Ghetto De Varsovie


Ghetto De Varsovie

Ghetto de Varsovie

Insurrection du ghetto de Varsovie. Photo extraite du rapport de mai 1943 de Jürgen Stroop à Heinrich Himmler. Légende originale en allemand : "Forcés hors de leurs trous". Cette photo est l'une des plus célèbres de la Seconde Guerre mondiale[1] .

Le ghetto de Varsovie fut le plus important ghetto juif de la Seconde Guerre mondiale. Situé au centre de Varsovie, il fut créé en 1940 et pratiquement détruit en mai 1943 après l'insurrection de ses occupants contre les nazis.

Sommaire

Prélude

En septembre 1939, l'armée allemande attaque puis occupe la Pologne. Dès octobre, les premiers ghettos sont créés pour y rassembler les Juifs. Celui de Varsovie a rassemblé jusqu'à 380 000 personnes (en 1939, il y avait 1 300 000 habitants à Varsovie dont 380 000 Juifs). La ville est prise par l'armée allemande dès le début de la guerre le 30 septembre 1939. Hitler lui-même vient parader dans Varsovie le 5 octobre 1939. Dès l'hiver 1939-1940, les nazis commencent à persécuter les Juifs : obligation de porter un brassard avec l'étoile de David, identification des magasins juifs sur leurs vitrines, confiscation des radios, interdiction de voyager en train (novembre 1939).

Bientôt, on rassemble les Juifs de Pologne dans des quartiers fermés: les ghettos. Un ghetto est d'abord fondé à Lublin, et un autre à Łódź. Le ghetto de Varsovie est créé le 12 octobre 1940 (jour de la fête juive de Yom Kippour). Apparaitront par la suite le ghetto de Cracovie, le ghetto de Częstochowa, le ghetto de Kielce, et le ghetto de Lwów. Ces ghettos ne sont en fait que l'antichambre des camps de la mort.

Situation

Le ghetto est formé par le centre de la ville de Varsovie. Il est initialement composé de deux parties, le grand ghetto, relié au petit ghetto par un pont en bois. Le tout est entouré sur 18 kilomètres de murs de plusieurs mètres de haut et de fil barbelé.

Organisation

La gestion du ghetto est déléguée au « conseil juif » (Judenrat) par les occupants. Ces mêmes occupants emploient la main-d'œuvre du ghetto pour les besoins de l'armée et implantent de nombreux ateliers et usines dans le quartier juif. Le Jüdischer Ordnungsdienst (service d'ordre juif) est chargé de maintenir l'ordre.

Dans le ghetto

Reste du mur du ghetto de Varsovie

Les conditions de vie dans ce ghetto étaient inhumaines. D'abord, il est trop petit pour accueillir tous les Juifs de Varsovie et des villages environnants. Beaucoup ont tout perdu (leurs familles et/ou leurs biens) en arrivant dans ce quartier fermé. Et puis, il est mal, ou presque pas approvisionné en nourriture et combustible. Dès l'hiver 1940-1941, la faim et le froid se font ressentir. Nombreux sont alors ceux qui organisent de petits trafics avec l'extérieur. Certains de ces trafiquants y laisseront parfois leur vie en essayant d'apporter de la nourriture dans le ghetto.

Mais malgré cela, la mort est courante. Il n'est pas rare de retrouver des cadavres en pleine rue. Une charrette passe alors ramasser les corps, qui sont comptés puis enterrés dans une fosse commune.

La déportation

En été 1942 commence le "repeuplement vers l'est", qui n'est en fait que la déportation vers le camp de Treblinka, situé à quelques 80 kilomètres de Varsovie.

La première vague de déportations vers les camps de la mort ramène la population du ghetto à 70 000 habitants. Les rafles se font de jour comme de nuit, aussi bien dans les habitations que dans les usines, où il est plus facile d'arrêter les Juifs. Ceux-ci sont ensuite conduits vers la Umschlagplatz, la gare de triage de Varsovie reconvertie en centre de rétention où s'entassent jusqu'à 8000 personnes en attendant leur déportation.

Insurrection

Troupes allemandes durant le soulèvement de 1943
Troupes allemandes amenant des juifs à la déportation après le soulèvement (1943)
Le ghetto totalement détruit par les allemands, 1945
Article détaillé : Soulèvement du ghetto de Varsovie.

Le soulèvement a commencé le 19 avril 1943, déclenché par 400 insurgés de ŻZW (Union Militaire Juive) conduits par Dawid Moryc Apfelbaum et Paweł Frenkel et environ 40 combattants de la ŻOB (Organisation juive de combat) sous les ordres de Mordechaj Anielewicz. Durant les combats environ 7 000 résidents du ghetto ont été tués, 6 000 ont été brûlés vifs ou gazés durant la destruction totale du quartier, les Allemands déportèrent les survivants dans le camp d'extermination de Treblinka et les camps de travail de Poniatowa, de Trawniki et de Majdanek.

L'impact psychologique de l'insurrection du ghetto de Varsovie a été très important. La résistance a été plus forte que prévue par les Allemands, même si l'issue était certaine vu le déséquilibre des forces - My nie chcemy ratować życia. Żaden z nas żywy z tego nie wyjdzie. My chcemy ratować ludzką godność (Nous ne voulons pas sauver notre vie. Personne ne sortira vivant d'ici. Nous voulons sauver la dignité humaine) - Arie Wilner (pseudo Jurek) soldat de la ŻOB.

Mémoire du monde

Depuis 1999, les archives du Ghetto de Varsovie ont été classées par l'Unesco sur la Liste Mémoire du monde, qui recense les documents du patrimoine documentaire d'intérêt universel, dans le but d'assurer leur protection.

Voir aussi

Getto warszawskie Photos d'Archives du Ghetto de Varsovie

Articles connexes

Bibliographie

  • Les carnets d'Adam Czerniakow, éditions La Découverte, 1996
  • Entretiens avec le bourreau par Kazimierz Moczarski, Gallimard, 1979
  • Ghettos en révolte, Pologne, 1943, par Larissa Cain, Collection Mémoires, Editions Autrement, 2003
  • Mémoires du Ghetto de Varsovie par Marek Edelman, Liane Levi, 1993-2002
  • Du fonds de l'abîme, Journal du ghetto de Varsovie par Hiller Seldman, Plon, 1998
  • Le Pianiste par Władysław Szpilman, Pocket Poche, 2003
  • Au nom de tous les miens de Martin Gray en 1971, en collaboration avec Max Gallo ISBN 2-266-12221-5
  • Emanuel Ringelblum, Chronique du ghetto de Varsovie. Janvier 1940-décembre 1942, Paris, Robert Laffont, 1978, 372p.
  • La dernière gare, Umschlagplatz par Jaroslaw Marek Rymkiewicz, chez Robert Laffont 1989 ISBN 2-266-12221-5,
  • Chroniques du désastre - Témoignages par Nathan Weinstock, chez Metropolis ISBN 2-88340-095-4.
  • La force du bien par Marek Halter, chez Pocket ISBN 2-266-08700-2.
  • ELLE, elle a sauvé les autres..." biographie romancée d'Irena Sendler par David Barré et Agata Mozolewska ; Editions du Cosmogone, Lyon (2009) ISBN: 978-2-8103-0007-5

Filmographie


Liens externes

Notes

  1. L'enfant juif de Varsovie. Histoire d'une photographie, par Frédéric Rousseau, aux Éditions du Seuil (collection "L'Univers historique"), 2009 ISBN 978-2-02-078852-6. (ouvrage primé par la Fondation Auschwitz (Bruxelles)" au printemps 2009)
  • Portail de la culture juive et du judaïsme Portail de la culture juive et du judaïsme
  • Portail de la Pologne Portail de la Pologne
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale Portail de la Seconde Guerre mondiale
  • Portail du nazisme Portail du nazisme

Ce document provient de « Ghetto de Varsovie ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ghetto De Varsovie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ghetto de varsovie — Insurrection du ghetto de Varsovie. Photo extraite du rapport de mai 1943 de Jürgen Stroop à Heinrich Himmler. Légende originale en allemand : Forcés hors de leurs trous . Cette photo est l une des plus célèbres de la Seconde Guerre… …   Wikipédia en Français

  • Ghetto de Varsovie — 52°14′35″N 20°59′35″E / 52.24306, 20.99306 …   Wikipédia en Français

  • Soulèvement du ghetto de Varsovie —  Ne doit pas être confondu avec Soulèvement de Varsovie ni Le Soulèvement du ghetto de Varsovie. Pour les articles homonymes, voir Bataille de Varsovie. Soulèvement du ghetto de Varsovie …   Wikipédia en Français

  • Révolte du ghetto de Varsovie — Soulèvement du ghetto de Varsovie  Ne doit pas être confondu avec Soulèvement de Varsovie. Femmes du ghetto présentées par les a …   Wikipédia en Français

  • Le Soulèvement du ghetto de Varsovie — Pour les articles homonymes, voir Soulèvement du ghetto de Varsovie. Le Soulèvement du ghetto de Varsovie Artiste Emmanuel Mané Katz Année 1946 Type Huile sur toile Te …   Wikipédia en Français

  • GHETTO — D’origine italienne incertaine – l’on peut y voir une corruption de giudeica (latin: judaicam ) ou de gietto (fonderie de canons de Venise, site du quartier juif) –, le terme «ghetto» désigne un groupement topographique, ethnique, économique,… …   Encyclopédie Universelle

  • Ghetto juif — Ghetto Antisémitisme Fondamentaux Définitions : Antijudaïsme · Antisémitisme · Judéophobie Allégations : « Peuple déicide, perfide et usurier, profanateurs  …   Wikipédia en Français

  • Ghetto De Łódź — Le Ghetto de Łódź est le premier grand ghetto institué par les nazis à partir d avril 1940 (le ghetto de Varsovie est institué en octobre 1940). C est aussi le second plus grand ghetto établi par les nazis en Pologne pendant la Seconde Guerre… …   Wikipédia en Français

  • Ghetto de Lodz — Ghetto de Łódź Le Ghetto de Łódź est le premier grand ghetto institué par les nazis à partir d avril 1940 (le ghetto de Varsovie est institué en octobre 1940). C est aussi le second plus grand ghetto établi par les nazis en Pologne pendant la… …   Wikipédia en Français

  • Ghetto de Lodź — Ghetto de Łódź Le Ghetto de Łódź est le premier grand ghetto institué par les nazis à partir d avril 1940 (le ghetto de Varsovie est institué en octobre 1940). C est aussi le second plus grand ghetto établi par les nazis en Pologne pendant la… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.