Ministere de l'Outre-mer


Ministere de l'Outre-mer

Ministère de l'Outre-Mer

Façade du ministère.
Cour intérieure du Ministère de l'Outre-mer, à Paris.

Le ministère de l'Outre-Mer est le ministère du gouvernement français chargé d'assurer l'autorité de l'État dans les départements et Collectivités d'outre-mer et d'assurer la coordination des actions des ministères pour l'outre-mer.

Il a été à de nombreuses reprises associé à d'autres ministères, dont essentiellement celui de l'Intérieur. Ainsi, depuis le 18 mai 2007, ces deux ministères sont rattachés pour former le ministère de l'Intérieur, de l'Outre-Mer et des Collectivités territoriales.

Actuellement, c'est Brice Hortefeux qui occupe le poste de ministre de l'Intérieur, de l'Outre-Mer et des Collectivités territoriales, les domaines spécifiques à l'outre-mer étant réunis au sein d'un secrétariat d'État à l'Outre-mer confié à Marie-Luce Penchard depuis le 23 juin 2009.

Sommaire

Historique

C'est Richelieu qui organise les premières formes d'administration centrale des colonies françaises de l'époque, ce qui donnera naissance en 1710 à un bureau des Colonies rattaché auprès du Secrétariat d'État à la Marine. Ce lien avec la Marine nationale se maintiendra pendant une grande partie du XIXe siècle en tant que direction au sein du ministère de la Marine.

Le ministère des Colonies n'apparaît pleinement et de manière autonome qu'à partir de 1894. Le but est de centraliser la gestion des colonies françaises. Il s'installe en 1910 dans l’hôtel de Montmorin, au n°27 de la rue Oudinot dans le 7e arrondissement à Paris, bâtiment qui sert encore aujourd'hui de siège au ministère (ou actuellement au secrétariat d'État) chargé de l'Outre-mer. Par métonymie, on le désigne d'ailleurs souvent par « hôtel Montmorin », « rue Oudinot » ou tout simplement « Oudinot ».

Au lendemain de la Libération, le Gouvernement provisoire de la République française souhaite changer de dénomination pour éviter la notion de suprématie de la métropole qu'implique le terme de « colonie » et crée un ministère de la France d'Outre-mer. la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et La Réunion sont départementalisées en 1946 et relèvent alors du ministère de l'Intérieur. La décolonisation restreint alors de plus en plus le pouvoir du ministère car les relations avec les pays nouvellement indépendants sont confiées au ministère de la Coopération.

Buste de Joost van Vollenhoven dans la salle Félix-Éboué du Ministère de l'Outre-mer, à Paris.

En 1959, le ministère prend la dénomination de ministère du Sahara et des Départements et Territoires d'Outre-Mer. Il réintègre alors l'administration des DOM et prend en charge les départements algériens. Les indépendances successives en 1960 des anciennes colonies africaines et la fin de la guerre d'Algérie en 1962 bouleversent l'organisation de ce ministère qui est rebaptisé « des Départements et Territoires d'Outre-mer ». Le ministère va évoluer devenant successivement :

Organisation

Manu Payet lors de la soirée donnée par le ministère de l'Outre-Mer pour la Fête de la Musique 2008 dans les jardins de l'hôtel de Montmorin.

L'organisation administrative du ministère a longtemps reposé sur la structure mise en place en 1979. Elle comportait deux directions, la Direction des Affaires politiques, administratives et financières (DAPAF) pour l'exercice des pouvoirs régaliens et l'administration générale, et la Direction des Affaires économiques, sociales et culturelles (DAESC), chargée du développement économique et de l'amélioration des conditions de vie outre-mer.

Depuis le 1er septembre 2008, la délégation générale à l'outre-mer comprend trois services :

  • le service des politiques publiques prépare et pilote, dans un cadre interministériel, les politiques publiques, qu'il s'agisse de politiques générales à adapter outre-mer ou de politiques spécifiques. Il comprend le département de la cohésion sociale, de la santé et de l'enseignement, le département de l'écologie, du logement, du développement et de l'aménagement durables, le département de la vie économique, de l'emploi et de la formation, le département des politiques agricoles, rurales et maritimes et le département des politiques européennes, d'insertion régionale et de valorisation de l'outre-mer ;
  • le service des affaires juridiques et institutionnelles reprend les questions d'exercice et de gestion des pouvoirs régaliens : sécurité, droit et donc pouvoir judiciaire, administration, fonction publique, diplomatie. Il comprend le département du droit public et des affaires institutionnelles, le département du droit privé et du droit des activités économiques et sociales, le département des collectivités locales, la mission du contentieux et de la légistique et la mission du droit européen et international. Une section de l'état civil est rattachée au département du droit privé.
  • le service de l'évaluation, de la prospective et de la dépense de l'État est chargé de tout ce qui touche aux finances publiques, des statistiques et de l'évaluation des politiques publiques. Il comprend le département de la statistique et du système d'information outre-mer, le département de l'évaluation des politiques publiques et de la prospective et le département de la dépense de l'État.

La délégation générale à l'outre-mer comprend en outre :

  • le cabinet du délégué ;
  • le commandement du service militaire adapté ;
  • le bureau des ressources et de la coordination.

Annexe

Commons-logo.svg

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la France Portail de la France
  • Portail de la politique Portail de la politique
Ce document provient de « Minist%C3%A8re de l%27Outre-Mer ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ministere de l'Outre-mer de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.