Colonel Général de l'Infanterie


Colonel Général de l'Infanterie

Colonel général

Colonel général est un office ou un grade militaire de plusieurs armées.

En France, le colonel général est un officier général chargé de tous les régiments d'une même arme ; il est considéré comme le colonel de tous les régiments de cette arme. On trouve notamment un colonel général de l’infanterie et un de la cavalerie (voir plus bas). Le colonel général de l'’infanterie ayant trop d'importance, Louis XIV supprime sa charge en 1661 et ne nomme plus que des colonels généraux au rôle honorifique comme celui des dragons (créé en 1668), celui des Cent-Suisses et Grisons, qui avait autorité sur tous les régiments de Suisses de la Maison du Roi, et celui des Gardes-Françaises. Lorsque la charge de colonel général de l'infanterie fut supprimée, les officiers en charge des régiments, alors appelés mestres de camp, prirent le nom de colonels. Comme la cavalerie conserva toujours ses colonels généraux, les chefs de régiments restèrent des mestres de camp.

Tous les grades de colonel-général furent supprimés à la Révolution, mais ils furent rétablis par Napoléon, qui nomma certains de ses maréchaux à des grades honorifiques. À la Restauration, quelques titres furent accordés à des membres de la famille royale. Après 1830, on ne trouve plus de colonels généraux.

Sommaire

Colonels généraux d'Ancien Régime

Colonel général de l’infanterie

Le colonel général de l'infanterie était un officier de la Couronne de France sous François Ier. Cet officier prenait rang immédiatement derrière les maréchaux et avait le commandement suprême sur l'infanterie. Durant les guerres d'Italie, il y a eu parfois un colonel général de l'infanterie « au-delà des monts » et un « en-deça des monts ».

Cet office devint un grand office de la couronne en 1581, pour le premier duc d'Épernon. Le colonel général bénéficiait de pouvoirs importants : il était considéré comme colonel de tous les régiments d'infanterie. Tous les actes concernant l'infanterie, y compris les commissions d'officiers, devaient porter "l’attache" du colonel général, ce qui devint un véritable droit de nomination des officiers. Cette "attache" permettait donc au colonel général de placer ses fidèles dans l'armée, ce qui pouvait menacer le pouvoir royal. Richelieu, puis Mazarin s'attachèrent donc à réduire les pouvoirs du colonel général. En 1638, le jeune duc de la Valette, titulaire en survivance de la charge de son père le duc d'Épernon, jugé responsable de la défaite de Fontarrabie, dut s'exiler en Angleterre. Richelieu supprima alors la mention du colonel général dans les actes concernant l'infanterie, puis en 1643, après la mort du duc d'Épernon, Mazarin supprima la charge. Toutefois dès la fin de cette même année, La Valette, devenu duc d'Épernon, revint en France et fut à nouveau investi de la charge de colonel général. En 1645, le colonel général fut à nouveau mentionné sur les actes de l'infanterie. Louis XIV, secondé par son secrétaire d'État à la Guerre, Le Tellier, entreprit après la Fronde une politique délibérée de réduction des privilèges du duc d’Épernon, dispensant un certain nombre d'officiers de l'attache. À la mort du duc en 1661, la charge fut supprimée. Elle réapparut sous la Régence, mais de manière strictement honorifique.

Liste

Colonel général de la cavalerie

Le colonel général de la cavalerie était à l'origine le correspondant du colonel général de l’infanterie. Comme lui, il était considéré comme le colonel de tous les régiments de cavalerie, dont les chefs effectifs portaient le titre de mestre de camp. Seuls les compagnies de la gendarmerie de France, qui ne formaient pas des régiments, n'étaient pas sous son autorité, ce qui justifiait son titre formel de colonel général de la cavalerie légère. Le colonel général était assisté d'un mestre de camp général et d'un commissaire général, fonctions qui devinrent bientôt honorifiques. Le colonel général devait viser de son "attache" tous les actes concernant la cavalerie et exerçait par ce biais un contrôle sur les nominations d'officiers.

La politique royale fut toutefois bien plus conciliante avec les colonels généraux de la cavalerie qu'avec ceux de l'infanterie. Ce n'est que sous le règne de Louis XIV qu'on s'employa à rogner les prérogatives du colonel général. Turenne, colonel général depuis 1634, perdit en 1667 le contrôle des nominations et nous dit Racine "n'osa souffler, de peur de dégoûter le Roi de lui." Il conserva néanmoins une autorité technique et symbolique, en participant à la rédaction de règlements de la cavalerie, en organisant des revues et en visant toutes les commissions d'officiers. En 1668, les dragons furent soustraits à son autorité et confiés à un colonel général distinct. Son neveu, le comte d'Auvergne, colonel général à partir de 1675, dut partager son autorité avec un corps d'inspecteurs de la cavalerie, chargé de l'organisation de l'arme, créé en 1694. Le comte d'Évreux, neveu du comte d'Auvergne, ne conserva plus que des privilèges honorifiques, la cavalerie étant désormais intégrée à la structure de commandement royale.

En 1778 la charge de colonel général des hussards fut créé par démembrement de celle de colonel général de la cavalerie.

Colonels généraux de la cavalerie légère

Colonels généraux des dragons

Colonels généraux des hussards

Autres

Colonels généraux des Cent-Suisses et Grisons

Colonels généraux des Gardes-Françaises

  • 1661 - 1671 : Antoine, duc de Gramont
  • 1672 - 1692 : François d'Aubusson, duc de La Feuillade
  • 1692 - 1704 : Louis François, duc de Boufflers
  • 1704 - 1717 : Antoine de Gramont, duc de Guiche
  • 1717 - 1741 : Louis Antoine Armand, duc de Gramont
  • 1741 - 1745 : Louis, duc de Gramont
  • 1745 - 1788 : Louis Antoine de Gontaut, duc de Biron

Colonels généraux napoléoniens

Colonels généraux de la Restauration

Ce document provient de « Colonel g%C3%A9n%C3%A9ral ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Colonel Général de l'Infanterie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Colonel général de l'Infanterie — Colonel général Colonel général est un office ou un grade militaire de plusieurs armées. En France, le colonel général est un officier général chargé de tous les régiments d une même arme ; il est considéré comme le colonel de tous les… …   Wikipédia en Français

  • Colonel général — est un office ou un grade militaire de plusieurs armées. Sommaire 1 En France 2 Colonels généraux d Ancien Régime 2.1 Colonel général de l’infanterie 2.1.1 …   Wikipédia en Français

  • Colonel-général — est un office ou un grade militaire de plusieurs armées. En France, le colonel général est un officier général chargé de tous les régiments d une même arme ; il est considéré comme le colonel de tous les régiments de cette arme. On trouve… …   Wikipédia en Français

  • Colonel general — Colonel général Colonel général est un office ou un grade militaire de plusieurs armées. En France, le colonel général est un officier général chargé de tous les régiments d une même arme ; il est considéré comme le colonel de tous les… …   Wikipédia en Français

  • Colonel général de la cavalerie — Colonel général Colonel général est un office ou un grade militaire de plusieurs armées. En France, le colonel général est un officier général chargé de tous les régiments d une même arme ; il est considéré comme le colonel de tous les… …   Wikipédia en Français

  • Colonel Général — 1er régiment d infanterie de ligne Pour les articles homonymes, voir 1er régiment d infanterie. 1e Régiment d Infanterie …   Wikipédia en Français

  • Régiment Colonel Général — 1er régiment d infanterie de ligne Pour les articles homonymes, voir 1er régiment d infanterie. 1e Régiment d Infanterie …   Wikipédia en Français

  • Regiment Colonel-General — Régiment Colonel Général Dans l’armée française de l’ancien Régime, le nom de Régiment Colonel général était attribué au régiment possédé par le colonel général d une arme, infanterie ou cavalerie. Ce régiment avait alors le premier rang au sein… …   Wikipédia en Français

  • Régiment colonel-général — Dans l’armée française de l’ancien Régime, le nom de Régiment Colonel général était attribué au régiment possédé par le colonel général d une arme, infanterie ou cavalerie. Ce régiment avait alors le premier rang au sein de cette arme. Comme la… …   Wikipédia en Français

  • Régiment Colonel-Général — Dans l’armée française de l’ancien Régime, le nom de Régiment Colonel général était attribué au régiment possédé par le colonel général d une arme, infanterie ou cavalerie. Ce régiment avait alors le premier rang au sein de cette arme. Comme la… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.