Juifs Comtadins


Juifs Comtadins

Juifs comtadins

Première carte du Comtat Venaissin par Stephano Ghebellino (vers 1580)

Les Juifs comtadins, aussi appelés Juifs du Pape, étaient les Juifs habitant dans le Comtat Venaissin. Au Moyen Âge, alors que les Juifs étaient persécutés ou expulsés en France, notamment sous le règne de Philippe le Bel, les États pontificaux étaient tolérants à leur égard. Le Comtat Venaissin, correspondant à peu près à l'ouest de Vaucluse, était une possession papale depuis 1274. Une communauté juive importante a pu ainsi se développer dans les villes locales (Avignon, Orange, Carpentras,Valréas, etc.), faisant d'elle l'un des foyers de population juive les plus denses et les plus anciens de France.

Sommaire

Histoire

Origine

La présence juive est attestée à Marseille et dans la Vallée du Rhône depuis l'Antiquité. A l'époque romaine, des communautés actives existent. Il est donc probable qu'elles se composent non seulement de juifs exilés mais aussi de gallo-romains convertis.

Le 27 mars 1247, mercredi de la semaine sainte, une petite chrétienne est trouvée morte à Valréas. Cela donne lieu à l'une des premières accusations de crime rituel contre les Juifs[1]. Des Juifs de Valréas sont immédiatement arrêtés, torturés et brûlés sur le bûcher. Par la suite, d'autres Juifs de la région sont eux aussi persécutés et il faut l'intervention du pape pour arrêter cette flambée d'antijudaïsme Innocent IV[2].

Le Comtat Venaissin est cédé au pape par le roi de France Philippe le Hardi, le 27 janvier 1274. Malgré ces deux expulsions des Juifs en 1302 et 1322, le Comtat constitua dès lors un refuge pour les Juifs chassés du royaume de France.

La présence juive est attestée à Carpentras[3] depuis au moins le 28 février 1276, selon des rôles d'impôts de cette période[4].

En 1306, Charles II, comte de Provence, garantit les droits des Juifs dans ses états.

1316. Ouverture du cimetière de la Pignotte a Avignon. 1320. Croisade des Pastoureaux. Le pape Jean X protège les Juifs. Massacres à Auch, Castelsarrazin, Albi, Toulouse, Verdun sur Garonne 1322. Expulsion, sans effet, des Juifs du Comtat par Jean XXII 1326. Le concile d'Avignon, sous Jean XXII, rappelant le Concile de Latran, 1215, impose la Rouelle aux Juifs de plus de quatorze ans et les "cornailles" (chapeau à cornes) aux Juives de plus de douze ans. 2 janvier 1344. "Refondation" de la Communauté de Carpentras v.1345. Le pape Jean X réprime le prosélytisme des Juifs; expulse les Juifs de Bédarrides et détruit la synagogue. 1345‑1346. Pogroms à Orange. 1348. La Grande Peste. Clément VI défend les Juifs, accusés d'avoir provoqué le fléau (en empoisonnant les puits), et recueille, dans ses états ceux qui fuyaient les persécutions. 1348. La reine Jeanne de Provence vend Avignon à Clément V, pour 80 000 Florins. 1348. Massacre à la Juiverie de Toulon. 1353. Raymond des Baux garantit les droits des Juifs dans sa Principauté d'Orange. 1369. Le médecin de la reine Jeanne de Provence est Bendig Haim. 1370. Acquisition de l'actuel Cimetière de Carpentras, pour 38 florins d'or et 6 livres d'épice par an, le vendeur pouvant continuer d'y faire paître ses troupeaux. On y plante une vigne pour faire du vin casher, et l'argent de la production des vers à soie des mûriers servira a doter les jeunes filles pauvres. Il ne sera clôturé qu'en 1843.

17 sept. 1394. Edit de bannissement des juifs du Royaume de France, par Charles VI.

Les papes et les juifs du Comtat

On considère généralement que la tolérance des papes permit aux juifs comtadins d'y vivre sans être inquiétés, et à de nombreux juifs de France d’échapper aux persécutions dont ils étaient victimes, à condition toutefois qu'ils acceptassent de vivre dans une des quatre carrières comtadines. Ce sont les Arba Kehilot, les quatre saintes communautés d’Avignon, de Carpentras, de Cavaillon et de l’Isle-sur-la-Sorgue.

Mais en 1322, Jean XXII expulsa les juifs d’Avignon et du Comtat qui se réfugièrent en Dauphiné et en Savoie. Pour parfaire l’expulsion, le pape jugea utile et nécessaire de faire jeter à bas les synagogues de Bédarrides, Bollène, Carpentras, le Thor, Malaucène, Monteux et Pernes[5]. Le même pape, en 1326, lors du concile d’Avignon fit imposer aux juifs que, dès l’âge de quatorze ans, les garçons fussent contraints de porter la rouelle jaune et les filles, dès douze ans, de s’affubler d’un voile distinctif (cornalia ou cornu).

Les carrières

En 1394, les Juifs en sont définitivement expulsés. Dans le Comtat Venaissin, les communautés d'Avignon, Carpentras, Cavaillon et L'Isle-sur-la-Sorgue subsistent moyennant une série de conditions : port d'un chapeau de couleur jaune, résidence obligatoire dans une carrière ("carriero" en provençal), c'est à dire un quartier de quelques rues bien délimitées fermées chaque soir, paiement de taxes supplémentaires, obligation d'assister périodiquement à des prêches les appelant à la conversion, etc.

Les Juifs du pape ne sont guère nombreux : 500 environ à Avignon et Carpentras vers l'an 1600[6]. Quant à la carrière de l'Isle-sur-la-Sorgue, elle était établie dans une impasse sur 2500 mètres carrés. Dans ces carrières, les maisons atteignaient 4 à 5 étages pour gagner un peu de place.

Thomas Platter nous décrit la carrière d'Avignon en 1595 qui n'est qu'une rue fermée des 2 côtés[7]. Il signale que la plupart des Juifs sont tailleurs. La synagogue est dans une sorte de cave. Les Juifs ne peuvent sortir de la carrière que le jour vêtu de vêtements particuliers, dont le port d'un chapeau jaune. En 1741 est construite la synagogue de Carpentras, la plus vieille aujourd'hui en France. Ce n'est qu'en 1784 qu'un cafetier de Carpentras est autorisé à recevoir des Juifs [6].

La répétition au cours des âges de mesures restrictives semble dire qu'elles étaient en réalité peu appliquées. Les juifs du Pape, comme ils seront appelés, semblent avoir en fait eu de bonnes relations avec leurs concitoyens chrétiens.

Un judaïsme comtadin original se développe. Il ne se rattache ni au courant séfarade (d'origine espagnole, qui se rencontre dans les régions du bassin méditerranéen et en France dans le Sud-Ouest) ni au courant ashkénaze (de l'Alsace-Lorraine et de l'Europe centrale et orientale). Il se caractérise par une organisation très structurée des communautés, une totale endogamie, un rituel propre. Les juifs parlent un dialecte judéo-provençal.

L'essor

Au cours du XVIIIe siècle, la situation économique des juifs s'améliore. Les comtadins voyagent beaucoup dans tout le Midi de la France, certains s'installent de façon semi-permanente à Nîmes, Montpellier, etc. L'usage du français se répand. Témoin de cette prospérité nouvelle, la salle de prière de la synagogue de Carpentras[8] est un chef d'œuvre de décoration et de ferronnerie italianisantes. Par contre, la vie quotidienne ne peut guère refléter l'enrichissement des juifs du Pape, qui ne sont pas autorisés à s'établir hors des "carrières" surpeuplées où les maisons de six ou sept étages apparaissent aux yeux des voyageurs qui arrivent à Carpentras comme de véritables gratte-ciel.

De la révolution à nos jours

La Révolution française, avec le rattachement à la France d'Avignon et du Comtat Venaissin, marque pour les juifs une véritable libération. Malgré une opposition (peu virulente, d'ailleurs) de certains, les juifs du Pape deviennent citoyens français. En quelques années, les carrières se vident. Les juifs prennent une part active aux événements révolutionnaires, en particulier à Nîmes, et se dispersent dans toutes les grandes villes du Midi, et jusqu'à Paris.

En sommeil pendant un siècle et demi, les communautés d'Avignon et de Carpentras retrouvent une nouvelle vigueur après 1962, avec l'arrivée de juifs rapatriés d'Algérie. La synagogue de Carpentras reconstruite au XVIIIe siècle sur des fondations du XIVe siècle est la plus vieille synagogue de France aujourd'hui en service.

Les juifs comtadins célèbres

Alors que les juifs comtadins n'ont pas joué un grand rôle dans l'histoire du judaïsme, leurs descendants donneront à la France entre autres Alfred Naquet (membre du gouvernement de la révolution de 1848), Adolphe Crémieux (homme politique, à qui on doit le décret Crémieux qui octroya la nationalité française aux juifs d'Algérie), l'écrivain Armand Lunel et son ami le compositeur Darius Milhaud, le chef d'orchestre Pierre Monteux ou l'historien Pierre Vidal-Naquet. L'écrivain Bernard Lazare, qui fut le premier à s'engager dans la défense du capitaine Dreyfus, bien avant Zola, était né à Nîmes et descendait, selon la tradition familiale de sa mère d'un "argentier du Pape" d'Avignon (d'après sa biographie par Jean-denis Bredin ).

Bibliographie

  • E. Bardinet, De la condition civile des Juifs du Comtat Venaissin pendant le séjour des papes d’Avignon (1309 – 1376), Revue Historique, 12, 1880.
  • E. Bardinet, Les Juifs du Comtat Venaissin au Moyen-Âge. Leur rôle économique et intellectuel, Revue Historique, 14, 1880.
  • C. Faure, Études sur l’administration et l’histoire du Comtat Venaissin du XIIIe au XIVe siècle (1229 – 1417), Paris-Avignon, 1909.
  • A. Mossé, Histoire des juifs d'Avignon et du Comtat Venaissin, Paris, 1934.
  • Philippe Prévot, Histoire du ghetto d'Avignon, Éd. Aubanel, Avignon, 1975, (ISBN 978-2-70060-056-8)
  • David Feuerwerker, L'Emancipation des Juifs en France. De l'Ancien Régime à la fin du Second Empire. Albin Michel: Paris, 1976 (ISBN 2-226-00316-9)
  • René Moulinas, Les Juifs du Pape en France, Paris, 1981.
  • René Moulinas, Les Juifs du Pape, Éd. Albin Michel, Coll. Présence du Judaïsme, Paris, 1992.
  • D. et C. Iancu, Les Juifs du Midi. Une histoire millénaire, Avignon, 1995.

Notes

  1. (en) JE, Blooad accusation
  2. Frédéric Chartrain, « La présence juive en Dauphiné au Moyen-Âge » sur Centre pour la Communication Scientifique Directe. Consulté le 8 octobre 2009
  3. C'est à Carpentras que se situe encore la plus vieille synagogue en fonction de France
  4. Michel Mayer-Crémieux, « Recherches historiques et généalogiques chez les juifs du Comtat ». Consulté le 8 octobre 2009
  5. Ce fut la seconde expulsion des juifs du Comtat. La première avait été décidée le 13 mars 1302, par Mathias de Chiéti – dit Matthieu de Chéate – recteur du Comtat Venaissin, qui les accusait de pratiquer l’usure.
  6. a  et b Sous la direction de Bernhard Blumenkranz, « Histoire des Juifs en France » chez Privat, Éditeur, 1972, deuxième partie, troisième section, premier chapitre
  7. Thomas Platter, « Notes de voyage de deux étudiants bâlois, page 251 », 1882, C. Coulet
  8. La salle de prière de la synagogue de Carpentras, Ministère de la Culture. Consulté le 29 juillet 2007

Voir aussi

Liens externes

Autres

Les travaux du Professeur René Moulinas ont fortement contribué à faire connaître la présence juive dans les terres cisalpines du Pape.


Histoire des Juifs en France
Histoire régionale: Histoire des Juifs dits Portugais, Histoire des Juifs en Alsace, Histoire des Juifs en Lorraine, Juifs comtadins
Articles détaillés: Juiverie, Liste des toponymes juifs en France, Napoléon et les Juifs, Antisémitisme en France
Vichy et la Shoah: Mesures et activités antisémites durant l'occupation, Victimes françaises de la Shoah, Lois contre les Juifs et les étrangers, Mémorial de la Shoah, Union générale des israélites de France
  • Portail de la culture juive et du judaïsme Portail de la culture juive et du judaïsme
  • Portail de Vaucluse Portail de Vaucluse
Ce document provient de « Juifs comtadins ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Juifs Comtadins de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Juifs comtadins — Première carte du Comtat Venaissin par Stephano Ghebellino (vers 1580) Les Juifs comtadins, aussi appelés Juifs du Pape, étaient les Juifs habitant dans le Comtat Venaissin. Au Moyen Âge, alors que les …   Wikipédia en Français

  • Juifs du pape — Juifs comtadins Première carte du Comtat Venaissin par Stephano Ghebellino (vers 1580) Les Juifs comtadins, aussi appelés Juifs du Pape, étaient les Juifs habitant dans le Comtat Venaissin. Au Moyen Âge, alors que les …   Wikipédia en Français

  • Juifs en France — Histoire des Juifs en France Les Juifs et le judaïsme Généralités Qui est Juif ? · Terminologie · Conversion Judaïsme : Principes de foi Noms de Dieu dans le judaïsme Tanakh (Bible hébraïque) : Torah · …   Wikipédia en Français

  • Juifs français — Histoire des Juifs en France Les Juifs et le judaïsme Généralités Qui est Juif ? · Terminologie · Conversion Judaïsme : Principes de foi Noms de Dieu dans le judaïsme Tanakh (Bible hébraïque) : Torah · …   Wikipédia en Français

  • Juifs alsaciens — Histoire des Juifs en Alsace Les Juifs et le judaïsme Généralités Qui est Juif ? · Terminologie · Conversion Judaïsme : Principes de foi Noms de Dieu dans le judaïsme Tanakh (Bible hébraïque) : Torah …   Wikipédia en Français

  • Juifs du Pape — Première carte du Comtat Venaissin par Stephano Ghebellino (vers 1580) Les Juifs du Pape[Note 1] vivaient dans le Comtat Venaissin et à …   Wikipédia en Français

  • Histoire Des Juifs En France — Les Juifs et le judaïsme Généralités Qui est Juif ? · Terminologie · Conversion Judaïsme : Principes de foi Noms de Dieu dans le judaïsme Tanakh (Bible hébraïque) : Torah · …   Wikipédia en Français

  • Histoire des Juifs de France — Histoire des Juifs en France Les Juifs et le judaïsme Généralités Qui est Juif ? · Terminologie · Conversion Judaïsme : Principes de foi Noms de Dieu dans le judaïsme Tanakh (Bible hébraïque) : Torah · …   Wikipédia en Français

  • Histoire des Juifs en France depuis la Révolution — Histoire des Juifs en France Les Juifs et le judaïsme Généralités Qui est Juif ? · Terminologie · Conversion Judaïsme : Principes de foi Noms de Dieu dans le judaïsme Tanakh (Bible hébraïque) : Torah · …   Wikipédia en Français

  • Histoire des Juifs en France des origines à la Révolution — Histoire des Juifs en France Les Juifs et le judaïsme Généralités Qui est Juif ? · Terminologie · Conversion Judaïsme : Principes de foi Noms de Dieu dans le judaïsme Tanakh (Bible hébraïque) : Torah · …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.