Elie Reclus


Elie Reclus

Élie Reclus

Élie Reclus
Élie Reclus, par Nadar
Élie Reclus, par Nadar

Naissance 16 juin 1827
Sainte-Foy-la-Grande (Gironde)
Décès 11 février 1904 (à 77 ans)
Bruxelles, Belgique
Nationalité Française
Profession(s) Journaliste, Ethnologue

Élie Reclus, de son vrai nom Jean-Pierre Michel Reclus, est né à Sainte-Foy-la-Grande (Gironde) le 16 juin 1827 et il est mort à Bruxelles le 11 février 1904. Il fut journaliste, ethnologue et militant anarchiste de la fin du XIXe siècle.

Élie Reclus est le frère, entre autres, des géographes Élisée Reclus et Onésime Reclus.

Biographie

Son père, Jacques Reclus, né en 1796, était pasteur (tout d’abord rémunéré par l’État, puis indépendant) ; il a aussi été quelques années professeur au collège protestant de Sainte-Foy. Il eut dix-sept enfants dont trois ne vécurent pas, avec Zéline Trigant (née en 1805) parmi lesquels il convient de citer Élisée Reclus très lié à Élie, Onésime Reclus (1837-1916), Armand Reclus (1843-1927) et Paul Reclus (1847-1914).

Désirant que son fils aîné Élie devienne pasteur, tout en lui faisant donner une éducation soignée, Jacques Reclus l’envoya en 1839 suivre des études dans un collège protestant tenu par les « Frères Moraves » à Neuwied, en Prusse, sur les bords du Rhin. Il y fut rejoint en 1843 par son frère Élisée. Tous deux supportèrent mal l’hostilité des certains de leurs condisciples et décidèrent en 1844 de rentrer à Orthez où résidaient désormais leurs parents. Élie achève ses études secondaires au collège d’Orthez, puis à celui de Sainte-Foy.

Dans le but de suivre des études de théologie, Élie repart en 1847 pour Genève où il ne reste d’ailleurs pas, toujours en butte aux sarcasmes provoqués notamment par sa pauvreté.

En 1848, les deux frères s’inscrivent à la faculté de théologie protestante de Montauban. Ils en sont exclus en 1849 à la suite d’une fugue qu’ils firent en juin vers la Méditerranée. Élie part alors pour Strasbourg afin d’y achever ses études de théologie : il y est reçu comme pasteur en 1851 en soutenant une thèse jugée provocatrice ; il démissionna aussitôt de sa charge. En compagnie d’Élisée qui l’avait rejoint à Strasbourg, les deux frères se rendirent Orthez en traversant à pied la France profonde.

Apprenant le coup d’État du 2 décembre 1851, les deux frères manifestent publiquement leur hostilité au nouveau cours des choses. Menacés d’être arrêtés, Élie et Élisée s’embarquent pour Londres. Élie se rend ensuite en Irlande (1852) où il trouve une situation stable de précepteur. En 1855, il rentre en France pour s’y marier (1856) avec l’une des ses cousines (Noémi Reclus) et trouve un emploi dans un organisme bancaire (le Crédit mobilier, dirigé par les frèresIsaac et Émile Pereire ), qu’il quittera en 1862 en désaccord avec les orientations capitalistes de cet organisme. Il collabore ensuite à plusieurs publications (la Revue Germanique, la Revue de l’ouest de Saint-Louis dans le Mississippi, le Rousskoïé Slovo de Saint-Pétersbourg). Pendant toute cette période, Élie loge son frère Élisée qui s’est également marié.

Dans le courant de l'année 1863, les deux frères se fixent à Vascœuil (Haute-Normandie) chez leur ami Alfred Dumesnil, gendre de Jules Michelet. C’est là qu’Élie écrit une grande partie de sa production littéraire. L’un et l’autre vont partager leur temps entre Vascœuil et Paris où ils se rendent fréquemment. Après le décès de d'Adèle Michelet-Dumesnil, Alfred Dumesnil épouse Louise Reclus en 1871, sœur d'Élie et Élisée Reclus.

Au début des années 1860, Élie fut admis franc-maçon (loge les Émules d’Hiram). Mais très rapidement déçu par l’esprit hiérarchique qui y régnait, il s’en éloigne progressivement.

Le 1er octobre 1863, en collaboration avec plusieurs personnes (dont son frère Élisée), il fonde une banque (la société du Crédit au Travail) dont le but était d’aider à la création de sociétés ouvrières. Dans le même temps, il s’occupe de la publication d’un journal (l’Association) dont il est à la fois le directeur et le principal rédacteur. Mais l’expérience du Crédit au Travail s’achève sur un constat d’échec en 1868. C’est comme correspondant de la revue russe Dielo qu’il est amené ensuite à voyager en Russie (Saint-Pétersbourg, Moscou et Nijni Novgorod), puis en Espagne, enfin en Égypte où il assiste à l’inauguration du canal de Suez (août 1869).

Les années qui suivent vont être déterminantes : la Commune est instaurée à Paris et Élie, qui est handicapé par un accident antérieur à la main droite, ne peut servir la Cause qu’en se faisant employer comme brancardier de la Garde nationale (septembre 1870). Puis il est nommé directeur de la Bibliothèque nationale (29 avril 1871), mais il devra quitter son poste le 24 mai suivant, poursuivi par les Versaillais pour ses activités révolutionnaires. Clandestinement (il est condamné par contumace), il gagne ensuite l’Italie puis la Suisse et se fixe à Zurich.

En 1876, il voyage aux États-Unis dans le but d’y trouver un travail de correspondant. C’est un échec : il se rend à Londres où il reste jusqu’au prononcé de son amnistie (11 mars 1879). Il rentre peu après à Paris où Hachette lui procure un emploi de bibliothécaire. Il se consacre alors à la rédaction d’ouvrages dont plusieurs ne seront publiés qu’après sa mort, par son fils Paul. Ce dernier, recherché par la police qui le croit impliqué dans l’attentat de Vaillant, s’enfuit en Angleterre. Soupçonné à tort de complicité, Élie est arrêté et placé pour peu de temps à la Conciergerie. Toutes ces tracasseries le fatiguent et il rejoint son frère Élisée à Ixelles (localité proche de Bruxelles) où il collaborera à l’Université nouvelle en occupant la chaire de mythologie comparée. Il finira sa vie des suites d’une grippe infectieuse. Ses restes sont enterrés, avec ceux d'Élisée, au cimetière d'Ixelles.

Élie Reclus eut deux fils : Paul Reclus (18581941) et Jacques Reclus (18941984) qui vécu une grande partie de sa vie en Chine.

Bibliographie

  • Nombreux articles de journaux ou de revues, français ou étrangers, parmi lesquels :
    • Revue de l’Ouest de Saint-Louis (États-Unis),
    • Mysl puis Dielo de Saint-Pétersbourg,
    • Rousskoïé Slovo,
    • The Times,
    • Putnam’s Magazine,
    • International (San Francisco),
    • La Gironde,(« lettres d’un Cosmopolite »),
    • La Rive gauche,
    • La Nouvelle Revue,
    • Revue de la société d’anthropologie,
    • La Commune.
  • 1864, Introduction au Dictionnaire des communes de France, en collaboration avec Élisée Reclus, (Hachette).
  • 1885, Les Primitifs (Chamerot).
  • 1894, Les Primitifs d’Australie (Dentu).
  • 1896, Renouveau d’une cité, en collaboration avec Élisée Reclus (la Société nouvelle).
  • 1894-1904, conférences à l’Université nouvelle de Bruxelles sur l’évolution des religions.
  • 1904-1910, posthumes :
    • Le mariage tel qu’il fut et tel qu’il est (Imprimerie nouvelle, Mons),
    • La Commune de Paris au jour le jour (Schleicher),
    • Les Croyances populaires (cours à l’Université nouvelle),
    • Le Pain. La doctrine de Luther (la Société nouvelle),
    • Les Physionomies végétales (Costes).

Repères bibliographiques

  • ouvrages
    • Joseph Ishill, Élisée and Élie Reclus, The Oriole Press, Berkeley Heights, New Jersey, USA, 1927
    • Paul Reclus, Les frères Élie et Élisée Reclus, ou du Protestantisme à l'Anarchisme, Les Amis d'Elisée Reclus, Paris, 1964
    • Joël Cornuault, Pourquoi des guirlandes vertes à Noël ?, Librairie La Brèche, (Bergerac), 1999
    • Élie Reclus, la Commune de Paris au jour le jour, pages choisies, Séguier, 2000
    • Joël Cornuault, Élie Reclus, Les Croyances Populaires, Librairie de La Brèche & Pierre Mainard, 2001
  • Portail de l'anthropologie Portail de l'anthropologie
  • Portail de l’anarchisme Portail de l’anarchisme
  • Portail de la France au XIXe siècle Portail de la France au XIXe siècle
Ce document provient de « %C3%89lie Reclus ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Elie Reclus de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Élie Reclus — Élie Reclus, par Nadar Naissance 16 juin 1827 Sainte Foy la Grande …   Wikipédia en Français

  • Élie Reclus — Nacimiento 1827 Francia …   Wikipedia Español

  • Elie Faure — Élie Faure Pour les articles homonymes, voir Élie Faure. Élie Faure, né à Sainte Foy la Grande le 4 avril 1873 et mort à Paris le 29 octobre 1937, est un historien de l art et un essayiste français, auteur d une monumentale… …   Wikipédia en Français

  • RECLUS — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sommaire 1 Sens premier 2 Patronyme 3 Toponymie …   Wikipédia en Français

  • Reclus — ist der Name von: Armand Reclus (1843 1927), französischer Geograph, Erforscher Mittelamerikas (Panamakanalzone) Élie Reclus (1827 1904), französischer Ethnologe, Journalist und Anarchist Élisée Reclus (1830 1905), französischer Geograph und… …   Deutsch Wikipedia

  • Reclus — Saltar a navegación, búsqueda Los Reclus fueron una familia de Francia de origen protestante, de la que surgieron algunos destacados personajes dedicados a la práctica científica y a la militancia política anarquista y socialista: Élisée Reclus… …   Wikipedia Español

  • Reclus — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sommaire 1 Sens premier 2 Patronyme 3 …   Wikipédia en Français

  • Élie Faure — Pour les articles homonymes, voir Faure. Élie Faure, né à Sainte Foy la Grande le 4 avril 1873 et mort à Paris le 29 octobre 1937, est un historien de l art et un essayiste français, auteur d’une monumentale Histoire de l’art… …   Wikipédia en Français

  • Reclus family —    family of French geographers, scientists, political theorists, and anarchists    Élie Reclus (1827 1904) was born in Saint Foy la Grande, and was banished in 1851 and again in 1871 for his political beliefs. He wrote an important ethnographic… …   France. A reference guide from Renaissance to the Present

  • reclus — reclus, use [ rəkly, yz ] adj. et n. • v. 1175; de reclure (vx), lat. recludere 1 ♦ Renfermé et isolé. « la véritable mère de famille [...] n est guère moins recluse dans sa maison que la religieuse dans son cloître » (Rousseau) . Par ext. Littér …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.