Histoire de la serbie


Histoire de la serbie

Histoire de la Serbie

Histoire des Serbes
Flag of Serbia.svg
Antiquité
Zorsines
Drvan
Serbie blanche
Moyen-Âge
Prince de Serbie Blanche
Vlastimir
Mihailo Vojislavljević
Stefan Nemanja
Stefan IV Uroš Ier
Stefan Milutin
Stefan Uroš IV Dušan
Lazar Hrebeljanović
Stefan Lazarević
Occupation Turcs et Empire d'Autriche
Migrations serbes
Histoire des Serbes sous l'occupation ottomane
La Serbie au XIXe siècle
Karađorđe
Miloš Ier Obrenović
Alexandre Karađorđević
Pierre Ier de Serbie
La Serbie et la Yougoslavie monarchique
Attentat de Sarajevo
Alexandre Ier de Yougoslavie
Yougoslavie
La Serbie et la Yougoslavie titistes
Josip Broz Tito
Yougoslavie
La Serbie dans la Yougoslavie post-titiste
-
La Serbie dans la Yougoslavie de Milošević
République serbe de Krajina
Guerres de Yougoslavie
La Serbie et le Monténégro
Serbie-et-Monténégro
La Serbie et les Serbes aujourd'hui
Serbie
Belgrade
République serbe de Bosnie

Sommaire

Les Balkans avant l'arrivée des Slaves (jusqu’au VIIe siècle)

C'est d'abord l'installation des Illyriens (1200-500), contemporaine de celle des Doriens en Grèce, et qui apporte la civilisation du fer. Ces tribus, qui parlaient une langue illyrienne, sont une branche de la famille des Indo-Européens. L'Age de fer tardif a laissé des traces de la culture de Hallstatt et de la culture La Tène (illyro-celte).

Au cours des siècles précédant l'ère chrétienne, les Celtes se répandirent le long du Danube. Les Scordisques, une des principales tribus celtes, établirent leur capitale à Singidunum aujourd'hui connu sous le nom de Belgrade. Les Celtes ou peuple du champ des urnes, pénétrèrent sur le sol serbe aux environs de -500, soit en s'imposant militairement (là où les autochtones résistent : la ruine de la « Halstatt-Kultur » de Glasinac), soit pacifiquement par d'intenses relations commerciales (la "Halstatt-Kultur" de Ripač).

La contribution romaine au peuplement des Balkans occidentaux doit également être prise en compte. Dans ses travaux, Edward Gibbon estime à un million le nombre de légionnaires présents dans les Balkans durant la période romaine. Il s'est ainsi opéré une latinisation à grande échelle des terres illyriennes durant les premiers siècles du premier millénaire[1]. Auguste achèva la pacification de l'Illyrie en soumettant définitivement en -35 les Iapodes et en -34 les Dalmates ; en -27 il remit l'Illyrie au Sénat de Rome.

Après l'extension de la conquête romaine jusqu'au Danube, sous Auguste, la province romaine d'Illyrie (Illyricum) fut créée en -9. En 10, cette province fut divisée et le terme Illyrie tomba en désuétude. La région fut totalement pacifiée en 27.

Après le partage de l’Empire romain par l'empereur Théodose Ier, en 395, les territoires serbes actuels se retrouvèrent dans l'Empire romain d'orient.

Lors des Grandes invasions barbares, le contrôle de ces provinces passa aux Huns, aux Avars, aux Ostrogoths et aux Gépides. Les régions serbes actuelles passent sous domination de Byzance (VIe siècle). Les premières populations slaves s'y installent au début du VIIe siècle,

Les origines

Migrations des serbes entre l'an 50 et 1000 ap JC:

       Migration hypothétique du nord caucase vers l'Europe centrale lors des migrations slaves

       Migration de la Serbie blanche avec à leur tête le Prince de Serbie Blanche vers 600 après JC

       Echange de population entre l'Empire Byzantin et la Grande-Moravie, des serbes s'installent dans la vallée de la Morava (Serbie) à la place des populations valaques qui vont à l'ouest de Prague en 990

L’origine même des Serbes n’est pas établie avec certitude. La racine du nom « Srbi » n’est probablement pas issue des vieux dialectes slaves. Certaines théories ont vu le jour pour l’expliquer, s’appuyant sur les très rares documents écrits de Tacite l'historien romain mentionnant la présence d’un peuple du Caucase, au tout début de notre ère, appelé « Serboï » ou « Serbi ». La plupart de ces théories stipulent que ce peuple proto-serbe n’était pas de souche slave, mais d’origine caucasienne ou sarmate. Il aurait par la suite dominé certaines tribus slaves après une migration vers l’ouest, probablement en Transcarpathie. Mélangés aux Slaves de ces tribus, les proto-Serbes se seraient progressivement « assimilés », pour ne laisser que leur nom à leurs anciens sujets slaves.

Quoi qu’il en soit, ce qui est certain, c’est qu’entre le I er siècle et le IVe siècle de notre ère, les Serbes quittèrent le foyer originel des Slaves pour s’établir en Moravie septentrionale, plus exactement entre l’Elbe et la Saale (Allemagne actuelle), dans une région appelée « Serbie blanche » (le blanc symbolise l’ouest chez les Slaves). Ils y restèrent jusqu’au VIIe siècle, lorsque l’Empereur byzantin Héraclius demanda l’aide des Slaves du nord, notamment des Serbes, pour refouler les Avars hors des territoires de l’Empire byzantin.

Le premier centre du peuplement serbe dans les Balkans fut une région située dans la vallée de la rivière Morava, que leur chef (dont on ne connaît pas le nom) négocia avec Héraclius en reconnaissance de leur importante contribution dans la défaite des Avars. Ultérieurement des échanges de populations eurent lieu : une partie des Serbes restés au nord vinrent rejoindre ceux déjà installés dans les Balkans, tandis que des Valaques de cette région partaient en Moravie septentrionale, dans la région qui devait s'appeler par la suite « Valachie morave » (ouest de l'actuelle République tchèque). La vallée de la rivière Morava fut ensuite la source même de l’expansion serbe dans la péninsule des Balkans.

Militairement mieux organisés que les tribus slaves de la première vague d'invasion, les Serbes dominèrent aussi des régions avoisinantes, notamment la Dioclée (qui prit plus tard le nom de Zeta, et encore bien plus tard Monténégro), la Bosnie, les régions côtières de Paganie (également dénommée Neretva) et Zachlumie (correspondant toutes deux, aujourd'hui, à une certaine partie de la Dalmatie) ainsi que la Travounie (approximativement le sud-ouest de l'actuelle Herzégovine). Les premières tentatives de baptême des Serbes eurent lieu dès cette époque, mais la foi chrétienne fut très lente à s’installer chez eux et de fait, près de deux siècles plus tard, lorsqu'eût lieu le second et principal baptême, la plupart des Serbes étaient encore païens.

Installés principalement dans les plaines et les vallées, les Serbes et les tribus slaves les ayant précédés désignaient les autochtones romanisés par le terme de Valaques (en serbe : Vlah au singulier, Vlaši au pluriel). Ceux-ci descendaient en grande partie des populations illyriennes et thraces, latinisées par Rome quelques siècles auparavant. Essentiellement présents dans les montagnes et sur le littoral, ils furent progressivement slavisés au cours des siècles qui suivirent, et il n'en reste que très peu à l'heure actuelle, surtout dans la Kraïna orientale (région des Portes de Fer). Le terme de Valaque prit chez les Serbes une connotation souvent péjorative, étant utilisé pour désigner les bergers transhumants, qu'ils soient slaves ou réellement valaques. Seuls les autochtones latins du littoral, du fait d'une plus grande imprégnation des traditions romaines, parvinrent à préserver leur autonomie tardivement, jusqu'au Moyen Âge, mais devaient payer un tribu à leurs suzerains slaves. Ils finirent toutefois eux aussi par être assimilés par les Slaves de l'arrière-pays.

Les États serbes médiévaux

Article détaillé : Moyen Âge serbe.

L'émergence des premiers États serbes

Les territoires serbes au IXe siècle, essentiellement d'après De Administrando Imperio

Isolés par le compartimentage du relief, les différentes tribus slaves étaient organisées en Joupas (Župa), chacun dirigés par un chef appelé joupan (župan). Sous autorité byzantine, les Serbes s'affranchirent progressivement de cette dernière, avec plus ou moins de succès selon la région, notamment dans la vallée de la Morava, foyer de peuplement des Serbes, connue plus tard sous l'appellation de Rascie. Dans ce fief, le premier souverain serbe attesté fut le prince (knez) Višeslav, arrière petit-fils du chef inconnu qui avait mené les Serbes dans les Balkans, au VIIe siècle. Contemporain de Charlemagne, Višeslav régna vers la fin du VIIIe siècle, et réussit à préserver l'autonomie concédée à son ancêtre par l'empereur Héraclius. Du fait de la rupture entre Byzance et les Bulgares, ses héritiers connurent plus de difficultés, mais réussirent également à sauvegarder leur indépendance. Dans la première moitié du IXe siècle, Vlastimir, arrière petit-fils de Višeslav, fonda sa propre dynastie, la Maison des Vlastimirović. Et ce fut au cours de la seconde moitié du IXe siècle, sous le règne de son fils Mutimir (qui régna jusqu'en 891), que les Serbes reçurent leur premier baptême officiel. À cette époque, l'empereur byzantin était Basile Ier le Macédonien, et le patriarche de Constantinople, Photios Ier, avait accordé sa bénédiction aux frères Cyrille et Méthode dans leur entreprise de christianisation des Slaves de l'Empire byzantin. Le développement du christianisme chez les Serbes fut confié aux centres religieux de Sirmium (aujourd'hui Sremska Mitrovica) et de Split. C'est à partir de cette époque que les souverains serbes commencèrent à porter des prénoms chrétiens, comme Stefan, le plus jeune fils de Mutimir, ou Petar (Pierre), fils de son frère Gojnik.

De 924 à 927, les territoires serbes centraux furent soumis aux Bulgares, mais furent libérés par un descendant de Vlastimir, Časlav Klonimirović, qui tira profit de la mort de l'empereur Siméon pour s'échapper des prisons bulgares. Avec l'aide de Byzance, il restaura l'État serbe, qui engloba, outre la région centrale de Rascie, les territoires de Bosnie, de Travounie et de Paganie. Seules la Dioclée et la Zachoumlie, alliées des Bulgares, demeurèrent indépendantes. Les territoires dominés par Časlav Klonimirović, la Serbie proprement dite, résistèrent à l'assaut des Hongrois sur la Bosnie, avec l'appui de l'empereur byzantin Constantin VII Porphyrogénète. Après la mort en 950 de Časlav Klonimirović au cours d'une bataille, la Serbie ne résista pas aux assauts des Hongrois et des Bulgares. Sa partie occidentale, située à l'ouest de la Drina (la Bosnie), fut réorganisée et placée sous la direction locale d'un ban, qui reconnaissait l'autorité des États alentours (Croatie, Hongrie, Dioclée et Empire byzantin). La Serbie orientale, autrement dit la Rascie, fut placée sous tutelle byzantine, en tant que thème de Serbie (thema Servia).

Peu de temps après, la Dioclée, qui était parvenue à rester plus ou moins autonome du Grand Joupa de Rascie, parvint à consolider son indépendance sous le règne de dirigeants tels que Jean Vladimir (Jovan Vladimir, 960-1016), qui fit de Skadar (actuelle Shkodër en Albanie) la capitale de son Royaume. Mais l'empereur Samuel (Samuil) de Bulgarie annexa la Dioclée et Jean Vladimir fut fait prisonnier. Acceptant d'épouser la fille de Samuel, la princesse Kossara, Jean Vladimir fut autorisé à retourner gouverner la Dioclée, mais en tant que vassal de l'empereur bulgare. Après l'assassinat en 1016 de Jean Vladimir, organisé par l'empereur bulgare Jean Vladislav, la Dioclée fut incorporée par Byzance dans le thème de Serbie. En ce temps, la Dioclée était encore essentiellement dominée par le rite latin, du fait de la subsistance tardive des traditions romaines pratiquées par les autochtones du littoral. Mais progressivement, l'influence de Byzance implanta fortement le rite oriental, jusqu'à ce que les dernières populations pratiquant le rite latin soient subjuguées.

Le développement des États serbes

L'empire serbe à l'époque de Stefan Dušan

Un Empire succéda à ce premier royaume à la fin du XII e siècle, sous la dynastie des Nemanjić. L'apogée territorial de la Serbie médiévale fut atteinte au XIVe siècle, sous le règne de l'empereur Stefan Dušan. Cet empire allait disparaître sous le coup des invasions ottomanes.

Dans le second quart du XIe siècle, le déclin de Byzance permit aux Serbes de mener plusieurs soulèvements successifs, qui aboutirent en 1037 à la libération de leurs territoires. La Dioclée fut libérée dès 1036 par une révolte menée par le prince serbe Vojislav, originaire de Travounie, après plusieurs tentatives infructueuses, qui l'amenèrent à être fait prisonnier à Constantinople, dont il réussit à s'échapper. Vojislav chassa Theophilos Erotikos, le dernier stratège du thème de Serbie, et gagna le surnom de Stefan (du grec Stephanos, signifiant couronné). Libérant ainsi à la fois la Dioclée, la Rascie ainsi que des portions de la Travounie et de la Zachoumlie, il fonda par la même occasion sa propre lignée, la dynastie des Vojislavjević.

La Dioclée devenait alors l'État serbe le plus puissant, contrant avec succès plusieurs tentatives d'annexion par l'empereur byzantin Constantin IX. Stefan Vojislav finit malgré tout par reconnaître l'autorité de l'empereur byzantin. En 1052, son fils Mihailo Vojislavljević renouvela sa déclaration de vassalité à Byzance, mais prit le titre de grand joupan de Rascie. Désireux d'établir un archevêché autonome dans ses territoires, il chercha appui auprès de Rome et du pape Grégoire VII, qui le couronna en 1077 roi des Slaves et de Dioclée, et ses territoires prirent la dénomination de Royaume de Serbie. Mihailo Vojislavljević se désignait lui-même par le titre de roi des Serbes et des Tribales, et après son annexion de territoires croates jusqu'à la ville de Knin, il se désigna également par le titre de roi de Dioclée et de Dalmatie. Malgré ses relations avec Rome, Mihailo ne souhaitait pas que la Dioclée soit contrôlée par les prêtres catholiques. D'un côté, il consolidait ses liens avec Rome pour s'affranchir de l'autorité byzantine mais de l'autre, il renforçait le rite oriental afin d'éviter toute domination latine.

Le fils de Mihailo, Konstantin Bodin Vojislavjević, fut reconnu en tant qu'empereur des Bulgares en 1072, sous le nom de Pierre III. Après la mort de son père, il fut également couronné roi de Serbie en 1082. Il étendit son royaume à la Rascie et à la Bosnie. Le pape Clément III lui accorda la création d'un archevêché de Dioclée en 1089, qui recouvrait également des diocèses de Rascie, de Bosnie et de Travounie. Après sa mort en 1101, la Dioclée déclina du fait de l'absence de souverain puissant.

La Dioclée sur le déclin, ce fut la Rascie qui devint le nouveau centre en vue de l'émancipation des Serbes de la tutelle byzantine. Vukan, anciennement courtisan du roi Bodin, devint joupan de Rascie en 1083, alors que ce territoire faisait partie du Royaume de Serbie dirigé par Bodin. À cette époque, Vukan commença à intégrer à la Rascie des fragments du Kosovo et de la Métochie actuelles. Son territoire s'étendit progressivement vers le Sud-Est, jusqu'à ce qu'il s'empare de la vieille ville impériale de Lipljan en 1093. À la fin du XIe siècle, la Rascie était sans conteste l'État serbe de première importance, à tel point qu'après la mort de Bodin en 1101, Vukan intervint directement dans les affaires intérieures de la Dioclée. Après le décès de Vukan en 1115, la Rascie se trouva affaiblie et l'empereur byzantin Jean II Comnène reconquit le pays au début de son règne. Malgré une brève libération de 1127 à 1129, la Rascie fut sous domination byzantine durant la plus grande partie du XIIe siècle. Byzance avait alors toute latitude pour nommer les joupans à son gré. La Bosnie, qui lui avait échappé en 1138 au profit des Hongrois, revint sous sa tutelle après une victoire décisive sur ces derniers, de même que la Croatie, la Dalmatie et la Dioclée.

En 1163, l'empereur confia le fief de Dubočica à Étienne Nemanja, seigneur d'un domaine princier de Rascie orientale, des environs de la vallée de la Toplica. Il lui octroya par la même occasion le droit de régner comme joupan. Cela lui conférait un avantage certain par rapport à ses trois frères, tous seigneurs d'autres domaines des territoires serbes. Après des bouleversements politiques, le grand joupan de Rascie, Desa, fut chassé en 1165, et ce fut Tihomir, frère de Nemanja, qui lui succéda. Cependant, l'autonomie des territoires de Nemanja lui valu l'opposition de ses frères, qui le capturèrent. Ayant réussi à s'enfuir, Nemanja rassembla ses partisans et chassa ses frères en 1166, se proclamant grand joupan de Rascie. Aidé par Byzance, Tihomir tenta de reconquérir la Rascie, mais échoua et périt en 1168 au cours d'une bataille. Nemanja essaya alors de s'affranchir de la domination byzantine, mais privé de l'aide de la Hongrie, il dut attendre la mort de Manuel Ier, en 1180, pour progressivement libérer la Rascie et rassembler les autres territoires serbes, en particulier la Dalmatie et la Dioclée. À la fin du XIIe siècle, Byzance fut obligée de reconnaître l'indépendance de la Serbie en 1185. Nemanja sera alors le premier représentant, de la dynastie des Nemanjić, au destin glorieux. Sous son règne, la Serbie accroît son son territoire vers le sud, avec Zeta (Monténégro), Pirot et le Kosovo. Il abdiquera en 1196 se retira au Mont Athos (où fondera le monastère de Hilandar avec son fils Saint Sava). Il y mourra trois années plus tard.

Un autre de ses fils, Stefan Ier Nemanjić, lui succéde en tant que joupan. En lutte contre le Patriarche de Constantinople, il fait appel au Pape Honorius III qui le reconnaît comme « Roi de Serbie » en 1217, et le fait couronner par l'un de ses légats. Son frère Saint Sava, qui a fondé l'église serbe autocéphale en 1219, le couronnera une seconde fois, selon le rite orthodoxe en 1221.

Le règne de Stefan Ier Nemanjić prit fin en 1227, et ces successeurs connurent des fortunes diverses, liés aux guerres intestines.

En 1371, un des rois de Serbie, Vukašin Mrnjavčević, perdit, contre les Turcs, la bataille de la Maritza, ce qui entraîna la vassalisation de ses terres et la soumission de son fils Marko Mrnjavčević dit Marko Kraljevic. En 1381 eut lieu la première bataille opposant sur les terres du Prince Lazar Hrebeljanović les Serbes et les Turcs ; elle se déroula à Dubravica et se termina par une victoire serbe. En 1386, Lazar Hrebeljanović lui-même intercepta une seconde armée, conduite par le Sultan Murad Ier en personne ; les troupes s'affrontèrent près de la rivière Toplica, non loin de Plocnik. Ce fut une nouvelle défaite pour les Turcs ottomans. « Murad a peur, il s'enfuit », rapporte un chroniqueur serbe de l'époque. La Serbie de Lazar s'effondra lors de la bataille de Kosovo Polje en 1389 ; le prince Lazar y perdit la vie, ainsi que la quasi-totalité de la noblesse serbe, mais également le sultan Murad, dont la mort déclencha une querelle de succession ottomane qui empêcha les turcs de récolter les fruits de leur victoire pendant des décennies.

Le pays ne fut définitivement annexé par les Ottomans qu'après la chute de Smederevo, en 1459.

Les serbes sous l'Empire ottoman et dans l'Empire d'Autriche

Entre 1459 et 1804, la Serbie subit l'occupation de l'Empire ottoman ainsi que trois infructueuses invasions autrichiennes pour chasser les Turcs de Serbie.

En tant que chrétiens, les Serbes avaient le statut de dhimmi, mais dans les faits étaient considérés comme des citoyens de seconde zone, souvent maltraités, si l'excepte la période de règne de Mehmed pacha Sokolović (un janissaire devenu grand vizir) . Ils étaient sujets à une énorme pression du pouvoir ottoman qui se donnait pour mission de les islamiser ; certains se convertirent (voir articleMusulmans (nationalité)), d'autres émigrèrent au nord et à l'ouest, cherchant refuge en Autriche-Hongrie. À Belgrade, une assemblée se réunit. Il fut décidé de demander à l'empereur Léopold Ier du Saint-Empire d'assurer la sécurité de ses alliés serbes. L'empereur accepta d'accueillir sur les terres récemment libérées au nord de Belgrade, sur la rive gauche du Danube, « tous les Serbes qui étaient prêts à se battre contre les Turcs ». Il leur offrit des « avantages et des passe-droit importants ».

  • Ils avaient la liberté de culte (les Serbes sont chrétiens mais orthodoxes),
  • la liberté de justice,
  • la liberté dans l'éducation de leurs enfants.
  • Ils recevaient des armes pour pouvoir défendre l'Empire contre les Ottomans ; ils pouvait attaquer seuls les Ottomans dans une guerre d'usure mais devaient répondre aux ordres de mobilisation de l'empereur. L'empereur, et seulement lui, détenait une autorité sur les Serbes qui formaient son armée personnelle.

Tous ces avantages accordaient quasiment aux Serbes une autonomie au sein même de l'Empire.

Arsenije III Čarnojević, le patriarche de l'Église orthodoxe serbe, satisfait des avantages promis par l'empereur, organisa l'une des plus grandes migrations de l'histoire serbe, entre 1690 et 1694 de 40 000[2] à plus de 200000 serbes quittèrent rien que le Kosovo, pour trouvé refuge en Voïvodine, Slavonie et krajina, on appelait ces région les frontières militaires (Vojne Krajine)[3], exode plus que massif compte tenu de la population de l'époque. Sachant que les Turcs avaient déjà réprimé durement les Serbes qui s'étaient alliés aux Autrichiens, ils craignaient que le retour des Ottomans au Kosovo, qui était le foyer central de la révolte serbe, ne provoque un massacre général de la population.

Au début du XIXe siècle, la Première révolte serbe (fortement soutenu économiquement et militairement par les riches marchants serbes des krajinas d'Autriche) parvint à libérer des milliers de Serbes durant un temps limité. La Seconde révolte serbe fut un véritable succès et signa le renouveau du royaume de Serbie.

De la principauté au Royaume de Serbie (1804-1918)

En 1804, Djordje Petrovic, mena l'insurrection contre les Turcs, fut élu Prince héréditaire des Serbes en 1808 mais finit par être battu. En 1815, Miloš Obrenović, dirigea une révolte contre les Turcs et envoya la tête de Kara-Djordje au sultan. Il obtint une large autonomie pour la Serbie. Tout au long du XIXe siècle, les Karadjordjevitch et les Obrenovitch se succédèrent au pouvoir.

La révolution serbe

Une première révolte des Serbes eut lieu entre 1804 et 1813. Elle fut dirigée par Georges Petrović - surnommé par les Turcs "Kara-Djordje" (Georges le Noir) ; marchand de porcs, il fut élu Prince héréditaire des Serbes en 1808. Karageorges fonda la dynastie des Karađorđević (ou Karageorgévitch). Cette première rébellion se conclut par une reprise en main de la Serbie par la Sublime Porte. Karageorges se réfugia en Autriche en 1813.

De 1815 à 1817, Miloch Obrenovitch, éleveur de porcs illettré, dirigea, à son tour, la révolte contre les Turcs. Il tua Kara-Djordje, rentré en Serbie, et envoya sa tête au sultan ; ceci engendra une querelle permanente entre les deux familles tout au long du XIX e siècle .

La principauté de Serbie (1815-1882)

Article détaillé : Principauté de Serbie.

Une seconde révolte eut lieu en 1815, sous la conduite de Miloš Obrenović, fondateur de la dynastie des Obrenović (ou Obrénovitch). Cette révolte aboutit à l'autonomie de la Serbie. Miloch Obrenovitch fut élu Prince de Serbie en 1818, et reconnu Prince héréditaire par l'Assemblée Nationale Serbe en 1827.

En 1878, le Congrès de Berlin accorda son indépendance à la Serbie et, en 1882, le prince Milan IV Obrenović devint roi de Serbie sous le nom de Milan Ier de Serbie.

Le royaume de Serbie (1882-1918)

Article détaillé : Royaume de Serbie.

Les Karađorđević finirent par l'emporter sur les Obrenovic, avec l'accession au trône de Pierre Ier de Serbie en 1903.

Sous le roi Pierre I, la monarchie constitutionnelle de 1903 à 1914

Lors de son arrivée sur le trône de Serbie en 1903. Pierre lecteur et admirateur de la pensée de John Stuart Mill, met en place en Serbie la constitution la plus démocratique et la plus libérale en Europe après celle de Grande-Bretagne elle s'inspirait aussi de la constitution de 1888 supprimée par Alexandre Ier de Serbie en 1889 :

  • Lé régime une monarchie constitutionnelle de type britannique[4],
  • Mais avec un taux de votant sans commune mesure, en effet, 23% de sa population avait le droit de vote[4],
  • Création d'une école publique, en 1884, qui offrit à la Serbie ses premiers bacheliers,[4]
  • l'instauration de la Liberté de la presse, d'opinion et d'association, en 1909, il existait 79 journaux dont 13 quotidiens,[5]
  • Enfin la mise en place de syndicats dont la confédération générale des ouvriers en 1904, permit à la Serbie de mettre en place des lois sociales avancées[6].

Cette liberté en Serbie favorisa un foisonnement culturel qui fît de Belgrade, un phare de liberté pour tous les serbes des Balkans ainsi que pour croates et les slovènes qui souffraient dans l'Empire d'Autriche-Hongrie et qui rêvaient d'une Yougoslavie avec le même régime démocratique à leur tête. Certain milieu réactionnaire à Vienne n'attendait que l'occasion d'écraser le piémont serbe avant qu'il ne contamine les esprits de tous les slaves du sud de l'Empire[7].

La Serbie reçut le surnom de berceau de la Démocratie dans les Balkans moderne[7]. Ce régime de liberté sera en place jusqu'au début de la Première Guerre mondiale en 1914. Lors de la mise en place du régime Yougoslave en 1921, la France poussa Pierre Ier à instaurer un régime plus centralisateur et plus autoritaire dans le but de lutter comme le risque de contamination communiste. La démocratie avait vécu. La constitution de 1903 de pierre restera la référence de tous les mouvements démocratiques dans la Yougoslavie royaliste d'entre les deux guerres ainsi que dans la Yougoslavie communiste de Tito[5].

La guerre de Macédoine

En octobre 1912, la Bulgarie, la Serbie, la Grèce et le Monténégro déclarent conjointement la guerre à l'empire ottoman et remportent la victoire. Le 3 décembre 1912, l'empire demande l'armistice, mais les hostilités reprennent brièvement au printemps 1913. L'hégémonie turque en Macédoine s'achève cependant avec ce conflit.

Mais l'alliance des vainqueurs ayant tourné à l'avantage de la Bulgarie chez les macédoniens, elle cesse aussitôt et, à l'instigation de la Serbie, éclate bientôt une seconde guerre balkanique qui oppose alors la Bulgarie à une nouvelle coalition formée de la Serbie, de la Grèce, de la Roumanie et de la Turquie. Le 30 juillet 1913, la Bulgarie, vaincue, doit déposer les armes et ne conservera qu'une petite partie de la Macédoine, que se partagent la Grèce et la Serbie.

L'année suivante, le double assassinat de l'archiduc François-Ferdinand, héritier du trône d'Autriche-Hongrie, et de son épouse Sophie Chotek, duchesse de Hohenberg, à Sarajevo, le 28 juin 1914 par le serbe Gabriel Princip, déclencha la Première Guerre mondiale. En 1915, le royaume fut envahi par les puissances centrales lors de la Campagne de Serbie. Le pays fut finalement libéré en 1918 par les restes de l'armée serbe, fortement soutenus par les forces alliées (dont l'armée d'Orient Française), et il récupéra la Macédoine qui avait été entretemps reconquise par la Bulgarie.

La Serbie au sein de la Yougoslavie (1918-2003)

La Serbie au sein de la première Yougoslavie (1918-1941)

La Serbie faisait partie de la première Yougoslavie, créée en 1918 sous le nom de Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes, puis rebaptisée en 1929 Royaume de Yougoslavie ; son premier roi fut Alexandre Ier de Yougoslavie.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Royaume de Yougoslavie resta neutre jusqu'en 1941. Cette année-là, désirant venir en aide à l'armée italienne en difficulté en Grèce, l'Allemagne demanda un droit de passage pour ses troupes. Le le régent Paul avait adhéré au pacte tripartite mais un vaste soulèvement populaire eut lieu à Belgrade, orchestré par des militaires serbes ; la régence fut renversée et l'héritier du trône, Pierre II, fut installé au pouvoir ; l'accord avec l'Axe fut dénoncé ce qui provoqua la fureur d'Hitler et l'invasion du Royaume de Yougoslavie par l'Allemagne.

Le roi partit en exil ; le pays capitula et fut aussitôt démantelé.

Occupation et résistance

Un gouvernement serbe collaborateur fut instauré par les Allemands avec, à sa tête, le général Milan Nedić. Un double mouvement de résistance s'organisa ; celui des partisans communistes, d'abord présents en Bosnie-Herzégovine, se développa sous la direction du Croate Josip Broz, dit Tito, tandis qu'une autre résistance, en fait la première résistance armée en Europe, celle des tchetniks, mieux organisée en Serbie, se développa autour de la personnalité de Draža Mihailović, un royaliste serbe, surnommé le "général des Balkans". Les tchetniks participèrent à la libération de la Serbie en 1944, mais après la guerre, ils seront dénigrés comme "fascistes et collaborateurs" par la presse communiste et apparentée. De leur côté, les partisans, jusqu'alors très peu présents en Serbie, participèrent aussi à la libération du pays avec l'appui des Anglais. Victorieux, ils renversent la Monarchie et firent exécuter des milliers de tchetniks, en les accusant de collaboration avec les Nazis. Draža Mihailović fut exécuté. Il avait pourtant participé, avec ses hommes, à la libération d'environ 600 pilotes alliés.

La Serbie au sein de la deuxième Yougoslavie (1945-1992)

Une nouvelle Yougoslavie, communiste, fut formée en 1945, la Serbie constituant l'une de ses Républiques fédérées.

La Serbie au sein de la Yougoslavie de Tito

La Serbie et la dislocation de la Yougoslavie

Après la mort de Tito en 1980, les tensions se firent jour, caractérisée par la montée du nationalisme dans les différentes républiques fédérées, nationalisme longtemps contenu et canalisé par le pouvoir central.

Slobodan Milošević, alors numéro deux du régime yougoslave, profita de la montée des tensions au Kosovo pour se faire élire président de la Serbie en mai 1989.

Il concentra les pouvoirs en Serbie, en supprimant l'autonomie des provinces autonomes de Voïvodine et du Kosovo.

En 1990, les premières élections libres et pluralistes se déroulèrent en Bosnie-Herzégovine, en Macédoine, en Serbie, en Slovénie et en Croatie, suivant en cela le mouvement de démocratisation engagé en Europe de l'Est un an auparavant. Hormis la Serbie, où le Parti radical serbe de Vojislav Šešelj fut minoritaire, toutes les autres Républiques choisirent des Présidents ouvertement nationalistes ou indépendantistes.

Tandis que Slobodan Milošević cherchait à préserver l'unité yougoslave et jouait sur le nationalisme serbe, la Slovénie, gouvernée par Milan Kučan, et la Croatie, gouvernée par Franjo Tuđman, cherchèrent à obtenir leur indépendance.

En réaction, la Slovénie et la Croatie déclarèrent leur indépendance le 25 juin 1991. L'armée fédérale (JNA), intervint contre les deux républiques sécessionnistes. S'ensuivirent la courte guerres en Slovénie et une autre, plus longue et plus meurtrière, en Croatie.

Fin 1991, la Bosnie-Herzégovine et la Macédoine proclamèrent à leur tour leur indépendance, ce qui déclencha une guerre de trois ans en Bosnie-Herzégovine, entre les trois ethnies principales du pays, les Serbes, les Croates et les Bosniaques. Les Serbes bénéficièrent du soutien de la Serbie de Milošević, tandis que les Croates furent appuyés par la Croatie de Tuđman.

Article détaillé : Guerre en ex-Yougoslavie.

La Serbie au sein de la troisième Yougoslavie (1992-2003)

En 1999, la guerre larvée au Kosovo éclata au grand jour avec l'intervention de l'OTAN ; ce fut la guerre du Kosovo.

En octobre 2000, Slobodan Milosevic, qui, en septembre, avait été battu aux éléctions à la présidence de la République fédérale de Yougoslavie par Vojislav Kostunica et qui refusait sa défaite, fut renversé, puis, en juin 2001, extradé aux Pays-Bas pour être jugé par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie.

En 2002, la Serbie et le Monténégro parvinrent à un nouvel accord portant sur leur coopération future, comportant, entre autres changements, la fin de la République Fédérale de Yougoslavie.

La Serbie au sein de l'éphémère État de Serbie-Monténégro (2003-2006)

Le 4 février 2003, le Parlement accepta la création d'une fédération aux liens très lâches, limitée aux deux états restants, sous le nom de Serbie-et-Monténégro. Celle-ci disparut à la suite du référendum du 21 mai 2006, où le Monténégro décida de proclamer son indépendance, que la Serbie dut reconnaître non sans difficulté.

La République de Serbie indépendante (depuis 2006)

Notes et références

  1. (en) - 600 AD - The roman conquest roman legionaires from northern Italy settle in the western Balkans & bring the latin language.
  2. (en) Dennis P. Hupchick, The Balkans: From Constantinople to Communism, Palgrave Macmillan, coll. « History », 21 février 2004, Broché, 512 p. (ISBN 978-1403964175) , p. 179
  3. Catherine Lutard, "Géopolitique de la Serbie Monténégro", éditions Complexe (ISBN 2870276478), Page17
  4. a , b  et c Alexis Troude, "Géopolitique de la Serbie", éditions Ellipses (ISBN 2729827498) page 33
  5. a  et b Catherine Lutard, "Géopolitique de la Serbie Monténégro", éditions Complexe (ISBN 2870276478) page 88 article La Serbie berceau de la démocratie dans les Balkans
  6. Catherine Lutard, "Géopolitique de la Serbie Monténégro", éditions Complexe (ISBN 2870276478) page 88 article La Serbie berceau de la démocratie dans les Balkans
  7. a  et b Catherine Lutard, "Géopolitique de la Serbie Monténégro", éditions Complexe (ISBN 2870276478), page 88 "La Serbie, berceau de la démocratie dans les Balkans

Voir aussi

Articles connexes

Liens et documents externes

  • Portail de la Serbie et du peuple serbe Portail de la Serbie et du peuple serbe
  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
Ce document provient de « Histoire de la Serbie ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Histoire de la serbie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.