John Gilbert (acteur)


John Gilbert (acteur)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir John Gilbert.

John Gilbert

Accéder aux informations sur cette image nommée JohnGilbert.jpg.
Naissance 10 juillet 1899
Logan, (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès 9 janvier 1936 (à 36 ans)
Los Angeles, (États-Unis)
Profession Acteur, réalisateur et scénariste

John Gilbert est un acteur, scénariste et réalisateur américain né le 10 juillet 1899 à Logan dans l'Utah aux États-Unis, décédé le 9 janvier 1936 à Los Angeles en Californie.

Sommaire

Biographie

Une star contestée

Après la révélation de Rudolph Valentino, immigré italien, danseur mondain et gigolo, boxeur poète qui déclencha à Hollywood une vague de chaleur sans précédent et suscita une armée d'imitateurs (le mexicain Ramón Novarro, l'espagnol Antonio Moreno, l'allemand (!) Ricardo Cortez...), Louis B. Mayer, président de la MGM, décida de lancer un symbole sexuel plus américain, c'est-à-dire plus viril : ce fut John Gilbert.

John Gilbert est une des personnalités les plus controversées d'Hollywood : bon ou mauvais acteur ? homme intelligent ou stupide ? star avisée ou noceur à la rage autodestructrice ? Les critiques et les commentateurs de tous poils ne parviennent pas à s'entendre et les bruits les plus contradictoires courent à propos de l'acteur le plus emblématique de la fin du cinéma muet américain (Valentino mourant brutalement en 1926).

Gilbert vs Gish

À partir de 1924, Gilbert bénéficia de toute la machine publicitaire de la MGM, qui le présentait comme l'acteur moderne par excellence. Dans La Bohème, d'après le roman La Vie au quartier latin de Henry Murger, qui inspira l'opéra de Giacomo Puccini, il incarne prétendument la nouveauté, le naturel, opposé à sa partenaire, l'immense Lillian Gish, qui a le tort pour Mayer de diriger sa carrière selon des critères propres et exigeants. A l'époque, le nabab torpille l'image de sa star la plus prestigieuse, poussant en avant la nouvelle favorite, Barbara La Marr, actrice et scénariste au sex appeal ravageur (cf. Louise Brooks par Louise Brooks publié chez Ramsey). Sur le tournage de La Bohème, Gilbert et le metteur en scène King Vidor tombent tous les deux amoureux de Lillian Gish, ce qui prouve qu'ils avaient meilleur goût que Mayer... John Gilbert ira jusqu'à demander en mariage la Duse de l'écran (cf. Le Cinéma, Mr. Griffith et Moi par L. Gish). Gilbert est alors associé dans plusieurs films à l'érotique Barbara Lamarr (Arabian Love, référence au Sheikh de Valentino ?) et à la juvénile Norma Shearer, maîtresse puis épouse du producteur Irving Thalberg, bras droit de Mayer.

En route pour la gloire

Pourtant Gilbert n'est pas un débutant : installé dès l'adolescence à Hollywood, il a débuté dans l'écurie de Thomas H. Ince, rival de D. W. Griffith, dans le film Le Lâche, attribué aujourd'hui à Reginald Barker, en 1915 ; Ince, comme William Hart (un autre de ses poulains), le dirige fréquemment durant ces premières années. Gilbert figure ainsi dans le monumental Civilization, réponse de Ince au Intolérance de Griffith - deux flops au box-office - et dans Hell's Hinges, co-réalisé par Clifford Smith. L'acteur est aussi le partenaire de Mary Pickford dans Heart of the Hills de Sidney Franklin. À partir de 1921, il travaille pour la Fox : il joue notamment Le Comte de Monte-Cristo, le héros de Alexandre Dumas, le rôle titre de Cameo Kirby pour John Ford, et, au côté de Lon Chaney, dans While Paris Sleeps, remake de René Clair par le français Maurice Tourneur, dont il devient le protégé. Gilbert écrit et dirige également plusieurs films avant d'être pris sous contrat à la MGM.

Star de la MGM

Celui-ci prend acte en 1924. Immédiatement, Gilbert devient l'acteur favori de King Vidor, qui le dirige dans His Hour, sur un scénario de Elinor Glyn, et dans The Wife of the Centaur et Bardelys le Magnifique avec Eleanor Boardman, épouse de Vidor. Plus tard, Gilbert apparaît dans son propre rôle (comme Douglas Fairbanks, Norma Talmadge et Charlie Chaplin entre autres) dans le comique Show People avec Marion Davies en vedette. Ses détracteurs soulignent volontiers que Gilbert semble parfois le faire valoir d'acteurs plus brillants (Chaney dans Larmes de clown de Victor Sjöström, Gish dans La Bohème) et ridiculisent sa prestation dans La Veuve joyeuse de Erich von Stroheim, avec l'extravagante Mae Murray. Cependant, Gilbert donne dans le même temps une interprétation remarquable d'un soldat pendant la Grande Guerre, dans un autre chef d'œuvre de Vidor, La Grande Parade.

Gilbo

Le décès inopiné de Barbara Lamarr (1926 : année noire du cinéma) plonge Mayer dans le désarroi, quand le suédois Mauritz Stiller lui apporte sur un plateau une nouvelle bombe sexuelle : Greta Garbo (1926 : année rose du cinéma). Gilbert et elle deviendront, sous la férule de leur tyrannique producteur, "les amants du siècle".

Bien avant le phénomène Brangelina, le phénomène "Gilbo"" affole les échotiers du monde entier. Le bouillant Américain et la vamp européenne jouent dans trois classiques du cinéma muet : le sulfureux La Chair et le Diable et Intrigues de Clarence Brown, Love d'après Anna Karénine (projet destiné à l'origine à Lillian Gish) réalisé par Edmund Goulding. Dans les trois, Gilbert est éclipsé par sa partenaire, qui devient la plus grande étoile d'Hollywood. Il poursuit sa carrière de son côté avec, par exemple, La Morsure de Tod Browning, où il retrouve sa partenaire de La Bohème, la française Renée Adorée, et Le Bateau ivre de Jack Conway avec la jeune et sémillante Joan Crawford. Quant à la véritable histoire d'amour de Gilbert et Garbo, elle n'ira pas jusqu'au mariage puisque la fantasque Suédoise "plantera" son amant devant l'autel...

La haine de Mayer

Le cinéma mondial est en passe de vivre une de ses plus grandes révolutions (le passage du muet au parlant) quand un violent différend oppose Mayer à Gilbert. Ce dernier aurait même boxé son patron. La dispute aurait éclaté à propos de Garbo, le vieux producteur conseillant à Gilbert, fou d'amour, de simplement coucher avec elle. Il semble aussi que l'hypocrite Mayer désapprouve depuis longtemps les écarts de conduite notoires de sa star débauchée et alcoolique. La révolution sonore donne ainsi l'occasion aux directeurs des Majors de se débarrasser de personnalités encombrantes à peu de frais.

Gilbert tourne son premier film parlant, His Glorious Night, sous la direction du grand acteur Lionel Barrymore (de la dynastie du même nom), d'après Molnar, puis joue Romeo face à Norma Shearer dans une séquence en couleurs de Hollywood chante et danse. Aucun problème ne semble s'opposer à la poursuite de la carrière du séducteur. Pourtant, peu de temps après, Mayer lance la rumeur selon laquelle la "voix de fausset" de Gilbert est incompatible avec son image virile. Cette légende continue d'être colportée par les exégètes les plus sérieux (cf. Le Dictionnaire du cinéma américain des Références Larousse), parfois justifiée par la technique approximative du son de l'époque. D'autre part, les problèmes d'alcool de Gilbert s'intensifient et ses trous de mémoire se multiplient sur les plateaux... Plus tard, la fille de l'acteur, issue de son premier mariage, révélera que Mayer a privé son père des meilleurs rôles qui s'offrirent à lui au début du parlant - par exemple dans La Patrouille de l'aube de Howard Hawks, où Richard Barthelmess, partenaire de Lillian Gish dans À travers l'orage de Griffith en 1920, et rapidement ringardisé dès lors que le vieillissement marquera ses traits, le remplace.

Derniers feux

La star sur le déclin (mais combien de stars du muet joueront encore des premiers rôles après 1935, à part Shearer, Garbo et Crawford ?) apparaît encore dans Way for a Sailor de Sam Wood au côté de Wallace Beery et compose le héros du feuilleton de Gaston Leroux Chéri-Bibi. En 1933, Garbo impose son ancien amant en pleine déconfiture dans La Reine Christine de Rouben Mamoulian à la place de Laurence Olivier - ce dernier, rancunier, saura s'en souvenir lorsqu'il refusera d'être Frédéric Chopin dans George Sand, privant le cinéma du retour de la Divine. De l'avis général, Gilbert n'est plus que l'ombre de lui-même... La même année, Browning, qui vient de mettre en scène La Monstrueuse Parade, dirige l'ex idole dans Fast Workers (en). Downstairs, réalisé par Monta Bell sur un scénario de Gilbert, récolte de bonnes critiques mais la popularité de l'interprète est envolée depuis quelques années déjà... The Captain Hates the Sea, le dernier film avec Gilbert, est produit par la Columbia, mis en scène par le prestigieux Lewis Milestone, avec en bonus la présence des Three Stooges. Durant le tournage, les torrents d'alcool qui arrosent l'équipe, Gilbert en tête, inquiètent même les producteurs, et Milestone s'avoue impuissant à réduire le flot. Gilbert, devenu l'amant de Marlène Dietrich, doit être son partenaire dans Désir de Frank Borzage quand il meurt "amer et sans illusion" (Christian Viviani), miné par l'alcool et l'ingratitude de son espèce.

En définitive, malgré sa piètre réputation, John Gilbert a mené une brillante carrière, mais sa personnalité, proche de celle de Errol Flynn, lui a causé des dommages irrémédiables au sein des studios tout puissants. Pareillement, la Paramount Pictures "blacklistera" sa principale star des années 1920, Clara Bow, à cause de sa vie sexuelle dissolue trop peu discrète, après l'avoir usée à l'écran en une poignée d'années.

John Gilbert a été marié trois fois, à trois actrices : Leatrice Joy (Les Dix Commandements de Cecil B. DeMille en 1923), Virginia Bruce (Parade d'amour de Ernst Lubitsh et Downstairs) et Ina Claire, star des planches et interprète de George Cukor dans The Royal Family of Broadway. L'anecdote la plus célèbre le concernant a trait à la nouvelle décoration de ses appartements privés pour chacun de ses mariages - Garbo ne verra jamais la sienne...

Sa santé ruinée par son alcoolisme, il meurt d'une crise cardiaque en début de l'année 1936. Sa dépouille repose depuis au cimetière de Forest Lawn Memorial Park à Glendale en Californie.

Filmographie

comme acteur

  • 1915 : Un lâche (The Coward)
  • 1915 : Matrimony : Extra
  • 1915 : Aloha Oe : Extra
  • 1916 : The Corner : Extra
  • 1916 : Bullets and Brown Eyes
  • 1916 : The Last Act : Extra
  • 1916 : Hell's Hinges : Rowdy Cowboy
  • 1916 : The Aryan : Extra
  • 1916 : Civilization (Civilization) : Extra
  • 1916 : The Phantom : Bertie Bereton
  • 1916 : The Apostle of Vengeance : Willie Hudson
  • 1916 : Eye of the Night
  • 1916 : Shell 43 : English Spy
  • 1916 : The Sin Ye Do : Jimmy
  • 1917 : The Weaker Sex
  • 1917 : The Bride of Hate : Dr. Duprez's Son
  • 1917 : Princess of the Dark : 'Crip' Halloran
  • 1917 : The Dark Road : Cedric Constable
  • 1917 : Happiness : Richard Forrester
  • 1917 : The Millionaire Vagrant : James Cricket
  • 1917 : The Hater of Men : Billy Williams
  • 1917 : The Mother Instinct : Jean Coutierre
  • 1917 : Golden Rule Kate : The Heller
  • 1917 : The Devil Dodger : Roger Ingraham
  • 1917 : Up or Down? : Allan Corey
  • 1918 : Nancy Comes Home : Phil Ballou
  • 1918 : Shackled : James Ashley
  • 1918 : More Trouble : Harvey Deering
  • 1918 : One Dollar Bid
  • 1918 : Wedlock : Granger Hollister
  • 1918 : Doing Their Bit
  • 1918 : The Mask : Billy Taylor
  • 1918 : Three X Gordon : Archie
  • 1918 : The Dawn of Understanding : Ira Beasley
  • 1919 : La Bruyère blanche (The White Heather) : Dick Beach
  • 1919 : The Busher : Jim Blair
  • 1919 : The Man Beneath : James Bassett
  • 1919 : A Little Brother of the Rich : Carl Wilmerding
  • 1919 : The Red Viper : Dick Grant
  • 1919 : For a Woman's Honor : Dick Rutherford
  • 1919 : Widow by Proxy : Jack Pennington
  • 1919 : Heart o' the Hills : Gray Pendleton
  • 1919 : Should a Woman Tell? : The Villain
  • 1920 : Le Cercle blanc (The White Circle) : Frank Cassilis
  • 1920 : Un lâche (The Great Redeemer) : Undetermined Role
  • 1920 : Au fond de l'océan (Deep Waters) : Bill Lacey
  • 1921 : The Servant in the House : Percival
  • 1921 : Shame : William Fielding / David Field, son fils
  • 1921 : Ladies Must Live : The Gardener
  • 1922 : Gleam O'Dawn : Gleam O'Dawn
  • 1922 : Arabian Love : Norman Stone
  • 1922 : The Yellow Stain : Donald Keith
  • 1922 : Honor First : Jacques Dubois / Honoré Duboois
  • 1922 : Monte Cristo : Edmond Dantes, Count of Monte Cristo
  • 1922 : Calvert's Valley : Page Emlyn
  • 1922 : The Love Gambler : Dick Manners
  • 1922 : A California Romance : Don Patricio Fernando
  • 1923 : Dans la ville endormie (While Paris Sleeps) : Dennis O'Keefe
  • 1923 : Truxton King : Truxton King
  • 1923 : Madness of Youth : Jaca Javalie
  • 1923 : St. Elmo : St. Elmo Thornton
  • 1923 : The Exiles : Henry Holcombe
  • 1923 : Cameo Kirby : Cameo Kirby
  • 1924 : Just Off Broadway : Stephen Moore
  • 1924 : The Wolf Man : Gerald Stanley
  • 1924 : A Man's Mate : Paul
  • 1924 : The Lone Chance : Jack Saunders
  • 1924 : Romance Ranch : Carlos Brent
  • 1924 : His Hour : Gritzko
  • 1924 : Larmes de clown (HE who gets slapped) : Bezano
  • 1924 : The Snob : Eugene Curry
  • 1924 : The Wife of the Centaur : Jeffrey Dwyer
  • 1925 : La Veuve joyeuse (The Merry Widow) : Prince Danilo Petrovich
  • 1925 : La Grande Parade (The Big Parade) : James Apperson
  • 1925 : Ben-Hur : Crowd extra in chariot race
  • 1926 : La Bohème (La boheme) : Rodolphe
  • 1926 : Bardelys the Magnificent : Bardelys
  • 1926 : La Chair et le Diable (Flesh and the Devil) : Leo von Harden
  • 1927 : La Morsure (The Show) : Cock Robin
  • 1927 : Le Bateau ivre (Twelve Miles Out) : Jerry Fay
  • 1927 : Man, Woman and Sin : Albert Whitcomb
  • 1927 : Anna Karénine (Love) : Captain Count Alexei Vronsky
  • 1928 : The Cossacks : Lukashka
  • 1928 : La Prison du cœur (Four Walls) : Benny
  • 1928 : Show People : caméo
  • 1928 : The Masks of the Devil : Baron Reiner
  • 1928 : Intrigues (A Woman of Affairs) : Neville 'Nevs' Holderness
  • 1929 : Desert Nights : Hugh Rand
  • 1929 : His Glorious Night : Captain Kovacs
  • 1929 : Hollywood chante et danse (The Hollywood Revue of 1929) : Lui-même en Roméo
  • 1930 : Les Masques de satan (The Masks of Satan)
  • 1930 : Redemption : Fedya
  • 1930 : Way for a Sailor : Jack
  • 1931 : Wir schalten um auf Hollywood
  • 1931 : Gentleman's Fate : Jack Thomas
  • 1931 : The Phantom of Paris : Cheri-Bibi
  • 1931 : West of Broadway : Jerry Seevers
  • 1932 : Downstairs : Karl Schneider
  • 1933 : Fast Workers : Gunner Smith
  • 1933 : La Reine Christine (Queen Christina) : Antonio
  • 1934 : The Captain Hates the Sea : Steve Bramley

comme scénariste

comme réalisateur

  • 1921 : Love's Penalty

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article John Gilbert (acteur) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • John gilbert (acteur) — Pour les articles homonymes, voir John Gilbert. John Gilbert Naissance 10 juill …   Wikipédia en Français

  • John stephenson (acteur) — Pour les articles homonymes, voir John Stephenson et Stephenson. John Stephenson est un acteur américain né le 9 août 1923 à Kenosha, Wisconsin (États Unis). Biographie Filmographie 1955 : The Looters : Lieutenant Stevenson 1955  …   Wikipédia en Français

  • John Bentley (acteur) — Pour les articles homonymes, voir John Bentley. John Bentley est un acteur britannique né le 2 décembre 1916 et mort le 13 août 2009. Filmographie 1947 : The Hills of Donegal : Terry O Keefe 1948 : Calling Paul… …   Wikipédia en Français

  • John Stephenson (acteur) — Pour les articles homonymes, voir John Stephenson et Stephenson. John Stephenson est un acteur américain né le 9 août 1923 à Kenosha, Wisconsin (États Unis). Biographie Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète …   Wikipédia en Français

  • John Beal (acteur) — Pour les articles homonymes, voir John Beal. John Beal …   Wikipédia en Français

  • John Gilbert — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. John Gilbert peut faire référence à plusieurs personnes John Gilbert est un acteur. John Gilbert est un monteur. John Gilbert (1812 1845) est un… …   Wikipédia en Français

  • John Ford (cinema) — John Ford Pour les articles homonymes, voir John Ford (homonymie). John Ford J …   Wikipédia en Français

  • John Ford (cinéma) — John Ford Pour les articles homonymes, voir John Ford (homonymie). John Ford J …   Wikipédia en Français

  • John Martin Feeney — John Ford Pour les articles homonymes, voir John Ford (homonymie). John Ford J …   Wikipédia en Français

  • John ford (cinéma) — John Ford Pour les articles homonymes, voir John Ford (homonymie). John Ford J …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.