Irene Nemirovsky


Irene Nemirovsky

Irène Némirovsky

Irène Némirovsky en 1928, âgée de 25 ans

Irène Némirovsky, née le 24 février 1903 (ou 11 février selon l'ancien calendrier remplacé en 1918) à Kiev et morte le 17 août 1942 à Auschwitz, est une romancière de langue française.

Sommaire

Biographie

Irène Némirovsky est la fille d'un riche banquier juif ukrainien, Leonid Borisovitch Némirovsky. Elle est élevée par sa gouvernante française, qui fait du français quasiment sa langue maternelle, sa mère ne s'étant jamais intéressée à elle. Elle parlera aussi le russe et l'anglais. En 1913, la famille obtient l'autorisation de s'installer à Saint-Pétersbourg, qui deviendra par la suite Petrograd. En janvier 1918, la famille d'Irène Némirovsky fuit la révolution et passe un an en Finlande. En juillet 1919, la famille arrive en France après un court séjour à Stockholm. Elle s'installe dans un quartier chic de Paris, rue de la Pompe dans le XVIe arrondissement. Une gouvernante anglaise est chargée de l'éducation d'Irène. Cette dernière passe le baccalauréat en 1919. Elle commence à écrire en français dès l'âge de 18 ans et, en août 1921, elle publie son premier texte, Nonoche chez l’extralucide, dans le bihebdomadaire Fantasio. En 1923, Némirovsky écrit sa première nouvelle l'Enfant génial (réédité sous le nom de Un enfant prodige en 1992), qui sera publié en 1927. Elle reprend alors ses études et obtient en 1924 sa licence de lettres à la Sorbonne. En 1926, elle publie son premier roman, Le Malentendu.

En 1926, à la mairie du XVIe arrondissement, puis à la synagogue de la rue de Montevideo, Irène Némirovsky épouse Michel Epstein, un ingénieur russe émigré devenu banquier, dont elle aura deux filles : Denise, en 1929 et Élisabeth, en 1937. Le contrat de mariage élaboré lui permettra de garder ses droits d'auteur lors de la publication de ses œuvres. La famille Epstein s'installe à Paris. Irène Némirovsky devient célèbre en 1929, dès la publication de son deuxième roman, David Golder. Son éditeur, Bernard Grasset, la projette aussitôt dans les salons et milieux littéraires français. Elle y rencontre notamment Paul Morand, qui publiera chez Gallimard quatre de ses nouvelles sous le titre de Films parlés. David Golder est adapté en 1930 au théâtre et au cinéma (David Golder est interprété par Harry Baur).

En 1930, Le Bal raconte le passage difficile d'une adolescente à l'âge adulte. L'adaptation au cinéma par Wilhelm Thiele révèle Danielle Darrieux. De succès en succès, Irène Némirovsky devient une égérie littéraire, amie de Tristan Bernard et Henri de Régnier.

En 1933, elle délaisse Grasset pour Albin Michel et commence à publier des nouvelles dans Gringoire.

Écrivain francophone reconnu, membre totalement intégré de la société française, le gouvernement français lui refuse pourtant sa naturalisation réclamée une première fois 1935.

Convertie au catholicisme le 2 février 1939 à la chapelle de l'Abbaye de Sainte-Marie de Paris, elle publie dans les hebdomadaires de droite Candide, qui interrompt leur collaboration dès la publication du premier Statut des Juifs, en octobre 1940, tandis que Gringoire, devenu ouvertement antisémite, continue de la publier sous pseudonyme.

Victimes des lois antisémites promulguées en octobre 1940 par le gouvernement de Vichy, Michel Epstein ne peut plus travailler à la banque et Irène Némirovsky est interdite de publication. Depuis le printemps, les Epstein sont installés à Issy-l'Évêque, dans le Morvan en Saône-et-Loire, où ils avaient déjà mis leurs filles à l'abri dès septembre 1939. Némirovsky écrit alors plusieurs manuscrits. Elle est considérée comme juive par la loi et doit porter l'étoile jaune. Ses œuvres ne sont plus publiées. Seul Carbuccia, bravant la censure, publie ses nouvelles jusqu'en 1942. Le 13 juillet 1942, Irène est arrêtée par la gendarmerie française. Michel Epstein envoie un télégramme à Robert Esménard et André Sabatier chez Albin Michel pour demander de l'aide :

« Irène partie aujourd'hui subitement. Destination Pithiviers (Loiret). Espère que vous pourrez intervenir urgence stop Essaie vainement téléphoner - Michel Epstein [1]. »

Elle est d'abord envoyée à Toulon-sur-Arroux, où elle reste emprisonnée deux nuits. Le 15 juillet, elle est transportée au camp d'internement de Pithiviers. Némirovsky est autorisée à écrire[réf. nécessaire] ; elle envoie une carte postale à son mari, dans laquelle elle ne se plaint pas des conditions difficiles. Elle est déportée à Auschwitz le lendemain, où elle meurt du typhus le 19 août 1942. Son mari (tout comme André Sabatier et Robert Esménard) entreprend de nombreuses démarches pour la faire libérer, mais il est lui-même arrêté en octobre 1942, déporté à Auschwitz et gazé dès son arrivée, le 6 novembre 1942.

Ses deux filles sauvent quelques documents, puis sont placées sous la tutelle d'Albin Michel et Robert Esmenard (qui dirige la maison d'édition) jusqu'à leur majorité.

La redécouverte d'un écrivain

Après l'arrestation de leurs parents, Élisabeth et Denise Epstein se cachent pendant la période de Vichy, avec l'aide d'amis de la famille, emportant avec elles les manuscrits inédits de leur mère, dont la Suite française. Il s'agit des deux premièrs tomes d'un roman inachevé, qui devait en compter cinq, ayant pour cadre l'exode de juin 1940, et l'occupation allemande en France. Il est publié en 2004 aux Éditions Denoël ; l'original a été confié à l'Institut mémoires de l'édition contemporaine (IMEC). Ce roman reçoit le Prix Renaudot à titre posthume, exception à la règle qui est de ne récompenser que des écrivains vivants.

Les deux filles ont entretenu la mémoire de leur mère, avec plusieurs rééditions. En 1992, sa fille Élisabeth Gille, qui a dirigé chez Denoël la collection Présence du futur, publie une biographie, Le Mirador.

La polémique

Plusieurs critiques et commentateurs ont soulevé des questions quant à l'attitude de Némirovsky vis-à-vis des Juifs, qu'elle décrit généralement sous des couleurs négatives dans ses écrits, de même qu'en ce qui concerne sa participation à des publications antisémites pour promouvoir sa carrière. Ainsi une revue de son œuvre publiée le 16 octobre 2007 dans "La République des Livres" disait ceci :

« ... Le trouble vient d’ailleurs. De ce qu’il faut bien appeler la haine de soi juive, telle que Theodor Lessing la conceptualisa en tant qu’intériorisation parfois jusqu’au suicide du regard de rejet porté par les autres, cette prison originelle dont elle aimerait bien s’extraire, cette honte qui la poursuit et qu’elle manifeste dans la violence de la peinture de son milieu, toutes choses dans lesquelles d’aucuns verront une autre forme d’antisémitisme, Némirovsky apparaissant comme la version romanesque du dramaturge Henry Bernstein. Il est vrai que ses personnages israélites, comme on disait alors, sont caricaturaux, outranciers, souvent abjects ; ces cosmopolites échoués le plus souvent à Biarritz sont souvent des parvenus amoraux qui vouent un culte à l’argent-roi ; “Je les ai vus ainsi” dira-t-elle pour toute justification; n’empêche qu’ils ne surprendraient pas sous la plume du Paul Morand de France la doulce. Il est également vrai que, quoiqu’en disent Philipponnat et Lienhardt, elle a plus souvent écrit dans les colonnes de la presse d’extrême-droite à toutes ses époques et jusque pendant l’occupation mais sous un pseudonyme (Gringoire, Candide) que dans celle de gauche (Marianne); un Robert Brasillach la louera pour avoir réussi le prodige de “faire passer l’immense mélancolie russe sous une forme française”. Il est vrai enfin, qu’elle s’est convertie au catholicisme à la veille de la guerre, entraînant son mari et ses filles dans son sillage, dans le fol espoir de se soustraire au vent mauvais qui se levait avec la montée des périls, alors qu’elle était totalement agnostique. L’inquiétude religieuse lui était étrangère. »

L'introduction de Myriam Anissimov à l'édition française de "Suite française" expliquant la haine de soi de Némirovsky par la situation qui était faite aux Juifs en France n'apparaît pas dans l'œuvre et le paragraphe en question a été supprimé dans l'édition anglaise.

Œuvres

Œuvres publiées de son vivant

  • Le Malentendu (1923)
  • L'Enfant génial, Fayard, 1927. Le roman fut renommé Un Enfant prodige en 1992 par l'éditeur avec l'accord de ses filles[2]
  • David Golder, Grasset, 1929
  • Le Bal, Grasset, 1930
  • Les Mouches d'automne, Grasset, 1931
  • L'Affaire Courilof, Grasset, 1933
  • Le Pion sur l'échiquer, Albin Michel, 1934
  • Films parlés, NRF, 1934. Deux nouvelles de cette collection, Ida et La Comédie bourgeoise, seront publiées dans Ida (Folio2 Denoël, 2006)
  • Le Vin de solitude, Albin Michel, 1935
  • Jézabel, Albin Michel, 1936
  • La Proie, Albin Michel, 1938
  • Deux, Albin Michel, 1939
  • Les Chiens et les loups, Albin Michel, 1940

Œuvres publiées après sa mort

  • La Vie de Tchekhov, Albin Michel, 1946
  • Les Biens de ce monde, Albin Michel, 1947
  • Les Feux de l'automne, Albin Michel, 1957
  • Dimanche (nouvelles), Stock, 2000
  • Dimanche et autres nouvelles 2000
  • Destinées et autres nouvelles 2004
  • Suite française 2004, Prix Renaudot 2004
  • Le Maître des âmes, Denoël, 2005
  • Chaleur du sang, Denoël, 2007
  • Les vierges et autres nouvelles, Denoël, 2009.

Dans Candide

  • La Femme de Don Juan (1938)
  • Monsieur Rose (1940)

Dans « La Revue des deux Mondes »

  • Jour d'été 1935
  • La Confidence 1938
  • Les Liens du sang 1936
  • Aïno 1940

Dans Gringoire

  • Nativité 1933
  • Les Rivages heureux 1934
  • Le Commencement et la fin 1935
  • Fraternité 1937
  • Epilogue 1937
  • Espoirs 1938
  • La Nuit en wagons 1939
  • Le Spectateur 1939
  • Le Sortilège 1940
  • L'Échelle du Levant (roman 18 mai 1940)
  • Le Départ pour la fête 1940
  • Destinée 1940 (publié sous le pseudonyme Pierre Neyret)
  • La Confidente 1941 (idem)
  • L'Honnête homme 1941 (idem)
  • Le Revenant 1941 (idem)
  • L'Inconnu 1941 (jeune femme anonyme)
  • L'Ogresse 1941 (Charles Blancat)
  • L'Incendie 27 février 1942 (P. Nérey)

Œuvres inédites

Nouvelles

  • La Voleuse
  • La Grande allée
  • L'Ami et la femme
  • Un Beau mariage

Films adaptés

  • David Golder, de Julien Duvivier, 1930
  • Le Bal, de Wilhelm Thiele, 1931 [1]

Pièce de théâtre adaptée

Bibliographie

  • La vie d'Irène Némirovsky, Olivier Philipponnat et Patrick Lienhardt, Paris, Grasset/Denoël, 2007 - ISBN 2-246-68721-7
  • Irène Némirovsky, biographie, Jonathan Weiss, Paris, Éditions du Félin, 2005 - ISBN 2-86645-599-1
  • Le Mirador  : mémoires rêvés, Élisabeth Gille (Élisabeth Epstein), Paris, Presses de la Renaissance, 1992 - ISBN 2-85616-629-6. Réédité chez Stock en 2000 - ISBN 2-234-05220-3
  • Le grand portrait, Irène Némirovsky, Le Monde 2 supplément du Monde n°19472, n°185, 01/09/2007.

Liens externes

Notes

  1. Télégramme du 13 juillet 1942, Jonathan Weiss : Irène Némirovsky biographie, p.191
  2. Email de Denise à Fabrice, le petit-fils d'Irène, 11 juillet 2006: L'Enfant génial a été rebaptisé avec l'accord de ta mère et de moi-même. Au moment de la reparution du livre dont ta mère a fait la préface, le terme "génial" était passé dans le langage courant et était utilisé pour tout et pour rien ce qui fait que nous avons accepté ce nouveau titre bien plus parlant à cette époque.

Commons-logo.svg


Précédé de :
Philippe Claudel
Prix Renaudot
2005
Suivi de :
Nina Bouraoui


  • Portail de la littérature Portail de la littérature
Ce document provient de « Ir%C3%A8ne N%C3%A9mirovsky ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Irene Nemirovsky de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Irène Némirovsky — en 1928, âgée de 25 ans. Activités Romancière Naissance …   Wikipédia en Français

  • Irène Nemirovsky — Irène Némirovsky Irène Némirovsky en 1928, âgée de 25 ans Irène Némirovsky, née le 24 février 1903 (ou 11 février selon l ancien calendrier remplacé en 1918) à Kiev et morte le 17 août 1942 à Auschwitz, est une romancière de langue française …   Wikipédia en Français

  • Irène Némirovsky — im Alter von 25 Jahren Irène Némirovsky (* 11. Februar 1903 in Kiew, Russisches Kaiserreich; † 17. August 1942 im KZ Auschwitz, Deutsches Reich) war eine französische Schriftstellerin …   Deutsch Wikipedia

  • Irène Némirovsky — en 1928, a los 25 años. Irène Némirovsky (Kiev, 11 de febrero de 1903 campo de concentración de Auschwitz, 17 de agosto de 1942), novelista de origen ucraniano, que vivió en Francia y escribió en francés. Fue deportada bajo leyes raciales por su… …   Wikipedia Español

  • Irène Némirovsky — Infobox Writer name = Irène Némirovsky image size = 180px caption = birthdate = birth date|1903|2|11|df=y birthplace = Kiev, Ukraine deathdate = death date and age|1942|8|17|1903|2|11|df=y deathplace = Auschwitz Birkenau, Nazi Germany occupation …   Wikipedia

  • Suite française (Irène Némirovsky) — Infobox Book | name = Suite française title orig = Suite française translator = Sandra Smith image caption = Cover to Eng. translation author = Irène Némirovsky cover artist = Roger Viollet country = France language = French series = genre =… …   Wikipedia

  • Suite francaise (Irene Nemirovsky) — Suite française (roman) Suite française Auteur Irène Némirovsky Genre Roman Pays d origine  France Éditeur Éditions Denoël Date de parution …   Wikipédia en Français

  • Suite française (Irène Némirovsky) — Suite française (roman) Suite française Auteur Irène Némirovsky Genre Roman Pays d origine  France Éditeur Éditions Denoël Date de parution …   Wikipédia en Français

  • Suite française (irène némirovsky) — Suite française (roman) Suite française Auteur Irène Némirovsky Genre Roman Pays d origine  France Éditeur Éditions Denoël Date de parution …   Wikipédia en Français

  • Némirovsky — Irène Némirovsky im Alter von 25 Jahren Irène Némirovsky (* 11. Februar 1903 in Kiew; † 17. August 1942 in Auschwitz) war eine französische Schriftstellerin. Inhaltsverzeichni …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.