Les Affaires Sont Les Affaires


Les Affaires Sont Les Affaires

Les affaires sont les affaires

Les affaires sont les affaires

Illustration de Les affaires sont les affaires

Édition de 1913


Auteur Octave Mirbeau
Genre Comédie
Pays d'origine France France
Lieu de parution Paris
Date de parution 1903
Date de la 1re représentation 20 avril 1903 à la Comédie-Française

Les affaires sont les affaires est une comédie en trois actes et en prose de l’écrivain français Octave Mirbeau (1903).

Représenté avec un énorme succès à la Comédie-Française le 20 avril 1903, au terme d’une bataille qui a abouti à la suppression du comité de lecture de la Maison de Molière en octobre 1901, Les affaires sont les affaires a triomphé sur toutes les scènes du monde, notamment en Allemagne et en Russie, a été traduit dans toutes les langues et a été très souvent repris depuis un siècle, sans que son succès se soit jamais démenti (quatorze troupes francophones ont monté la pièce entre 1994 et 2006).

Sommaire

La pièce

Une comédie classique

Il s’agit d’une grande comédie classique, dans la continuité de Molière, où la peinture de caractères vivants, fortement théâtralisés, se combine à celle des mœurs édifiantes de la prétendue « Belle époque ». Les trois unités - unité de temps (moins de 24 heures, sur deux jours consécutifs), unité de lieu (le château de Vauperdu) et unité d’action (la mise au point d'affaires par lesquelles Lechat espère doubler sa fortune) - y sont respectées.

Au cours d’une fin de semaine passée dans son château du Perche, le richissime parvenu Isidore Lechat, qui dispose d'un grand quotidien indispensable à ses affaires, en traite deux qui sont susceptibles de renforcer encore sa puissance financière et sa surface sociale : d’un côté, il reçoit, de deux ingénieurs électriciens, Gruggh et Phinck, qui ont besoin d’un financeur, des propositions d’exploitation d’une chute d’eau riche de potentialités de profits, et il parvient à leur imposer sa loi ; de l’autre, il envisage de marier sa fille Germaine au fils d’un noble décavé, le marquis de Porcellet, son voisin, qu'il tient à sa merci, mais ce projet se heurte à la résistance de la jeune femme. Révoltée, intellectuellement et sexuellement émancipée, Germaine juge son père, souffre de la misère engendrée par ses vols, et choisit la liberté : préférant la misère à un luxe homicide, elle part avec son amant, le chimiste Lucien Garraud, employé de son père, et elle se vante de l'avoir choisi, ce qui a profondément choqué les critiques de l’époque : à leurs yeux, elle n’était qu’une fille dénaturée !

La puissance de l’argent

Le personnage central, Isidore Lechat, au patronyme symptomatique, est un brasseur d’affaires et un prédateur sans scrupules, produit d’une époque de bouleversements économiques et d’expansion mondiale du capital. Il fait argent de tout et constitue une puissance économique et médiatique annonçant les affairistes de l’avenir : il tient la dragée haute aux gouvernements et au haut État-Major, et il peut même s'acheter à bon compte la complicité de l'Église catholique. En tant que symbole d'un système économique où les faibles sont impitoyablement écrasés par le talon de fer des riches, il est odieux et répugnant. Mais il n'en possède pas moins des qualités exceptionnelles, une intuition, une lucidité en affaires et une force d'âme, qui peuvent susciter l'admiration des spectateurs, notamment dans les deux scènes avec Phinck et Gruggh, petits escrocs sans envergure. Et Mirbeau, qui refuse tout manichéisme, reconnaît que ce prédateur, idéaliste à sa façon, est tourné vers l'avenir et n'en contribue pas moins au développement des forces productives, alors que le marquis de Porcellet représente une classe parasitaire engluée dans des traditions surannéees, et qui tente dérisoirement de justifier son prestige terni au nom d'un honneur qui n'est qu'hypocrisie.

Comme le signifie le titre, devenu proverbial, l’argent exclut la pitié, le sentiment et la morale, et se suffit à lui-même. Dans un monde où triomphe le mercantilisme et où tout est à vendre et a une valeur marchande, sa puissance dévastatrice contribue à tout corrompre : les intelligences aussi bien que les cœurs et les institutions. Les affaires, qui permettent à des aventuriers sans foi ni loi, tel Isidore Lechat, d’accumuler, en toute impunité, des millions volés sur le dos des plus faibles et des plus pauvres, ne sont jamais que du gangstérisme légalisé. La démystification n’a rien perdu de sa force ni de son actualité, comme l'ont révélé les 400 représentations lors de la reprise de la pièce en 1994-1995 : nombre de spectateurs croyaient y voir des allusions à l'actualité immédiate !

Les affaires sont les affaires, acte I, à la Comédie-Française, avril 1903

L’amour et la mort

Mais la libido dominandi d’Isidore Lechat se révèle impuissante face à la mort — son fils bien-aimé, Xavier, pourri par l’argent paternel, se tue dans un accident d’automobile à 55 km à l'heure — et face à l’amour, qui pousse sa fille Germaine à refuser le « beau » mariage qu’il lui a concocté.

Néanmoins, au dénouement — souvent qualifié de shakespearien —, le père accablé et humilié, qui croyait avoir « tout perdu », parvient à se ressaisir pour conclure brillamment une affaire en cours et écraser les deux ingénieurs qui entendaient mettre à profit sa douleur pour l’escroquer : les affaires sont décidément les affaires...

Distribution

Acteurs et actrices ayant créé les rôles
Personnage Acteur ou actrice
Isidore Lechat Maurice de Féraudy
Marquis de Porcellet Louis Leloir
Germaine Lechat Louise Lara
Mme Lechat Blanche Pierson
Xavier Lechat Georges Berr
Lucien Garraud Raphaël Duflos
Vicomte de la Fontenelle Henry Mayer

Adaptation

Cette pièce a été adaptée deux fois au cinéma : une première fois, aux États-Unis et en anglais, par Otis Turner, en 1915, sous le titre de Business is business, sur un scénario de Frank McGrew Willis, qui est une libre adaptation de la pièce, avec Nat C. Goodwin dans le rôle principal ; puis en 1942 sous le même titre par Jean Dréville, avec Charles Vanel dans le rôle d'Isidore Lechat, Renée Devillers, Robert Le Vigan et Aimé Clariond, mais la plupart des audaces de la pièce ont été gommées et la durée a été fort raccourcie.

Liens externes

  • Portail du théâtre Portail du théâtre
  • Portail de la littérature Portail de la littérature
Ce document provient de « Les affaires sont les affaires ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Les Affaires Sont Les Affaires de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Les affaires sont les affaires — Édition de 1913 Auteur Octave Mirbeau Genre …   Wikipédia en Français

  • Les Affaires sont les affaires — Édition de 1913 Auteur Octave Mirbeau Genre Comédie Pays d origine …   Wikipédia en Français

  • Affaires Judiciaires Carolorégiennes — Depuis 2005, de nombreuses affaires judiciaires ont mis en cause des personnalités de l administration communale de Charleroi, en Belgique. Le retentissement et l impact sont importants au niveau local, régional et même national. Elio Di Rupo,… …   Wikipédia en Français

  • Affaires judiciaires caroloregiennes — Affaires judiciaires carolorégiennes Depuis 2005, de nombreuses affaires judiciaires ont mis en cause des personnalités de l administration communale de Charleroi, en Belgique. Le retentissement et l impact sont importants au niveau local,… …   Wikipédia en Français

  • Affaires judiciaires caroloringiennes — Affaires judiciaires carolorégiennes Depuis 2005, de nombreuses affaires judiciaires ont mis en cause des personnalités de l administration communale de Charleroi, en Belgique. Le retentissement et l impact sont importants au niveau local,… …   Wikipédia en Français

  • Les Sopranos — Les Soprano Pour les articles homonymes, voir Soprano (homonymie). Les Soprano Logo de Les S …   Wikipédia en Français

  • Les sopranos — Les Soprano Pour les articles homonymes, voir Soprano (homonymie). Les Soprano Logo de Les S …   Wikipédia en Français

  • Les affaires sont les affaires (film, 1942) — Les affaires sont les affaires est un film français réalisé par Jean Dréville en 1942. Sommaire 1 Synopsis 2 Fiche technique 3 Distribution 4 Lien externe …   Wikipédia en Français

  • Les vétérans de l'espionnage et de la diplomatie pour la renaissance morale de la patrie — Les vétérans de l’espionnage et de la diplomatie pour la renaissance morale de la patrie Les vétérans de l’espionnage et de la diplomatie pour la renaissance morale de la Patrie « Dignité et honneur » Devise : Patrie. Vaillance.… …   Wikipédia en Français

  • Les vétérans de l’espionnage et de la diplomatie pour la renaissance morale de la patrie — « Dignité et honneur » Devise : Patrie. Vaillance. Honneur (Отечество.Доблесть.Честь) Création 16 avril 2003 Type organisa …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.