Lussac-les-Châteaux


Lussac-les-Châteaux
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lussac.

46° 24′ 13″ N 0° 43′ 39″ E / 46.4036111111, 0.7275

Lussac-les-Châteaux
Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Poitou-Charentes
Département Vienne
Arrondissement Montmorillon
Canton Lussac-les-Châteaux
Code commune 86140
Code postal 86320
Maire
Mandat en cours
Annie Lagrange
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes du Lussacois
Démographie
Population 2 360 hab. (2007 Insee)
Densité 84 hab./km²
Gentilé Lussacois
Géographie
Coordonnées 46° 24′ 13″ Nord
       0° 43′ 39″ Est
/ 46.4036111111, 0.7275
Altitudes mini. 70 m — maxi. 148 m
Superficie 28,06 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Lussac-les-Châteaux est une commune française, située dans le département de la Vienne et la région Poitou-Charentes. Ses habitants sont appelés les Lussacois[1].

Sommaire

Géographie

Située à 36 kilomètres au sud-est de Poitiers, Lussac-les-Châteaux est traversée par la Vienne (rivière), à l'ouest de la ville, qui sépare Lussac de sa voisine immédiate Mazerolles. Le principal axe routier desservant Lussac est la route nationale 147 qui relie Limoges à Poitiers.

Histoire

Préhistoire

L'importance de l'art préhistorique de Lussac est attestée par la présence de nombreux mobiliers archéologiques originaux au Musée de Préhistoire de la ville http://www.lasabline.fr/musee-de-prehistoire_std_8_fr.html mais aussi au Musée Sainte-Croix à Poitiers http://www.musees-poitiers.org/saintecroix_01.htm et au Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye.

La grotte des Fadets a été fouillée en 1865 par A. Brouillet puis en 1905 par l’abbé Breuil‚ en 1962 par Stéphane Lwoff et à partir de 1980 par Jean Airvaux et André Chollet.

Parmi les objets trouvés par A. Brouillet, figurent de nombreuses plaques en calcaire gravées[2], une flèche barbelée‚ un poinçon orné et un fragment d’os sur lequel apparaît le dessin d’un cheval et d’un bœuf.

Cette grotte fut occupée dès le Magdalénien moyen‚ mais la découverte de tuiles romaines‚ de pièces de monnaie et d’un sceau médiéval montre qu’elle dut servir de refuge tout au long de l’histoire.

L'Ermitage , seule grotte occupée dès le Néandertalien‚ fut fouillée de 1864 à 1936 par A. Brouillet, l’abbé Breuil, Léon Péricard et Stéphane Lwoff. Des milliers d’outils y furent trouvés.

La grotte de la Marche (classée monument historique le 7.4.1970) a été fouillée à partir de 1937 par Léon Péricard et Stéphane Lwoff. Site majeur en matière de préhistoire, elle reçut la visite de l’abbé Breuil à plusieurs reprises entre 1939 et 1940 (voir illustration filmée ci-dessous).

Les chercheurs ont découvert une quantité de dessins sur des plaquettes de calcaire datant de l’époque magdalénienne (15 000 ans avant J.-C.). Ces croquis sont le reflet de l’environnement des artistes préhistoriques et représentent divers animaux (mammouths‚ antilopes‚ félins‚ cervidés). A ces dessins d’animaux s’ajoutent une série de silhouettes humaines (chose rarissime pour cette époque) parmi lesquelles des corps de femmes enceintes et des visages masculins. Ces gravures sont d’une interprétation difficile car les artistes magdaléniens‚ qui réenduisaient à plusieurs reprises la même plaquette avec de l’ocre, ont superposé plusieurs dessins au fil du temps.

Quelques archéologues ont émis l’hypothèse que les sites de Lussac-les-Châteaux ont pu constituer une école d’apprentissage‚ mais cet ensemble apporte surtout de véritables témoignages sur la vie de l’homme paléolithique. On admire la précision graphique‚ le sens du mouvement donné aux animaux dans une grande simplicité des traits. Mais au-delà de leur qualité graphique, ces gravures se rapportent peut-être à des rites sacrés ou mystérieux.

Les plaquettes calcaires trouvées à Lussac sont devenues des éléments de référence pour les chercheurs et‚ uniques dans leur genre, ont la même importance que les peintures rupestres de Lascaux.

On trouva aussi des milliers d’outils en silex‚ en os ou en bois de renne : burins‚ grattoirs‚ perçoirs‚ aiguilles‚ bâtons percés et la pointe de sagaie en bois de renne (base en simple biseau et à double rainure) appelée “sagaie de Lussac-Angles”. Des vitrines du Musée de Préhistoire de La Sabline sont consacrées à cette grotte: http://www.lasabline.fr/musee-de-prehistoire_std_8_fr.html.

Le réseau “Guy Martin” qui a été découvert en 1990 par des spéléologues‚ est une caverne hérissée de nombreuses stalactites. Une paroi présente un mammouth de 60 cm de long et diverses représentations gravées. On y a trouvé aussi des vestiges osseux. Comme “la Marche”, cette caverne est datée du Magdalénien III ( - 14 000 ans). Le site était donc déjà habité à l’époque magdalénienne (15 000 ans avant J.-C.) comme le prouvent les nombreuses plaquettes de calcaire gravées découvertes dans ces grottes.

Plus tard, l’homme a continué à vivre sur ce territoire. Le dolmen de Loubressac témoigne d'une présence humaine à l’époque néolithique. Des tribus dispersées sur les rives de la Vienne ont laissé des sépultures mégalithiques dont il ne reste aujourd'hui que peu de choses. Recouvertes d’une butte de terre rapportée‚ ces tables de pierre portées par des socles verticaux formaient une chambre funéraire. Tombes de chefs ou tombes collectives ? Différentes hypothèses ont été émises pour expliquer ces monuments néolithiques (datant d’environ 4 000 à 2 000 ans avant notre ère) .

Époque gallo-romaine

Selon la tradition locale‚ la cité devint “Luciago” ‚ le domaine du chef de tribu “Lucius”. Certaines découvertes laisseraient supposer une organisation sociale et une vie artistique : dans la campagne environnante des toponymes (les Vaux, villars... etc) pourraient faire penser que des propriétaires de villae gallo-romaines auraient vécu de travaux agricoles, des éléments de poteries‚ des monnaies sont parfois retrouvés... À quelques kilomètres un village (Civaux) est bien connu grâce à l'archéologie.

Les habitants utilisaient déjà la rivière comme moyen de communication.

Moyen Age

Il semble que Lussac appartienne à la famille des cités médiévales nées autour de châteaux construits lors du mouvement féodal, lorsque le morcellement du pouvoir central nécessita la création de places fortes, notamment sur les frontières provinciales, pour lutter contre les appétits de terre des seigneurs guerriers voisins. Le seigneur de Lussac était vassal du comte de La Marche (Limousin) et devait défendre cette zone frontalière avec le Poitou.

Selon certaines sources‚ le château aurait été construit vers 780[réf. nécessaire]. Il n’est indiqué cependant pour la première fois dans les archives qu’en 1065 comme appartenant à la famille Conis de Saint-Germain.

Pendant deux siècles, il n’appartient qu’à deux familles. Sir John Chandos est nommé sénéchal du Poitou en 1369 par le roi d’Angleterre et s’installe à Poitiers.

John Chandos ne pouvait voir sans une certaine “contrariété” les Français reprendre pied dans sa province. En effet‚ Jean de Kerlouet le breton et Louis de Saint Julien seigneur de la Trimouille avaient repris Lusignan‚ La Roche-Posay et Saint-Savin‚ à quelques lieues de Poitiers. Il décida donc de reconquérir l’abbaye de Saint-Savin par surprise et de nuit. Mais‚ se croyant repérée‚ la troupe rebroussa chemin en passant par Chauvigny puis en longeant la Vienne jusqu’au pont de Lussac.

Les Français‚ sans se douter de leur présence‚ avaient décidé de suivre le même trajet pour harceler d’éventuelles troupes anglaises. Les adversaires se rencontrèrent au pont de Lussac où le combat s’engagea. Un sol mouillé et son manteau trop long firent glisser Chandos. Jacques de Saint-Martin‚ un écuyer de la maison du sire de Bagnac, lui porta un coup de glaive. Son oncle Edward Twyford‚ le corps de son neveu entre les jambes‚ repoussa les assaillants. Un de ses écuyers transperça de son épée les deux cuisses de Jacques de Saint-Martin qui mourut trois jours plus tard à Poitiers.

Le sénéchal John Chandos fut couché sur un grand pavois et transporté au château de Morthemer qui était la forteresse anglaise la plus proche. Il y mourut le 1er janvier 1370 après un jour et une nuit d’agonie. Il avait environ 55 ans.

Quand la nouvelle de sa mort parvint à la cour d’Edouard III en Angleterre et‚ en Guyenne‚ à celle du dauphin “Le Prince Noir”, la désolation fut grande. John Chandos était non seulement un grand homme de guerre à l’instar de Bertrand du Guesclin‚ mais aussi un administrateur habile et un sage politique.

Un cénotaphe fut érigé pour commémorer l’endroit où il tomba. Ce monument a été depuis déplacé dans la commune voisine de Mazerolles.

Bertrand du Guesclin reprend le château aux Anglais en 1372.

Temps modernes

En 1492, le comte de Taveneau fait creuser l’étang alimentant les douves du chateau. En 1519‚ Renée Geoffroy‚ héritière du château épouse François de Rochechouart-Mortemart. Le château formait alors un gros quadrilatère avec tours d’angle‚ chemin de ronde et souterrains. Sa masse imposante se dessinait entre l’étang et le village.

Le château fut saccagé par les troupes de l’amiral de Coligny en 1569 puis démantelé par la population qui se servit de ses pierres pour construire les habitations.

Lussac-les-châteaux en 2007

Époque contemporaine

Durant la Révolution française, pour suivre le décret de la Convention du 25 vendémiaire an II invitant les communes ayant des noms pouvant rappeler les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou des superstitions, à les remplacer par d'autres dénominations, la commune change de nom pour Lussac-sur-Vienne[3].

De violents combats ont lieu entre les FFI et la Wehrmacht le 5 août 1944[4],[5].

Emblèmes

Héraldique

Article détaillé : Armorial des communes de la Vienne.
Blason Blasonnement
Parti d'argent à un sablier de d'azur et de gueules à un chêne de sinople fruité d'argent.


Économie

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1836 après 1836 Pierre Savin d’Orfond - -
avant 1846 après 1846 Baptiste Babault - -
avant 1854 après 1862 Delphin Eteve - -
mars 2001 réélu en 2008[6] Annie Lagrange - -

Démographie

Évolution démographique de Lussac-les-Châteaux
Années 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
Population 1 224 1 104 1 112 1 248 1 248 1 581 1 534 1 656 1 710
Années 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
Population 1 747 1 754 2 099 1 791 1 837 1 737 1 842 1 847 1 799
Années 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
Population 1 952 1 962 1 783 1 687 1 776 1 720 1 767 1 883 1 883
Années 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 -
Population 2 043 2 086 2 201 2 217 2 297 2 532 2 381 2 360[7] -
Notes, sources, ... De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; 2006 : population municipale légale.
Sources : Insee[8] et EHESS[9].

Lieux et monuments

En 1948, pour célébrer le centenaire de la révolution de février 1848 et de la Deuxième République, un arbre de la liberté est planté[10].

  • Cénotaphe du Connétable Chandos (Mazerolles)
  • Ruines d'un château médiéval (pont-levis)
  • Grotte de la Marche, grotte des Fadets
  • Ermitage
  • Le musée municipal de la Préhistoire Raymond Touchard.Le musée est logé dans un bâtiment appelé le "Grand logis Renaissance",situé rue Saint-Micel.Les Rochechouart de Mortemart qui avaient hérité du vieux chateau le laissèrent à l'abandon et utilisèrent les matériaux pour construire à l'intérieur des remparts, près de l'église, une demeure de style Renaissance.de cette demeure, seul reste le grand logis, quoique défiguré. Dans une cour, il est possible de voir encore sa tour ronde aux étroites fenêtres, l'escalier de bois et sa galerie Louis XIII.

Le musée présente des pierres gravées magdaléniennes,du mobilier pré-historique qui ont été découverts dans les grottes ou abris de la région. Il est possible ainsi d'y admirer les premières représentations naturalistes et réalistes d'humains ainsi que des animaux ou des motifs abstraits.

Personnalités liées à la commune

Naissance de Madame de Montespan (favorite de Louis XIV, 1640-1707)

Voir aussi

Articles de Wikipédia

Liens externes

Sources

Bibliographie

Notes

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 27/09/2008.
  2. http://pascal.lefalher.neuf.fr/ Lussac et son patrimoine
  3. Charles Bouyssi Communes et paroisses d'Auvergne, mis en ligne en 2002, consulté le 18 novembre 2008
  4. Jean-Henri Calmon, Occupation, Résistance et Libération dans la Vienne en 30 questions, Geste éditions, coll. « 30 questions », Jean-Clément Martin (dir.), La Crèche, 2000, 63 p. (ISBN 2-910919-98-6), p 53
  5. Roger Picard, La Vienne dans la guerre 1939/1945 : la vie quotidienne sous l’Occupation, Lyon : Horvath, 1993. 264 pages. ISBN : 2-7171-0838-6, p. 206
  6. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  7. Recensement de la population au 1er janvier 2007 sur INSEE. Consulté le 8 janvier 2010
  8. Lussac-les-Châteaux sur le site de l'Insee
  9. Site "Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui"
  10. Robert Petit, Les Arbres de la liberté à Poitiers et dans la Vienne, Poitiers : Éditions CLEF 89/Fédération des œuvres laïques, 1989, p. 223

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Lussac-les-Châteaux de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Lussac-Les-Châteaux — Pour les articles homonymes, voir Lussac. Lussac les Châteaux …   Wikipédia en Français

  • Lussac-les-Chateaux — Lussac les Châteaux Pour les articles homonymes, voir Lussac. Lussac les Châteaux …   Wikipédia en Français

  • Lussac-les-châteaux — Pour les articles homonymes, voir Lussac. Lussac les Châteaux …   Wikipédia en Français

  • Lussac-les-Châteaux — Escudo …   Wikipedia Español

  • Lussac-les-Châteaux — is a commune of the Vienne département , in France.The area was the birthplace of the famous mistress to Louis XIV; Françoise Athénaïs, marquise de Montespan. She was born in 1640 and died in 1707. ee alsoCommunes of the Vienne department …   Wikipedia

  • Lussac-les-Chateaux — Original name in latin Lussac les Chteaux Name in other language Lussac, Lussac les Chateaux, Lussac les Chteaux, Lussac sur Vienne State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 46.40327 latitude 0.72524 altitude 107 Population 2711 Date… …   Cities with a population over 1000 database

  • Gare de Lussac-les-Châteaux — Lussac les Châteaux Autorails X73500 effectuant la liaison Poitiers Limoges en gare de Lussac les Châteaux Avril 2004 Localisation Pays …   Wikipédia en Français

  • Canton De Lussac-les-Châteaux — Administration Pays France Région Poitou Charentes Département Vienne Arrondissement Arrondissement de Montmorillon Code cantonal 86 14 …   Wikipédia en Français

  • Canton de Lussac-les-Chateaux — Canton de Lussac les Châteaux Canton de Lussac les Châteaux Administration Pays France Région Poitou Charentes Département Vienne Arrondissement Arrondissement de Montmorillon Code cantonal 86 14 …   Wikipédia en Français

  • Canton de Lussac-les-Châteaux — Administration Pays France Région Poitou Charentes Département Vienne Arrondissement Montmorillon …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.