John Dalton


John Dalton
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dalton.
John Dalton
Image illustrative de l'article John Dalton
Gravure de Charles Turner d'après James Lonsdale
Naissance 6 septembre 1766
Eaglesfield (Angleterre)
Décès 27 juillet 1844 (à 77 ans)
Manchester (Angleterre)
Nationalité Drapeau de l'AngleterreAnglais
Champs Chimie
Physique
Diplômé de Harris Manchester College (Oxford)
Renommé pour Loi de Dalton, Daltonisme, Théorie atomique
Signature
John Dalton Signature c1827.svg

John Dalton, né à Eaglesfield (Cumberland) le 6 septembre 1766 et mort à Manchester le 27 juillet 1844, est un chimiste et physicien britannique. Il est connu surtout pour sa théorie atomique, publiée en 1808, ainsi que pour ses recherches sur le daltonisme.

Sommaire

Sa jeunesse

John Dalton est né le 6 septembre 1766, à Eaglesfield, dans l’Etat de Cumberland (actuellement Cumbria) en Angleterre. Il vient d’une famille humble. Sa mère, Deborah Greenup, et son, père Joseph Dalton, appartenaient à la Société Religieuse des Amis (quakers) et eurent trois enfants : Jonathan, John, Marie.

Il eut la chance de recevoir une excellente formation en mathématiques et en sciences physiques grâce à l'aide de son père et d'un ami de la famille, John Fletcher, professeur à l'école des quakers d'Eaglesfield. Dalton est une personne qui a le sens de l’enseignement dès la naissance. A la retraite de John Fletcher en 1778, il commence lui aussi à enseigner dans cette école. Il ne reçoit que cinq shillings par semaine, ce qui l'oblige deux ans plus tard à reprendre le travail à la ferme. Toutefois, pendant ce temps, il reçoit de la part d'un de ses proches, Elihu Robinson, un enseignement en mathématiques. L’année suivante, à ses quinze ans il redevient enseignant dans une école privée dont un de ses proches parents était directeur. Il exerça cette activité avec passion tout au long de sa vie. En 1781, il quitte son village natal pour devenir l'assistant de son cousin George Bewley, qui s'occupe d'une école à Kendal. Il y passe les douze années suivantes et, en 1785, à la retraite de ce dernier, il en devient le directeur adjoint avec son frère aîné Jonathan.

Ses travaux

Vers 1790, il pense se diriger vers le droit ou la médecine, mais ses projets reçoivent peu d'encouragements de la part de ses proches et il reste à Kendal jusqu'à son départ pour Manchester au printemps 1793. Il est nommé professeur de mathématiques et de philosophie naturelle au New College de Manchester. Il tient cet emploi jusqu'en 1799, lorsque le collège est déplacé à York. Il devient alors professeur de mathématiques et de chimie à la ‘‘Warrington Academy’’ où il installa un laboratoire de recherche de bonne qualité. Ses travaux ont rapidement suscité l'attention du monde scientifique de l'époque.

En météorologie

Dalton commence, en 1787, une série d'observations météorologiques qu'il poursuivra pendant cinquante-sept ans, accumulant quelque deux cent mille observations et mesures dans la région de Manchester. Son intérêt pour la météorologie le conduit à étudier différents phénomènes, ainsi que les instruments utilisés pour les mesurer. Il est le premier à prouver la validité de l'idée selon laquelle la pluie a pour cause une baisse de température, et non un changement de la pression atmosphérique. Ses premiers travaux, ‘‘Observations et essais météorologiques’’ (1793), ne suscitent que peu d'intérêt.

Le daltonisme

A l'âge de 28 ans il découvre qu'il n'a pas la même vision que le reste de la population. Ce serait, selon certains, la difficulté pour lui à choisir une toge correspondant à son rang dans les cérémonies universitaires qui lui aurait permis de prendre conscience de son déficit dans la perception des couleurs. En 1794, il présente, devant la société philosophique et littéraire de Manchester, un article donnant la première description du daltonisme, maladie dont il souffre lui-même. L'explication, telle que la fournit Dalton lui-même dans son article : "Extraordinary facts relating to the vision of colours" (31 octobre 1794), repose en fait sur ses difficultés à corroborer sa vision des couleurs des fleurs avec celle des autres botanistes. Le défaut de la vision colorée est né (pour le rouge et vert). Cette défaillance porta dès lors le nom de "daltonisme". Il avait remarqué que son frère présentait les mêmes anomalies, sans en tirer de conclusion quant à une origine génétique possible de l'anomalie. Avant sa mort, il souhaita que l'on pratique une autopsie de ses yeux pour confirmer son hypothèse (déjà contestée de son vivant) selon laquelle son déficit serait lié à une anomalie de coloration en bleu de son humeur vitrée (liquide remplissant l'œil). En 1995, l'analyse ADN faite à partir du prélèvement subsistant de ses yeux permit de confirmer que Dalton était bien porteur de l'anomalie génétique caractéristique du daltonisme, et précisément de deutéranopie.

La découverte de la ‘‘Théorie atomique’’

La découverte

Ses travaux en météorologie, l’amenèrent à étudier l’air et les gaz, et donc à étudier la chimie en général.

Le 21 octobre 1803, Dalton fit une conférence sur les lois qu'il avait découvertes. Il développa brièvement, devant sept auditeurs, sa théorie atomique pour la première, selon laquelle la matière est composée d'atomes de masses différentes qui se combinent selon des proportions simples. Il proposa, aussi, un premier tableau portant sur six éléments (H, N, C, O, P, S) et treize combinaisons. Cette théorie (qui sera sa plus importante contribution à la science) est la pierre angulaire de la chimie moderne. Mais découvrons la découverte de la théorie atomique plus précisément…

Dès 1789, la théorie atomique avait été entrevue par Higgins : il supposait que les corps sont composés de particules indivisibles qui s'unissent entre elles dans des proportions définies. John Dalton est le créateur incontesté de la théorie atomique. En étudiant les propriétés physiques de l'air atmosphérique et des autres gaz, Dalton se posa la question suivante : pourquoi les constituants de l'air (azote, oxygène, CO2, vapeur d'eau) ne se séparent-ils pas par ordre de densité (du gaz carbonique le plus lourd qui se maintiendrait au niveau du sol jusqu'à la vapeur d'eau, la plus légère qui se situerait aux grandes altitudes) et pourquoi ce mélange de gaz reste-t-il constamment homogène ? Tout au long de ses analyses détaillées faites dans toute l'Angleterre (campagnes, villes, villages, vallées, montagnes), il remarqua que la teneur en oxygène de l'air était invariable. Il découvrit que dans les mélanges gazeux, chaque constituant se comportait comme s'il était seul dans l'espace considéré. Il fit une conférence devant la "Literary and Philosophical Society" à Manchester. Durant cette conférence, il exposa ses découvertes sur les lois et pour une bonne compréhension de ses travaux, il développa brièvement sa théorie atomique devant un auditoire attentif composé de sept personnes. Il ne s'agit plus dès lors des "atomes" comme l'entendait Démocrite, ou des "particules" de Boyle, mais d'une théorie précise, qualitative et aussi quantitative, qui allait montrer son efficacité. Dalton admettait que les gaz sont formés de petites particules qui sont toujours en mouvement. Il pense aussi que les particules ou les atomes d'un corps simple sont semblables entres elles, mais qu’elles sont différentes lorsqu'on passe d'un corps à un autre. En somme, une réaction chimique doit pouvoir être identifiée comme étant un agencement nouveau des atomes dans la substance et ces derniers ne subissent aucune altération.

L'éminent chimiste anglais pousse ses recherches encore plus loin et dès 1803 (le 6 septembre 1803 d'après son journal de laboratoire), il symbolise les corps simples et les corps composés par des symboles auxquels il donne un poids "x" de matière (1 à l'atome d'hydrogène, 7 à l'atome d'oxygène, 5 à l'atome d'azote, et ainsi de suite). Nous savons aujourd'hui quelle répercussion cette merveilleuse idée a eu. Tous les symboles chimiques que nous connaissons aujourd'hui ont été présentés dans le célèbre ouvrage que Dalton rédigea : A New System of Chemical Philosophy (Un nouveau système de philosophie chimique), publié à Manchester en 1808. Dans ce livre, Dalton dresse la liste des masses atomiques d'un certain nombre d'éléments rapportés à la masse de l'hydrogène. Tout en n'étant pas entièrement correctes, ses masses forment la base de la table périodique moderne des éléments. À partir du tableau, on peut faire deux constatations : -En premier lieu, quand deux éléments ne donnent naissance qu'à un seul composé, Dalton retient l'explication la plus simple, autrement dit la combinaison binaire : on peut donner en exemple le cas de l'eau (qui, dans notre symbolisme actuel, s'écrirait HO). -D'autre part, lorsque deux éléments sont susceptibles de former deux composés, on adopte une fois de plus la solution la plus simple. En l'occurrence, cette solution est que l'un des composés sera binaire, et l'autre ternaire. (Exemple: l'oxyde de carbone s'écrirait CO et le gaz carbonique serait symbolisé par CO2, de la même façon qu'aujourd'hui.) Il est important de noter que, à son origine, la théorie atomique reposait bel et bien sur une conception a priori et présentait un certain tour mathématique. Ces deux raisons sont suffisantes pour la rendre douteuse aux yeux de certains chimistes. La nouvelle venue de la "théorie atomique" déclencha de violentes controverses avant de rencontrer un universel accueil. C'est ainsi que l'on nomma John Dalton le père de la théorie atomique.

Les expériences de Dalton ont été écrites et publiées dans ‘‘System of Chemistry’’ de Thomson.

Ses impacts

La théorie de Dalton fut un développement énorme lorsque l'on pense à la théorie de Démocrite. Cette théorie permit d'expliquer plusieurs résultats obtenus antérieurement. Dalton proposait ainsi une explication à la loi des proportions définies de Proust. Sans le savoir Dalton orienta les travaux et les recherches de plusieurs chercheurs. En mettant la théorie à l'épreuve, Amedeo Avogadro montra que des volumes de gaz égaux, peu importe la nature, renferment des nombres de particules égaux. Deux siècles après la publication de la théorie atomique énoncée par Dalton, elle est encore acceptée et véridique. Il y a eu des conséquences à la théorie; en voici une : si deux éléments peuvent se combiner pour donner plusieurs corps composés, un nombre entier d'atomes de l'un de ces éléments doit s'unir avec un nombre entier d'atomes de l'autre élément. À partir de cet instant, la loi des proportions multiples, ou loi de Dalton, s'applique. Le chimiste anglais arriva à cette conclusion à la suite de ses expériences sur le méthane et sur l'éthylène. Cependant cette loi avait déjà été établie pour quelques cas particuliers. Pourtant cette loi est à la base même des formules modernes de chimie, et sa signification profonde doit être bien comprise.

Ses autres travaux

Dalton étudia surtout les phénomènes produits par l’action de la chaleur sur les gaz et les vapeurs. En travaillant sur les constituants de l'air, il découvrit, à peu près en même temps que Gay-Lussac, la loi sur la dilatation uniforme des gaz. Ces deux chercheurs trouvèrent la même valeur pour le coefficient de dilatation p = 1/266 = 27 x 10-4. Quelques années plus tard, deux autres chercheurs corrigèrent cette valeur et trouvèrent p = 1/273 = 36,5 x 10-4. Puis, au cours de ses recherches, il découvre la loi des pressions partielles des mélanges gazeux (loi de Dalton), selon laquelle la pression totale exercée par un mélange de gaz est égale à la somme des pressions individuelles qu'exercerait chacun des gaz s'il occupait seul le volume entier. Il fait ainsi progresser la chimie en énonçant la loi des proportionnalités multiples et celle des mélanges des gaz.

Quelques événements de sa vie

En 1804 et 1809, Dalton est invité à enseigner à Londres, puis en 1822, il devient membre de la ‘‘Royal Society’’ (Société Royale). En 1826, il reçoit la ‘‘Royal Medal’’ (médaille royale). En 1830, Dalton devient l'un des huit associés étrangers de l'Académie française des sciences. Au cours de l'année 1833, les universités d'Oxford et d'Edimbourg lui décernèrent simultanément le titre de docteur.

Il mourut le 27 juillet 1844 à Manchester.

Notes et références

Annexes

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Pierre Thuillier (philosophe), D'Archimède à Einstein, Paris, Fayard, 1988 (réimpr. 1996 en Livre de Poche), « La résistible ascension de la théorie atomique » 
Jn.Dalton est l’abréviation botanique officielle de John Dalton.
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article John Dalton de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • John Dalton — Nacimiento 6 de septiembre de 1766 Cumberland, Reino Unido Fallecimiento 27 de julio de …   Wikipedia Español

  • John Dalton — (* 6. September 1766 in Eaglesfield, Cumberland; † 27. Juli 1844 in Manchester) war ein englischer Naturforscher und Lehrer. Wegen seiner grundlegenden Untersuchungen zur Atomtheorie gilt er als einer der Wegbereiter der Chemie. Ihm zu Ehren ist… …   Deutsch Wikipedia

  • John Dalton —     John Dalton     † Catholic Encyclopedia ► John Dalton     Irish author and translator from Spanish and German, born in 1814; died at Maddermarket, Norwich, 15 February, 1874. He spent his early years at Coventry, England, and was educated at… …   Catholic encyclopedia

  • John Dalton — (6. september 1766 27. juli 1844) var en engelsk naturvidenskabsmand og lærer, født i Eaglesfield, nær Cockermouth i Cumberland. Hans far, Joseph Dalton var en fattig væver, som sammen med sin kone Deborah Greenup var medlem af the Religious… …   Danske encyklopædi

  • John Dalton — (Cumberland, Reino Unido, 6 de septiembre de 1766 Manchester, 27 de julio de 1844) químico y físico inglés. Con 12 años, en 1778, comienza a impartir enseñanza elemental en Cumberland, y a partir de 1780 lo hace en Kendal durante 12 años más. En… …   Enciclopedia Universal

  • John Dalton — For other people named John Dalton, see John Dalton (disambiguation). John Dalton …   Wikipedia

  • John Dalton — n. (1766 1844) famous English physicist and chemist who revived the atomic theory (namesake for the Dalton law of partial pressure) …   English contemporary dictionary

  • John Dalton — noun English chemist and physicist who formulated atomic theory and the law of partial pressures; gave the first description of red green color blindness (1766 1844) • Syn: ↑Dalton • Instance Hypernyms: ↑chemist, ↑physicist …   Useful english dictionary

  • John Dalton (disambiguation) — John Dalton may refer to:*John Dalton (1766 1844), scientist who pioneered modern atomic theory *John Dalton (bishop) (c.1821 1869), Roman Catholic bishop *John Dalton (football) (1889 1919), American football player for Navy *John Dalton… …   Wikipedia

  • John Dalton (musician) — John Dalton (born 21 May 1943, Edgware, Middlesex) is probably best known as The Kinks regular bass guitarist from 1969 to 1976, replacing original member Pete Quaife. Biography John Dalton was educated at Cheshunt Secondary Modern School at the… …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.