Henri Emmanuelli


Henri Emmanuelli
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Emmanuelli.
Henri Emmanuelli
Emmanuelli.jpg
Henri Emmanuelli, en 2007.

Mandats
Député de la 3e circonscription des Landes
Actuellement en fonction
Depuis le 7 février 2000
20 septembre 199317 décembre 1997
23 juin 19888 juillet 1993
3 avril 197823 juillet 1981
Premier secrétaire du Parti socialiste
19 juin 199414 octobre 1995
Prédécesseur Michel Rocard
Successeur Lionel Jospin
Président de l'Assemblée nationale française
(100e président de la Chambre basse française)
22 janvier 19921er avril 1993
Législature IXe
Prédécesseur Laurent Fabius
Successeur Philippe Séguin
Député des Landes
(scrutin proportionnel)
2 avril 198614 mai 1988
Biographie
Date de naissance 31 mai 1945 (1945-05-31) (66 ans)
Lieu de naissance Eaux-Bonnes (Pyrénées-Atlantiques)
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique Parti socialiste
Profession Directeur-adjoint de banque

Henri Emmanuelli, né le 31 mai 1945 à Eaux-Bonnes (Pyrénées-Atlantiques), est un homme politique français, membre du Parti socialiste.

Sommaire

Biographie

Origines et débuts professionnels

Né le 31 mai 1945 à Eaux-Bonnes, il grandit dans le département des Pyrénées-Atlantiques. Issu d'un milieu populaire, orphelin de père très jeune, il intègre Sciences Po Paris puis entre en 1969 à la Compagnie Financière Edmond de Rothschild. Il est attaché de direction en 1971, puis fondé de pouvoir et enfin directeur[1] adjoint en 1975. À la même époque, il rentre dans la Franc-maçonnerie, qu'il quittera cinq ans plus tard[2]. Il poursuit son activité professionnelle à la banque Rothschild jusqu'à sa première élection comme député à 32 ans, en 1978.

Entrée en politique

Il adhère au Parti socialiste en 1971.

À la demande de François Mitterrand, il est, à 27 ans, candidat lors des élections législatives de mars 1973 dans la 2e circonscription de Lot-et-Garonne. Mais c'est le 19 mars 1978, qu'il est élu pour la première fois député de la 3e circonscription des Landes qu'il fait basculer à gauche.

En 1982, il est élu pour la première fois Président du Conseil général des Landes.

Ministre des gouvernements Mauroy et Fabius

De 1981 à 1986, il est successivement, sous les gouvernements de Pierre Mauroy et de Laurent Fabius, Secrétaire d'État chargé des DOM TOM (1981 à 1983) puis Secrétaire d'État au Budget (1983 à 1986).

Du « Perchoir » à la rue de Solférino

Secrétaire national chargé de la Trésorerie et de la Coordination en 1988, puis membre du secrétariat national du PS, chargé du Budget, de l'Administration et de la Trésorerie à l'issue du Congrès de Rennes en mars 1990, il contribue à faire échec à la première tentative de prise de contrôle du PS par Laurent Fabius, en soutenant la motion de Pierre Mauroy et de Lionel Jospin dans cette lutte fratricide entre Jospiniens et Fabiusiens. En octobre, Les fabiusiens prennent leur revanche en empêchant Henri Emmanuelli de devenir président du groupe socialiste de l'Assemblée nationale après l'entrée de Louis Mermaz au gouvernement.

De 1992 à 1993, il est Président de l'Assemblée nationale.

Le 19 juin 1994, lors du Conseil national de la Villette, il est élu premier secrétaire du Parti socialiste, à titre provisoire, après avoir battu son seul concurrent, le jospinien Dominique Strauss-Kahn (140 voix contre 64), avec l'appui des fabiusiens. Il est réélu à ce poste lors du congrès de Liévin, le 20 novembre 1994, avec 92,15 % des voix des militants et le soutien de Laurent Fabius, Lionel Jospin, Michel Rocard, Pierre Mauroy et Jean Poperen.

Il est candidat à la primaire présidentielle socialiste de 1995 face à Lionel Jospin, qui l'emporte avec 65,85 % des voix contre 34,15 % pour Henri Emmanuelli soutenu, puis lâché au dernier moment, par Laurent Fabius. Lionel Jospin lui succède à la tête du PS en octobre 1995.

Mis en examen le 14 septembre 1992 dans l'affaire Urba en tant que trésorier du parti, il est condamné ès qualité pour complicité de trafic d'influences, le 16 décembre 1997, à dix-huit mois de prison avec sursis et à deux ans de privation de ses droits civiques. Également mis en examen le 15 octobre 1998 dans le cadre de l'affaire Destrade de financement illégal du Parti socialiste, il est relaxé, le juge ayant prononcé un non-lieu le concernant.

À l'aile gauche du PS

Mitterrandien de toujours, hostile aux tendances sociales-libérales dont l'influence grandit chez les socialistes européens et français, il s'est placé depuis le Congrès de Grenoble en 2000 dans l'opposition interne, et plaide sans relâche pour un PS clairement ancré à gauche. Pour le Congrès du Mans du Parti socialiste en novembre 2005, il s'associe au courant NPS d'Arnaud Montebourg, Vincent Peillon et Benoît Hamon.

Dans le cadre de la campagne sur le référendum en 2005, au sujet du traité établissant une Constitution pour l'Europe, il fait publiquement campagne, mi-avril, pour le non, se plaçant en opposition ouverte avec la position officielle du Parti socialiste, favorable au traité.

Il fonde alors les "collectifs socialistes pour le non", qui mettent en avant les nombreuses délocalisations qui touchent l'industrie française. Henri Emmanuelli estime non seulement que le projet de constitution empêchera à l'avenir l'Union européenne de se doter des outils nécessaires à la protection de l'industrie tant française qu'européenne mais aussi qu'il organisera la concurrence entre les pays membres plutôt que d'en faire une zone politique et économique intégrée et homogène en aidant massivement les nouveaux membres de l'UE à rattraper leur retard de développement. Il voit dans le traité une renonciation à l'idéal d'une Europe fédérale, pour laquelle il plaide, notamment dans son Plaidoyer pour l’Europe.

La campagne du non amène l'éclatement de Nouveau Monde et la recomposition de l'aile gauche du Parti socialiste. Alors que Jean-Luc Mélenchon se rapproche de Laurent Fabius en vue du congrès du Mans, Henri Emmanuelli crée un nouveau courant : Alternative socialiste. Il est rejoint par Marc Dolez, de Forces militantes et Gérard Filoche, du Nouveau Parti socialiste (NPS). Alternative socialiste fusionne avec Nouveau Parti socialiste mi-septembre 2005 pour déposer une motion commune lors du Congrès du Mans.

Détail des mandats et fonctions

Fonctions ministérielles

Mandats et fonctions parlementaires

Mandats régionaux

  • De 1986 à 1988 : conseiller régional d'Aquitaine (tête de liste aux élections)
  • De 1992 à 1992 : conseiller régional d'Aquitaine (tête de liste aux élections) (démission en 1992 - loi sur le cumul des mandats)

Mandats départementaux

Responsabilités au sein du PS

  • novembre 2005 : Le congrès du PS reconduit François Hollande à la tête du parti ainsi que la majorité sortante (motion 1). Il charge Henri Emmanuelli des États-Généraux du Projet (du PS pour les présidentielle de 2007).
    membre du bureau national du PS (jusqu'en mars 2005).

Responsabilités au sein de la fédération des Landes du PS

  • 1974 : Henri Emmanuelli devient membre de la fédération des Landes du PS. Avec 28 conseillers généraux de gauche (26 du PS, 2 du PCF), sous sa houlette, il a entrepris le retour dans l'orbite publique de la gestion de l'eau, ce qui aurait fait notoirement baisser la facture des usagers. En effet, Henri Emmanuelli pense qu'il faut rompre avec la privatisation de la gestion de l'eau, qui, selon lui aurait surtout fait exploser les factures des usagers sous gestion privée de leurs eaux communales. Son entourage souligne qu'il a aussi réduit la fracture numérique de son département en lançant l'opération un collégien un portable. Selon son cabinet, cela a été un vrai succès, repris dans de nombreux départements et communes.

Publications

  • Plaidoyer pour l’Europe, Éditions Flammarion, juillet 1992.
  • Citadelles interdites, éd. Ramsay, 2000 (roman).

Notes et références

  1. Ces banquiers qui nous gouvernent, p.32, Jean Baumier, edition Plon, 1983
  2. Interview diffusée par « La Chaîne Parlementaire » en novembre 2009 (Archive, Wikiwix, que faire ?)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Henri Emmanuelli de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Henri Emmanuelli — (* 31. Mai 1945 in Eaux Bonnes, Pyrénées Atlantiques) ist ein französischer Politiker. Inhaltsverzeichnis 1 Leben …   Deutsch Wikipedia

  • Henri Emmanuelli — Henri Emmanuelli. Henri Emmanuelli (31 de mayo de 1945) es un político francés miembro del Partido Socialista (Parti socialiste o PS), él es diputado de Landes de 1978 a 1981, de 1986 a 1997 y desde 2000. Fue nominado a Secretario de Estado en el …   Wikipedia Español

  • Henri Emmanuelli — (born on May 31, 1945) is a French politician. A member of the Socialist Party ( Parti socialiste or PS), he has been deputy for Landes from 1978 to 1981, from 1986 to 1997 and since 2000.BiographyEmmanuelli was born in Eaux Bonnes in the French… …   Wikipedia

  • Emmanuelli — Henri Emmanuelli Henri Emmanuelli (* 31. Mai 1945 in Eaux Bonnes, Pyrénées Atlantiques) ist ein französischer Politiker. Im Jahre 1971 trat er dem Parti Socialiste bei, nachdem er an der Kommission zur Reform der Institutionen der Republik… …   Deutsch Wikipedia

  • Emmanuelli — is a French surname, and may refer to: *Henri Emmanuelli, French politician *Laurent Emmanuelli, French rugby union player …   Wikipedia

  • Emmanuelli — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Patronyme Emmanuelli est un nom de famille notamment porté par : Xavier Emmanuelli (1938 ), médecin et homme politique français ; Henri… …   Wikipédia en Français

  • Henri Nallet — Pour les articles homonymes, voir Nallet. Henri Nallet, né le 6 janvier 1939 à Bergerac, est un homme po …   Wikipédia en Français

  • Henri de Forbin-Maynier — par Pierre Mignard Henri de Forbin Maynier, baron d Oppède, est né le 25 avril 1620 à Aix en Provence, décédé à Lambesc le 13 novembre 1671 et enseveli à Oppède, est un parlemen …   Wikipédia en Français

  • Henry Emmanuelli — Henri Emmanuelli Pour les articles homonymes, voir Emmanuelli. Henri Emmanuelli …   Wikipédia en Français

  • Congrès du Mans — Logo de l évènement Le congrès du Mans est un congrès extraordinaire avancé du Parti socialiste français, qui s est tenu au Mans du 18 au 20 novembre 2005. L objectif du Congrès était de régler les divisions du parti apparues avec le référendum… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.