Kaysersberg


Kaysersberg

48° 08′ 22″ N 7° 15′ 41″ E / 48.1394444444, 7.26138888889

Kaysersberg
Image illustrative de l'article Kaysersberg
Armoiries logo
Administration
Pays France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Ribeauvillé
Canton Kaysersberg
(chef-lieu)
Code commune 68162
Code postal 68240
Maire
Mandat en cours
Henri Stoll
2008-2014
Intercommunalité C.C. de la Vallée de Kaysersberg
Démographie
Population 2 726 hab. (2008)
Densité 110 hab./km²
Géographie
Coordonnées 48° 08′ 22″ Nord
       7° 15′ 41″ Est
/ 48.1394444444, 7.26138888889
Altitudes mini. 236 m m — maxi. 924 m m
Superficie 24,82 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Kaysersberg est une commune française, située dans le département du Haut-Rhin et la région Alsace.

Ses habitants sont appelés les Kaysersbergeois et Kaysersbergeoises ou les Kaysersberger et Kaysersbergerinnen.

Sommaire

Géographie

Ville au cachet médiéval bâtie au débouché de la vallée de la Weiss dans la plaine d'Alsace. La ville est située dans une contrée fertile et pittoresque, à l'entrée des vallées de Lapoutroie et Orbey, et dominée par deux montagnes baignées par la Weiss, et dont l'une est couronnée par les ruines du château de Kaysersberg.

Écarts et lieux-dits

  • Alspach
  • Saint-Erhard
  • Seegmulh
  • Mandelmuhl
  • Geisbourg
  • Saint-Alexis
  • Wasserfels
  • Saint-Jean
  • Gare de Fréland

Cours d'eau

Toponymie

  • Keisirsberg, Caesareum castrum, 1284
  • Keysersberg, 1327

Histoire

Le Val d'Orbey était autrefois un des passages les plus fréquentés des Vosges, et il est à présumer qu'il ne fut pas négligé par les Romains, qui, d'après la tradition, y avaient établi un campement militaire.

En 1227, l'Empereur du Saint Empire romain germanique, Frédéric II du Saint-Empire, petit-fils de Frédéric Barberousse ordonne l'achat du petit château. À part quelques maisons et le couvent bénédictin situé à une demie-lieue en amont de la rivière, au lieu-dit Alspach, l'entrée de la vallée est alors inhabitée. L'empereur y choisit de construire une des forteresses les plus imposantes de sa ligne de défense pour se protéger des Ducs de Lorraine qui auraient pu profiter de ce passage facile pour envahir l'Empire. La bourgade entame alors une phase d'expansion et d'enrichissement. En 1247, Henri de Stahleck, évêque de Strasbourg, s'efforça inutilement de s'emparer de la ville. Prise l'année suivante par le duc Mathieu de Lorraine, elle fut occupée, en 1261 par Rodolphe de Habsbourg, qui avait pris le parti de l'évêque de Strasbourg contre son évêque. Devenu empereur, il y revint en 1285. En 1334, Louis de Bavière l'engagea à Jean, roi de Bohême, et le reprit sur lui après un siège en 1336.

Pour reconnaître son importance, le roi Adolphe Ier de Nassau lui accorde les mêmes droits et privilèges que ceux dont bénéficie déjà sa voisine Colmar : le 18 mars 1293, Kaysersberg devient ville d'Empire. A partir de ce moment-là, elle ne dépend plus que de l'Empereur : aucun seigneur ne pourra plus revendiquer de droits sur elle. Charles IV affranchit en 1347 les citoyens de Kaysersberg de toute juridiction étrangère.

L'empereur Charles IV y séjourne au printemps 1354 où il tint une assemblée des villes libres de l'Alsace pour aviser aux moyens de maintenir la paix publique. Il se révèle être le grand bienfaiteur de la ville, lui accordant de nouveaux privilèges. Il appuie de son autorité la création de la Décapole, le 24 septembre 1354. En ce jour, 10 villes alsaciennes se réunissent au sein d'une ligue. Elles se promettent assistance et protection mutuelle. Traversant les tourmentes de l'Histoire, la Décapole subsistera pendant trois siècles. Au XIVe et au XVe siècle, la ville fut agrandie, malgré les protestations du seigneur de Ribeaupierre et de Lupfen. La ville de Strasbourg fut choisie pour arbitrer le différent en 1647.

En 1525, les paysans révoltés s'emparèrent de Kaysersberg en l'abandonnant presque aussitôt pour aller combattre à Scherwiller les troupes du duc Antoine. Les paysans furent massacrés par les troupes lorraines.

Maximilien lui donne en 1573 comme bailli impérial Lazare de Schwendi qui a combattu en Hongrie et pris la ville de Tokaj. C'est là qu'il aurait recueilli quelques plants de vigne du fameux cépage dont il fit don à la ville de Kaysersberg. Ces quelques plants se sont largement multipliés et ont fait la réputation viticole de la ville. Le comte Antoine Henri d'Andlau en fut le dernier titulaire.

La ville de Kaysersberg renfermait avant la Révolution, une commanderie de l'ordre teutonique et un couvent de Récollets ; ce dernier s'était trouvé, jusqu'en 1483, dans la vallée de Saint-Jean, derrière Alspach.

Administration

Hôtel de ville, avec sa logette (1521). Au second plan à gauche, clocher de l'église Sainte-Croix.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Henri Stoll Les Verts[1] puis EELV Conseiller général
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Démographie

Évolution démographique
(Source : Insee[2])
1962 1968 1975 1982 1990 1999
2821 2979 2942 2707 2755 2676
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes

Éducation

La ville de Kaysersberg a un collège public d'enseignement secondaire, le collège Albert Schweitzer.


Lieux et monuments

Église Sainte Croix
  • Église (XIIIe - XVe s.) :

Église de Sainte Croix

Église paroissiale, dédiée à Sainte Croix. Elle fut commencée vers 1230. Le portail roman et la nef centrale sont du XIIIe siècle tandis que le chœur et les nefs latérales datent des XVe et XVIe siècle. L'intérieur est orné d'un retable de 1518, œuvre de Jean Bongart. Un Christ triomphant, avec les statues de la Vierge et de Saint Jean, XVe siècle, suspendu sous la voute du transept, un Saint Sépulcre en pierre achevé en 1514 par le maître d'œuvre Jacques Wirt, une émouvante Déploration du Christ (1521), un saint Jacques assis (1523), un buste de saint Blaise, une statue de saint Jean (vers 1510), un lumineux vitrail du Calvaire, œuvre de Pierre d'Andlau de Strasbourg (1470), les Fonts baptismaux romans, sont d'autres joyaux.

Tympan et archivoltes du portail de l'église Sainte-Croix.

Retable de 1518 du sculpteur Jean Bongart

Retable de 1518 du sculpteur Jean Bongart

Chapelle de l'Oberhof

La chapelle et la propriété attenante appartenaient jadis à l'abbaye de Pairis, près d'Orbey. Elle fut construite en 1391 grâce à la générosité de Wetzel Berwart, décédé en 1396. Il est enterré dans la chapelle où la pierre tombale est toujours visible. L'édifice est agrandi et consacré une seconde fois en 1473. Pendant la Révolution la chapelle est vendue et achetée par l'ancien régisseur Pierre Eckert. Elle appartient aujourd'hui à la famille Salzmann-Thomann et abrite plusieurs statues polychromes des XVIIIe et XIXe siècles, les pièces maîtresses étant une Vierge à l'Enfant du XIVe siècle et la crosse de l'abbesse d'Alsace.

Chapelle Saint-Alexis (XVIe siècle)

Chapelle de l'Oberhof

La chapelle Saint-Alexis située dans la forêt, entre les bancs communaux de Riquewihr et Fréland a fait partie d'un ancien ermitage jusqu'au XVIIe siècle. La ville de Kaysersberg transforme ensuite l'ermitage en ferme et loue celle-ci jusqu'à vendre à des particuliers au début du XIXe siècle. la chapelle est restaurée et agrandie par Aimé Maire en 1887 par le rajout d'un chœur arrondi et d'un clocheton. Elle renferme un bas relief du début du XVIe siècle représentant la mort de Saint-Alexis et reprenant toutes les caractéristiques du style gothique tardif. La sculpture est présentée dans un encadrement baroque bordé sur les côtés de colonnes cannelées servant de support aux statuettes polychromes de Saint Joseph et de Sainte Madeleine.

Hôtel de ville

De style Renaissance rhénane :
Construit en 1521. La grande salle du Conseil est caractérisée par un plafond à caisson et par des lambris en bois, ainsi que par des portes aux colonnes cannelées et aux chapiteaux doriques et ioniques, surmontés d'un travail de marqueterie représentant le symbole de la justice.

Tour Kessler (XVe siècle)

Tour de la porte haute (XVe siècle)

Ancien couvent des Franciscains (XVe siècle)

Pont fortifié (XVe ‑ XVIe siècles)

Remplaçant un ancien ouvrage en bois, ce pont fortifié fut construit en 1514 et est alors muni, de part et d'autre des parapets, de meurtrières afin de prévenir toute action pouvant survenir le long de la Weiss. Au milieu du pont, une chapelle surmontée des armoiries du Saint Empire romain germanique et de celles de la ville abrite une statue polychrome de la Vierge du XVIIIe siècle.

Maisons de Kaysersberg, au bord de la Weiss

Maison Faller Brief (1594)

Maison Loewert (XVIe siècle)

Au n° 65 de la rue du Général de Gaulle, maison du XVIe siècle. Avec un oriel d'angle et une Vierge baroque peinte sous la loggia de pignon du XVIIIe siècle. Cette Vierge se trouve sur un croissant de lune. La maison est parfois appelée Maison de la Vierge.

Château (point de vue)

Vieilles maisons

Prieuré d'Alspach

Article détaillé : Prieuré d'Alspach.

Personnalités liées à la commune

Maison natale d'Albert Schweitzer

Actualité

  • La petite ville de Kaysersberg (et les deux communes voisines d'Ammerschwihr et Kientzheim) sont passées au tout numérique le 27 mai 2009. À cause de la proximité de l’Allemagne et du manque de fréquences disponibles, l’opération s'est faite en deux temps. La mise en place d’un seul multiplex a permis de recevoir d’abord 6 chaînes en numérique, le lancement des autres chaînes de la TNT a été fait le même jour que l’extinction de l’analogique, le 27 mai 2009.

Galerie

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références

Voir aussi

Liens internes

Bibliographie

  • Bière dessinée, Odette et Jean-Claude Colin (et al.), Kaysersberg et sa vallée : de la plaine d'Alsace aux sommets des Vosges, ID l'éd., Strasbourg, 2003, 64 p. (ISBN 2-913302-74-2)
  • Pierre Ferrenbach, Kaysersberg, Éd. Topac vert, Kaysersberg, 1992, 106 p. (ISBN 2-9507064-0-1)
  • Wanda Gaertner (conc.), Kaysersberg, l'œil de la vallée : la vallée de Kaysersberg photographiée par deux générations (Kuster Jean-François, Kuster Jean-Frédéric), Édition Kuster, Kaysersberg, 2007, 676 p. (ISBN 978-2-9530296-0-4)
  • Francis Lichtlé, Les combats de la libération de Kaysersberg, 1944, Archives municipales, Kaysersberg, 1984, 12 p.
  • Brigitte Parent (et al.), Ville de Kaysersberg, Haut-Rhin, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Direction générale des affaires culturelles d'Alsace, I. D. l'éd, Strasbourg, 2000, 88 p. (ISBN 2-913302-18-1)
  • Étienne Woessner, Le chemin de fer de la vallée de Kaysersberg et les lignes à voie métrique de l'Étoile de Colmar, Scheuer, Drulingen, 2007, 253 p. (ISBN 2-913162-68-1)

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

1/3 Hotel de ville, église et alentours 2/3 : le long de la Rue du Général-de-Gaulle 3/3 : Du pont fortifié au château, panoramas sur la ville


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Kaysersberg de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Kaysersberg — Kaysersberg …   Deutsch Wikipedia

  • Kaysersberg — Kaysersberg …   Wikipedia Español

  • Kaysersberg — ( de. Kaisersberg) is a small town and commune in the Haut Rhin département , in Alsace, France. Population (1999): 2,676 ( Kaysersbergeois and Kaysersbergeoises ). The name means Emperor s Mountain in German.Kaysersberg is considered one of the… …   Wikipedia

  • Kaysersberg — Kaysersberg,   Stadt im Oberelsass, Département Haut Rhin, Frankreich, am Ausgang des Weißtals am Vogesenrand, 2 700 Einwohner; Albert Schweitzer Museum; Weinbau; Fremdenverkehr.   Stadtbild:   Pfarrkirche …   Universal-Lexikon

  • Kaysersberg — Kaysersberg, Stadt am Weiß, im Arrondissement Colmar des französischen Departements Haut Rhin; Weinbau, Baumwollen u. Hanfspinnerei, Weberei, Gerberei, Bleichen; 3300 Ew …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Kaysersberg — Kaysersberg, Stadt im Oberelsaß, s. Kaisersberg …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Kaysersberg — (Kaisersberg), Kantonstadt im Oberelsaß, (1900) 2662 E., Amtsgericht; Baumwollindustrie …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Kaysersberg — Original name in latin Kaysersberg Name in other language Kayserberg, Kaysersberg, Mont Libre State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 48.13803 latitude 7.26385 altitude 251 Population 2815 Date 2007 09 08 …   Cities with a population over 1000 database

  • Kaysersberg (Haut-Rhin) — Kaysersberg …   Deutsch Wikipedia

  • Château de Kaysersberg — Kaysersberg castle The Château de Kaysersberg is a ruined castle in the commune of Kaysersberg in the Haut Rhin département of France. Contents …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.