Institution De La Religion Chrétienne


Institution De La Religion Chrétienne

Institution de la religion chrétienne

Page de couverture du traité Institution de la religion chrétienne

L’Institution de la religion chrétienne est un traité de théologie écrit par Jean Calvin. Au début du traité, il y a une épître adressée au roi François Ier qui ne l'a probablement jamais lue. Elle présente notamment la doctrine du calvinisme. Il le publia d’abord en latin en 1536, puis le traduisit lui-même en français en 1541. En 1561, Calvin en publia une dernière version, synthèse des précédentes versions ; cette ultime version comprenait aussi l’évolution de sa pensée entre 1541 et 1561.

Cette œuvre développe de façon systématique la doctrine de la Réforme telle que prônée par Calvin. À travers son texte, il accentue le contraste entre la toute-puissance de Dieu et la misère de l’homme, égaré par le péché originel. Depuis ce péché qui a entraîné sa chute, l’homme est corrompu dans sa nature et privé de tout libre arbitre. Son salut dépend uniquement de la grâce divine, dont les bénéficiaires sont établis de façon prédestinée.

Les réformateurs recherchent la vérité dans la Bible, qui est la source de l'Église. L’«Institution de la religion chrétienne » connaît immédiatement un grand succès pour différentes raisons. Non seulement, les réformateurs la trouvent intéressante, mais les gens pensent également que ce livre est leur salut, car ils connaissent une période difficile, économiquement et socialement. On peut donc imaginer que n’importe quel changement aurait attiré leur attention. En 1536, l’«Institution de la religion chrétienne » est composée de 6 chapitres, et en 1559, de 4 volumes avec 80 sections. Cette évolution montre que cette œuvre a été retravaillée. Elle est censurée à Paris car elle est jugée hérétique par le roi de France.[1]

Dans le 1er livre (tome) : Calvin explique qu’il ne faut pas forcément éluder les mystères par des propositions logiques, qu’il n’y a pas besoin de prouver l’existence de Dieu.

Pour lui, il n’y a pas besoin de preuves réelles, l’évidence de l’existence de Dieu est dans la nature, l’homme, ainsi que sa complexité et son intelligence (pour Calvin, il n’y a que Dieu qui a pu inventer cela ). La nature, pour Calvin , est une image visible du Dieu invisible. Il n’y a donc pas besoin d’image représentant Dieu, puisque la nature prouve son existence… Il y a, d’après les catholiques, un problème dans son raisonnement : l’écriture est au centre d’après Calvin, mais les gens lui répondent que les apôtres ayant existé avant l'Église, c’est l'Église qui a créé les Écriture sur la base des transmissions orales des paroles des apôtres. Pour les catholiques, c’est L'Église qui prime sur l’écriture. Calvin pense que malgré le fait que les écritures sont venues après, elles sont restées importantes parce que les paroles écrites avaient de la valeur. La Trinité : Calvin reste fidèle à la trinité, alors que la Bible n’en parle pas. Pourtant, Calvin dit que toute doctrine doit être tirée de l’Ecriture. C’est le conflit qui l'opposera à Michel Servet. Dieu et le malheur : Pour Calvin, Dieu n’est pas responsable du mal, dans le sens qu’il n’est pas coupable. Mais les événements amenant la souffrance ne sont pas forcément mauvais du point de vue de Dieu. Ceci n’est pas compréhensible pour Calvin, mais il l’accepte car il a une confiance absolue en Dieu et son action en faveur du bien.

2e livre (tome) Le péché : Pour Calvin, le péché occupe toutes les parties de l’âme. Nous sommes pécheurs par principe : « Nous sommes de pauvres pécheurs, conçus et nés dans l’iniquité et la corruption, enclins au mal, incapables de tout bien, et dans notre dépravation, nous transgressons les saints commandements de Dieu, sans cesse et sans fin » (paroles de Calvin). Pour Calvin, cette pensée n’est pas culpabilisante, elle dit que nous sommes pécheurs malgré nous. L’autocélébration est le fait de considérer que l’être humain peut faire du bien et progresser. Calvin critique l ‘Église catholique car elle s'enrichit grâce aux indulgences1 que payent les fidèles. Ce système révolte Calvin.

3e livre (tome) La foi: D’après Calvin, la foi est personnelle, elle ne peut pas nous être transférée par l'Église. La foi est un don du Saint Esprit, elle ne peut pas s’acquérir, elle est en nous. La foi nécessite une connaissance intérieure de nous. Calvin réfute que l’on puisse acquérir le droit d’aller au Paradis. Pour lui nous sommes tous pardonnés pour nos péchés, Dieu nous accepte en dépit de qui nous sommes. La Prédestination est la manière dont la grâce divine semble être inégalement répartie entre les différents êtres humains.

Selon L’Ecriture, Dieu décide de la destinée de chacun. Pour Calvin, ces inégalités ne doivent pas décourager les citoyens, car ils n’en sont pas responsables. La volonté de Dieu reste mystérieuse et l’on doit se contenter de l’accepter. Les humains n’ont aucun moyen de juger qu’un acte de Dieu est injuste ou faux.

4e livre (tome) L’existence de l'Église: Calvin parle d’Eglise « invisible », qui est connue de Dieu seul. Cette Église « invisible » est composée de l’ensemble de tous les croyants sincères. En opposition, il y a l'Église « visible » , qui intègre le bon grain et l’ivraie (les croyants sincères et ceux qui ne le sont pas). Cette Église « visible » est donc imparfaite. D’après Calvin, il ne faut pas créer une Église d’êtres purs (sélection), mais de pécheurs qui cherchent à progresser grâce à l’Evangile. Pour les protestants, deux sacrements seulement sont reconnus : le baptême et l’eucharistie. Pour Calvin, l’eucharistie est un signe, une aide visuelle du message de Dieu mais ce n’est pas la transformation réelle du pain en corps du Christ. C’est seulement une évocation symbolique. Tandis que chez les catholiques, la transformation est réelle (transsubstantiation).

Rapport du pouvoir politique et de l'Église : Pour Calvin, le pouvoir politique doit être respecté par les chrétiens parce qu’il est plus ou moins établit par Dieu. Il y a cependant des limites : si un pouvoir politique va trop à l’encontre de l’enseignement de L'Ecriture, il peut être remis en question. Cela démontre que L'Ecriture se situe au-dessus du pouvoir politique.[2]

C’est la seconde fois que le français est utilisé dans un traité de théologie. La première étant le Commentaire du Pentateuque par Rachi de Troyes, la première fois aussi que la prose française exprime des idées avec autant de précision, de rigueur et de clarté. C’est à ce titre que l’Institution de la religion chrétienne a contribué significativement au développement du français Ce traité fut rejeté par l'Église catholique car il concevait l'Eucharistie comme une simple commémoration au lieu d'une célébration du corps vivant du Christ.

Notes et références

  1. En 1541, le roi de France se nomme Henri III. Il est assez hésitant quant à la politique à adopter face aux différents qui opposent les clans religieux. Cependant, il vit dans une France profondément catholique
  2. Giorgio TOURN, Jean Calvin le réformateur de Genève, édition Olivetan

Lire en ligne


  • Portail du christianisme Portail du christianisme
  • Portail du protestantisme Portail du protestantisme
Ce document provient de « Institution de la religion chr%C3%A9tienne ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Institution De La Religion Chrétienne de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Institution de la religion chretienne — Institution de la religion chrétienne Page de couverture du traité Institution de la religion chrétienne L’Institution de la religion chrétienne est un traité de théologie écrit par Jean Calvin. Au début du traité, il y a une épître adressée au… …   Wikipédia en Français

  • Institution de la religion chrétienne — Page de couverture du traité Institution de la religion chrétienne L’Institution de la religion chrétienne est un traité de théologie écrit par Jean Calvin. Ce manuel est devenu la somme de la théologie réformée ; le maître livre de la… …   Wikipédia en Français

  • Grâce (religion chrétienne) — Pour les articles homonymes, voir Grâce. On nomme grâce, en théologie, une disposition de faveur divine. Elle a aussi le sens de pardon, affection, amour et bienveillance. Les rapports de la grâce, qu elle soit efficace ou suffisante, et du libre …   Wikipédia en Français

  • Religion calviniste — Calvinisme Le calvinisme (nommé ainsi d apès Jean Calvin et aussi appelé la tradition réformée, la foi réformée ou la théologie réformée) est une doctrine théologique protestante et une approche de la vie chrétienne[1] qui reposent sur le… …   Wikipédia en Français

  • Religion prétendue réformée — Calvinisme Le calvinisme (nommé ainsi d apès Jean Calvin et aussi appelé la tradition réformée, la foi réformée ou la théologie réformée) est une doctrine théologique protestante et une approche de la vie chrétienne[1] qui reposent sur le… …   Wikipédia en Français

  • Religion protestante — Protestantisme Sobriété : le petit temple de Waldersbach, l ancienne paroisse du pasteur Oberlin. Le protestantisme regroupe l ensemble des courants religieux chrétiens issus du catholicisme qui prennent naissance en Europe lors de la… …   Wikipédia en Français

  • Religion prétendument réformée — Protestantisme Sobriété : le petit temple de Waldersbach, l ancienne paroisse du pasteur Oberlin. Le protestantisme regroupe l ensemble des courants religieux chrétiens issus du catholicisme qui prennent naissance en Europe lors de la… …   Wikipédia en Français

  • Religion réformée — Protestantisme Sobriété : le petit temple de Waldersbach, l ancienne paroisse du pasteur Oberlin. Le protestantisme regroupe l ensemble des courants religieux chrétiens issus du catholicisme qui prennent naissance en Europe lors de la… …   Wikipédia en Français

  • Institution de l'Eucharistie — Cène Simon Ushakov, école de Moscou, XVIIe siècle La Cène (terme issu du latin cena : repas du soir) est le nom donné par les chrétiens au dernier repas que Jésus Christ prit avec le …   Wikipédia en Français

  • Religion presbytérienne — Presbytérianisme Le presbytérianisme est une forme du protestantisme liée à l Écosse. Le presbytérianisme rejette la hiérarchisation du clergé de l Église catholique (diacre, prêtre, évêque, etc.) pour lui substituer des paliers décisionnels (du… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.