Les Trois-Moutiers


Les Trois-Moutiers

47° 03′ 49″ N 0° 01′ 18″ E / 47.0636111111, 0.0216666666667

Les Trois-Moutiers
Le moulin à vent du gué Sainte-Marie
Le moulin à vent du gué Sainte-Marie
Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Poitou-Charentes
Département Vienne
Arrondissement Châtellerault
Canton Les Trois-Moutiers (chef-lieu)
Code commune 86274
Code postal 86120
Maire
Mandat en cours
Marie-Jeanne Bellamy
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Loudunais
Démographie
Population 960 hab. (2007 INSEE)
Densité 27 hab./km²
Géographie
Coordonnées 47° 03′ 49″ Nord
       0° 01′ 18″ Est
/ 47.0636111111, 0.0216666666667
Altitudes mini. 32 m — maxi. 123 m
Superficie 35,94 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Les Trois-Moutiers est une commune française, située dans le département de la Vienne et la région Poitou-Charentes.

Sommaire

Géographie

Au carrefour de trois provinces, l'Anjou, la Touraine et le Poitou, la commune est située au croisement de la route nationale 147 de Poitiers (86) à Angers (49) et de la route départementale 39 de Chinon (37) à Thouars (79).

Communes limitrophes

Économie

Histoire

Le bourg des Trois-Moutiers tire son nom des trois monastères (moutier en vieux français) construits, au Moyen Âge, dans la vallée de la petite rivière, la Barouze, et autour desquels s'était groupée la population paysanne. De ces trois monastères — Saint-Hilaire, Saint-Pierre et Notre-Dame —, il ne reste que quelques pièces d'habitation, dans une maison privée, et un petit canal, qui était autrefois le vivier des moines. En revanche, le bourg a prospéré au cours des siècles et rassemble actuellement à peu près la moitié de la population totale de la commune. L'autre moitié se répartit entre plusieurs petits villages : Bernazay perché sur la colline, Vaon à la limite de la plaine céréalière, Beaulieu à la lisière des vignes d'appellation contrôlée, Grande Fête et Petite Fête à l'orée des bois, Montfray, Roche-Vernaize, Bourdigal, le Bois Saint-Hilaire, etc.

Habité dès les temps préhistoriques, le terroir des Trois Moutiers a conservé plusieurs monuments mégalitiques : le menhir (ou « chillou ») de Courçu, qui se dresse au milieu d'une lande où les ajoncs épineux atteignent la hauteur des arbres, les dolmens de Vaon et de la Porte Rouge, l'un et l'autre bien conservés, ainsi qu'un groupe de deux dolmens, situés dans le bois en face du château de Roche-Vernaize (la légende dit à propos de ces deux derniers qu'un « énorme et diabolique serpent, gardien caché du monument, devait punir de mort, dans l'année, les téméraires qui oseraient troubler le repos de sa retraite »).

Les Trois-Moutiers comprenait trois paroisses, trois églises accompagnées de prieurés, formant ainsi trois monastères.

Saint-Hilaire

Démolie en 1888, elle était l'église paroissiale depuis la Révolution. Les matériaux ont servi en partie à la construction de l'église actuelle. À la démolition, on s'aperçut que sur une des pierres figurait une inscription d'époque carolingienne. Le clocher était roman. Un ruisseau (la Barouze) coulait sous son maître-autel. Le passage de ce ruisseau avait nécessité la construction de deux vastes arcades d'un aspect original pour soutenir le chevet de l'édifice, empêchant ainsi un tassement qui se serait inévitablement produit durant les grandes eaux. L'église actuelle occupe une superficie de 450 m², et a coûté à l'époque de sa construction 70 000 F. La pierre de taille, tuffeau de Chauvigny et Tercé, n'a été employée que pour l'ossature de l'église.

Notre-Dame

Elle est mentionnée pour la première fois en 1123. Cette église est aujourd'hui une habitation.

Saint-Pierre

Construite dans le bourg de Bernazay (Berneciaco), cette église est citée pour la première fois en 1059. Le fief de Bernazay relevait de Berrie. Le seigneur de Bernazay fut l'un des fondateurs de l'abbaye de Fontevraud.

Autour du bourg des Trois-Moutiers, alors appelé Bernazay (jusqu'à la fin du XIVe siècle), certains hameaux actuels existaient déjà. Vaon (Venancium) est mentionné en 1123, c'était une seigneurie de la Mothe de Bançay. Saint-Drémon (Sidrenum), vers 1096, relevait de Verrières (en direction de Loudun). Également la Mothe-Chandeniers (ou Motte Chandenier ou Lamothe-Champdenier) : cet ancien fief relevait du roi. La forteresse médiévale s'appelait la Motte de Baussay (ou Beaussay ou Beauçay). Hugues Ier, seigneur de Baussay, donna aux moines bénédictins de Loudun l'église Saint-Pierre-du-Château en avril 1060 ou 1063. Vers 1160, Hugues VI fut l'un des plus puissants seigneurs du Loudunais. Amaury de Baussay se distingua dans les guerres anglaises. Au cours de ces guerres, la Mothe de Baussay fut prise deux fois par les ennemis. Ensuite, le château entra dans la famille de Chaunay, seigneur de Champdenier, puis aux Rochechouart (famille de Madame de Montespan) qui en firent une demeure somptueuse. François de Rochechouart lui donna le nom de la Mothe Champdenier. Frondeur exilé en 1650, il attira autour de lui des poètes, tel Léonard Frisson, poète latin qui lui dédia un poème (1657, « Motha Candeneria »). Le château fut vendu en 1754 à un certain Lamoignon, seigneur de Basville, qui le céda au chancelier de France, Maupeou. Pillé et dévasté à la Révolution, il fut sauvé de la ruine par un riche commerçant d'Orléans, Hennecart, qui l'acheta en 1809. Reconstruit au XIXe siècle dans le goût du gothique anglais, un incendie l'a ravagé en 1932. Depuis, les arbres l'ont envahi, mais le château se dresse toujours au centre de ses douves circulaires et d'un système de canaux. À l'extérieur, une chapelle et un pigeonnier rappellent la puissance du fief. C'est à la Mothe Chandenier que naquit Simon Canuel qui, après avoir servi la République (notamment durant la guerre de Vendée) et le Premier Empire, persécuta les libéraux à la Restauration.

Durant le Moyen Âge toujours, dans le voisinage des Trois Moutiers, saint Louis rendit la justice et fit pendre aux créneaux de la tour de Curçay un seigneur qui s'était arrogé le droit de détrousser les voyageurs passant sur ses terres. À la fin du XIVe siècle, le bourg change d'appellation pour celle des « Trois Moutiers » en lieu et place de « Bernazai ». D'après la tradition, Jeanne d'Arc, allant de Chinon à Poitiers, aurait passé une nuit dans le manoir de Chantdoiseau, manoir de la fin du Moyen Âge. Au XVIe siècle, celui-ci fut un des fiefs des Sainte-Marthe, dont l'un des représentants, Scévole de Sainte-Marthe, poète, fut ami de Ronsard.

À l'époque de la Réforme, au XVIe siècle, c'est un moine des Trois-Moutiers, François Fouquet, qui alla prendre contact avec Calvin à Poitiers en 1534, et qui fut ainsi l'introducteur du protestantisme dans le Loudunais, qui s’y implanta fortement. Trace encore visible, la ferme fortifiée de la Hacquinière garde encore les embrasures de tir des guerres de Religion.

En 1869, le bourg des Trois-Moutiers compte 1 253 habitants. Le moulin du Gué Sainte-Marie est construit à la fin du siècle. En effet, la carte atlas du conseil général de la Vienne de 1886 n'en parle pas. À ses débuts, il produisait de la farine pour faire le pain ; il a deux paires de meules (une pour la première mouture et une pour les recoupes à faire la farine à bétail) et ses murs portaient encore les pattes à scellement d'une ancienne chaîne à godet desservant une bluterie. Ce qui peut étonner, c'est de voir qu'à la fin du XIXe siècle, on construisait un moulin à vent exactement comme au Moyen Âge et depuis que les croisés de 1099 en avaient ramené la technologie de la Terre Sainte (c'est pourquoi ces moulins-tours étaient aussi appelés Moulins-turcs ou turquois). Le seul progrès dont était doté le moulin du Gué Sainte Marie, ce sont les ailes articulées en bois commandées de l'intérieur de l'édifice. Ces ailes, inventées par Berton en 1848, évitaient au meunier de grimper sur ses vergues pour carguer ou étaler une voile, ce qui était long (il fallait arrêter quatre fois le moulin pour accéder à chaque voilure) et parfois dangereux. Depuis 1998, le moulin du Gué Sainte Marie est la propriété de la commune des Trois-Moutiers et a, depuis, été restauré.

Emblèmes

Héraldique

Article détaillé : Armorial des communes de la Vienne.
Blason Blasonnement
D'argent à trois lionceaux de gueules.

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Claude Fontaine - -
mars 2008 en cours Marie-Jeanne Bellamy[1] DVD -

Démographie

Évolution démographique de Les Trois-Moutiers
Années 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
Population 1 309 1 257 1 492 1 495 1 538 1 530 1 514 1 261 1 230
Années 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
Population 1 263 1 252 1 253 1 222 1 250 1 175 1 203 1 233 1 248
Années 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
Population 1 238 1 244 1 230 1 082 1 215 1 200 1 196 1 138 1 123
Années 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 -
Population 1 083 1 002 869 847 899 927 956 960[2] -
Notes, sources, ... De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; 2006 : population municipale légale.
Sources : INSEE [3] et Ldh/EHESS/Cassini [4].

Lieux et monuments

  • Dolmen de Bernazay classé monument historique depuis 1957[5] ;
  • Dolmen de Vaon, classé depuis 1956[6] ;
  • Dolmen de Roche Vernaize classé depuis 1957[7] ;
  • Menhir de Courçu, inscrit aux monuments historiques depuis 1957[8] ;
  • Château de Lantray ;
  • Château de la Roche Vernaize avec pigeonnier ;
  • Manoir de Champdoiseau, XVe siècle, inscrit depuis 1929[9] ;
  • Ruines du château de la Mothe-Chandeniers avec pigeonnier et chapelle ;
  • Église Saint-Pierre ;
  • Moulin à vent du Gué Sainte-Marie. C'est un moulin à toit pivotant. Il date du XIXe siècle. L'ouvrage est l'un des derniers moulins de la Vienne à encore posséder son système de fonctionnement : des trémies aux meules, en passant par la bluterie, ou encore les engrenages dont certains sont en bois de cormier.
  • Ancien moulin de la Barouze du XVe siècle ;
  • Habitations troglodytiques à Bernazay ;
  • Pigeonnier de Rudefeu.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune

  • Simon Canuel (1767 - 1840) général français, est né aux Trois-Moutiers

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes

Liens externes

Sources

Notes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Les Trois-Moutiers de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Les Trois Moutiers — Le moulin à vent du gué Sainte Marie …   Wikipédia en Français

  • Les trois-moutiers — Le moulin à vent du gué Sainte Marie …   Wikipédia en Français

  • Les Trois-Moutiers — País …   Wikipedia Español

  • Les Trois-Moutiers — French commune image flag size = image coat of arms= image coat of arms size = nomcommune=Les Trois Moutiers région=Poitou Charentes département=Vienne arrondissement=Châtellerault canton=Primary town, Les Trois Moutiers insee=86274 cp=86120… …   Wikipedia

  • Kanton Les Trois-Moutiers — Region Poitou Charentes Département Vienne Arrondissement Châtellerault Hauptort Les Trois Moutiers Einwohner 5.022 (1. Jan. 2008) …   Deutsch Wikipedia

  • Les Trois Vallees — Les Trois Vallées Pour les articles homonymes, voir Les Trois Vallées (homonymie). Les 3 Vallées Vue aérienne de la station …   Wikipédia en Français

  • Les Trois Vallées — or The Three Valleys is a ski region in the Savoie département of France, above the town of Moûtiers and near the Vanoise National Park and the Tarentaise. Since 1973, it has been possible to ski the interlinked valleys using a single ski pass.… …   Wikipedia

  • Les Trois Vallées — Pour les articles homonymes, voir Les Trois Vallées (homonymie). Les 3 Vallées Une vue aérienne de la station serait la bienvenue. Administration Pays …   Wikipédia en Français

  • Canton Des Trois-Moutiers — Administration Pays France Région Poitou Charentes Département Vienne Arrondissement Arrondissement de Châtellerault Code cantonal 86 27 …   Wikipédia en Français

  • Canton de Trois-Moutiers — Canton des Trois Moutiers Canton des Trois Moutiers Administration Pays France Région Poitou Charentes Département Vienne Arrondissement Arrondissement de Châtellerault Code cantonal 86 27 …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.