Informatique dans les nuages


Informatique dans les nuages

Informatique dans le nuage

Le nuage (cloud) est le symbole de l'Internet dans le monde informatique.

L'informatique dans le nuage[1] (en anglais, cloud computing[2]) est un concept majeur[3] faisant référence à l'utilisation de la mémoire et des capacités de calcul des ordinateurs et des serveurs répartis dans le monde entier et liés par un réseau, tel Internet (principe de la grille informatique).

Les utilisateurs (le plus souvent des entreprises) ne sont plus propriétaires de leurs serveurs informatiques mais peuvent ainsi accéder de manière évolutive à de nombreux services en ligne sans avoir à gérer l'infrastructure sous-jacente, souvent complexe. Les applications et les données ne se trouvent plus sur l'ordinateur local, mais - métaphoriquement parlant - dans un nuage (Cloud) composé d'un certain nombre de serveurs distants interconnectés au moyen d'une excellente bande passante indispensable à la fluidité du système. L'accès au service se fait par une application standard facilement disponible, la plupart du temps un navigateur Web.

Le Software as a service (SaaS), souvent associé au "cloud computing" peut être vu comme un modèle économique de consommation des applications : celles-ci sont consommées et payées à la demande (par utilisateur et par minute d'utilisation par exemple) et non plus acquises par l'achat de licences. Le SaaS peut donc à ce titre reposer sur une infrastructure de type "informatique dans le nuage".

Le concept d'informatique dans le nuage est comparable à celui de la distribution de l'énergie électrique. La puissance de calcul et de stockage de l'information est proposée à la consommation par des compagnies spécialisées. De ce fait, les entreprises n'ont plus besoin de serveurs propres, mais confient cette ressource à une entreprise qui leur garantit une puissance de calcul et de stockage à la demande.

Sommaire

Historique

Longtemps avant que l'expression "Cloud computing" ne naisse, les architectes de réseaux (ceux qui conçoivent les réseaux intra et inter-entreprise) schématisaient internet par un nuage dans leurs croquis. En anglais, on parlait alors de "the cloud", ce qui signifiait à peu de choses près l'internet que nous connaissons. Ce nuage évoquait alors une connexion vers une quantité indéfinie d'utilisateurs et non pas des services tel que nous l'entendons maintenant.

Avantages

La mutualisation du matériel permet d'optimiser les coûts par rapport aux systèmes conventionnels et d'accélérer la vitesse de développement des applications partagées.

Comme pour la virtualisation, l'informatique dans le nuage est plus économique grâce à son évolutivité. En effet, le coût est fonction de la durée de l'utilisation du service rendu et ne nécessite aucun investissement préalable (homme ou machine). Notons également que l'élasticité du nuage permet de fournir des services évolutifs et donc de supporter les montées de charges.

Par exemple, Salesforce.com, pionnier dans le domaine de l'informatique dans le nuage gère les données de 54 000 entreprises, et leurs 1,5 millions d'employés, avec seulement 1 000 serveurs (mars 2009). De même, la Fédération Française de Tennis et IBM sont partenaires dans le cadre du tournoi de tennis réputé de Roland Garros. IBM collecte, traite et diffuse les informations (statistiques, scores, vitesse des balles, production graphique télévisuelle...), en s'appuyant sur le site internet officiel www.rolandgarros.com. Pour cela, IBM s'appuie sur une informatique virtualisée : répartis sur trois sites différents, les serveurs virtualisés sont sollicités en fonction de la demande. Cette méthode de gestion d’importantes ressources virtuelles – en mode informatique dans le nuage - permet de faire face aux pics exceptionnels de fréquentation du site internet pendant le tournoi.[4]

De plus, et c'est un argument mis en avant par les fournisseurs d'application en nuage, les services sont extrêmement fiables car basés sur des infrastructures performantes possédant des politiques efficaces de tolérance aux fautes (notamment des répliques).

Inconvénients

Le problème fondamental reste la sécurisation de l'accès à l'application entre le client et le serveur distant.

D'autre part les entreprises perdent la maîtrise de l'implantation de leurs données ainsi que du cycle de vie des applications, et il n'y aura par ailleurs plus la notion de confidentialité des données (financières, inventions, plans de prospection...).

Applications

L'architecture des briques de construction du Cloud computing.

Applications logicielles

Les logiciels en ligne tels que Google Apps par exemple peuvent être perçus comme la partie logicielle émergée de cette nouvelle manière de concevoir l'informatique. De même, les systèmes d'exploitation pourraient être proposés à distance grâce aux technologies de virtualisation. DotRiver est une application complète poste de travail, basée sur des solutions Open Source, de type OSaaS (Operating System as a Service).

Stockage

Les services de stockage en ligne permettent de stocker des données et des documents sans avoir à augmenter continuellement le nombre de serveurs ou la taille des SAN.

Les services suivants reposent sur "l'informatique dans le nuage" :

  • Amazon Simple Storage Service ;
  • Live Mesh (Live Desktop component) ;
  • MobileMe (iDisk component).
  • Gaikai

Principaux acteurs

La "révolution" de l'informatique dans le nuage est conduite par des sociétés comme Google, Salesforce.com et Amazon ainsi que les fournisseurs traditionnels tels que IBM, Intel et Microsoft.

Fin juillet 2008, Intel, Hewlett Packard et Yahoo! ont noué un partenariat visant à promouvoir la recherche dans le domaine du Cloud Computing[5]. La première initiative concerne la création d'un environnement distribué (Cloud Computing Test Bed) facilitant la recherche et les tests de logiciels, d'administration de data centers et de matériels associés à l'informatique dans le nuage à une échelle jamais atteinte. Pour cette opération, les trois partenaires ont associé l'Infocomm Development Authority of Singapore, l'Université de l'Illinois à Urbana-Champaign et l'institut de technologie de Karlsruhe.

Infrastructure

La majorité des infrastructures d'informatique dans le nuage se compose des services fiables fournis par la prochaine génération de centres de traitement des données qui reposent sur des technologies de virtualisation du calcul et du stockage.

La généralisation des connexions Internet à haut débit permet d'optimiser les temps de réponse de l'infrastructure centralisée.

Critiques

Pour l'informaticien Richard Stallman[6],[7], l'informatique dans le nuage « est un piège », ses utilisateurs perdant le contrôle de leurs applications. Ce militant du logiciel libre y voit un concept publicitaire sans intérêt, rejoignant les critiques exprimées par Larry Ellison, fondateur d'Oracle, selon lequel il s'agit d'un phénomène de mode[8].

Systèmes d'informatique dans le nuage

Il existe déjà plusieurs systèmes d'informatique dans le nuage et différentes API permettant de communiquer avec ces systèmes. L'API d'Amazon, Amazon EC2 est sans doute la plus populaire du fait de son service lancé avec un support publicitaire important. Plusieurs outils sont donc compatibles avec cette API.

  • Eucalyptus (site), système libre utilisant de la virtualisation Xen et le langage Java. Il est distribué avec la version d'Ubuntu 9.04 "Jaunty Jackalope" (sortie en avril 2009).
  • gEclipse (site) est un système libre de gestion de nuage et de grille informatique utilisant Eclipse, il est compatible avec les systèmes Amazon EC2 et S3. Il utilise également le langage Java.

Notes et références

  1. Informatique dans les nuages est l'expression proposée par l'Office québécois de la langue française pour traduire l'expression anglaise cloud computing. Mais cette traduction est discutable puisque l'expression est née des schémas que les architectes réseaux ont dessinés pendant des années : internet était alors représenté par un nuage (un seul) et quiconque évoquait ce nuage disait : "in the cloud" et non "in the clouds". Pour la traduction de l'OQLF, voir Le grand dictionnaire terminologique
  2. Cloud=nuage en anglais, le nuage est l'image généralement utilisée dans le monde informatique pour symboliser Internet
  3. Gartner Says Cloud Computing Will Be As Influential As E-business
  4. [1]
  5. Intel, HP et Yahoo s’associent autour de l'informatique dans le nuage
  6. Cloud computing is a trap, warns GNU founder Richard Stallman, The Guardian, par Bobbie Johnson, 29 septembre 2008
  7. Richard Stallman dénonce le caractère propriétaire du Cloud computing, ZDNet, 30 septembre 2008
  8. Larry Ellison critique l'informatique dans le nuage, ZDNet, 29 septembre 2008

Voir aussi

Liens externes

  • GoGrid - Site fonctionnant sur le principe d'informatique dans le nuage.
  • Drop.io - Collaboration et partage en temps réel de documents de tous formats en informatique dans le nuage.
  • DropBox - Partage collaboratif de fichiers sous Windows, Mac OS ou Linux, à travers une synchronisation transparente utilisant l'informatique dans le nuage.
  • Grid4Biz - Blog d'Actualité sur l'informatique dans le nuage.
  • LinuxCloud - Blog sur l'informatique dans le nuage, l'open Source et le greenIT
  • G.ho.st - G.ho.st
  • Portail de l’informatique Portail de l’informatique
Ce document provient de « Informatique dans le nuage ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Informatique dans les nuages de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Informatique dans le nuage — Le nuage (cloud) est le symbole de l Internet dans le monde informatique. L informatique dans le nuage[1] (en anglais, cloud computing[ …   Wikipédia en Français

  • Informatique — Les moyens de calcul informatique peuvent établir une prévision météorologique à plusieurs jours grâce à la modélisation climatique. L informatique est le domaine d activité scientifique, technique et industriel concernant le traitement… …   Wikipédia en Français

  • Informatique durable — L informatique a été pendant longtemps considérée comme une industrie « propre », s étant retranchée avec les technologies de l information et de la communication (TIC) derrière des slogans tels que « produits immatériels,… …   Wikipédia en Français

  • Les Nouvelles Aventures de Spirou et Fantasio — Spirou et Fantasio (série télévisée d animation) Pour les articles homonymes, voir Spirou. Spirou Fantasio Titre original Spirou Fantasio Autres titres francophones Les Nouvelles Aventures de Spirou et Fantasio Genre Série d animation Pays …   Wikipédia en Français

  • Les statistiques et la sociologie — Statistiques  Pour un article sur une statistique consultez l article statistique La statistique est à la fois une science d un point de vue théorique, une méthode et une technique. Elle comprend la collecte, l analyse, l interprétation de… …   Wikipédia en Français

  • Image virtuelle (informatique) — Infographie L infographie est la science de l image numérique. Elle définit les graphismes créés et gérés par ordinateur, dont la gestion se base sur une station graphique composée d éléments matériels comme le processeur et la carte graphique… …   Wikipédia en Français

  • Culture contemporaine dans la Région autonome du Tibet — Cet article présente sommairement divers aspects de la culture de la Région autonome du Tibet. Sommaire 1 Culture traditionnelle et culture contemporaine 1.1 Le paysage culturel actuel 1.2 La question du génocide culturel …   Wikipédia en Français

  • Fondation européenne pour les métiers de l'image et du son — La FEMIS Nom original IDHEC (1943), FEMIS (1986), ENSMIS (1998), La FEMIS (2000) Informations Fondation 1943 …   Wikipédia en Français

  • ESPACE (CONQUÊTE DE L’) - Les premiers programmes spatiaux — La recherche scientifique, l’exploration de l’inconnu et la mise au point de la survie de l’homme dans l’espace furent les buts principaux des premiers programmes spatiaux nationaux. Cependant, de plus en plus, on a mis en service des satellites… …   Encyclopédie Universelle

  • Étiquetage informatique — Folksonomie Une folksonomie est un néologisme désignant un système de classification collaborative décentralisée spontanée, basé sur une indexation effectuée par des non spécialistes. Le concept étant récent, sa francisation n est pas encore… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.