Jean-jacques krafft


Jean-jacques krafft

Jean-Jacques Krafft

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Krafft.
Le sculpteur J.J. Krafft entouré de ses oeuvres dans son atelier à Paris, 1993

Jean-Jacques Krafft (6 septembre 1910 - 8 mars 1997) est un sculpteur français.

Il est né dans une famille lorraine émigrée à Paris quelques années après 1870. Son père, né allemand près de Forbach, a été réintégré français en 1883 à Paris où il devint ébéniste-plaqueur dans le faubourg Saint-Antoine.

Ses grands-parents paternels étaient tous deux nés à Etzling près de Forbach en Moselle, village voisin de celui de Spicheren où un membre, alors curé, de la parentèle de sa grand-mère, Catherine Collewald, a depuis donné son nom à une rue pour s'être illustré, en soignant dans son presbytère, assisté de religieuses, les blessés des deux camps, pendant l'une des grandes batailles de la guerre de 1870 à laquelle la commune a elle-même donné son nom [1].

Son grand-père maternel, Jean-Baptiste Demuth Demuth, né en 1831 à Diekirch dans le Grand-duché du Luxembourg eut, après avoir d'abord servi dans la légion étrangère, une entreprise d'ébénisterie dans le faubourg dans lequel et dans les environs duquel de nombreux artisans émigrés de l'Est étaient regroupés. Ses oncles maternels ainsi que l'un de ses trois frères furent aussi ébénistes.

C'est ainsi certainement le milieu familial auquel il appartenait qui détermina Jean-Jacques Krafft, après avoir travaillé aussi la pierre au tout début de sa carrière, à consacrer ensuite celle-ci exclusivement à la statuaire sur bois.

Cette carrière, commencée avant la dernière la dernière guerre mondiale et alors couronnée par le Prix du Salon des artistes français [2], fut ensuite beaucoup faite de sculpture religieuse de laquelle il vécut. Il eut ainsi, tout au long de sa vie de nombreuses commandes d'institutions, de congrégations et de paroisses.

Il participa cependant par ailleurs régulièrement à divers salons, notamment le Salon de la Mairie du 12e arrondissement de Paris où il fut toujours présent et, tardivement, quelques expositions individuelles de son œuvre eurent lieu dont l'une dans le 6e arrondissement à Paris et plusieurs autres à la Galerie Maurice Ravel dans le 12e arrondissement où il exposa plusieurs fois entouré d'autres membres de sa famille, peintres ou dessinateurs.

A coté de sujets religieux destinés à l'ornement intérieur d'édifices cultuels ou congrégatifs il développa en effet une œuvre profane à la monstration de laquelle il était attaché et par laquelle essentiellement il était entouré dans son atelier. Celle-ci est faite de bustes, notamment un énergique buste de Beethoven, mais surtout de nus dont les courbes et la gestuelle sont éthérées mais dont les formes amples rappellent la manière de Bourdelle.

Il travailla diverses essences, quoique, durant les dernières années il ne disposa plus guère que de bois exotiques. Mais, du tilleul clair à l'ébène sombre (dans laquelle, au début de sa carrière, il réalisa quelques œuvres inspirées par l'art colonial dont une monumentale tête de nègre), son œuvre est sensible à la polychromie du bois et témoigne une approche sensuelle du matériau.

La famille de Jean-Jacques KRAFFT au début du siècle. Jean-Jaques KRAFFT est debout à la droite de sa mère Anna Demuth, entre son père Victor et lui, est son frère Robert qui fut ébéniste comme son père. Sur les genoux de Victor, est Roger le cadet de la famille, père de Gérald Krafft. Derrière eux, l'ainé des fils Krafft, Paul, à la droite de ses trois soeurs, Pauline, Léontine et Marguerite, Léontine est la mère et la grand-mère des peintres Jean-François Millan et Sébastien Millan.

Venu jeune du vieux quartier de Charonne dans le 20e arrondissement (où, son père, Victor Krafft et sa mère, Anne-Marie Demuth résidèrent assez pauvrement, notamment rue Vitruve [3], avec leur nombreux enfants) dans le 12e arrondissement où la famille s'installa ensuite rue Claude Decaen [4], à proximité de l'école de la rue de la Brèche-aux-Loups [5] qu'il fréquenta avec ses frères et sœurs, il demeura toute sa vie fidèle à ce quartier du 12e arrondissement ou il résida jusqu'à la fin de celle-ci, rue Coriolis, le long des voies ferrées de la gare de Lyon et de Bercy. Il y fut d'ailleurs bien connu du voisinage puisque, ayant son atelier en boutique au rez-de-chaussée de l'immeuble, de nombreux passants et amis en poussaient souvent la porte toujours entrouverte pour venir bavarder un moment, tandis qu'il sculptait, debout à son établi, face à la verrière et le dos tourné au poêle à copeaux qui réchauffait laborieusement les lieux.

On peut voir de son œuvre religieuse dans divers édifices religieux dans différentes régions et notamment, près de Paris, dans l'église [6] du Plessis-Robinson et, un peu plus loin en Ile-de-France, dans celles de la Verrière, commune où il décéda, et d'Auffargis [7] à l'orée de la forêt de Rambouillet, village voisin où Jean-Jacques Krafft passa beaucoup de ses loisirs dominicaux et des anciens habitants duquel il fut une figure bien connue. L'institution des Orphelins apprentis d'Auteuil [8] également a récemment acquis, post mortem, l'une de ses œuvres. La Mairie du 12e arrondissement lui avait également acheté peu de temps avant son décès une statue monumentale, mais sa statutaire profane, par ailleurs présente dans diverses collections particulières, constitue l'essentiel du fonds d'atelier aujourd'hui conservé par sa famille.

Resté actif jusqu'aux toutes dernières années de sa vie, Jean-Jacques Krafft est mort le 8 mars 1997 et avec lui s'est éteinte la contribution des Krafft au travail du bois.

Bibliographie

  • Voir notice sur Jean-Jacques Krafft dans le Bénézit.
Ce document provient de « Jean-Jacques Krafft ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean-jacques krafft de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jean-jacques KRAFFT — Pour les articles homonymes, voir Krafft. Le sculpteur J.J. Krafft entouré de ses oeuvres dans son atelier à Paris, 1993 Jean Jacques Krafft ( …   Wikipédia en Français

  • Jean-jacques Krafft — Pour les articles homonymes, voir Krafft. Le sculpteur J.J. Krafft entouré de ses oeuvres dans son atelier à Paris, 1993 Jean Jacques Krafft ( …   Wikipédia en Français

  • Jean-Jacques Krafft — Pour les articles homonymes, voir Krafft. Le sculpteur J.J. Krafft entouré de ses oeuvres dans son atelier à Paris, 1993 Jean Jacques Krafft (6 septembre  …   Wikipédia en Français

  • Jean-Jacques Huvé — Pour les articles homonymes, voir Huvé. Jean Jacques Huvé Présentation Naissance 22 juin 1742 Boinvilliers (Yvelines) Décès …   Wikipédia en Français

  • Jean-Francois Millan — Jean François Millan Jean François Millan est un peintre français contemporain figuratif. Actuellement actif, il est le neveu du sculpteur Jean Jacques Krafft avec lequel il exposa plusieurs fois. Il est installé dans un petit village de l Aisne …   Wikipédia en Français

  • Jean-françois millan — est un peintre français contemporain figuratif. Actuellement actif, il est le neveu du sculpteur Jean Jacques Krafft avec lequel il exposa plusieurs fois. Il est installé dans un petit village de l Aisne. Principalement paysagiste, il est en… …   Wikipédia en Français

  • Jean-François Millan — (né en 1939) est un peintre français contemporain figuratif. Actuellement actif, il est le neveu du sculpteur Jean Jacques Krafft avec lequel il exposa plusieurs fois. Il est installé dans un petit village de l Aisne. Principalement paysagiste,… …   Wikipédia en Français

  • Krafft — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.  Pour les articles homophones, voir Craft et Kraft. Krafft peut désigner : Patronymie Georg Wolfgang Krafft, (1701 1754), physicien allema …   Wikipédia en Français

  • Jean-François-Thérèse Chalgrin — Présentation Naissance 1739 Paris Décès 21 janvier 1811 (à 72 ans) Paris Nationalité …   Wikipédia en Français

  • Jean-Baptiste Collet — Pour les articles homonymes, voir Collet. Jean Baptiste Collet est un architecte français du XVIIIe siècle. Attaché aux Bâtiments du roi, il fut affecté au château de Chambord lorsque Louis XV l affecta au maréchal de Saxe en 1748 et… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.