Honorat Rambaud


Honorat Rambaud

Honorat ou Honoré Rambaud est certainement né à Gap et pas à Esparron-des-Pallières[1] vers 1516 et il teste à Marseille en 1585[2].

Honorat Rambaud est un Maistre d'escole des enfants des Consuls de Marseille[3],[4] qui devient un grammairien français[5]. Sa principale innovation est la création d’un alphabet de 24 lettres nouvelles[6],[4],[7]. Il écrit en 1578 La Declaration des Abus que l’on commet en escrivant Et le moyen de les editer, & de représenter nayvement les paroles : ce que iamais homme n’a faict[8]. Honorat Rambaud propose son livre en 1567 aux Consuls de Marseille. Il obtient en réalité trois permissions d'imprimer, l'une à Montpellier le 6 septembre 1567, l'autre à Toulouse le 27 septembre 1567 et la troisième à Lyon le 3 août 1568. Il obtient également un privilège du roi, le 18 mai 1577. Seuls les deux derniers documents ont été conservés. Voici l’extrait du privilège donné le 18 mai 1577 par le roi Henri III : « Notre cher et bien aimé Honoré Rambaud ayant, pour la commodité de chacun qui voudra apprendre de luy et pour la sienne aussi, composé un alphabet de quelques characteres qui pourront servir grandement à soulager les personnes, mesmes les petits enfans, de lire et escrire. L'invention duquel Alphabet il luy a esté permis de faire imprimer et mettre en lumiere tant à Tholouze qu'à Lyon… »[9]. Honorat Rambaud dédicace son livre aux consuls de Marseille[10]. Son livre mérite l'attention d'un homme curieux, et il est, du reste, trop peu connu parmi les grammairiens, écrit Alphonse Ernaux en 1846[11]. Il n’en n’est plus vraiment de même de nos jours.

Sommaire

Biographie

L'un des blasons des Fabre de Marseille.

Dans un manuscrit de la Bibliothèque nationale de France[12], il est écrit que : l'auteur de ce livre rencontré à Lyon, il estoit noir de poil, de l'âge environ de cinquante ans. Ce qui peut laisser présupposer l'hypothèse suivante : en 1568 il a environ 52 ans, il est donc né vers 1516. Gauthier parle de lui, page 152, quand il est plus âgé[13].

Vers 1550[14], il travaille à ce qui va devenir La Déclaration des abus que l’on commet en écrivant et le moyen de les éviter, et de représenter naïvement les paroles : ce que jamais homme n’a fait[15].

Honorat Rambaud se marie vers 1555 avec Catherine Fabre (1530-1590), fille de Jean Iscardon Fabre, patron de barque de Marseille[16]. Le blason des Fabre est : D'azur, à un lion d'or, lampassé et armé de gueules, regardant une étoile d'or, posée au canton sénestre du chef[17].

Honorat Rambaud et de Catherine Fabre ont au moins un fils, Pierre Rambaud (ca 1555-1626), marchand à Marseille, qui se marie avec Lucresse Reynier (Manoly), fille d'Antoine (1535-1588) un patron de barque et Jeanne Deidier[18]. Cette Lucresse est la petite-fille d'un des trois consuls de Marseille en 1551, Monet Deidier[19].

Le maître d'école marseillais

La Declaration des Abus que l’on commet en escrivant Et le moyen de les euiter, & de représenter nayuement les paroles : ce que iamais homme n’a faict. Par Honorat Rambaud, Maître d’Escole à Marseille, A Lyon, Par Jean de Tournes, Imprimeur du Roi, M.D.LXXVIII : les deux orthographes, celle du XVIe siècle et son projet révolutionnaire. Le traité d’Honoré Rambaud est composé de 351 pages, dont la page de gauche est en graphie traditionnelle et la page de droite est en graphie réformée. De ces 351 pages, 18 sont exclusivement en graphie réformée et constitue un manuel d'apprentissage.

René Merle[20] écrit : Rambaud, Occitan francisateur, est, comme tant, descendu de Gap tenir école à Marseille, à partir de 1546 ; il propose son livre en 1567-1568 aux Consuls dont il enseigne les enfants[21]. Il existe à Marseille dès le XVe siècle un collège et des écoles privées, mais les Consuls confient dès le plus jeune âge leurs enfants à un précepteur. Willy van Hoeke de l'Université catholique de Louvain (Louvain), nous dit aussi qu’il s’installe à Marseille vers 1546[22] et Adolphe Rochas écrit qu’en 1578, il y avait 32 ans qu'il exerçait cette profession[23]. Il a donc autour de 30 ans quand il arrive à Marseille.

En 1785, Claude-François Achard, dans son Dictionnaire de la Provence et du Comté-Venaissin, édité par J. Mossy[24] écrit qu'il est né de parents honnêtes, mais peu favorisés des biens de la fortune. Augustin Fabre les voit honnêtes lui-aussi, mais Marseillais, contrairement aux autres auteurs[25]. Dans sa Critique du nobiliaire du Dauphiné Joseph Roman[26], l'archiviste et historien, spécialiste des Hautes-Alpes, classe Honorat Rambaud parmi les membres de la famille Rambaud de Montgardin, mais sans filiation précise.

Adolphe Rochas ajoute dans sa biographie d’Honorat : C'était, à ce qu'il paraît, un homme rempli de zèle pour la première éducation littéraire des enfants, qualité plus rare qu'on ne le pense, surtout chez les savants magisters sortis de nos écoles normales[27]. Il sert désormais de modèle à certains enseignants : Travaillant ensuite en classe de perf, avec en majorité des enfants du voyage que l’orthographe ne passionnait pas, j’ai cependant fait mienne une prise de position très ancienne d’Honoré Rambaud , Maistre d’eschole en1578 : « Je désire bien fort, à fin que tous, usques aux laboureurs, bergiers et porchiers puissent clairement escrire, puis que tous en ont besoing »[28]. Toutefois si Rambaud observe aussi : qu'il y a trop peu de gents qui scauent lire et escrire une réforme de l’écriture, pour en faciliter l’accès aux laboureurs, bergers, porchiers, qui n’ont pas le temps de se consacrer à l’orthographe... Cela ne veut en rien dire qu'il est leur maître d'école. Ce n'est qu'à l'arrivée de la Compagnie du Saint-Sacrement en 1640 à Marseille que les enfants de la Charité et les enfants abandonnés reçoivent instruction et formation professionnelle. Pour les filles la Chambre des servantes n'est crée qu'en 1684, un siècle après la mort d'Honorat Rambaud. L'école gratuite des Accoules n'ouvre qu'en 1665, celle de la paroisse de la cathédrale de la Major en 1658. Honorat n'est pas un ecclésiastique et comme à cette époque, seuls quelques fils de privilégiés peuvent fréquenter les universités et étudier suffisamment pour pouvoir être le maître d’école des enfants des riches et puissants Consuls de Marseille, et font éditer un livre, il n’est pas un fils de pauvres. S’il veut les rendre moins ignorants grâce à sa réforme, il ne l’a pas fait et reconnaît avoir fessé les enfans trente huict ans dans son ouvrage. Il veut juste changer toutes ces méthodes. Néanmoins il fait partie des quelques hommes instruits et pacifiques, qui cultivaient les lettres au milieu des fracas des guerres civiles. Honoré Rambaud honora sa profession de maître d'école, à Marseille, écrit Louis Merry[29]. Sa renommée dépasse son propre siècle et Marseille[30].

Le grammairien français

Guillaume Farel veut que les chrétiens lisent la bible en français. Honorat Rambaud veut que tous les hommes soient capables de lire, même les plus pauvres.

Les idées d’Honorat Rambaud sont celles des hommes cultivés de la Renaissance, mais contrairement à la plupart d’entre eux, il ne semble pas adhérer aux idées de la révolution religieuse du XVIe siècle. Certes, il justifie la mission qu'il s'est fixée par Dieu : ...il faut bien user des graces qu'il a plu à Dieu nous donner, et qu'il nous en demandera compte[31]. S’il bat les enfants, c’est car il croit y déceler la volonté divine en corrigeant la source de tous ces maux. C'est sa mission, ce à quoi Dieu l'appelle. Mais même si nous retrouvons cette violence et cette idée de justice divine que nous retrouvons chez un Guillaume Farel, nous ne pouvons en conclure qu’il est son disciple. Cette violence est commune à tous les hommes de ce temps. Les Guerres de religion et leurs massacres en sont la preuve éclatante. Et à Marseille qui est aux mains de la Ligue catholique (France), il est très difficile de se dire protestant.

Guillaume Farel en traduisant la Bible veut la rendre compréhensible au peuple. Mais les personnes sachant lire ne sont pas le peuple à cette époque. Honorat Rambaud en est conscient et invente donc un alphabet nouveau qu'il considère comme facile à apprendre. Sa préoccupation est sociale et pour arriver à ses fins, il préconise une réforme révolutionnaire pour permettre au peuple d’accéder à la culture. C’est une tâche prioritaire, mais difficile : Pour sa part, le grammairien Honorat Rambaud (1516-1586) voulut proposer, lui aussi, une orthographe calquée sur la prononciation. Dans La Declaration des Abus que l’on commet en escrivant Et le moyen de les euiter, & de représenter nayuement les paroles: ce que iamais homme n’a faict, il considéra qu'il fallait augmenter le nombre des lettres latines si l'on voulait transcrire fidèlement les sons du français. Le traité de 351 pages de Rambaud proposait 24 nouvelles lettres de plus et atteignait les 52 lettres. Du temps de Rambaud, les gens riches parla=ient et écrivaient le français, bien que leur langue maternelle soit un dialecte (patois). Quant aux pauvres, ils ne parlaient pas français et n'écrivaient pas du tout. Rambaud enseignait aux notables, mais désiraient que les gens du peuple puissent éventuellement écrire le français. Malgré la grande cohérence graphique proposée, le système de Rambaud fut perçu comme l'œuvre d'un fou par les érudits de son époque. Bref, les études de Meigret de Rambaud démontrent qu'il n'est pas aisé de calquer l'orthographe sur la prononciation. Une orthographe étymologique permet de garder la langue fixe, alors qu'une orthographe calquée sur la prononciation est soumise au changement périodique[32].

Jean Antoine de Baïf, réformateur du français vivant à la même époque.
.

Tâche difficile de réformer le français, mais il faut accoustrer et réparer l'alphabet, attendu que c'est le chemin de Dieu[33]. Ronsard fit machine arrière. Le v et le j consonnes avaient bousculé le i et le u, mais le k et le z restèrent en panne sur la route, la route de sable qu’allaient emprunter les cent seize réformes d’Ambroise Firmin Didot. Un maître d’école de Marseille, Honorat Rambaud, sur cette route, fit le point : « Escrire est faire un chemin, par et moyennant lequel voulons conduire et guider nous mesmes, et les autres aussi. Et puis qu’il est necessaire que tous hommes, femmes, enfants, presents et advenir, y passent, il est tres necessaire qu’il soit bien aisé. Et l’on a faict tout au rebours : tellement que peu de gents y peuvent passer : et quasi tous ceux qui y passent le font par contrainte et à force de coups. Et ie n’en parle pas par ouïr dire : car il y ia trente huict ans que je contrains les enfans à passer par ledit chemin… [34]

Pierre de la Ramée (1515-1572), dit Ramus, autre réformateur du français vivant à la même époque que Rambaud.
.

En 1578, à Marseille, comme dans bien des provinces, la connaissance du français joue comme un démarcateur social. Les riches parlent et écrivent le français et le provençal est leur langue maternelle. Les pauvres ne parlent pas le français, et n’écrivent pas le provençal. Rambaud vit et enseigne aux notables, mais veut permettre aux gens du peuple d’écrire le français. Le provençal a des interférences sur le français naissant de Marseille, comme le note Henri Merle. L'implantation du français dans les provinces occitanes méridionales à la Renaissance montre que la langue d'oc résiste et donne au français parlé en particulier à Marseille des caractéristiques spécifiques. Les spécificités qui sont notées par Honorat Rambaud résultent de l'influence marseillaise. Le français n'est dans cette ville qu'encore une langue seconde[4].

Honorat Rambaud va plus loin encore dans l'audace que Ramus et ses proches. Ramus souhaite en 1562, que les poètes français fassent leurs vers par mesure de syllabes longues et brèves, ce qui règlerait la quantité. Rambaud écrit son livre quatre ans après les vers mesurés de Jean Antoine de Baïf, et parle d’un système vraiment phonétique, afin de faciliter l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. En réalité, Rambaud n'est pas qu'un réformateur, mais l'inventeur d'un alphabet nouveau[35]. Selon lui, l’alphabet est corrompu. Il invente donc son alphabet nouveau et préconise l'abandon radical de l'alphabet latin, inapte à noter 34 des 52 sons repérables dans l'usage du temps, ce qui représente une grande révolution pour la grammaire.

Faire éditer La Declaration...

Honorat Rambaud propose son livre en 1567-1568 aux Consuls de Marseille, dont il enseigne les enfants

Il obtient la permission d'imprimer son livre des autorités de Toulouse le 27 septembre 1567[22]. Son livre est donc terminé[36].

Il obtient également un privilège du roi, le 18 mai 1577, mais il ne fait presser son ouvrage à Lyon qu'en 1578 par Jean de Tournes[37].

Un seul artiste à cette époque à Lyon est capable de fabriquer de nouveaux poinçons, selon Nina Catach, citée par Hermans, à savoir Robert Granjon. Il a aussi dû faire affaire avec quelqu'un pour créer les cases pour former sa graphie.

Après sa mort

Le livre de Rambaud est trop favorablement reçu pour ne point allécher de nombreux imitateurs. Laurent Joubert publie en 1579, à Paris, un dialogue sur la Cacographie française avec annotations sur son orthographe; mais cet ouvrage ne devait guère jouir d'une longue existence : il mourut en naissant. Les disciples de Ronsard se déclarèrent les protecteurs ardents de toutes les chimériques fantaisies des Ramus, des Meigret et des Rambaud. Non-seulement ils voulurent les mettre en pratique, mais on les vit eux-mêmes marcher sur les brisées de ces novateurs[38].

Charles Nodier écrit en 1840, à propos du livre d’Honorat Rambaud : Le maître d'école de Marseille n'étoit pas un de ces révolutionnaires circonspects qui marchent à pas mesurés dans la réforme et qui soumettent le désordre et la destruction à une apparence de loi. Radical en néographie, il débute modestement par la suppression de l'alphabet, et lui en substitue un nouveau composé tout d'une pièce pour cet usage. Cette manière de procéder prouve du moins que Rambaud avoit la conscience de son entreprise et qu’il savoit apprécier à leur juste valeur les tentatives de ses prédécesseurs et de ses émules. Aussi n'hésiterai-je pas à le regarder comme l'homme de génie de la bande, et le seul qui offre, dans son fatras quelques vues ingénieuses et fortes. La question de savoir si l'alphabet usuel est bon ou mauvais n’étoit pas difficile à résoudre le fait est qu'il est détestable dans la figure des signes dans leurs attributions et dans leur ordre, et qu’il en est de même de tous les alphabets anciens et modernes. Mais la difficulté n'est pas même de créer, un alphabet meilleur que le nôtre et besoin n'était pour cela des doctes labeurs d'un maître d'école. Le moindre de ses écoliers y auroit pu suffire de reste Ce qu'il y a d'embarrassant, ce n’est pas de le faire tant bien que mal, une espèce d'alphabet rationnel et philosophique, propre à faciliter l'enseignement de la lecture et à rendre peu sensibles et même tout à fait nulles les équivoques et les ambigüités de l'orthographe C'est d'appliquer cet alphabet à une langue, écrite sans altérer sans détruire peut-être son esprit et son caractère[39].

Honorat Rambaud a été cependant considéré comme un original dans un passé relativement récent[40] ou, selon René Merle, comme un facteur Cheval de l'orthographe[4]., mais de nos jours son travail est étudié par de nombreux universitaires à travers le monde. Et si ce pédagogue et son alphabet sont parfois mal perçus par des conservateurs, le sous-titre de son ouvrage explique sa démarche. Il veut uniquement représenter naïvement les paroles et bien avant les philosophes du XIXe siècle sa préoccupation est sociale. Honorat Rambaud veut permettre aux prolétaires de savoir lire et écrire.

Notes et références

  1. L'erreur sur le lieu de sa naissance vient que dans la permission d'imprimer son livre, accordée par la ville de Lyon, il est dit que Honorat Rambaud est natif d'Esparron (Var), diocèse d'Aix en Provence. Mais le spécialiste des archives des Hautes-Alpes, Joseph Roman (1840-1924) précise dans son Tableau historique du... , p.100 écrit : Né à Gap... Tableau historique du département des Hautes-Alpes / par J. Roman, A. Picard (Paris), p.100. Adolphe Rochas écrit aussi né à Gap dans les premières années du XVIe siècle dans sa Biographie du Dauphiné: contenant l'histoire des hommes nés dans cette province qui se sont fait remarquer dans les lettres, les sciences, les arts, etc. Avec le catalogue de leurs ouvrages et la description de leurs portraits, Adolphe Rochas, Charavay, 1860, v.2, p.328...
  2. François Barby, Reconstitution des familles marseillaises du XIVe au XVIe siècle, à partir des actes notariés/Geneanet/Rambaud/Marseille/canebiere - folio 113, cote des actes  : 381E-186 Honoré RAMBAUD.
  3. Tableau historique du département des Hautes-Alpes / par J. Roman, A. Picard (Paris), p.100. et La déclaration des abus (1578) d’Honorat Rambaud, la pratique de l’enseignement de l’écriture et la nécessité d’un système universel de transcription phonétique Willy van Hoeke (Katholieke Universiteit Leuven) The history of linguistic and grammatical praxis, Piet Desmet, Peeters Publishers, 2000, p.43 à 61
  4. a, b, c et d Sur l’alphabet d’Honorat Rambaud, maître d’école à Marseille et La Maigre Orthographe et Honorat RAMBAUD..., René Merle
  5. Adolphe Rochas nous dit qu’il est grammairien Biographie du Dauphiné: contenant l'histoire des hommes nés dans cette province qui se sont fait remarquer dans les lettres, les sciences, les arts, etc. Avec le catalogue de leurs ouvrages et la description de leurs portraits, Adolphe Rochas, Charavay, 1860, v.2, p.328 et La déclaration des abus (1578) d’Honorat Rambaud, la pratique de l’enseignement de l’écriture et la nécessité d’un système universel de transcription phonétique Willy van Hoeke (Katholieke Universiteit Leuven) The history of linguistic and grammatical praxis, Piet Desmet, Peeters Publishers, 2000, p.43 à 61 ou bien encore entre autres Précis de l'histoire de la ville de Gap, suivi de notices biographiques sur les évêques de cette ville, Théodore Gautier, 1844, p.152....
  6. Tableau historique du département des Hautes-Alpes / par J. Roman,... A. Picard (Paris), p.100
  7. La déclaration des abus (1578) d’Honorat Rambaud, la pratique de l’enseignement de l’écriture et la nécessité d’un système universel de transcription phonétique Willy van Hoeke (Katholieke Universiteit Leuven) The history of linguistic and grammatical praxis, Piet Desmet, Peeters Publishers, 2000, p.43 à 61...
  8. La déclaration des abus (1578) d’Honorat Rambaud, la pratique de l’enseignement de l’écriture et la nécessité d’un système universel de transcription phonétique Willy van Hoeke (Katholieke Universiteit Leuven) The history of linguistic and grammatical praxis, Piet Desmet, Peeters Publishers, 2000, p.43 à 61...
  9. The history of linguistic and grammatical praxis, Piet Desmet, Peeters Publishers, 2000, p.551 et Bibliothèque d'humanisme et Renaissance: Travaux et documents, Association d'humanisme et renaissance, Librairie Droz., 1993, p.591.
  10. Précis de l'histoire de la ville de Gap, suivi de notices biographiques sur les évêques de cette ville, Théodore Gautier, 1844, p.152. et Nouvelle orthologie; ou [Recherches sur les articulations de la langue française: suivies d'une méthode nationale élémentaire de lecture du français et du latin, basée sur le rapport rhythmique des voyelles et des consonnes ..., Alphonse Ernaux, 1846, p.43 et suivantes]
  11. Nouvelle orthologie ; ou, Recherches sur les articulations de la langue française: suivies d'une méthode nationale élémentaire de lecture du français et du latin, basée sur le rapport rythmique des voyelles et des consonnes ..., Alphonse Ernaux, 1846, p.48.
  12. Cette notice a été signalée et publiée par Gautier (1838) qui suggère que l'annotation serait faite par un certain monsieur Bleyn de Lyon. Le texte n'est accessible que par le biais de Guillaume, Histoire de la ville de Gap et du Gapençais, Gap : Imprimerie et Librairie Alpines.
  13. Gautier, Théodore (1780-1846) Précis de l'histoire de la ville de Gap ; suivi de Notes et éclaircissements et de notices biographiques sur les évêques de cette ville, par Théodore Gautier, A. Allier (Gap), p.152.
  14. En 1578 il écrit qu'il a travaillé pendant 28 ans au projet de sa Déclaration.
  15. Honorat Rambaud, maître d’école à Marseille, à Lyon, par Jean de Tournes, imprimeur du Roi, M.D.LXXVIII.
  16. Une barque est pour les Provençaux un navire marchand et en rien un canot.
  17. Armorial de la ville de Marseille : recueil officiel dressé par les ordres de Louis XIV / publié pour la première fois d'après les manuscrits de la Bibliothèque impériale, par le comte Godefroy de Montgrand, A. Gueidon (Marseille), Montgrand, Godefroy de (1823-18..?), p. 158 (354) ou 331 (550).
  18. François Barby, Reconstitution des familles marseillaises du XIVe au XVIe siècle, à partir des actes notariés/Geneanet/Rambaud/Marseille/canebière - folio 113, cote 381E-186
  19. Histoire analytique et chronologique des actes et des deliberations du corps et du conseil de la..., Louis Mery, F. Guindon p. 8
  20. René Merle
  21. La Maigre Orthographe et Honorat RAMBAUD
  22. a et b La déclaration des abus (1578) d’Honorat Rambaud, la pratique de l’enseignement de l’écriture et la nécessité d’un système universel de transcription phonétique Willy van Hoeke (Katholieke Universiteit Leuven) The history of linguistic and grammatical praxis, Piet Desmet, Peeters Publishers, 2000, p.43 à 61
  23. Biographie du Dauphiné: contenant l'histoire des hommes nés dans cette province qui se sont fait remarquer dans les lettres, les sciences, les arts, etc. Avec le catalogue de leurs ouvrages et la description de leurs portraits, Adolphe Rochas, Charavay, 1860, v.2, p.328
  24. Claude-François Achard, 1785, p. 140 et 141
  25. http://books.google.fr/books?id=tsMBAAAAYAAJ&pg=PA8&lpg=PA8&dq=%22honor%C3%A9+rambaud%22+maitre&source=web&ots=u5aggO8Ctc&sig=6VmerjRFqS11YkoXbLGY8E4a3-Y&hl=fr&sa=X&oi=book_result&resnum=1&ct=result#PPA8,M1 Histoire de Provence, de Augustin Fabre
  26. Critique du Nobiliaire de Dauphiné (Archives départementales des Hautes-Alpes, fonds Roman, F. 2231) "important manuscrit, rédigé vers 1910, de XIX-680 pages, qui donne des généalogies accompagnées le plus souvent de reproductions d'armoiries et de signatures d'un réel intérêt" selon Bibliothèque Dauphinoise et F.223 tableaux généalogiques de la famille Rambaud aux A.D. de Gap
  27. Biographie du Dauphiné: contenant l'histoire des hommes nés dans cette province qui se sont fait remarquer dans les lettres, les sciences, les arts, etc. Avec le catalogue de leurs ouvrages et la description de leurs portraits, Adolphe Rochas, Charavay, 1860, v.2, p.328
  28. Le nouvel éducateur – n° 160 – Juin 2004, p.18.
  29. Histoire de Provence, Louis Méry
  30. Statistique du département des Bouches-du-Rhone, avec atlas: dédiée au roi De Christophe de Villeneuve-Bargemon, comte de Christophe Villeneuve, A. Picard, 1821, v.3, p.109.
  31. Honorat Rambaud cité par Nouvelle orthologie ; ou, Recherches sur les articulations de la langue française: suivies d'une méthode nationale élémentaire de lecture du français et du latin, basée sur le rapport rhythmique des voyelles et des consonnes ..., Alphonse Ernaux, 1846, p.44.
  32. 5 Les première descriptions du français
  33. Honorat Rambaud cité par Nouvelle orthologie ; ou, Recherches sur les articulations de la langue française: suivies d'une méthode nationale élémentaire de lecture du français et du latin, basée sur le rapport rhythmique des voyelles et des consonnes ..., Alphonse Ernaux, 1846, p.46.
  34. Le Monde, Vendredi 14 décembre 2007 . Orthographe ? (5), Alain Garric, d’après La réforme de l’ornithorynque, L’Autre Journal.
  35. Lyon et l'illustration de la langue française à la renaissance: Champs et perspectives, Jean-Pierre Angoujard, Gérard Defaux, Sophie Wauquier-Gravelines, Bernard Colombat, Jean Balsamo, Collaborateur Jean-Pierre Angoujard, Gérard Defaux, Sophie Wauquier-Gravelines, ENS, 2003, p.18.
  36. Louis Meigret: humaniste et linguiste, Franz Josef Hausmann, Gunter Narr Verlag, 1980, p.94.
  37. Bibliothèque d'humanisme et Renaissance: travaux et documents, Association d'humanisme et renaissance, Librairie Droz, 1989, p.64 et A History of the French Language, Peter Rickard, Routledge, 1993, p.95.
  38. Des perfectionnements que reçut la langue française au {{subst:Nombre en romain|17|subst=subst:}}e siècle, Ernest Bouvier, 1853, p.29.
  39. Description raisonnée d'une jolie collection de livres: (nouveaux mélanges tirés d'une petite bibliothéque), Charles Nodier, Francis Wey, Le Roux de Lincy, J. Techener, 1844, P.82.
  40. Antónia Szabari parle, elle, de fantaisie évangélique de l’écriture, dans Lyon et l’illustration de la langue française à la Renaissance, ENS, 2003.
  • Clérico Geneviève, L'Ignorance de cent mille millions d'hommes et le moyen d'y remédier : Honorat Rambaud et l'alphabet (1578), Maître d'école ayant inventé un alphabet dont les affectations sont inédites et donc illisibles sans une clé pour les décrypter, Nouvelle revue du seizième siècle, Paris

Genève, Tomaison, n° 17/1, 1999, pp. 107-145.

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Honorat Rambaud de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Rambaud —  Pour l’article homophone, voir Rambo. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Toponymes Rambaud est une commune des Hautes Alpes La Chapelle Rambaud est une commune de la …   Wikipédia en Français

  • Bourgeoisie De Marseille — La bourgeoisie de Marseille, la troisième ville de France, du temps de l Ancien Régime, bénéficie de privilèges différents, mais équivalent à ceux du s …   Wikipédia en Français

  • Bourgeoisie de Marseille — Marseille est la troisième ville de France à la fin de l Ancien Régime. Sa bourgeoisie y bénéficie de privilèges importants, qui tendent à la rapprocher de la noblesse. Sommaire 1 Devenir bourgeois de Marseille 2 Les échevins 3 Les privilèges de… …   Wikipédia en Français

  • Bourgeoisie de marseille — La bourgeoisie de Marseille, la troisième ville de France, du temps de l Ancien Régime, bénéficie de privilèges différents, mais équivalent à ceux du s …   Wikipédia en Français

  • Gap — Pour les articles homonymes, voir Gap (homonymie). 44° 33′ 34″ N 6° 04′ 43″ E …   Wikipédia en Français

  • Château de Charance — Gap Pour les articles homonymes, voir Gap (homonymie). Gap Rond point du cèdre près du musée …   Wikipédia en Français

  • Esparron (Var) — Pour les articles homonymes, voir Esparron. 43° 35′ 32″ N 5° 50′ 57″ E …   Wikipédia en Français

  • Jean De Tournes — est le nom de deux imprimeurs homonymes lyonnais du XVIe siècle, le père et le fils. Jean de Tournes I Jean de Tournes I est un imprimeur lyonnais du milieu du XVIe siècle. Il travaille d abord dans l atelier de Sébastien Gryphe avant… …   Wikipédia en Français

  • Jean de tournes — est le nom de deux imprimeurs homonymes lyonnais du XVIe siècle, le père et le fils. Jean de Tournes I Jean de Tournes I est un imprimeur lyonnais du milieu du XVIe siècle. Il travaille d abord dans l atelier de Sébastien Gryphe avant… …   Wikipédia en Français

  • Romette — Gap Pour les articles homonymes, voir Gap (homonymie). Gap Rond point du cèdre près du musée …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.