Homo Erectus


Homo Erectus

Homo erectus

Comment lire une taxobox
Homo erectus
 crâne de Sinanthrope, l'un des Homo erectus asiatiques
crâne de Sinanthrope,
l'un des Homo erectus asiatiques
Classification classique
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Ordre Primates
Famille Hominidae
Sous-famille Homininae
Genre Homo
Nom binominal
Homo erectus
Dubois, 1894
 Reconstitution scientifique d'Homo erectus.

Reconstitution scientifique d'Homo erectus.

Parcourez la biologie sur Wikipédia :
AlphaHelixSection (blue).svg
Symbole-faune.png
Salmobandeau.jpg
PCN-icone.png
Icone botanique01.png
P agriculture.png
Patates.jpg
Extracted pink rose.png

Homo erectus est un représentant fossile du genre Homo qui a vécu en Asie centrale et orientale au Paléolithique inférieur, entre environ 1 million d'années et 300 000 ans avant le présent. Avant les années 1980, le taxon incluait également des fossiles africains aujourd’hui attribués par beaucoup (mais pas par tous[1]) à Homo ergaster .

Homo erectus signifie littéralement « homme dressé, droit » en latin : ce nom binominal d'espèce est un héritage historique lié à la description du fossile de Pithecanthropus erectus par Eugène Dubois en 1894. Il s'agissait alors du plus ancien ancêtre bipède connu d'Homo sapiens, mais ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Homo erectus comporte un certain nombre de variantes régionales parfois considérées comme des sous-espèces, dont le pithécanthrope et le sinanthrope.

Sommaire

Historique

À la recherche du Pithécanthrope [2],[3]

Fossiles découverts par Eugène Dubois ayant servi à définir Pithecanthropus erectus.

Peu après la publication des travaux de Charles Darwin, notamment de L'Origine des espèces en 1859, le biologiste et philosophe allemand Ernst Haeckel proposa un arbre généalogique théorique de l’homme dans lequel il fait apparaître un « chaînon manquant », un être intermédiaire entre le singe et l’homme. Dans son ouvrage L’histoire de la création naturelle paru en 1868, il nomma cette créature hypothétique Pithecanthropus alalus [4]. Le nom de genre est formé à partir des racines grecques πίθηκος, píthēkos, « singe » et ἄνθρωπος, anthropos, « homme ». Le nom d’espèce est formé sur le préfixe privatif « a- » et le λαλέω / laleô, « parler » : l’absence de langage articulé était en effet considérée comme l’une des caractéristiques nécessaires du Pithécanthrope.

Le médecin et anatomiste néerlandais Eugène Dubois, passionné par les nouvelles théories relatives à l’origine de l’homme, entreprit de rechercher les fossiles prouvant l’existence du Pithécanthrope imaginé par Haeckel. Pour cela, il s’engagea comme médecin militaire dans l’armée des Indes orientales néerlandaises. Nommé à Sumatra en Indonésie en 1887, il s’y rendit convaincu qu’il trouverait sous les tropiques les traces d’un être intermédiaire entre l’homme et les grands singes.

Après plusieurs années de recherches infructueuses à Sumatra, il se rendit à Java où il entreprit de fouiller les dépôts alluviaux de la rivière Solo à Trinil, assisté de deux ingénieurs et d’un groupe de prisonniers condamnés aux travaux forcés. En 1890, il découvrit un premier fragment de mandibule. En 1891, il découvrit une molaire supérieure droite et une calotte crânienne très particulière, présentant des caractéristiques qu’il considéra comme intermédiaires entre les grands singes et l’homme. En août 1892, il exhuma dans le même site un fémur portant une excroissance pathologique mais très proche d’un fémur humain, appartenant incontestablement à un être parfaitement bipède. En 1894, Dubois décrivit ces différents fossiles ainsi que quelques autres dents comme les restes d’une espèce inconnue jusqu’alors, Pithecanthropus erectus, le « singe-homme érigé » [5].

La publication d’Eugène Dubois fut accueillie avec scepticisme. Aucune forme humaine ancienne n’était connue à ce jour et les fossiles de l’Homme de Néandertal et de l’Homme de Cro-Magnon suscitaient encore des débats. De nombreux spécialistes doutaient du caractère humain de la calotte de Java et surtout de son association avec le fémur. Des tests physico-chimiques ont démontré depuis que ce fémur appartient très certainement à un homme moderne.

La découverte du Sinanthrope

Les premiers restes de Sinanthrope ont été découverts en 1921 par le géologue suédois Johan Gunnar Andersson (en), dans une carrière de Zhoukoudian près de Pékin, en Chine. Il y recueille des dents, des molaires.

En 1926, le professeur canadien Davidson Black publie la description des fossiles découverts par Anderson qu'il attribue à une nouvelle espèce, Sinanthropus pekinensis. Black reçoit l'aide de la fondation Rockfeller et fouille le site jusqu'à sa mort en 1934, mais ne trouve qu'une seule dent supplémentaire, ce qui confirme tout de même la découverte de l'homme de Pékin.

Pierre Teilhard de Chardin, considéré comme l'un des plus grands paléontologues français de l'époque, prend la direction des fouilles à Zhoukoudian. Il récolte un nombre important de fragments d'hominidés dans la carrière. En 1937, il a déjà récolté notamment 14 crânes, 11 mandibules, 117 dents et 15 fémurs. C'est la première fois que l'on trouve autant de restes correspondant à une même espèce d'hominidé disparu en un même endroit.

La Seconde Guerre mondiale approche et la fouille s'arrête, notamment pour préserver la sécurité des chercheurs dans le contexte troublé de l'époque. Les fossiles sont placés dans deux grandes caisses et partent par voie de mer en direction des États-Unis. Ils n'y arriveront jamais, occasionnant une perte irrémédiable pour l'évolution des connaissances et la recherche sur l'homme de Pékin.

La communauté scientifique accueillit avec réserve la découverte de l'homme de Pékin, comme lors des précédentes découvertes de l'homme de Néandertal ou de Cro-Magnon. En ce début du XXe siècle, les esprits commençaient à se faire à l'idée de l'existence d'une forme humaine plus ancienne et plus animale que l'homme de Néandertal. Le fait que l'homme ne soit pas apparu sous sa forme actuelle commence à être accepté.

Des Homo erectus africains ?

« En 1991, Bernard Wood, à l'époque à l'université de Liverpool, [a proposé] de désigner sous le nom d'Homo ergaster le groupe africain [de fossilles d’H. erectus], plus généraliste et plus primitif que le groupe indonésien et chinois[1] ». Dans cette optique, Homo erectus était désormais considéré comme exclusivement eurasiatique.

Ce point de vue a été assez largement repris et les fossiles africains autrefois attribués à H. erectus sont souvent présentés aujourd'hui comme relevant d’Homo ergaster, une espèce assez proche des H. erectus asiatiques, mais plus primitive.

Les Homo ergaster ont vécu entre 2,2 et 1 million d'années avant notre ère. Ils descendraient vraisemblablement d’Homo habilis. Leur cerveau atteint une capacité de 850 cm³, ce qui impliquerait une consommation régulière de viande.

Les spécimens découverts mesuraient entre 1,55 m et 1,70 m, pour un poids de 50 à 65 kg. Le dimorphisme sexuel de cette espèce est plus réduit que chez Homo habilis. Le faciès d'Homo ergaster présente encore des caractères archaïques, notamment un fort prognathisme.

D’après l’hypothèse la plus couramment acceptée actuellement, Homo ergaster serait l’ancêtre d’Homo erectus. Il est probable qu’il soit aussi l'ancêtre d'Homo antecessor.

Quelques rares scientifiques sont cependant hostiles à la distinction H. erectus - H. ergaster. Ainsi, pour Fred Spoor[6], « quand j'ai vraiment examiné les plus petits détails […], j'ai été obligé de conclure qu'il n'y a pas de séparation claire entre les deux. [Ainsi le fossile KNM-ER 42700 du Kenya] présente en effet des caractères typiquement « asiatiques » : une carène sagittale sur l'os frontal et l'os pariétal ; des arrangements de la base crânienne […] qui sont reliés avec l'orientation du canal auditif identiques à ceux que Franz Weidenreich avait décrit dans les années 1940 pour l'homme de Pékin[1] ».

Sous-espèces et répartition géographique

L'homme de Tautavel, un Homo erectus ou un Homo heidelbergensis ?

On inclut généralement sous ce nom les spécimens précédemment connus sous le nom de pithécanthrope ou Homme de Java et sinanthrope ou Homme de Pékin. Depuis les années 1980, la majorité des paléoanthropologues considèrent qu'il faut limiter l'aire de répartition géographique de l'espèce Homo erectus à l'Asie, là où ont été mis au jour les spécimens types. En effet, le tout premier fossile de cette espèce a été découvert sur le site de Trinil (île de Java, Indonésie) en 1891 par Eugène Dubois. Ainsi, les fossiles africains de la même époque sont maintenant appelés Homo ergaster et les européens, ancêtres probables des Hommes de Néanderthal, Homo heidelbergensis.

En 2004, la découverte de restes d'êtres humains de petite taille, surnommés "Hobbits", sur l'île de Flores, en Indonésie, a donné une nouvelle couleur au débat sur les déplacements d’Homo erectus [7]. Selon ses découvreurs, l’Homo floresiensis serait un descendant d’Homo erectus ; il serait arrivé sur cette île il y a au moins 70 000 ans et s'y trouvait encore il y a 18 000 ans. L'isolement l'aurait fait évoluer vers cette espèce naine. Faute d'un nombre suffisant d'ossements complets, la théorie demeure controversée, mais la plupart des archéologues sont d'accord pour dire qu’Homo erectus aurait eu la capacité de naviguer jusqu'à cette île indonésienne [8].

Caractéristiques physiques

Ses caractéristiques : une mâchoire puissante, un prognathisme marqué, des os épais, un front assez bas, pas de menton, un "chignon" occipital, un bourrelet sus-orbitaire, une constriction post-orbitaire fréquente en vue supérieure, une carène sagittale plus ou moins marquée, un crâne en forme de tente en vue postérieure (non-développement des bosses pariétales) et enfin un cerveau moins volumineux que le nôtre (850 cm3). Ces hommes mesuraient 1,60 mètre de hauteur.

Culture et techniques

À ses débuts cueilleur de fruits et de racines, chasseur de petits animaux et charognard, et de plus gros, comme les éléphants. Il est le premier à avoir domestiqué le feu, il y a 450 000 ans.

Il a amélioré les techniques de taille, étendu la gamme des outils : il a réalisé les premiers bifaces et créé une hache (hachereau), dont on a trouvé de nombreux spécimens en Afrique et en Eurasie. Les outils façonnés par Homo erectus révèlent l'existence de comportements nouveaux dans la lignée humaine : l'élaboration d'outils symétriques et une forte adaptation des outils aux conditions locales et aux besoins humains.

Les bifaces présentent souvent une double symétrie (bilatérale et bifaciale) qui ne semble pas uniquement liée à l'amélioration technique de l'outil, mais indique un souci esthétique certain. Par ailleurs, la comparaison des outils taillés par Homo erectus dans les différentes régions du monde qu'il a parcourues montre une grande variabilité de ses capacités techniques. Certains archéologues pensent que la « boîte à outils » des Homo erectus indonésiens, relativement pauvre en outils de pierre, devait être complétée par un important outillage de bois (le bambou est encore très abondamment utilisé dans ces régions). Mais cette hypothèse reste délicate à tester dans la mesure où le bois ne se fossilise que dans des conditions exceptionnelles.

Notes et références

  1. a , b  et c « Homo erectus africains et asiatiques », entretien avec Fred Spoor, La Recherche, mai 2008.
  2. Sémah, F., Purwasito, A. et Djubiantono, T. (1993) - « Un fascinant chaînon manquant », in: Le Pithécanthrope de Java - A la découverte du chaînon manquant, Sémah, F. et Grimaud-Hervé, D., (Éds.), Les Dossiers de l'Archéologie, n° 184, pp. 4-11.
  3. Hublin, J.-J. (2001) - « La conquête des vieux continents », in: Aux origines de l'humanité - de l'apparition de la vie à l'homme moderne, Coppens, Y. et Pick, P., (Éds.), Fayard, pp. 348-377.
  4. Haeckel, E. (1868) - Natürliche Schöpfungsgeschichte, Berlin.
  5. Dubois, E. (1894) - Pithecanthropus erectus, eine menschenähnliche Uebergagsform aus Java, Batavia, Landesdruckerei.
  6. En 2008, professeur au département d'anatomie du University College de Londres, membre de l'équipe de fouille de Koobi Fora, au Kenya.
  7. Agence Science-Presse, "Les petits hommes", 1er novembre 2004.
  8. Agence Science-Presse, "Hobbit : un visiteur venu d'on ne sait d'où", 24 septembre 2007.

Voir aussi

Lien interne

  • Portail de la Préhistoire Portail de la Préhistoire
  • Portail de la paléontologie Portail de la paléontologie
  • Portail de l’origine et de l’évolution du vivant Portail de l’origine et de l’évolution du vivant
  • Portail de la zoologie Portail de la zoologie
Ce document provient de « Homo erectus ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Homo Erectus de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Homo erectus — Skelett des etwa neun Jahre alten „Turkana Boys“ Zeitraum Pleistozän 1,9 bis ? [1] Mio. Jahr …   Deutsch Wikipedia

  • Homo erectus — Homo erectus …   Wikipédia en Français

  • Homo erectus — o Pitecántropo (‘hombre erecto’), primate extinto que pertenece a la subfamilia de los Hominidos. Antepasado del Homo sapiens, se han encontrado restos de Homo erectus en Kenia, Java, Indonesia, Europa y China. Los primeros fósiles fueron… …   Enciclopedia Universal

  • Homo erectus — ⇒ Anthropogenese …   Deutsch wörterbuch der biologie

  • Homo erectus — For the 2007 comedy film, see Homo Erectus (film). Homo erectus Temporal range: 1.9–0.1 Ma …   Wikipedia

  • Homo erectus —   Homo erectus Rango fósil: Pleistoceno Inferior Superior …   Wikipedia Español

  • Homo erectus — /hoh moh i rek teuhs/ 1. an extinct species of the human lineage, formerly known as Pithecanthropus erectus, having upright stature and a well evolved postcranial skeleton, but with a smallish brain, low forehead, and protruding face. See illus.… …   Universalium

  • Homo erectus — Homo erectus …   Wikipédia en Français

  • Homo erectus — noun extinct species of primitive hominid with upright stature but small brain Homo erectus was formerly called Pithecanthropus erectus • Hypernyms: ↑homo, ↑man, ↑human being, ↑human • Hyponyms: ↑Java man, ↑Trinil man, ↑ …   Useful english dictionary

  • Homo erectus — Ho|mo erẹc|tus, der; [aus ↑ 1Homo u. lat. erectus = aufgerichtet, eigtl. aufgerichteter Mensch] (Anthropol.): Vertreter einer ausgestorbenen Art der Gattung Homo, der als Merkmal einen aufrechten Gang aufweist. * * * I Homo erectus   Vor etwa… …   Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.