Blaise De Monluc


Blaise De Monluc

Blaise de Monluc

Blaise de Lasseran de Massencome
Blaise de Monluc, peinture du XVIe siècle.
Blaise de Monluc, peinture du XVIe siècle.

Surnom(s) Blaise de Monluc ou Monluc
Naissance 1502
Saint-Puy
Décès 26 juillet 1577
Estillac
Nationalité France France
Activité(s) principale(s) Homme de guerre et homme de lettres
Distinctions maréchal de France en 1574

Blaise de Lasseran de Massencome, seigneur de Monluc, dit Blaise de Monluc, né en 1502 à Saint-Puy, dans le Gers et mort le 26 juillet 1577 entre Estillac (près d'Agen) et Saint-Puy, Généralissime des forces françaises, est une figure française des guerres de religion, à la fois homme de guerre et homme de lettres.

Sommaire

Ses origines

Son arrière-grand-père, Pierre de Lasseran Massencome, également seigneur de Monluc, avait reçu vers 1470 le château et la terre de Saint-Puy (comté de Gaure) des mains de Charles d'Albret, dont il était le maître d’hôtel.

Vers 1500, le patrimoine des Monluc est bien amoindri, et le petit "Blaizot", aîné de quatre filles et six garçons, est obligé de quitter son sompoy natal, alors qu'il est âgé de neuf ans seulement (vers 1510-1511) pour gagner la cour de Lorraine, à Nancy, où l'attend une place de page de la duchesse Renée de Lorraine.

Guerres d’Italie

Comme tous les jeunes gens de son temps, il suit avec intérêt les fameuses guerres d'Italie, que par un euphémisme coquet l'on nomme "Voyages en Italie". Dès qu’il est en âge de porter les armes, il part guerroyer.

Malgré des débuts décevants, défaite de la Bicoque en 1522, Pavie en 1525 où, fait prisonnier, mais trop pauvre pour payer rançon, on préfère le relâcher, la fougue de Monluc, ses qualités de chef et son esprit d'initiative le font rapidement apprécier de ses chefs. Il sert parfois, idée incongrue pour l'époque et pour un jeune gentilhomme, dans l’infanterie. Chacun sait, en effet, que la cavalerie était l'arme de choix de la noblesse.

Il participe à la campagne de Piémont, est à Cérisoles, au siège de Boulogne. Mais sa grande réputation naîtra à l'occasion de l'héroïque défense de la ville de Sienne qu'il dirige durant plusieurs mois contre le siège des troupes de Charles Quint. Certains de ses fils, nés de son premier mariage, combattent à ses côtés comme jeunes officiers. Deux d'entre eux périront quasiment sous les yeux de leur père.

Entre chaque campagne, il revient en Gascogne panser ses plaies : il en reçoit de fort sévères. D’un premier mariage en 1526 avec Antoinette Isalguier, sont nés 4 garçons et 3 filles. Une deuxième union, en 1564, lui apporte 3 filles. Or, faveurs et disgrâces royales lui sont souvent acquises, les unes en fonction de ses mérites, les autres en raison de son tempérament bouillant, de son propre aveu "fort cholère", que tempère à l'occasion la diplomatie de son frère Jean, évêque de Valence, esprit fin et brillant.

Guerres de religion

Dès les premiers troubles religieux, en Guyenne, Monluc participe à la répression contre les protestants . Cependant, jusqu'en 1561, Monluc adopte une attitude plutôt conciliatrice, tentant d'apaiser les haines et les conflits plutôt que de châtier aveuglément ceux qui, hugenots ou catholiques, se seraient laissés entraîner à des débordements de violence. Sur l'ordre du roi (en réalité, de la reine-mère, Catherine de Médicis) il est envoyé en Guyenne pour lever des troupes et seconder le Lieutenant-général Charles de Coucis. Mais assez rapidement il va prendre fait et cause de façon radicale pour le parti catholique, le parti du roi. L'évènement qui semble avoir déclenché cette prise de position définitive (évènement relaté par Monluc dans ses Commentaires) semble avoir été les tentatives répétées des protestants du sud-ouest pour tenter d'acheter Blaise de Monluc en qui ils devinaient un ennemi potentiel redoutable. Les certitudes, voire l'arrogance, dont auraient fait état certains chefs huguenots, irritèrent et vexèrent Monluc qui n'admettait d'une part qu'on puisse l'acheter, lui le soldat pur et dur, et d'autre part que l'on tentât de renverser la monarchie en place, celle des derniers Valois.

Il poursuit le sire de Duras en Guyenne, et rivalise d’horreurs avec lui. Il finit par le rattraper et le battre à deux reprises:Targon le 15 juillet et à Vergt le 9 octobre 1562.

Il va partager la Lieutenance générale de la Guyenne avec de Coucis puis l'obtenir entièrement à la mort de ce dernier en 1565. Cette charge lui sera retirée en 1570.

Carrière littéraire

Après une dizaine d'années de guerre civile, assombries de part et d'autre par des épisodes horrifiques et sanglants, un Monluc désabusé, vieilli -il a 70 ans et a reçu une terrible blessure au siège de Rabastens- mais l'esprit toujours vif, écrit ses Commentaires, riches en détails concrets et conseils pratiques : « La Bible du Soldat », pourra dire Henri IV.

Une abondante correspondance de ses familiers, de ses adversaires et de lui-même montrent également un autre aspect de ce personnage, si décrié parfois par ses contemporains... et par le XIXe siècle. On l'a même comparé, à la suite d'Agrippa d'Aubigné, au terrible baron des Adrets.

Monluc reçoit le bâton de maréchal de France en 1574. Il meurt en 1577.

Citations

Mon épée au Roi, mon âme à Dieu, mon honneur pour moi.

  • « Un homme en vaut cent, et cent n'en valent pas un. » (mémoires)
  • « Á la guerre, comme en amour, le corps à corps seulement donne des résultats. »
  • « Dieu nous ferme les yeux quand il nous veut châtier. » (commentaires)
  • « Cœur qui soupire n'a pas ce qu'il désire. »
  • « Que ceux qui craignent tant le danger, qu'ils demeurent au lit. » (commentaires)

Bibliographie

  • Paul Courteault, Un cadet de Gascogne au XVIe siècle : Blaise de Monluc, Paris : Librairie Alphonse Picard et fils, 1909, 312 p.
  • Portail de la Renaissance Portail de la Renaissance
  • Portail du Gers Portail du Gers
Ce document provient de « Blaise de Monluc ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Blaise De Monluc de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Blaise de Monluc — Blaise de Lasseran de Massencome Blaise de Monluc, portrait dessiné du XVIe siècle. Par convention …   Wikipédia en Français

  • Blaise de monluc — Blaise de Lasseran de Massencome Blaise de Monluc, peinture du XVIe siècle. Surnom(s) B …   Wikipédia en Français

  • Commentaires (Blaise de Monluc) — Commentaires Auteur Blaise de Montluc Genre Mémoires Pays d origine  France Collection La Pléiade Gallimard 1964 Date de parution …   Wikipédia en Français

  • Blaise de Montluc — Blaise de Monluc Blaise de Lasseran de Massencome Blaise de Monluc, peinture du XVIe siècle. Surnom(s) B …   Wikipédia en Français

  • Monluc — Blaise de Monluc Blaise de Lasseran de Massencome Blaise de Monluc, peinture du XVIe siècle. Surnom(s) B …   Wikipédia en Français

  • Blaise (rivière) — Blaise Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Pour les articles homonymes, voir Saint Blaise et Saint Blaise. Blaise est un nom propre qui peut désigner : Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Blaise — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Pour les articles homonymes, voir Saint Blaise et Saint Blaise. Blaise est un nom propre qui peut désigner : Sommaire …   Wikipédia en Français

  • MONLUC (B. de) — Cinq batailles rangées, dix sept assauts de forteresses, onze sièges, plus de deux cents escarmouches, sept arquebusades et bien d’autres blessures: tel est l’état des services de Monluc, et le sujet de son livre. Il ne parle que de ce dont il a… …   Encyclopédie Universelle

  • Monluc — Monluc, or Montluc, the name of a French family. The house of Lassran Mansencomme, which possessed the estate of Monluc in Agenais, and took its name in the 16th century, is held to be a branch of the family of Montesquiou. Lineage Unknown Blaise …   Wikipedia

  • Monluc — ou Montluc (Blaise de Lasseran de Massencome, seigneur de) (1502 1577) maréchal de France et chroniqueur. Il se distingua à Pavie (1525) et défendit Sienne (1554 1555). En France (1564), il persécuta les protestants de Guyenne. Ses Commentaires… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.