte période d'occupation. D'autres sites atériens sont présents dans le Tadrart Acacus, dans le sud et l'ouest de la Libye ( 143,144)-

Haua Fteah est une grotte très large et profonde, avec une très longue séquence du Paléolithique moyen, qui comprend des horizons atériens et moustériens. Il existe deux dates carbone 14: 43 400+_ 1300 ans BP ( GrN -2564 ) et 47 000+_ 3200 ans BP ( GrN -223) (20:48ff)-La méthode C14 montre des limites quant à la certitude de ces dates. De rares pièces atériennes se rencontrent aussi dans des horizons du début du paléolithique moyen ( couche XXXV), que McBurney ( 20:105;106) date de la fin du dernier Interglaciaire, sur la base de calculs de températures basés sur des coquillages marins associés. Ces niveaux dateraient de plus de 70 000 ans.Les outils de type atériens (grattoirs, burins ; des pièces foliacées bifaciales, des racloirs et des pièces pédonculées) ont été retrouvé en quantité notable. sont légèrement plus fréquent dans la séquence haute mais disparaissent dans la séquence inférieure ( couches de sédiments). Des indices isotopique des coquillages retrouvés dans ces sédiments indiquent une température froide.Dans ce cas, les niveaux moustériens semblent suivre l'Atérien.

Un assemblage très différent a été retrouvé à Wadi Gan, dans l'ouest de la Libye ( 142:225ff). Le site est un mince horizon d'occupation. L'assemblage consiste en quelques nucléus de très petite taille, d'outils fait de pièces pédonculées, des pointes moustérennes ( quelques unes denticulées et qui peuvent être classées comme des pointes de Tayac), des racloirs, des grattoirs ; d'autres outils comprennent des denticulés, un burin et une pièce foliacée.Les fréquences des pièces pédonculées et des pointes sont plus élevées et celles des pièces foliacées bifaciales plus faibles, dans le Wadi Gan que dans les niveaux atériens de Haua Fteah. l'importance du nombre des grattoirs par rapport aux racloirs, et la pauvreté en pièces foliacées bifaciales au Wadi gan rappelle l'Atérien tunisien. Cela pourrait indiquer un contact avec des groupes du paléolithique supérieur présents dans l'est de la Libye vers 35 000 ans et dans la Vallée du Nil avant 32 000 ans. L'assemblage du Wadi Gan serait plus récent, entre 30 000 et 35 000 ans.

Restes humains...

Deux fragments de mandibules, une d'adulte et l'autre juvénile, ont été découverts par McBurney dans la couche ( XXXIII ) Levallois-moustérienne, à proximité de l'interface avec la couche XXXIV, et environ 2,5 m sous le niveau du début du Paléolithique supérieur.Les données paléoclimatiques indiquent un épisode froid et une date C14 de 47000 ans BP, permettent McBurney de situer ces hominidés à une époque contemporaine du début du Vistulien.D'après l'examen des mandibules par Klein et Scott, il a été démontré l'absence de caractères néandertaliens Néandertal dans ces fragments.Il a été alors proposé comme Djebel Irhoud ou les Atériens de Dar es Soltan, que cette population non-néandertalienne n'était cependant pas encore totalement "moderne"[1]

Néolithique

- 10 000 à 8000 ans / apparition de la culture des céréales dans le croissant fertile englobant le Nil.Premiers centres de civilisation primitive, Merimde, Maadi, Fayoum, Tasa, Badari, Negada. Maisons à angles droits, d'abord en roseaux recouverts d'argile, puis en pisé et enfin en brique séchée. Comme à la période précédente, il n'existe aucune différence notable de civilisation et de peuplement entre la Libye, l'ensemble du Maghreb et l'Égypte.Ce sont les descendants des Caspiens.


- 10 000 ou 8000 ans / apparition en Tunisie, Libye, Kenya, Palestine, Égypted'une culture négroïde dite Capsien caractérisée par des petites lames en forme de demi-lune.Culture des "bifaces" et civilisation de la "pierre éclatée" dans tout le Maghreb.

-7000 à 9000 ans / culture au Maghreb dite "Ibero-Maurusien" qui disparut il y a dix mille ans sans laisser de descendance.(D'après certains chercheurs il n'y aurait aucun rapport entre ce Cro-magnoïde Cro-magnon venu de la péninsule ibérique et les Guanches des îles Canaries ). Il aurait donc disparu sans laisser de descendance).


- 6000 à 4 000 ans dans le Sahara, c'est la période des Chasseurs ou du Bubale.

- 4000 à 1 500 ans, arrivée de pasteurs Indo-Européens venus d'Asie Mineure.Poursuite de la civilisation des Capsiens ( petits groupes de chasseurs négroïdes à la pierre polie, semi-nomades, javelots, massues, sagaies, flèches, harpons, emploi d'ocre comme colorant, l'usage de meule pour écraser les produits de la cueillette, l'art de coudre les peaux, de travailler l'os avec des grattoirs, de tresser, puis la poterie font leur apparition).Commerce intensif de l'ambre et de l'étain entre l'Europe, la Méditerranée, l'Asie Mineure, le Proche-Orient, par terre ou par mer. Sur le plan stylistique, c'est la grande période des Pasteurs de bœuf, histoire du Bos Taurus qui verra les roches du Sahara se couvrir de peintures rupestres, Peintures rupestres du Sahara -Tassili-n-Ajjer, Adrar des Iforas, Aïr, Ahnet, Ahaggar, ( indentique à Ouenat ( Nubie )- variété des types humains; négroïdes, leucodermes et mixtes.

Le Pasteur de la fin de l'âge de pierre domestique le bétail, chèvres, moutons, pratique la cueillette de graminées sauvages, et commence tout juste la culture de parcelles au bord du Nil.L'habitat dans le désert est troglodytique ou sous des huttes faites de branchages, tandis que prés des fleuves et vers l'Égypte les habitations sont faites en briques et en argile.Sur le plan spirituel c'est la poursuite de la "mystique pastorale", commune à tous les peuples pasteurs, initialisée en Asie Mineure et présente en Afrique d'une manière similaire chez tous les groupes berbères et une "Religion du Boeuf" commune à toute la Méditerranée. Mais c'est là, dans le désert encore vert que va se forger l'ethnogénèse Berbère [2]


A l'Est de la future Libye dès 3000 av.J.C. alors que le Delta n'est encore qu'un marigot émergeant tout juste de la mer, commence une toute nouvelle civilisation : La Civilisation Egyptienne, nouvel empire.

Peu à peu, Égypte et Libye vont s'affirmer dans leurs identités respectives. L'Égypte va se tourner vers l'Orient dont elle est pour partie issue, la Libye va se tourner vers sa seule voie d'expansion possible, la mer Méditerranée, dont elle reçoit régulièrement par bateaux, la visite de peuples maritimes, en particulier de la Civilisation Egéenne et Phénicienne. De fait, dès le néolithique, la plupart des habitants de la Libye habitent le front de mer, tandis que l'interland en voie de désertification dès le IIe millénaire constituera un replis pour des groupes éparses, réunit en chefferies et en communautés de Pâtres.Libye antique

- 1500 ans période du cheval (s'étendant jusqu'aux premiers siècles de l'ère chrétienne). C'est l'apparition de petites aristocraties locales mais suffisamment puissantes et influentes pour nouer alliance avec les peuples belliqueux de Méditerranée, de populations venues du nord de l'Europe, de Colchide ( ancienne Georgie )- Asie Mineure, du Proche-Orient, d'Iran, des chars attelés de facture identique à ceux de la Grèce antique -( tombes à fosses du cercle A de Mycènes, stèle du Péloponnèse représentant des chars identiques ; décors à base de cercles, spirales et courbes enlacés prisés de longue date par les Egéens )- des armatures, des lances à armature métallique, arme de prédilection des pasteurs de bovins du Sahara méridional, tandis qu'au nord, ce sont des affrontements contre l'Égypte qui se poursuivront jusqu'à la romanisation du Maghreb ( ~Ve av.J.C.).histoire de la Libye.Peu à peu les tribus Libyennes se situant au sud, vont être repoussées vers le Sahel et ce pour deux raisons très simples : La désertification du Sahara commencé au IIe millénaire avant notre ère et l'entretien d'une cavalerie sensible aux écarts de températures et aux épizooties. Moutons et chèvres sont gardés sur les côtes ( désert de Syrte ; Cyrénaïque ) les montagnes, la Chaîne Libyque. Le désert de Libye est traversé par des bouviers de l'Égypte au Soudan.

Antiquité

Anciens Libyens représentés par des Égyptiens
Arc de Marc Aurèle à Tripoli (Libye)

Les Grecs employaient le mot « Libye » pour désigner toute la zone côtière de l’Afrique du Nord comprise entre le Nil et l’Atlantique, ainsi que l’arrière pays désertique. Dans l’Antiquité, les principales parties de l’actuelle Libye étaient :

  • la Cyrénaïque, d’après le nom de la prestigieuse ville de Cyrène, qui aurait été fondée par des grecs de Théra en 631 av. J.-C. ;
  • la Tripolitaine, à l’origine une colonie phénicienne comprenant les trois villes de Sabratha, Leptis Magna et Ola ; Ola devient la capitale de la colonie sous le nom de Tripoli, qui signifie « trois villes » ;
  • le Fezzan ou Phazania, qui est une région saharienne et désertique.Libye antique


Empire romain

L’étendue de l’Empire romain sous Trajan en 117.

Voir les articles Afrique (province romaine) et Cyrénaïque.


Durant le Ier siècle avant notre ère, les trois régions qui forment l'actuelle Libye (Tripolitaine, Cyrénaïque et Fezzan) passèrent sous la domination de l'empire romain. La Libye, alors riche et fertile, devint l'un des greniers à grain de l'Empire romain. Le pays entama son déclin après que les régions côtières eurent été envahies par les Vandales en 455 apr.J.-C. Elles furent reconquises par les Byzantins à partir de 533.

Moyen Âge

Le monde méditerranéen en 527.


La Libye arabe

L’expansion de l’empire islamique de 622 à 750.

Sous le commandement du général arabe 'Amr ibn al-'As, les troupes du calife `Umar ibn al-Khattāb conquièrent facilement la Cyrénaïque en 642-643.

En 647, une armée de 40 000 hommes, commandée par ‘Abdu’llah ibn Sa‘ad, poursuivit plus à l'ouest et s'empara de Tripoli, puis de Sufetula (à quelque 260 km au sud de Carthage).


La Libye turque

L’empire ottoman de 1481 à 1683.
L’Afrique du Nord et Occidentale en 1707 par Guillaume Delisle.


La Libye italienne

Sous le prétexte de désordres dans le pays, en particulier des persécutions à l’égard des minorités italiennes, l’Italie adresse un ultimatum à la Turquie lui signifiant son intention d’occuper militairement le pays. Le 29 septembre 1911, elle lui déclare la guerre.

Omar Al Mokhtar, une figure emblématique de la résistance à l’occupation italienne.

Voir Guerre italo-turque.

Après la Seconde Guerre mondiale

Timbre britannique surchargé pour servir en Tripolitaine.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Libye est conquise par les armées alliées combattant les armées italiennes et allemandes au cours de ce qui est appelée la « Guerre du désert ».

Les Forces françaises libres prirent ainsi le contrôle du Fezzan et du Ghadamès au sud-ouest du pays, qui resta un territoire militaire occupé de 1943 jusqu'en 1956, comme en témoignent les timbres italiens surchargés, puis les émissions militaires britanniques et françaises.

Indépendante en 1951, la Libye devient une monarchie et profite rapidement de la découverte de gisements pétroliers sur son territoire. En 1969, le roi Idris Ier est déposé lors d’un coup d’État non-violent mené par le colonel Mouammar Kadhafi. Celui-ci entend changer radicalement la politique de son pays : il prône la fusion avec d’autres pays arabes et il introduit un socialisme d’état dans son pays en nationalisant les principales branches industrielles, dont les activités pétrolières. L’année suivante, il fait fermer des bases militaires britannique et américaine et nationalise les sociétés détenues par des Italiens. En 1973, la défiance de Kadhafi vis-à-vis de l’Occident est confirmée par sa participation à l’embargo pétrolier et par ses multiples implications dans le terrorisme et le soutien à de nombreuses rébellions dans le monde. En 1977, Kadhafi déclare la « révolution du peuple » : il change le nom du pays de République arabe libyenne en Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste et met en place des « comités révolutionnaires ». S’ouvre alors une période de chaos institutionnel, d’arbitraire politique et de déclin économique pour le pays.

Les années 1980 sont marquées par une confrontation entre le régime en place et la communauté internationale, et tout spécialement les États-Unis[3] et le Royaume-Uni. En 1981, deux avions libyens sont abattus par l’armée américaine à propos d’un contentieux sur les eaux territoriales. En 1984, le Royaume-Uni rompt toute relation avec le pays suite à la mort par balle d’une policière britannique devant l’ambassade libyenne à Londres. En 1986, déclarant agir en représailles d’un attentat dans une discothèque berlinoise fréquentée par des militaires américains, les États-Unis bombardent des complexes militaires libyens, des zones résidentielles de Tripoli et de Benghazi, tuant 101 civils. En 1988, année où Kadhafi entame une légère libéralisation économique de son pays, les services secrets libyens sont accusés d’avoir provoqué l’explosion en plein vol d’un avion de ligne américain au-dessus de la ville écossaise de Lockerbie.

En 1992, le Conseil de sécurité des Nations unies met en place des sanctions à l’égard de la Libye afin que celle-ci livre les deux agents secrets suspectés de l’attentat aérien de 1988. C’est finalement chose faite en 1999 ce qui provoque la suspension des sanctions et le rétablissement des relations diplomatiques avec le Royaume-Uni. Le régime joue même, via la Fondation Kadhafi, un rôle d’intermédiaire dans plusieurs libérations d’otages, comme à Jolo en 2000 et au Sahara occidental en 2003. En août 2003, la Libye endosse formellement la responsabilité pour l’attentat de Lockerbie et signe un contrat de compensation avec les familles des victimes ce qui lui vaut en septembre 2003 la levée définitive des sanctions de la part du Conseil de sécurité des Nations unies.

En parallèle à cela, à partir du 11 septembre 2001, le président Kadhafi opère un changement dans sa politique entendant ainsi s'éviter une fin violente à l’irakienne, pour lui et son régime. Dès janvier 2002, il entame des discussions avec les États-Unis sur la question du financement du terrorisme. Par la suite, en conséquence de négociations diplomatiques tenues pendant toute l’année 2003 entre responsables libyens, britanniques et américains, Kadhafi annonce en décembre de cette année qu’il renonce officiellement à son programme d’armes de destruction massive. Enfin, en mars 2004, il signe le protocole additionnel du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP).

Grâce à cela et une politique d’assouplissement de sa réglementation en matière économique permettant l’ouverture du marché local aux entreprises internationales, le régime de Kadhafi assure sa survie mais se rapproche également des puissances occidentales et particulièrement de certains pays européens, comme le Royaume-Uni, la France, l’Espagne et l’Italie. Ainsi, le président Kadhafi déclare désormais qu’il entend jouer un rôle majeur dans la pacification du monde et la création d’un Moyen-Orient sans armes de destruction massive. Particulièrement par rapport aux relations avec l’Union européenne, ce volte-face de la Libye doit notamment être vu sous l’angle du combat des gouvernements de l’Union contre l’immigration illégale.

Sur le plan de la politique intérieure, les réformes semblent beaucoup plus lentes : du point de vue de la démocratie et des droits humains, le système politique libyen est très insuffisant. Jusqu’à présent, grâce à un mélange de répression et d’évolution politique, le président a réussi à museler les différentes forces susceptibles de s’opposer à lui : les exilés, les forces armées, l’islamisme radical et la contestation tribale. De plus, la récente levée des sanctions de l’ONU devrait améliorer les conditions de vie de la population et ainsi, accroître l’adhésion de la jeunesse au régime. Toutefois, il est possible que la « dynastisation » du pouvoir au profit du fils du président actuel, Seif el Islam Kadhafi représente une occasion : en effet, celui-ci pourrait chercher à la fois à assurer l’héritage paternel et à mettre en œuvre des réformes politiques qui lui conféreraient une certaine légitimité au niveau international. Sur cette voie, ses principaux opposants pourraient être les comités révolutionnaires qui se présentent comme les garants de l’idéologie de la révolution de 1969.

Les unions (malheureuses) du colonel

Depuis son arrivée au pouvoir en 1969, le colonel Kadhafi a tenté à plusieurs reprises d'unir la Libye avec d'autres pays arabes ou africains. Voici la liste (non exhaustive) de ces unions avortées :

  • 1972: création de l'Union des Républiques arabes regroupant l’Égypte, la Libye et la Syrie (dissoute en 1977);
  • 1974: fusion entre la Libye et la Tunisie (restée sans lendemain);
  • 1981: fusion entre la Libye et le Tchad (restée sans lendemain);
  • 1984: union entre la Libye et le Maroc (dissoute en 1986).

Lectures complémentaires

Nora Lafi, Une ville du Maghreb entre ancien régime et réformes ottomanes. Genèse des institutions municipales à Tripoli de Barbarie (1795-1913), Paris, L'Harmattan, 2002, 305 p. [1]

Notes et références

  1. Mohamed Sahouni Le Paléolithique en Afrique, l'Histoire la plus longue, ed. errance, 205
  2. Basil Davidson in Les Royaumes Africains revu par Henri Lhote, ed. Time, 1969
  3. Pour Noam Chomsky, « l'administration Reagan [...] a choisi la Libye comme punching-ball [...] parce que la Libye est sans défense [...]. Et l'administration Reagan avait besoin de créer la peur : elle devait mobiliser la population américaine pour faire passer des choses que celle-ci n'aime pas, tel le soutien à une augmentation des dépenses militaires. » dans Comprendre le pouvoir : tome I, Aden, 2005, p. 148.

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • (en) Ronald Bruce St John, Historical dictionary of Libya, Scarecrow Press, Lanham, Md., 2006 (4e éd.), LXIII-402 p. (ISBN 0-8108-5303-5)

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail de l’Afrique Portail de l’Afrique
  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire

Ce document provient de « Histoire de la Libye ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Histoire De La Libye de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Histoire de la libye — Cette page traite de l histoire de la Libye. Sommaire 1 Fondation de la Libye 2 Préhistoire 3 Antiquité 3.1 Empire romain …   Wikipédia en Français

  • Histoire de la Libye — La Libye est un pays d Afrique du Nord, dont le nom dérive de celui du peuple Libou. Sous l Antiquité, le nom de ce peuple a également été à l origine de celle de la région du continent communément appelée Libye antique, et de la dénomination de… …   Wikipédia en Français

  • Histoire Des Berbères — L’histoire des Berbères, groupe ethnique d Afrique du Nord, remonte à l Antiquité. Sommaire 1 Berbères 2 Histoire 3 Préhistoire 3.1 …   Wikipédia en Français

  • Histoire des Berberes — Histoire des Berbères L’histoire des Berbères, groupe ethnique d Afrique du Nord, remonte à l Antiquité. Sommaire 1 Berbères 2 Histoire 3 Préhistoire 3.1 …   Wikipédia en Français

  • Histoire des berbères — L’histoire des Berbères, groupe ethnique d Afrique du Nord, remonte à l Antiquité. Sommaire 1 Berbères 2 Histoire 3 Préhistoire 3.1 …   Wikipédia en Français

  • Libye Antique — Pour les articles homonymes, voir Libye (homonymie). Reconstruction du monde décrit par Hérodote La Libye antique …   Wikipédia en Français

  • Libye ancienne — Libye antique Pour les articles homonymes, voir Libye (homonymie). Reconstruction du monde décrit par Hérodote La Libye antique …   Wikipédia en Français

  • Libye italienne — Libye Libia it 1911 – 1947 Drapeau …   Wikipédia en Français

  • Histoire des Juifs en Libye — Deux femmes juives de Tripoli en habit traditionnel en 1914. L histoire des Juifs en Libye, la plus petite communauté juive des pays d Afrique du Nord, remonterait au IIIe siècle avant notre ère lorsque la Cyrénaïque est colonisée par les Gr …   Wikipédia en Français

  • Histoire des Berbères — L’histoire des Berbères, groupe ethnique d Afrique du Nord, remonte à l Antiquité. Sommaire 1 Berbères 2 Histoire 3 Préhistoire 3.1 Algérie …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.