Ivan Bilibine


Ivan Bilibine
Portrait d'Ivan Bilibine (détail) Boris Koustodiev, 1901.

Ivan Iakovlevitch Bilibine (Иван Яковлевич Билибин, 1876-1942) est un peintre russe, illustrateur de livres et décorateur de théâtre, membre de l’association Le Monde de l’Art (Mir Iskousstva / Мир искусства).

Sommaire

Biographie

Ivan Bilibine est né le 16 août 1876 (4 août suivant le calendrier orthodoxe) dans le village de Tarkhovo, près de Saint-Petersbourg ; il est le fils d’un médecin militaire. Il effectue ses études à la faculté de droit de l’Université de Saint-Petersbourg. En 1898 il étudie dans l’atelier du peintre Anton Aschbe à Munich, puis quelques années durant, sous la direction du peintre Ilya Repine (Илья Ефимович Репин), dans l’atelier-école de Maria Tenicheva (Мария Клавдиевна Тенишева). Il vit principalement à Saint-Petersbourg. Après une formation auprès de l’association Le Monde de l’Art, il en devient un membre actif.

En 1899 Bilibine arrive par hasard dans le village de Egna (dans la province de Tver’[1]). Il y réalise pour la première fois des illustrations dans ce qu’on appellera plus tard le « style Bilibine » pour son premier livre, Le Conte d’Ivan-Tsarevitch, de L’Oiseau de feu et du Loup gris.

De 1902 à 1904, Bilibine voyage dans les provinces de Vologod, Olonetsk et Arkhangelsk. Il y est envoyé par le département ethnographique du Musée Alexandre III, dans le but de rassembler du matériau ethnographique et des témoignages photographiques sur l’architecture rurale traditionnelle russe.

Le talent pictural de Bilibine se manifeste de façon éclatante dans ses illustrations de contes et bylines (récits épiques appartenant à la tradition orale) russes, mais également dans ses travaux de mise en scène théâtrale. De 1899 à 1902 il produit une série de six Contes auprès d’un éditeur gouvernemental, puis la même maison d’édition publie les contes de Pouchkine illustrés par lui. En particulier paraissent le Conte du Tsar Saltan (1907) et le Conte du Coq d’or (1910). En 1905 sort une édition illustrée par Bilibine de la byline La Volga, et en 1911 les Contes de Roslavlev aux éditions de L’Intérêt Public (Общественная Польза). La mise en scène de l’opéra Le Coq d’Or en 1909 au théâtre Zimina de Moscou reprend également le style des contes de fée avec des motifs ornementaux de style russe ancien.

Dans l’esprit du mystère français se situe le Miracle de Saint Théophile (1907), un drame religieux médiéval ; de l’Espagne du XVIIe siècle, des esquisses de costumes inspirées pour le drame de Lope de Vega Fuente ovejuna (en français Font-aux-Cabres), pour le drame de Calderón Le Purgatoire de Saint Patrice – mise en scène de l'Ancien Théâtre en 1911. Un souffle satirique anime le vaudeville de G. Sologoub Honneur et vengeance, mis en scène par Bilibine en 1909.

On trouve des vignettes, culs-de-lampes, couvertures et autres travaux de Bilibine dans des revues du début du XXe siècle telles que Le Monde de l’Art (Мир Искусства), La Toison d’Or (Золотое Руно), dans des publications de L’Eglantier (Шиповник) et des Editions de Moscou (Московскоe Книгоиздательствo).

Lors de la première Révolution russe de 1905, le peintre produit des caricatures révolutionnaires. Après la Révolution russe de 1917, Bilibine quitte la Russie. À partir de 1920 il vit d’abord au Caire, puis à Alexandrie, avant de s'installer en 1925 à Paris. A cette époque il prépare des décors splendides pour des représentations d’opéras russes; on invite le peintre à décorer le ballet de Stravinski L'Oiseau de feu à Buenos-Aires et une série d’opéras à Brno et à Prague.

Les années passant, il se réconcilie avec le pouvoir soviétique. En 1935-1936 il participe à la décoration de l’Ambassade d’Union soviétique à Paris avec le panneau monumental Mikoula Selianinovitch.

Au cours de cette même année 1936, le peintre retourne ensuite dans son pays natal sur le vapeur Lagoda et s’établit à Leningrad. Bilibine enseigne à l’Académie pan-russe de peinture (Всероссийская Академия художеств), tout en continuant à travailler comme illustrateur et comme peintre de décors de théâtre.

Bilibine mourra pendant le blocus de Leningrad, le 7 février 1942, à l’hôpital de cette Académie. La dernière œuvre de ce peintre célèbre aura été une étude pour l’illustration de la byline Duc Stepanovitch (Дюк Степанович), en 1941. Bilibine est enterré dans la tombe commune des professeurs de l’Académie, en bordure du cimetière dit « de Smolensk ».

Le « style Bilibine »

La caractéristique du style de Bilibine est la représentation graphique. Bilibine commençait son travail sur un dessin par une esquisse de la composition à venir. Des lignes noires ornementales délimitent nettement les plages de couleurs, ajoutant du volume et de la perspective aux aplats. Le remplissage à l’aquarelle du dessin en noir et blanc ne fait que souligner les lignes initiales de contour. Pour l’encadrement des dessins, Bilibine utilise généreusement les motifs ornementaux.

Article connexe

Sources

Notes et références

  1. Tver’ (Kalinine) se situe à environ 175 km au nord-ouest de Moscou

Œuvres choisies


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ivan Bilibine de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ivan Bilibin — Ivan Bilibine Portrait d Ivan Bilibine (détail) Boris Koustodiev, 1901 Ivan Iakovlevitch Bilibine (Иван Яковлевич Билибин, 1876 1942) fut un peintre russe, illustrateur de livres et décorateur de théâtre, membre de l’association Le Monde de l’Art …   Wikipédia en Français

  • Kochtcheï — Ivan Bilibine: Kochtcheï l Immortel Dans la mythologie slave, Kochtcheï (russe : Кощей, aussi Koschei, Kachtcheï, Kashchey ou Kościej (en polonais) est un sorcier, représenté sous les traits d un vieillard hideux, dont la principale fonction …   Wikipédia en Français

  • Ilya Mouromets — Bogatyrs (1898) par Viktor Vasnetsov (Ilya Mouromets figure au centre) Ilya Mouromets (Russe: Илья Муромец, littéralement, « Élie de Mourom », est un héros slave originaire de Kiev. Il est célébré dans de nombreuses bylines (poèmes …   Wikipédia en Français

  • Le Petit Cheval bossu (conte) — L Oiseau de Feu, par Ivan Bilibine Le Petit Cheval bossu (en russe Конёк горбунок) est un conte de la littérature russe, écrit en vers en 1834 par Piotr Erchov, d après le folklore russe. Cette œuvre a inspiré des ballets et des films. Ce conte… …   Wikipédia en Français

  • L'Oiseau De Feu — Pour les articles homonymes, voir Oiseau de feu (homonymie). Ivan Tsarevitch capturant l’Oiseau de feu, par Ivan Bilibine. L’Oiseau de feu …   Wikipédia en Français

  • L'Oiseau de feu — Pour les articles homonymes, voir Oiseau de feu (homonymie). Ivan Tsarevitch capturant l’Oiseau de feu, par Ivan Bilibine. L’Oiseau de feu (en russe  …   Wikipédia en Français

  • L'Oiseau de feu (Igor Stravinski) — L Oiseau de feu Pour les articles homonymes, voir Oiseau de feu (homonymie). Ivan Tsarevitch capturant l’Oiseau de feu, par Ivan Bilibine. L’Oiseau de feu …   Wikipédia en Français

  • L'oiseau de feu — Pour les articles homonymes, voir Oiseau de feu (homonymie). Ivan Tsarevitch capturant l’Oiseau de feu, par Ivan Bilibine. L’Oiseau de feu …   Wikipédia en Français

  • Ordre de Saint-André — (Орден Святого Андрея) Chaîne portée dans les grandes occasions et étoile de l Ordre de Saint André Décerné par …   Wikipédia en Français

  • Liste des icones culturelles russes — Cette liste des icones culturelles russes, non exhautive, représente la culture russe sous toutes ses formes. Drapeau de la Russie …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.