La Dolce Vita


La Dolce Vita

La Dolce Vita

La Dolce Vita
Image associée au film

Titre original La Dolce Vita
Réalisation Federico Fellini
Acteurs principaux Marcello Mastroianni
Anouk Aimée
Anita Ekberg
Scénario Federico Fellini
Tullio Pinelli
Ennio Flaiano
Brunello Rondi
Pier Paolo Pasolini (non crédité)
Musique Nino Rota
Décors Piero Gherardi
Costumes Piero Gherardi
Photographie Otello Martelli
Montage Leo Cattozzo
Production Giuseppe Amato
Angelo Rizzoli
Société de production Riama Film
Pathé Consortium Cinéma
Gray-Film
Société de distribution Cineriz
Pathé Consortium Cinéma
Format Noir et blanc
2.35:1 Totalscope
Monophonique
35 mm
Genre Chronique dramatique
Durée 172 min
Sortie 5 février 1960
Italie Italie
Langue(s) originale(s) allemand
anglais
français
italien
Pays d’origine France France
Italie Italie
Principale(s) récompense(s) France Festival de Cannes 1960 : Palme d'or
Flag of Italy.svg Prix David di Donatello 1960 : Federico Fellini, Meilleur réalisateur
Flag of Italy.svg Ruban d’argent 1961 :
— Meilleur acteur principal : Marcello Mastroianni
— Meilleur sujet : Federico Fellini, Tullio Pinelli, Ennio Flaiano
— Meilleurs décors et meilleure scénographie : Piero Gherardi
Flag of the United States.svg Oscars 1961 : Piero Gherardi, Oscar de la meilleure création de costumes
Flag of the United States.svg NYFCC Award 1961 : Meilleur film étranger

La Dolce Vita, sorti initialement en France sous le titre La Douceur de vivre, est un film italo-français de Federico Fellini, sorti en 1960. Ce film marque un tournant dans la filmographie de Federico Fellini. Il fait suite à trois films proches du néoréalisme : La Strada (1954), Il Bidone (1955) et Les Nuits de Cabiria (Le Notte Di Cabiria) (1957) et inaugure le vocabulaire cinématographique personnel qui deviendra définitivement la marque de fabrique « fellinienne » des films de la maturité.

Sommaire

Synopsis

La Dolce Vita est composé d'une série d'épisodes en apparence déconnectés. La structure du scénario n'est pas sans rappeler celle des films à sketches chers au cinéma italien et auxquels Fellini a lui-même eu recours plusieurs fois. Situé à Rome dans les années 1950, le film suit, sur ce mode apparemment décousu, les pérégrinations de Marcello Rubini (Marcello Mastroianni), un jeune provincial aux aspirations littéraires devenu chroniqueur dans un journal à sensations.

La longueur du film (2 h 46) empêche souvent d'en percevoir, à la première vision, le caractère extrêmement structuré. À travers des tableaux connectés par la présence de Marcello et de quelques autres personnages-clés (Pierotto, Paparazzo), Fellini explore systématiquement, en faisant appel à sa propre biographie, les choix existentiels qui s'offrent à un jeune homme doué : le mariage et la famille, la foi, les exigences de l'intellect, la facilité de l'hédonisme. Sans porter de jugement, le film évoque la face obscure et la face claire de chacun des parcours possibles, laissant au final Marcello devant le choix de l'innocence ou de la déchéance.

Cette exploration se déroule en 12 étapes, précédées par un prologue et conclues par un codicille.

  • Prologue — Une statue du Christ destinée au Vatican est transportée par hélicoptère au-dessus de Rome.
  1. Le travail de Marcello — Marcello et son photographe ont suivi un couple dans un restaurant. On comprend qu'il travaille pour un journal à scandales. Il y retrouve Maddalena (Anouk Aimée), une grande bourgeoise désœuvrée.
  2. Les plaisirs pervers — Maddalena et Marcello quittent le cabaret et traînent dans Rome. À l'instigation malsaine de Maddalena, ils raccompagnent une prostituée en banlieue et se font prêter sa chambre pour y faire l'amour. À l'aube, Emma (Yvonne Furneaux), la compagne délaissée de Marcello, a fait une tentative de suicide. Marcello la découvre et la transporte à l'hôpital.
  3. La femme — Sylvia (Anita Ekberg), une star américaine, arrive à Rome. Cette séquence se divise en six tableaux : l'arrivée à l'aéroport, la visite au Vatican, l'interview, la fête dans les ruines, la promenade nocturne, la fontaine de Trevi. D'abord entouré d'une foule de confrères journalistes et photographes, Marcello, à la fois envoûté et calculateur, manœuvre pour se trouver, au final, seul avec la star. Le jour se lève sur la scène mythique de la Fontaine de Trevi et l'aube dissipe le rêve de la « vie inimitable ».
  4. La force de l'intellect — Cette séquence est la première apparition du personnage de Steiner (Alain Cuny). On comprend qu'il a connu Marcello en d'autres temps, à un moment où celui-ci avait des ambitions littéraires. Marcello, fourvoyé dans le journalisme à scandale, supporte mal le reproche muet de cette personnalité qui lui a sans doute été un modèle.
  5. Les mirages de la foi — Le travail de Marcello l'appelle hors de Rome, sur les lieux d'un prétendu miracle : deux enfants, manipulés par une famille peu scrupuleuse, attirent les foules en simulant des apparitions de la Vierge. Après la montée de la ferveur, le jour se lève sur l'escroquerie et la détresse des croyants trompés.
  6. Les labyrinthes de l'intellect — Marcello et Emma sont invités à une soirée chez Steiner. Triée sur le volet, la compagnie rivalise d'intelligence pour le seul plaisir de la joute intellectuelle. À Marcello qui lui demande conseil, Steiner révèle ses propres doutes et sa crainte du chaos tenu en respect par une fragile sérénité.
  7. L'innocence entrevue — Retiré dans un petit restaurant de plage du littoral romain (l'Arcobaleno), Marcello essaye de reprendre l'écriture. Il est distrait par le va-et-vient de la serveuse, une très jeune fille qui incarne l'innocence et la pureté.
  8. La jeunesse enfuie — De retour à Rome, Marcello retrouve son père, de passage en ville. Celui-ci entraîne Marcello sur les traces de sa jeunesse, dans un cabaret qu'il a jadis fréquenté. Ils en sortent aux petites heures, le père de Marcello au bras de Fanny (Magali Noël), une danseuse qu'ils raccompagnent chez elle. L'aube se lève sur un malaise qui rappelle le vieil homme à la réalité.
  9. La décadence — Entraîné par Nico (dans son propre rôle), une jeune femme qu'il a connue lorsqu'elle était mannequin, Marcello se joint à un groupe d'aristocrates dégénérés qui investissent un château de la campagne romaine pour une fête décadente. Marcello croit y avoir retrouvé Maddalena. Après une fin de partie dans un pavillon délabré, l'aube trouve les invités défaits et avilis.
  10. L'amour carcan — Sur une route de nuit, Marcello et Emma se disputent dans une voiture arrêtée. Il la chasse. À l'aube, il revient la chercher.
  11. L'absurdité de l'intellect — Son travail amène Marcello à être informé le premier du suicide de Steiner. Il se rend chez lui et examine la scène avec la police : Steiner s'est donné la mort après avoir tué ses deux enfants.
  12. La déchéance — Marcello et un groupe de noctambules investissent une villa du bord de mer pour y terminer la soirée par une orgie. Interpellé par des invités sur ses ambitions littéraires passées, Marcello revendique le choix de la déchéance.
  • Codicille — Chassés de la villa à l'aube, les noctambules se retrouvent sur la plage, où les pêcheurs hissent un filet où agonise un monstre marin. Après avoir contemplé longuement l'œil glauque du monstre, Marcello entend une voix l'appeler. C'est la jeune fille du restaurant Arcobaleno qui l'interpelle. Séparé d'elle par la marée qui monte, Marcello préfère prétendre ne pas la comprendre et lui tourne le dos pour rejoindre le groupe des noctambules. Le film se termine sur un gros plan du visage de la jeune fille.

Fiche technique

Distribution

Autour du film

Une scène célèbre sur l'affiche d'un festival en plein air (Rome, 2009)
  • La Via Veneto, une des plus célèbres artères de Rome, devient, devant la caméra de Fellini, un personnage à part entière de La Dolce Vita. Elle sert de liant au différents tableaux. C'est là que les personnages se croisent et que les soirées débutent. « Je sais naturellement que, depuis La Dolce Vita, on lie obstinément mon nom à la Via Veneto, à la vie plus ou moins mondaine qui s'y déroule la nuit. […] J'ai inventé dans mon film une Via Veneto qui n'existe pas du tout, je l'ai élargie et modifiée avec une liberté poétique jusqu'à ce qu'elle prenne la dimension d'une fresque allégorique. Il est un fait que la Via Veneto s'est transformée après La Dolce Vita, qu'elle a accompli des efforts considérables pour devenir telle que je l'ai représentée dans mon film. »[1]
  • La scène où Anita Ekberg et Marcello Mastroianni se retrouvent dans le bassin de la fontaine de Trevi avec de l'eau jusqu'à mi-cuisses est devenue une scène culte du cinéma.[2]
  • Le nom de Paparazzo, le photographe qui accompagne Marcello, est resté dans le langage usuel pour désigner les photographes de presse qui cherchent à forcer l'intimité de personnes célèbres. Souvent utilisé au pluriel : les paparazzi. Quant à l'origine exacte de ce nom, Ennio Flaianno, un des scénaristes du film et le créateur du personnage de Paparazzo, explique qu'il l'a trouvé dans un livre de voyages signé George Gissing, By the Ionian Sea (1901), où apparaît un Signor Paparazzo.[3]
  • « Alessandro Ruspoli, « Dado », fut le roi de la « dolce vita » romaine immortalisée par Federico Fellini. Tous les épisodes figurant dans ce long-métrage de 1960 avaient du reste été inspirés au cinéaste par des faits et des gens réels, du strip-tease d'Aïcha Nana à l'actrice hollywoodienne habillée en cardinal. C'était en réalité Ava Gardner. »[4]

Distinctions

Lien externe

(fr+en) La Dolce Vita sur l’Internet Movie Database

Notes et références

  1. Les propos de Fellini, Collection Ramsay Poche Cinéma, Éditions Buchet Chastel, repris dans l'Europeo, Milan, 1972, Federico Fellini, Via Veneto.
  2. Article avec photo du journal italien La Repubblica
  3. Bondanella, The Cinema of Federico Fellini, p.136.
  4. Tribune de Genève
  • Portail du cinéma français Portail du cinéma français
  • Portail des années 1960 Portail des années 1960
  • Portail de l’Italie Portail de l’Italie
Ce document provient de « La Dolce Vita ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article La Dolce Vita de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Dolce Vita — (or La dolce vita) is an Italian phrase meaning the sweet life ; it may refer to: La Dolce Vita, a hotel barge in Venice. La dolce vita (1960), film directed by Federico Fellini Dolce Vita (song) (1983), song by Ryan Paris Dolce Vita (1996),… …   Wikipedia

  • Dolce Vita (song) — Dolce Vita Single by Ryan Paris A side Dolce Vita, Part I (Vocal) B side …   Wikipedia

  • Dolce Vita (álbum de Soraya Arnelas) — Saltar a navegación, búsqueda Dolce vita Álbum de Soraya Arnelas Publicación 11 de septiembre de 2007 Grabación …   Wikipedia Español

  • Dolce Vita (canción) — Saltar a navegación, búsqueda «Dolce Vita» Canción de Ryan Paris LP Dolce Vita Publicación 1983 …   Wikipedia Español

  • Dolce Vita Coimbra — Ajouter une photo Pays  Portugal Emplacement Coimbra Coordonnées …   Wikipédia en Français

  • Dolce vita — Dolce vita, дольче вита итал. Dolce vita  итальянский фразеологизм. Означает «сладкая жизнь», «не жизнь, а малина!»[1] La dolce vita  оригинальное название фильма «Сладкая жизнь». Dolce Vita  седьмой студийный альбом группы… …   Википедия

  • Dolce Vita Bed and Breakfast — (Чефалу,Италия) Категория отеля: Адрес: Via Bordonaro 8, 90015 Чефалу, Итали …   Каталог отелей

  • dolce vita — ● dolce vita nom féminin invariable (de Dolce Vita, nom propre) Vie facile, oisive et veule menée par certains riches. dolce vita [dɔltʃevita] n. f. ÉTYM. 1959; loc. ital., « (la) belle (mot à mot “la douce”) vie », répandue en franç. après le… …   Encyclopédie Universelle

  • Dolce Vita — (Санкт Петербург,Россия) Категория отеля: 2 звездочный отель Адрес: Набережная Канала Гри …   Каталог отелей

  • Dolce Vita Guesthouse — (Эшторил,Португалия) Категория отеля: Адрес: Rua do Monte Leite, 346, Condomí …   Каталог отелей

  • Dolce Vita Residence — (Рим,Италия) Категория отеля: Адрес: Via Del Mancino 11, Треви, 00187 Рим, Италия …   Каталог отелей


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.