Blida


Blida
Blida
البليدة

Centre ville de Blida
Centre ville de Blida

Administration
Pays Drapeau d'Algérie Algérie
Wilaya Blida
(chef-lieu)
Daïra Blida
(chef-lieu)
Code ONS 0901
Code postal 09000
Culture et démographie
Population 300 000 hab. (2004)
Géographie
Coordonnées 36° 29′ 00″ N 2° 50′ 00″ E / 36.483333, 2.83333336° 29′ 00″ N 2° 50′ 00″ E / 36.483333, 2.833333
Superficie km2
Voir la carte administrative
Blida البليدة
Voir la carte topographique
Blida البليدة

Blida (en arabe البليدة El Bouleïda), surnommée "La ville des roses"[1] est une commune du nord de l'Algérie, chef-lieu de la wilaya du même nom, située au pied de l'Atlas tellien à 260 mètres d'altitude. Elle abrite quelque 300 000 habitants (450 000 pour l'agglomération). Son nom signifie « petite ville ».

Sommaire

Géographie

Transports

Blida demeure un grand axe routier, très important dans la carte du pays.

Histoire

La ville de Blida est fondée au XVIe siècle par les immigrés andalous[2], ils transformèrent alors les terres incultivables en vergers grâce aux plantations d'orangers. Le marabout Sidi Ahmed Ben Youcef, selon la tradition orale, s'écria en contemplant la ville : « On t'appelle El-Blida (petite ville), je t'appelle El-Ourida (« la petite rose ») ». La région de Blida, de par sa situation stratégique sur le flanc des montagnes de l’Atlas tellien, fut convoitée par plusieurs conquérants de passage : les Romains, les Arabes, les Français, sur un fond de population Berbères.

La prospérité vint avec la venue des Ottomans et la ville devint une sorte de lieu de repos et de prédilection des seigneurs enrichis et souverains turcs d'Alger, qui aimaient venir se reposer et se délasser, et visiter le palais Turc à Sidi Yaacoub. Les Ottomans bâtissent des portes monumentales (Bab) à chacune des entrées, Bab el Dzair, Bab el Rahba, Bab el Sebt, Bab el Zaouia, Bab el Kseb, Bab el Kebor et Bab el Kouikha. Leurs portes n'existent plus malheureusement de nos jours. Durant cette régence turque, Blida devint une cité de plaisirs pour les janissaires d'Alger, et Blida fut appelée « Blida la reposante ». En 1817, une épidémie de peste a fait 70 à 100 morts par jour durant un an. La population était de 7 000 habitants. Le 5 mars 1825 dans l'après-midi un tremblement de terre a enseveli la moitié de la population soit près de 3 000 personnes. La population s'est réfugiée à Montpensier qui était alors au nord de Blida. L'agha Yaya fit reconstruire la ville plus au nord.

Les Français rentrent sur Blida, 7 ans après l’invasion de 1830, ils trouvèrent une résistance farouche. Ils bâtirent de grandes casernes militaires, d’ailleurs Blida fut une ville garnison de l’armée française, on peut voir ces casernes jusqu'à nos jours. En 1936, Blida comptait 44 043 habitants dont 12 930 européens. En 1948, il y avait 66 328 rationnaires inscrits dont 19.390 européens. C'était la seconde ville du département d'Alger.

Une magnifique mosquée avait été bâtie par les Morisques, ce lieu de culte lui avait permis d’aboutir à ses desseins puisqu'il a pu, dans une courte durée, apaiser les haines et consolider une prompte fusion entre la tribu qui habitait la région (Ouled Soltane) et les Morisques qui fondèrent la ville. Ainsi, main dans la main, ils ont commencé à l’édification de la nouvelle ville de Blida en construisant de nouvelles maisons aux alentours de la mosquée. Après quelques années, le terrain sur lequel s’étaient établis les Morisques, était complètement métamorphosé. Des quartiers, rassemblant des boutiques et des maisonnettes, ont vu le jour tels que le quartier Eldjoun et celui de Douirette qui sont devenus plus tard la fierté de la ville de Blida. Grâce à cette mosquée, Blida a connu un développement florissant a tel point qu’on la nommée Blida El Ourida (La ville des roses). Elle était devenue une cité très convoitée par les citadins d’Alger, de Médéa, de Miliana et de Koléa. Malheureusement cet édifice religieux a été démoli entièrement, lors de l’invasion des colons français en 1830, pour ériger à sa place une église. La mosquée de Baba Mohamed qui se trouvait à l’entrée de Bab Dzair, fut transformée en une caserne militaire pour leur escadron[réf. nécessaire].

Blida doit sa renommée aux colons européens qui s’installèrent dans cette zone[réf. nécessaire] fertile, les colons bâtirent une très belle ville, avec de belles rues et places, telles la rue d’Alger, la rue Koulougli, la rue Parmentier, sans oublier le quartier juif, où le commerce fleurissait tout autour du fameux marché européen, et aussi les magnifiques jardins érigés tout autour de la ville pleine de roses et de jasmins.

Visiteurs célèbres :

Après l’indépendance, Blida devint la capitale de la fameuse Mitidja, plaine fertile de l’Algérie ou orangers, grenadiers, et pommiers, émerveillèrent les yeux, d'Albert Camus, où il fut ébloui par sa verdoyante beauté. Ancienne sous-préfecture du département français d'Alger (91, puis 9A), elle devient chef-lieu de wilaya en 1974. La guerre de libération (1954 - 1962) avait eu son lot de martyrs Blidéens ayant fait partie de la wilaya IV mais Blida restera longtemps dépendante d'Alger éloignée de 48 km. 1974 sera un tournant avec le statut de wilaya (préfecture, département). Un nombre incalculable de migrants venant de l'intérieur du pays ainsi que tous les fonctionnaires devant occuper des postes donneront à la ville un cachet cosmopolite qui achèvera le statut particulier de la ville traditionnelle. Le service militaire ainsi que le cachet de ville-garnison marqueront à jamais les quartiers et cités. Le quartier réputé de Bab Rahba - cité Bécourt- avec le "bordel" pour militaires n'était jamais fréquenté par les femmes et filles de la ville. Première grande construction de logements collectifs, la Cité des 1000 logements ramènera encore davantage les citoyens de l'intérieur du pays qui ramèneront avec eux d'autres traditions et le brassage bouleversera encore plus la cité "andalouse". La décennie connue comme "tragédie " -1993 à 2003- achèvera l'anéantissement du statut de ville d'art et de traditions. Les manifestations culturelles se font rares et Blida dérive lentement vers tout simplement le statut de ville-dortoir pour certains et ville de commerce pour d'autres.

Néanmoins, cette belle cité andalouse possède un magnifique parc d'attraction et de repos familial à la sortie ouest, où toutes les familles viennent admirer les magnifiques montagnes verdoyantes qui surplombent Blida la douce.

Vie quotidienne

Culture

Ville d'art et de traditions, Blida a su garder un cachet spécifique pour la musique andalouse. Dahmane Ben Achour demeure avec dahmane ou El Hadj El Mahfoud une référence même après sa mort en 1976. Mohamed Khodja (D'ziri) et le neveu de ce dernier, Farid Khodja, permettent de continuer cet art transmis de père en fils comme pour les Benguergoura. El Besseri, Tobbal, Kessoum et surtout, Rachid Nouni, rajouteront à ce cachet de ville de musique aux côtés des balbutiements du théâtre. Mohamed Touri, Farida Saboundji, Abderrahmane Setofe surnagent devant l'inconscience des responsables pour la préservation de cet art. Des festivals de musique andalouse se déroulèrent durant les années 1996, 1997 et 1998 au Parc de loisirs familial beaucoup plus pour détendre une atmosphère devenue asphyxiante avec la série d'attentats mais ce fut une réussite que le nouveau wali, Bouricha, ne sut pas perpétuer. Des manoeuvres frauduleuses pour l'enrichissement personnel l'écarteront du pouvoir à Blida.cf El Watan des 26 mars 2005 et 3 avril 2005 mais que lèguera-t-il comme assises culturelles ? Aujourd'hui, nombre d'hommes de culture ont disparu, tout comme d'autres vivent en exil. Denis Martinez, le poète plasticien tente de raviver une flamme mais, découragé, il s'en va "militer" du côté des villages kabyles où le Raconte-Arts prend de l'ampleur.

Économie

Tourisme

La station de ski de Chréa est proche de Blida.

Personnalités liées à la commune

  • Jean Daniel, écrivain et un journaliste français, y est né en 1920.

Voir aussi

Notes et références

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Blida de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Blida — Saltar a navegación, búsqueda Coordenadas: 36°28′N 02°49′E / 36.467, 2.817 …   Wikipedia Español

  • Blida — ( ar. البليدة) is a city in Algeria. It is the capital of Blida Province, and it is located about 45 km south west of Algiers, the national capital. The name Blida , i.e. bulaydah , diminutive of the arab word belda , city.GeographyIt lies… …   Wikipedia

  • Blida — Blida,   Stadt in Algerien, 50 km südwestlich von Algier in der Mitidjaebene, am Fuß des niederschlagsreichen Blidaatlas, an der Bahnlinie Algier Oran, 170 900 Einwohner; Marktzentrum inmitten bewässerter Gemüse , Zitrus und Rebkulturen,… …   Universal-Lexikon

  • Blida — Blida, Arrondissementshauptstadt im Depart. Algier der franz. Provinz Algerien, 58 km südöstlich von Algier, mit dem es durch Eisenbahn verbunden ist, am Rande der Mitidschaebene und am Fuße des 1640 m hohen Dschebel Beni Salah, 259 m ü. M., ist… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Blida — Blida, feste Stadt in Algerien, Dep. Algier, (1901) 29.869 E …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Blida — V. Boulaïda (El ) …   Encyclopédie Universelle

  • BLIDA — Rolandino in Chron. l. 5. c. 15. machina bellica est. Vide Andr. Felibianum de Architectura l. 1. p. 103. Cambro Britannis certe hodieque Blit est catapulta: Blie Danis, ut est apud Pontanum in Chronographia Daniae, p. 799 …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Blida — [blē′dä΄] city in NC Algeria: pop. 127,000 …   English World dictionary

  • Blida — ‏البليدة‎ Blida …   Deutsch Wikipedia

  • Blida — Original name in latin Blida Name in other language Al Bulajda, Blida, Buleyde, Dilida, El Bouleida, Gorad Blida, QLD, alblydh, alblydt, beullida, bo li da, burida, Блида, Бліда, Горад Бліда State code DZ Continent/City Africa/Algiers longitude… …   Cities with a population over 1000 database


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.