Jean Sylvain Bailly


Jean Sylvain Bailly
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bailly.
Jean Sylvain Bailly
Jean Sylvain BaillyHuile sur toile de Jean Laurent Mosnier(musée Carnavalet, Paris)
Jean Sylvain Bailly
Huile sur toile de Jean Laurent Mosnier
(musée Carnavalet, Paris)

Naissance 15 septembre 1736
Paris
Décès 12 novembre 1793 (à 56 ans)
Paris
Nationalité Français
Pays de résidence Royaume de France Royaume de France
Profession Astronome
Activité principale Homme politique

Jean Sylvain Bailly, né le 15 septembre 1736 à Paris et mort guillotiné le 12 novembre 1793 à Paris, est un mathématicien, astronome, littérateur et homme politique français.

Sommaire

Biographie

Jean-Sylvain Bailly est le petit-fils de Nicolas Bailly, peintre du roi et garde des tableaux de la Couronne qui le destinait à la peinture.Nicolas Bailly est le fils de Jacques Bailly qui était aussi un peintre.N.Bailly préfère les lettres et les sciences. Il travaille d’abord pour le théâtre, mais lié à Lacaille, il s’intéresse très tôt à l’astronomie et fait construire un observatoire sur le toit du Louvre à Paris. Ses observations astronomiques lui valent son élection à l’Académie des sciences en 1763. Peu avant la révolution, il aide Alexandre Lenoir à sauvegarder le patrimoine français.

Révolution française

Jean-Sylvain Bailly est élu 1er député de Paris, le 12 mai 1789, sur le contingent du tiers état, aux États généraux. Le 3 juin suivant, il est élu président du tiers état et, le 17 juin, président de l’Assemblée nationale ( fonction qu'il occupera jusqu'au 3 juillet de cette année ).

Le 20 juin, lors du serment du Jeu de Paume, il est le premier à prêter serment et, trois jours plus tard, lors de la séance où Louis XVI exige la dispersion de l’Assemblée, il refuse d’obtempérer et s'autoproclame Président de l'Assemblée nationale.

Jean Sylvain Bailly lors du Serment du Jeu de paume à Versailles le 20 juin 1789 - Dr. Collection privée de Nuno Carvalho de Sousa, Lisbonne.

Le 15 juillet 1789, il est élu maire de Paris par le Comité des électeurs et, à ce titre, remet la cocarde tricolore au roi, lors de la visite que celui-ci fait à l’Hôtel de Ville, le 17 juillet. Dans sa fonction de maire, il est attaqué par Camille Desmoulins et Jean-Paul Marat, pour être trop conservateur.

Après l’évasion manquée des 20 et 21 juin 1791 de la famille royale, il veut contenir l’agitation républicaine qui vise à obtenir la déchéance du roi et, à la demande de l’Assemblée, proclame la loi martiale. Le 17 juillet 1791 il ordonne à la Garde nationale de tirer sur la foule des émeutiers (voir l'article : Fusillade du Champ-de-Mars). Sa popularité, restée jusque-là à peu près intacte, tombe au plus bas. Le 12 novembre, il démissionne de toutes ses fonctions politiques, et se retire à Nancy

Il est mis en état d’arrestation en juillet 1793, alors qu’il se trouve à Melun, et placé en détention. Appelé à témoigner lors du procès de Marie-Antoinette, il refuse de le faire à charge et dépose en sa faveur, ce qui le conduit implicitement à sa perte.

Son procès est expédié du 9 au 10 novembre 1793, et la sentence exécutée le lendemain, après que la guillotine a été symboliquement transportée par la foule de l’esplanade du Champ-de-Mars (à l’endroit même où les troupes avaient tiré sur le peuple le 17 juillet 1791), et installée à l'extrémité gauche du champ de la Fédération, dans le fossé même qui entourait l'enceinte, car le peuple ne voulait pas que le sang de Bailly soit mélangé à celui de ses martyrs morts au Champ-de-Mars. Comme les membres du condamné, glacés par la pluie et le froid, sont agités d’un tremblement involontaire, un spectateur lui dit : « Tu trembles, Bailly ? — Oui, répond le vieillard avec calme, mais c'est seulement de froid.[1] »

Une plaque apposée sur l'immeuble au n°2 de l'avenue de La Bourdonnais marque l'emplacement de son exécution.

Académies

Son Histoire de l’Astronomie, œuvre littéraire autant que scientifique, lui ouvre les portes de l’Académie française, où il est élu membre en 1783, grâce à la persévérance de son ami Buffon et malgré l'opposition de d'Alembert. Après son exécution, il ne sera remplacé que lors de la création de la seconde classe de l’Institut de France, en 1803, par Emmanuel Joseph Sieyès. C'est Arago qui prononce son éloge à l’Académie des sciences en 1844.

Œuvres

Portrait gravé de Jean Sylvain Bailly
  • Sur les inégalités de la lumière des satellites de Jupiter (1771)
  • Essai sur la théorie des satellites de Jupiter (1776)
  • Histoire de l’astronomie ancienne, depuis son origine jusqu'à l'établissement de l'école d'Alexandrie (1775, 2e éd. 1781)
  • Histoire de l’astronomie moderne depuis la fondation de l'école d'Alexandrie jusqu'à l'époque de MDCCXXX (2 volumes, 1778–1783)
  • Lettres sur l’origine des sciences et sur celle des peuples de l'Asie adressées à Monsieur de Voltaire (1777, 2e éd. 1787)
  • Lettres sur l’Atlantide de Platon et sur l'ancienne histoire de l'Asie (1779)
  • Histoire de l’astronomie indienne et orientale (1787)

Œuvres posthumes ?

  • Essai sur les fables (1798)
  • Mémoires d’un témoin de la Révolution (1804)
  • Recueil de pièces intéressantes sur les sciences (1810)
  • Mémoires. Tome 1 : la Révolution du Tiers : 29 décembre 1786-14 juillet 1789. Tome 2 : Premier maire de Paris : 15 juillet-2 octobre 1789, Clermont-Ferrand : Paléo, coll. Sources de l’histoire de France : la Révolution française, 2004. (ISBN 2-84909-089-1), (ISBN 2-84909-093-X).

Notes et références

  1. Journal de Charles-Henri Sanson, La Révolution Française vue par son Bourreau, Le Cherche-midi, 2007, p 85-94

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes



Précédé par
-
Maire de Paris
Blason paris 75.svg
Suivi par
Jérôme Pétion


Précédé par
Louis-Élisabeth de La Vergne de Tressan
Fauteuil 31 de l’Académie française
1780-1793
Suivi par
Emmanuel Joseph Sieyès

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean Sylvain Bailly de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jean Sylvain Bailly — Jean Sylvain Bailly. Jean Sylvain Bailly (15 de septiembre de 1736, París – 12 de noviembre de 1793, París), político y académico francés. Contenido …   Wikipedia Español

  • Jean-Sylvain Bailly — Jean Sylvain Bailly, né le 15 septembre 1736 à Paris et mort guillotiné le 12 novembre 1793 à Paris, est un mathématicien, astronome …   Wikipédia en Français

  • Jean Sylvain Bailly — (* 15. September 1736 in Paris; † (hingerichtet) 12. November 1793 Paris) war französischer Astronom und erster Bürgermeister von Paris. Bailly wurde durch die Berechnung der Umlaufbahn des Halleyschen Kometen im Jahre 1759 bekannt. Ferner stud …   Deutsch Wikipedia

  • Jean-Sylvain Bailly — (* 15. September 1736 in Paris; † 12. November 1793 ebenda) war französischer Astronom und erster Bürgermeister von Paris. Bailly wurde durch die Berechnung der Umlaufbahn des Halleyschen Kometen im Jahre 1759 bekann …   Deutsch Wikipedia

  • Jean Sylvain Bailly — Infobox Scientist name = Jean Sylvain Bailly box width = image width =150px caption =Jean Sylvain Bailly (from: Dr. Nuno Carvalho de Sousa Private Collections Lisbon.) birth date = September 15, 1736 birth place = Paris death date = November 12,… …   Wikipedia

  • Bailly, Jean-Sylvain — (1736 1793)    astronomer, historian, revolutionary    Born in paris, Jean Sylvain Bailly was early recognized as a brilliant astronomer and mathematician. At age 26, he was nominated to the Academy of Sciences, with his main work as an… …   France. A reference guide from Renaissance to the Present

  • Bailly, Jean-Sylvain — (15 sep. 1736, París, Francia–12 nov. 1793, París). Astrónomo y político francés. Célebre por su cálculo de la órbita del cometa Halley en 1759, al estallar la Revolución francesa se dedicó a la política. Fue nombrado presidente del tercer estado …   Enciclopedia Universal

  • Jean-Sylvain Cartaud — Présentation Naissance 1675 Décès 1758 (à 83 ans) Nationalité …   Wikipédia en Français

  • Bailly, Jean-Sylvain — born Sept. 15, 1736, Paris, France died Nov. 12, 1793, Paris French astronomer and politician. Noted for his computation of an orbit for Halley s Comet in 1759, he turned to politics with the outbreak of the French Revolution. He was chosen… …   Universalium

  • BAILLY, JEAN SYLVAIN —    an astronomer, born at Paris; wrote the History of Astronomy, Ancient and Modern, in five volumes; was distracted from further study of the science by the occurrence of the Revolution; elected president of the National Assembly; installed… …   The Nuttall Encyclopaedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.