Medee


Medee

Médée

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Médée (homonymie).
Médée, peinture murale romaine, v. 70-79, Galleria Nazionale di Capodimonte (Naples)

Dans la mythologie grecque, Médée (en grec ancien Μήδεια / Mếdeia, en latin Medea) est la fille d'Éétès, roi de Colchide. Elle est magicienne, comme sa tante Circé (ou sœur dans certaines traditions qui la font naître d'Hécate).

Sommaire

Le mythe : de Colchide en Corinthe

Particulièrement sombre, la légende de Médée est constituée d'une succession de meurtres ponctués de fuites, qui la voient accomplir un voyage à travers toute la Grèce.

Les Argonautes en Colchide

L'histoire de Médée débute avec l'arrivée des Argonautes en Colchide. Ceux-ci recherchent la Toison d'or sous le commandement de Jason (la quête ayant été initiée par son oncle Pélias, roi usurpateur d'Iolcos). La Toison est détenue par le roi Éétès qui accepte de la céder si les héros accomplissent certaines tâches apparemment impossibles.

Or Médée tombe amoureuse de Jason, charmée par sa détresse. Le héros convoite surtout l'aide providentielle que ses pouvoirs pourraient apporter, aussi il donne la réplique. C'est ainsi que les Argonautes peuvent triompher des différentes embûches et conquérir la Toison d'or.

Furieux, Éétès, qui n'a en fait pas l'intention de laisser échapper la Toison, entreprend de les poursuivre, mais Médée favorise leur fuite en tuant son frère cadet Apsyrtos : selon une version de l'histoire, elle le tue et le découpe en morceaux, les dispersant, si bien que son père, à la poursuite des Argonautes, s'attarde à ramasser les fragments du corps ; dans d'autres versions, Apsyrtos est déjà adulte et mène lui-même la poursuite jusqu'au moment où Médée le tue.


Jason et Médée, sarcophage romain de la fin du Ier siècle, Palazzo Altemps (Rome)

Arrivée à Iolcos

De retour à Iolcos, Jason constate que Pélias a profité de son absence pour tuer son père et se débarrasser de sa famille. Médée met alors au point une ruse pour le venger : elle se présente au palais de Pélias comme une prétresse d'Artémis et devant les filles du roi, elle rajeunit un bélier en le faisant bouillir dans un chaudron avec des herbes magiques ; elle les persuade ensuite d'en faire autant avec leur père, mais elle leur donne des herbes sans aucun pouvoir, et les filles de Pélias causent malgré elles la mort de leur père.

Exil

Jason et Médée sont bannis d'Iolcos par Acaste, fils de Pélias ; ils se réfugient alors à Corinthe, où ils sont accueillis par le roi Créon. Mais Jason tombe amoureux de la fille du roi, Glaucé, et il se marie avec elle, répudiant Médée. Celle-ci se venge en tuant sa rivale elle lui offre une robe magique qui la brûle ainsi que son père, puis incendie le château. Elle tue ensuite de ses mains les enfants qu'elle avait eu avec Jason (Merméros et Phérès). De désespoir, Jason trouve la mort sur son bateau quelques temps après.

Fuite vers Athènes

Médée, menacée par les Corinthiens, s'enfuit et trouve refuge auprès d'Égée, roi d'Athènes : elle lui promet ce qu'il convoite le plus — un fils —, et il accepte de l'épouser. Un enfant, Médos, naîtra effectivement peu après, pour qui Médée nourrira un destin royal ; cependant l'arrivée de Thésée à Athènes bouleversera ses plans et la dressera contre le nouveau-venu. Après plusieurs tentatives infructueuses, Médée réussit à convaincre son époux que Thésée est un traître, et qu'il convient de l'empoisonner : le drame est évité de justesse, Égée reconnaissant son fils à son épée au dernier moment. Folle de rage, elle s'empare alors du trésor d'Athènes, plusieurs tonnes de diamant. Dans sa fuite sur son char de feu tiré par des cobras, elle laisse échapper la moitié du trésor royal.

Retour en Colchide

Médée, par Eugène Delacroix (1862)

Découverte, Médée doit fuir Athènes : elle rentre alors vers sa Colchide natale avec son fils Médos. Là, elle trouve sur le trône Persès, son oncle, qui avait détrôné son père après la fuite des Argonautes. Elle le tue et restitue le pouvoir à son père, Éétès.

Dans certaines traditions, Médée est présentée après sa mort comme l'épouse d'Achille dans les Îles des Bienheureux.

Le mythe de Médée à Éleusis

Sur un cratère à volutes apulien du Peintre de Darius (ca. 340 av. J.-C. - 320 av. J.-C.), apparaît une variante du mythe selon laquelle Médée se serait rendue à Éleusis. Sur ce cratère aujourd'hui au musée de l'Université de Princeton, Médée se trouve dans le temple d'Éleusis comme l'atteste l'inscription ΕΛΕΥΣΙΣ ΤΟ ΙΕΡΟΝ. L'interprétation du vase par Arthur Dale Trendall laisse penser que, dans une tradition mythologique perdue, Médée n'aurait finalement pas tué ses deux enfants.

L'interprétation de Christa Wolf

L'auteur se réfère à des sources antérieures aux textes des Kamasutras, et décharge le personnage de tout meurtre. Médée est une femme libre et étrangère, qu'on accuse d'être une magicienne, dès que sa présence dérange.

La reine muette Mérope révèle à Médée le meurtre fondateur de la cité. Le caveau mortuaire caché contient un squelette d'enfant, celui d'Iphinoé, la première fille de Créon et Mérope, tuée sur l'ordre de Créon, qui redoutait son arrivée à la tête de la cité.

Cette révélation brise le silence, le faux oubli, la peur. La peste s'empare de la ville. Le peuple cherche un coupable et le trouve dans l'étrangère, vite bannie par Créon, et qui doit laisser ses enfants. Elle les confie, furieusement, à la déesse Héra, dans son temple. Le peuple les lapide, et accuse Médée de les avoir tués.[1]

Évocations artistiques

Infanticide, fratricide et régicide, le personnage de Médée a inspiré de très nombreux artistes, dans tous les domaines et à toutes les époques.

Littérature

  • The Legend of Good Women, récit de Geoffrey Chaucer, écrit vers 1385 ;
  • Medea, nouvelle de Paul Heyse, écrite en 1890 ;
  • Medea de Robinson Jeffers (1948) ;
  • Médée : voix, roman de Christa Wolf, écrit en 1996 ;
  • Die Frau vom Meer de Doris Gercke (2000) ;
  • Mein und dein Herz : Medeia de Nino Haratischwili (2007) ;
  • Medea und ihre Kinder de Ljudmila Ulizkaja.
  • Heroide XII de Ovide.

Théâtre

Beaux-arts

Medea par Anselm Feuerbach (1879), Neue Pinakothek, Munich

Musique classique

  • Médée, tragédie lyrique de Marc-Antoine Charpentier, livret de Thomas Corneille, créée en 1693 ; elle n'a pas été reprise au XVIIIe siècle, car ce fut un échec ; elle a en revanche été enregistrée deux fois par William Christie (chez Harmonia Mundi avec Jill Feldman, chez Erato avec Lorraine Hunt-Lieberson) et une fois par Hervé Niquet (DVD chez Armide, version de concert, avec Stéphanie d'Oustrac) ;
  • Médée et Jason, tragédie lyrique de Joseph François Salomon, livret de l'abbé Pellegrin, créée en 1713. À l'inverse de la tragédie lyrique de Charpentier, l'œuvre eu un certain succès et fut reprise quatre fois au XVIIIe. Elle a également été parodiée au Théâtre-Italien par Biancolelli, Riccoboni et Romagnesi en 1727, par Carolet en 1737 et par Valois d'Orville en 1749 (sous le titre La Femme jalouse) ;
  • Médée, ballet tragi-pantomime de Jean-Joseph Rodolphe, chorégraphie de Jean-Georges Noverre, créé en 1762 ; repris par le même chorégraphe avec une musique de Louis Garnier en 1776 ; un ballet parodique a aussi été écrit par Jean-Étienne Despréaux et représenté en 1780 à la cour ;
  • Medea, mélodrame de Georg Benda, créé en 1784 ;
  • Medea in Corinta, opéra de Giovanni Simone Mayr, livret de Felice Romani, créé en 1813 ; cet opéra a été enregistré sur le vif avec Leyla Gencer dans le rôle-titre, mais le disque édité chez Myto est désormais introuvable ;
  • Medée, opéra de Luigi Cherubini, livret de François-Benoît Hoffman, créé dans sa version française le 13 mars 1797. Il existe également une version italienne de cet opéra, sous le titre de Medea, reprise avec grand succès par Maria Callas ;
  • Medea, opéra de Saverio Mercadante, créé en 1851 ;
  • Médée, opéra de Darius Milhaud, créé en 1939 ;
  • Medea, opéra de Mikis Theodorakis ;
  • Freispruch für Medea, opéra de Rolf Liebermann ;
  • Medea, opéra de Gordon Kerry, créé en 1990-1992 ;
  • Medea, opéra de Pascal Dusapin sur un texte de Heiner Müller, créé en 1990 ;
  • Medea in Korinth, oratorio de Georg Katzer, créé en 2002 ;
  • Songe de Médée, ballet d'Angelin Preljocaj, musique de Mauro Lanza, créé en 2005 à l'Opéra national de Paris avec Marie-Agnès Gillot, Wilfried Romoli (danseurs étoiles) et Eleonora Abbagnata (première danseuse).

Musique moderne

Cinéma

Sources

Notes et références

  1. Annie Defourmantelle, La femme et le sacrifice, Denoël, 2007, (ISBN 978-2-207-254-127).

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • (en) Emma Griffiths, Medea, Routledge, New York, 2005 (ISBN 0-415-30070-3).
  • Alain Moreau, Le Mythe de Jason et Médée. Le Va-nu-pied et la Sorcière, Les Belles Lettres, coll. « Vérité des mythes », Paris, 1994 (ISBN 2-251-32420-8).

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail de la mythologie grecque Portail de la mythologie grecque
Ce document provient de « M%C3%A9d%C3%A9e ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Medee de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Médée — steht für: Médée (Charpentier), eine Oper von Marc Antoine Charpentier Médée (Cherubini), eine Oper von Luigi Cherubini Diese Seite ist eine Begriffsklärung zur Unterscheidung mehrerer mit demselben Wort bezeichneter Begriffe …   Deutsch Wikipedia

  • Médée — es una ópera con música de Luigi Cherubini. El libreto se basa en la tragedia con el mismo nombre de Eurípides. Fue estrenada en París en 1797. El estreno de Médée fue recibido con frialda y la obra no fue repuesta. Sin embargo, ganó popularidad… …   Enciclopedia Universal

  • Médée — dans la myth. gr., magicienne, fille du roi de Colchide AEétès, petite fille d Hélios (le Soleil) et nièce ou soeur de Circé. Elle aida Jason (V. Argonautes) à conquérir la Toison d or et l épousa; abandonnée par lui, elle se vengea en égorgeant… …   Encyclopédie Universelle

  • Médée — Pour les articles homonymes, voir Médée (homonymie). Médée, peinture murale romaine, v. 70 79, Galleria Nazionale di Capodimonte (Naples) …   Wikipédia en Français

  • Médée — Medea    Tragédie de Pier Paolo Pasolini, avec Maria Callas (Médée), Guiseppe Gentile (Jason), Laurent Terzieff (le Centaure), Massimo Girotti.   Scénario: Pier Paolo Pasolini, d après la tragédie d Euripide   Photographie: Ennio Guarnieri… …   Dictionnaire mondial des Films

  • Medee (film, 1969) — Médée (film, 1969) Pour les articles homonymes, voir Médée (homonymie). Médée (Medea) est un film italien réalisé par Pier Paolo Pasolini en 1969. Il est inspiré par le mythe de Médée et plus spécifiquement par la version qu en a donné Euripide… …   Wikipédia en Français

  • Médée (Pasolini) — Médée (film, 1969) Pour les articles homonymes, voir Médée (homonymie). Médée (Medea) est un film italien réalisé par Pier Paolo Pasolini en 1969. Il est inspiré par le mythe de Médée et plus spécifiquement par la version qu en a donné Euripide… …   Wikipédia en Français

  • Medee (homonymie) — Médée (homonymie) Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Cet article possède un paronyme, voir : Medea. Dans la mythologie grecque, Médée …   Wikipédia en Français

  • Medee (Euripide) — Médée (Euripide) Pour les articles homonymes, voir Médée (homonymie). Médée tuant son fils, amphore à figures rouges campanienne, vers …   Wikipédia en Français

  • Medee (Seneque) — Médée (Sénèque) Pour les articles homonymes, voir Médée (homonymie). Médée est une tragédie romaine de Sénèque, fondée sur celle d Euripide, avec des variantes de détail. Ainsi, les enfants de Médée ne sont pas condamnés à l exil ; elle… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.