Saguenay (ville)


Saguenay (ville)
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Saguenayville.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saguenay.
Saguenay

Le centre-ville de l'arrondissement Chicoutimi, l'UQAC, la Pyramide des Ha! Ha!le cégep de Jonquière et l'usine Rio Tinto d'ArvidaLogo
Le centre-ville de l'arrondissement Chicoutimi,
l'UQAC, la Pyramide des Ha! Ha!
le cégep de Jonquière et l'usine Rio Tinto d'Arvida

Villesaguenay.svg
Logo

Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Drapeau du Saguenay-Lac-Saint-Jean Saguenay-Lac-St-Jean
Statut municipal Ville et territoire équivalent (TE)
Arrondissements Chicoutimi, Jonquière, La Baie
Constitution 2002 (Nouvelle ville)
1842 (Chicoutimi)
1846 (Laterrière)
Maire
Mandat en cours
Jean Tremblay
2009 - 2013
Site Web http://www.ville.saguenay.qc.ca
Démographie
Population 144 142 hab. (2011)
Densité 126 hab./km2
Gentilé Saguenéen, Saguenéenne
Langue(s) Français
Géographie
Coordonnées
géographiques
48° 25′ 00″ N 71° 04′ 00″ W / 48.416666, -71.06666648° 25′ 00″ N 71° 04′ 00″ W / 48.416666, -71.066666
Superficie 1136 km2
Fuseau horaire -5
Indicatif +1-418

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Saguenay

Saguenay (prononciation : /saɡ.ne/) est une ville de l’est du Québec (Canada). Située dans une vallée aux abords de la rivière Saguenay, elle est en amont du fjord du Saguenay et en aval du horst de Kénogami. Du nord au sud, elle s’étend de la rive nord du Saguenay au massif des Laurentides. Sa superficie totale est de 1 136 km2. Avec ses 144 142 habitants[1] elle est la septième plus importante ville et la cinquième plus importante agglomération du Québec.

Métropole polycentrique de la région administrative du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Saguenay compte trois arrondissements urbains, Chicoutimi, Jonquière et La Baie et leurs secteurs périphériques Laterrière, Canton-Tremblay, Lac-Kénogami et Shipshaw. Avant les fusions municipales de 2001, tous ces arrondissements et secteurs étaient des municipalités indépendantes[2].

Ce regroupement de villes originalement monoindustrielles établies sur les affluents de la rivière Saguenay possède une économie principalement tertiaire qui repose sur l’industrie de l’aluminium, l’industrie forestière, ses commerces et ses institutions. Saguenay compte une université francophone sur son territoire ; l’Université du Québec à Chicoutimi; un aéroport et une base militaire de la force aérienne du Canada; la Base des Forces canadiennes Bagotville.

Sommaire

Géographie

Localisation

Localisation de la ville de Saguenay parmi les municipalités du Saguenay-Lac-Saint-Jean

La ville de Saguenay est située à environs 200 kilomètres au nord de la ville de Québec et à moins de 400 km au nord-est de la ville de Montréal. Enclavée dans la MRC Le Fjord-du-Saguenay, elle considérée comme la capitale régionale du Saguenay-Lac-Saint-Jean[3]. Elle se situe entre le Lac Saint-Jean et le Bas-Saguenay, dans la sous-région du Haut-Saguenay.

C'est à Saguenay que se termine la navigation sur la rivière Saguenay, plus exactement dans le centre-ville de l'arrondissement Chicoutimi.

Climat

Le Saguenay possède un climat de type continental humide plus doux que celui du bouclier canadien. Le Saguenay jouit d’un climat humide a été frais.

Voir Climat du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Relevé météorologique de Bagotville - Aéroport
mois jan. fév. mar. avr. mai jui. jui. aoû. sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) -21,7 -19,5 -12,0 --3,1 3,3 9,0 12,0 10,7 5,8 0,4 -6,3 -16,5
Température moyenne (°C) -16,1 -13,8 -6,4 2,1 9,8 15,6 18,1 16,7 11,3 4,9 -2,5 -11,7
Température maximale moyenne (°C) -10,6 -8,0 -0,6 7,4 16,3 22,1 24,2 22,8 16,7 9,3 1,3 -6,8
Précipitations (mm) 61,4 50,6 58,1 60,9 85,1 89,1 122,8 96,6 97,2 79,1 75,4 74,5
Record de froid (°C) -40,6 -43,4 -33,6 -24,4 -10,4 -2,2 0,9 0,8 -6,7 -12,2 -25,6 -39,5
Record de chaleur (°C) 15,2 13,6 22,2 30,4 34,4 36,1 35,7 36,1 33,3 28,3 22,9 14,4
Source : Environnement Canada[4]


Histoire de Saguenay

Pour en savoir davantage sur l'histoire de Saguenay avant 2001, se référer aux articles Chicoutimi, Jonquière, La Baie, Laterrière, Canton-Tremblay et Shipshaw

Saguenay a été constituée par décret le 18 février 2002 à la suite de la fusion des villes de Chicoutimi, Jonquière, La Baie, des municipalités de Laterrière, Lac-Kénogami, Shipshaw et d'une partie de la municipalité de Canton Tremblay (la moitié de l'ancien territoire seulement). Une consultation populaire[5] a été tenue les 12, 13 et 14 avril 2002 afin de choisir la dénomination de la nouvelle ville. À la suite du vote (Saguenay : 35 810 (52,23 %), Chicoutimi : 32 399 (47,26 %), le nom de Saguenay a été préféré à celui de Chicoutimi[6].

À la suite d'un sondage réalisé par la firme Segma Recherche au nom du journal Le Quotidien en novembre 2011, 57% des personnes sondées répondent que Saguenay est le meilleur nom pour la ville fusionnée alors que Chicoutimi ne récolte que 26%.[7] D'autre part, dans le même sondage, sept citoyens sur dix considèrent que la fusion[8] a été une bonne chose.[9]

Étymologie

Articles détaillés : Rivière Saguenay et Royaume du Saguenay.

La Ville de Saguenay tire son nom du principal cours d'eau qui la traverse; la rivière Saguenay. La rivière est baptisée par l'explorateur français Jacques Cartier en 1535. Elle est nommée ainsi parce ce cours d'eau est décrit par les amérindiens qui rencontre Cartier comme la voie qui mène au Royaume du Saguenay, un royaume imaginaire. Le nom utilisé par les amérindiens est rivière Pitchitaouichetz.

Saguenay est la déformation du montagnais saki-nip qui signifie « eau qui sort » ou « source de l'eau »[10]. En 2006, Saguenay obtient du gouvernement du Québec les barrages Pont-Arnaud et Chute-Garneau pour la somme symbolique de 1,00 $[11]. Il est prévu que leur mise en opération au printemps de 2011 produira 13,5 MW. Les revenus estimés sur 40 ans qui seront générés par la vente de l’hydroélectricité sont le l’ordre de 278 M$[12],[13].

Années 2000

En février 2005, Saguenay obtient le Mérite de la Sécurité civile Québécoise pour la compétence dont elle a fait preuve pour l'application des mesures d'urgence, la gestion et l'évacuation préventive et la relocalisation des résidents et résidences des sinistrés de Canton-Tremblay[14].

Le 5 décembre 2005, à la suite de la création du comité sur l'approche Commune, la ville de Saguenay reconnaît officiellement l'existence de la communauté métisse du Domaine-du-Roy[15].

En 2007, Saguenay demande au gouvernement du Québec qu'il modifie la législation concernant la taxation des barrages hydroélectriques privés pour que leurs installations soient portées au rôle d’évaluation et taxées à leurs justes valeurs. Dans le même esprit et à la suite des actions du maire Jean Tremblay, l'Union des Municipalités du Québec crée un comité afin d’étudier la question. En 2011, Saguenay mandate l’économiste Marc-Urbain Proulx de l'Université du Québec à Chicoutimi pour réaliser une étude économique et juridique sur le sujet[16].

La même année, Saguenay entreprend les démarches nécessaires afin d’implanter un port d’escale pour croisières internationales dans l'arrondissement de La Baie. Ce projet nécessite des investissements de l’ordre de 33 750 000 $ pour la construction d’un quai de 370 mètres, un pavillon d’accueil (5 000 000 $) et un village portuaire[17].

Février 2008, Saguenay pour une seconde fois, remporte le Mérite de la Sécurité civile pour le caractère novateur démontré par le Programme de suivi et de prévention des risques associés aux mouvements de sol dans l'arrondissement La Baie[18].

En octobre 2008, Jean Tremblay est invité comme conférencier à la 28e assemblée générale de l'Association internationale des maires francophones (AIMF) qui se tient à Québec. Il y présente notamment le projet de collaboration internationale entre la ville de Saguenay et la ville vietnamienne de Nam Dinh. Cette collaboration vise à échanger l’expertise de la municipalité en urbanisme et en finance municipale. Saguenay est choisie comme maître d’œuvre du dossier par la Fédération canadienne des municipalités (FCM)[19].

Années 2010

En février 2010, le maire Jean Tremblay annonce la création de l'organisme Diffusion Saguenay. La nouvelle entité paramunicipale devient le diffuseur majeur en matière de spectacles sur le territoire de Saguenay et est présidée par l'avocat Pierre Mazurette[20]. L'organisme est confirmé dans son rôle par le gouvernement du Québec en novembre 2010[21].

Le 6 juin 2010, les citoyens de Saguenay sont invités à se prononcer lors d'une consultation populaire concernant la construction d'une nouvelle salle de spectacles ou la rénovation de l'Auditorium Dufour. Les citoyens optent pour la rénovation de l'auditorium dans une proportion de 67,3 %[22].

En mai 2011, la Fédération Canadienne des Municipalités (FCM) souligne la partenariat exceptionnel de Saguenay pour la mise en œuvre d'un projet de renforcement des capacités municipales avec les villes de Nam Dinh, Pleiku, Thai Binh et Phu Ly au Vietnam de 2007 à 2010.

En juin 2011, Saguenay reçoit un prix au gala de CECOBOIS en raison de son engagement exceptionnel pour l'usage du bois en construction non résidentielle[23].

D'autre part et toujours en juin 2011, Saguenay remporte le prix Thomas-Baillargé décerné par l'Ordre des architectes du Québec pour les efforts déployés par la municipalité pour conserver l'aspect patrimonial de la ville industrielle d'Arvida[24].

En septembre 2011, Saguenay se mérite un prix d'excellence décerné par le Réseau québécois de villes et villages en santé pour son initiative nommée « La télé des aînés »[25].

En novembre 2011, le Centre Local de Développement (CLD) de Saguenay présidé par le conseiller municipal Fabien Hovington se distingue au niveau provincial en remportant le premier prix du Concours « Tu innoves Canada ».[26] Cet honneur permet au CLD de Saguenay de se qualifier pour la finale canadienne.[27]

Démographie

Arrondissement de Chicoutimi : 67 996

Arrondissement de Jonquière : 59 517

Arrondissement de La Baie : 19 128

Total : 146 642 habitants (2008)

  • 98 % des habitants ont le français comme langue maternelle;
  • 0,8 % des habitants ont l'anglais comme langue maternelle;
  • 0,3 % des habitants ont le français et l'anglais comme langue maternelle;
  • 0,6 % des habitants ont une langue maternelle autre que le français et l'anglais
  • 96,7 % des habitants sont catholiques.

Saguenay fut parmi les quelques régions métropolitaine de recensement (RMR) du Canada à avoir connu un déclin démographique au cours des années 1990 et 2000. Selon l'Institut de la statistique du Québec, de 1991 à 2006, la population de la ville a constamment décrue, passant de 153 965 à 143 692 habitants[28]. Selon le même institut, de 2006 à 2008, la population de Saguenay a augmenté à 145 089 habitants[29].

Politique

L'Hôtel de ville de Saguenay située dans le centre-ville de l'arrondissement Chicoutimi

Le conseil municipal de Saguenay est composé du maire, élu au suffrage universel direct, et de 19 conseillers municipaux, élus chacun dans leur district électoral respectif.

Arrondissements de Saguenay

Chaque conseiller municipal siège au Conseil municipal et à un des trois conseils d'arrondissement. Il y a un président pour chacun des arrondissements.

Les compétences du conseil d'arrondissement sont notamment : de traiter des sujets en lien avec l'urbanisme, la circulation, le déneigement, la voirie, la prévention en sécurité incendie, le développement économique local, communautaire, social et culturel ainsi que la culture, les loisirs et les parcs.

Administration municipale

Maire de Saguenay : Jean Tremblay

Présidents d'arrondissements :

  • Jacques Fortin (Chicoutimi)
  • Réjean Laforest (Jonquière)
  • Jean-Eudes Simard (La Baie)

Conseillers municipaux :

  • Arrondissement de Chicoutimi
    • Luc Blackburn, district 16
    • Jacques Cleary, district 13
    • Denis Dahl, district 14
    • Jacques Fortin, district 15
    • Marcel Jean, district 12
    • Marina Larouche, district 11
    • Marc Pettersen, district, 10
    • Jean-Yves Provencher, district 9
  • Arrondissement de Jonquière
    • Georges Bouchard, district 4
    • Paul-Roger Cantin, district 1
    • Carl Dufour, district 6
    • Sylvie Gaudreault, district 3
    • Fabien Hovington, district 8
    • Réjean Laforest, district 2
    • Bernard Noël, district 5
    • Claude Tremblay,district 7
  • Arrondissement de La Baie
    • Luc Boivin, district 18
    • Martine Gauthier, district 17
    • Jean-Eudes Simard, district 19

Conseil municipal

Ville Saguenay tient une séance du conseil municipal le premier lundi de chaque mois à 19 h. Cette dernière se tient alternativement dans les trois arrondissements.

Prière du conseil

De la formation de la ville jusqu'en mai 2008, le maire Jean Tremblay a pris l'habitude de prononcer une brève prière au début de la séance du conseil, comme il était pratique courante dans les anciennes municipalités fusionnés. Le 15 mai 2008, à la suite d'une plainte de Alain Simoneau, un citoyen de Saguenay soutenu par le Mouvement laïque québécois (MLQ), la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) a rendu un avis mentionnant que la pratique de la prière lors du conseil municipal « contrevenait à l'obligation de neutralité des pouvoirs publics »[30]. En conséquence, elle conseillait à Saguenay d'abandonner cette pratique. Quelques jours plus tard, le 22 mai, la Commission Bouchard-Taylor déposait un rapport dont l'une des recommandations entérinait l'avis de la CDPDJ[31].

Le conseil municipal décida d'ignorer l'avis et de maintenir la prière. Le 5 août 2008, Simoneau, toujours appuyé par le MLQ, dépose une poursuite de 100 000 dollars canadiens pour dommages et intérêts contre Ville Saguenay. Le 6 octobre 2008, lors de la séance mensuelle tenue dans l'arrondissement Jonquière, le maire change légèrement la pratique et précise que la prière sera faite deux minutes avant l'ouverture de la séance en présence des conseillers et citoyens consentants[32].

Les audiences du Tribunal des droits de la personne du Québec ont débuté à Saguenay le 31 mars 2009. Suite à une demande du plaignant, on a retiré le crucifix de la salle d'audience[30], qui fut remis par la suite à la fin des audiences.

Économie

Boulevard Talbot, principale artère commerciale de Saguenay

L'économie de Saguenay[33] est en transition[34] et se démarque[35] en développant la recherche et l'enseignement dans les technologies appliquées de l'énergie, de l'aluminium, de la forêt boréale, de la génomique et des sciences biomédicales[36].

Elle mise aussi sur l'exploitation des ressources hydrauliques[37]. La ville est propriétaire de trois centrales hydro-électriques ; une en opération dans l'arrondissement Jonquière et deux autres Pont-Arnaud et Chute-Garneau en fonction depuis le printemps 2011[38].

Saguenay possède 3 grands parcs industriels totalisant 8 496 138 mètres carrés, des infrastructures commerciales: 5 centres-villes et pôles commerciaux, 6 centres commerciaux, 2 mégacentres commerciaux et 5 artères commerciales majeures.

D'autre part, Rio Tinto Alcan confirmait en décembre 2010 des investissements de 750 millions de dollars US pour la modernisation de son usine pilote AP-60 à Jonquière. L'usine sera 40 % plus productive que les alumineries actuelles. La première phase comprendra 38 cuves équipées de la nouvelle technologie avec une production estimée à 60 000 tonnes d'aluminium par an. Les premiers lingots devraient être coulés au premier trimestre de 2013[39].

Selon les données 2010 de l'Institut de la Statistique du Québec (ISQ), le revenu personnel par habitant en 2009 se chiffrait à 31 677 $ comparativement à 31 344 $ en 2008, une variation de 1,1 %. D'autre part, le PIB de la RMR de Saguenay en 2009 totalisait 6 G$ comparativement à 9,1 G$ pour le PIB de la région du Saguenay-Lac-St-Jean.

Le tourisme d'aventure et les croisières sont des créneaux tout aussi importants pour le chef-lieu régional. En effet, un quai d'escale à l'arrondissement La Baie[40] est en opération depuis 2008 pour accueillir des navires et les touristes[41].

Le 17 janvier 2011, la compagnie d'aviation Cobalt Aircraft, annonçait quelle s'installait à Saguenay pour la construction de l'aéronef le Co50, avion à hélices de haute gamme et à la fine pointe de la technologie[42].

Santé

Saguenay possède sur son territoire 3 centres hospitaliers totalisant 500 lits de courte et longue durée, 3 centres locaux de service communautaires (CLSC), 9 centres d'hébergement publics de longue durée totalisant 717 lits, un centre d'hébergement privé de longue durée affilié de 64 lits et des cliniques médicales privées. À lui seul, le Centre de Santé et de Services Sociaux de Chicoutimi possède 3 475 employés.[43]

Transport

Accessibilités routières

Saguenay est accessible par la route 175 à partir de Québec sur 223 km, par la route 172 à partir de Baie-Comeau sur 315 km, par la route 170 et autoroute 70 à partir d'Alma sur 63 km et la route 381 à partir de Baie-St-Paul sur 142 km.

Autobus

Saguenay possède un service de transport en commun, c'est la Société de Transport du Saguenay (STS). En 2004, la STS possédait 78 véhicules qui servaient au transport urbain.

D'autre part, la compagnie Intercar assure le transport des voyageurs vers le Lac-Saint-Jean, la Côte-Nord et vers la Gare du Palais de Québec et la Gare de Sainte-Foy pour le transfert des passagers et des colis vers d'autres régions de la province.

Aérien

Aéroport de Bagotville

La base aérienne de la 3e escadre est l'une des 2 seules bases hébergeant l'avion multirôle CF-18 Hornet de la Force aérienne du Canada. La base possède aussi une flotte de Bell CH-146 Griffon pour les missions de recherches et sauvetages. L'aéroport de Bagotville comporte également une section civile qui dessert la population pour des vols régionaux vers Québec, Montréal, l'est de la province et le Nunavik. En 2006, l'aéroport compte aussi des départs internationaux grâce à Sunwing Airlines qui offre, l'hiver, des vols vers les Caraïbes et Cuba. Dès l'hiver 2008-2009 le transporteur aérien Air Transat offrira lui aussi des départs internationaux vers le Mexique. L'administration de l'aéroport prévoit offrir un service de douanes dans les prochaines années. Pour l'instant, l'avion fait escale à Québec pour débarquer des passagers et dédouaner les passagers de Bagotville. Il se rend par la suite à l'aéroport de Bagotville pour y laisser les Saguenéens.

Installations portuaires

Saguenay possède 3 installations portuaires majeures: le port de Grande-Anse avec un quai de 286 mètres pouvant accueillir deux cargos de taille moyenne, les installations portuaires de Rio Tinto Alcan, avec un quai de 730 mètres pouvant accueillir 4 cargos de taille moyenne et le quai d'escales internationales avec un quai de 355 mètres pouvant accueillir un paquebot.

Médias

Internet

Saguenay possède depuis 2010, son propre réseau d'information municipale sur le Web; villeenaction.com On y retrouve des capsules vidéo servant à informer la population sur différents sujets à caractère municipal. Des hyperliens sont utilisables sur Facebook et Twitter.

Télévision

Radio

Éducation

Au niveau primaire et secondaire, les écoles publiques et francophones de Saguenay sont gérées par deux commissions scolaires, la Commission scolaire de la Jonquière et la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, qui comptent respectivement 11 015[44] et 11 048 élèves[45]. Ces chiffres comprennent les 38 établissements primaires, les 7 établissements secondaires et les 5 centres de formations professionnelles de la ville et des établissements des municipalités avoisinantes du Haut et du Bas-Saguenay. Hors du secteur public, on trouve dans le privé une école primaire de 160 élèves ; l’école apostolique de Chicoutimi, et une école secondaire de 1 100 élèves ; le Séminaire de Chicoutimi. Saguenay compte également une école primaire et secondaire de langue anglaise de 200 élèves ; l'École régionale Riverside qui est sous la responsabilité de la Commission scolaire Central Québec.

Au niveau collégial, Saguenay compte deux cégeps, celui de Jonquière et de Chicoutimi qui comptent ensemble 5 500 étudiants[46]. En plus d’offrir des programmes pré-universitaires et techniques semblables, chacun des établissements possèdent des programmes qui leur sont particuliers. Ainsi, par exemple, le Cégep de Jonquière offre une formation technique en Art et Technologie des Médias tandis que celui de Chicoutimi offre une technique en pilotage d'aéronefs.

C'est à Saguenay qu'est située l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), une université francophone du réseau de l’UQ qui compte 6 500 étudiants[46] et assure la formation de niveau universitaire. Seule université du Saguenay-Lac-Saint-Jean, elle accueille aussi des étudiants de partout au Québec et dans la Francophonie. Située près du centre-ville de Chicoutimi, son campus compte, en plus du pavillon principal, du pavillon sportif et du pavillon des Humanités, un pavillon de recherche sur le givrage, un pavillon de foresterie, de médecine, des Arts et le centre des technologies de l’aluminium.

Recherche

Saguenay possède plusieurs composantes principales de la filière régionale de l'aluminium: le Centre québécois de recherche et de développement de l'aluminium (CQRDA), le Centre des technologies de l'aluminium de l'UQAC (CTA), le Centre universitaire de recherche sur l'aluminium (CURAL) ainsi que des programmes de formation collégiaux et gouvernementaux. Globalement, on retrouve à Saguenay, la plus grande concentration d'expertise en Amérique dans le domaine de l'aluminium.

En 2007, le gouvernement du Québec annonçait conjointement avec GÉNOME Québec, l'Université de Montréal, le Centre de santé et de services sociaux de Chicoutimi et l'UQAC, la création d'une Biobanque spécialisée dans la recherche en génomique.[47] Le CSSS de Chicoutimi se spécialise aussi dans les travaux de recherche en médecine de première ligne et les maladies chroniques ainsi que la réadaptation des maladies neuromusculaires.

Culture

Saguenay est une ville culturellement riche. Plusieurs spectacles d’envergure y sont présentés dont La Fabuleuse Histoire d'un royaume au Palais Municipal de La Baie. Cette pièce de théâtre, qui a déjà attiré environ un million de spectateurs depuis ses débuts en 1988[48], est un attrait touristique majeur pour la ville et la région. La ville compte également plusieurs compagnies de théâtre professionnelles dont Les Têtes Heureuses, La Rubrique, Les Amis de Chiffon, le Théâtre CRI (centre de recherche en interprétation), le Théâtre 100 Masques, La Tortue Noire et le Théâtre du Faux Coffre. Le 24 août 2009, Saguenay recevait le titre de capitale culturelle du Canada 2010 par le gouvernement du Canada.

Saguenay possède 7 musées et centres d'interprétation, 14 salles de spectacles de 100 sièges et plus, 10 bibliothèques municipales, 3 centres culturels, 18 écoles de formation en art, 35 organismes culturels de production et de diffusion, 3 spectacles à grand déploiement, 18 événements culturels majeurs et 19 ateliers et galeries d'art. La ville abrite le Conservatoire de musique du Québec à Saguenay, 3 écoles de musique privées (à Chicoutimi, Jonquière et La Baie) et l'Orchestre symphonique du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Infrastructures sportives et de loisirs

On retrouve sur le territoire de Saguenay 11 arénas, 3 terrains de soccer / football synthétiques, 6 piscines intérieures, 16 piscines extérieures, 4 terrains de golf, 2 centres de ski urbains et 4 centres de ski de fond. Au niveau loisirs, Saguenay possède 6 grands parcs urbains, 120 km de pistes cyclabes et piétonnières, des sentiers de motoneige et quad, 1 site de canoë-kayak, 3 sites de pêche blanche et 2 sites de vélo de montagne.

Notes et références

  1. Gouvernement du Québec, MAMROT, Décret de population 2011.
  2. Jean-Marc Tremblay, Jean Tremblay dresse un premier bilan positif, Le Réveil, 26 mai 2002, p. 4.
  3. Marc-Urbain Proulx, La trajectoire économique du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de sa capitale régionale : diagnostics, tendances et pronostics., Université du Québec à Chicoutimi, 2006, 63 p. 
  4. [1], Environnement Canada, consulté le 12 mars 2009
  5. Consultation populaire. Chicoutimi ou Saguenay, Le Quotidien, 8 février 2002, p. 3.
  6. The population opts for Saguenay, Blueberry Connection, Vol. 3, no 4, June 2002, p.1.
  7. Mélyssa Gagnon, « Dix ans après la fusion, le dossier du nom semble clos », Le Progrès-Dimanche, 6 novembre 2011, p. 3.
  8. http://www.courrierdusaguenay.com/Opinion/2011-11-16/article-2806306/Saguenay-10-ans-plus-tard-une-fusion-positive/1
  9. Mélanie Côté, « Un dosseir réglé pour les Saguenéens », Le Quotidien, 5 novembre 2011, p. 2-3.
  10. Commission de toponymie du Québec - Rivière Saguenay
  11. Pont-Arnaud et Chute-Garneau cédés pour 1 $. http://www.radio-canada.ca/regions/saguenay-lac/2006/05/17/002-barrages_saguenay.shtml
  12. Barrages hydrauliques. Pont-Arnaud et Chute-Garneau cédés pour 1 $.
  13. http://www.radio-canada.ca/regions/saguenay-lac/2006/05/17/002-barrages_saguenay.shtml
  14. Saguenay honoré, Le Quotidien, jeudi 24 février 2005, p. 16.
  15. François St-Gelais, « Reconnaissance par Saguenay : Un grand jour pour les Métis », dans Le Quotidien, 7 décembre 2005, p. 24 
  16. Modifications souhaitées au mode de taxation des barrages, Le Quotidien, samedi 11 juin 2011, p.9.
  17. http://www.toutlemondeabord.com/index.html
  18. Roger Blackburn, Saguenay remporte un prix provincial, Le Quotidien, mercredi 20 février 2008, p. 31.
  19. Association internationale des maires francophones, Jean Tremblay sera conférencier, Le Quotidien, 26 septembre 2008, p. 6.
  20. Louis Tremblay, Place à Diffusion Saguenay, Le Quotidien, février 2010, p. 2.
  21. Isabelle Labrie, « Diffusion Saguenay obtient le feu vert » sur http://www.cyberpresse.ca, Le Quotidien, 30 novembre 2010
  22. Stéphane Bégin, « Les citoyens rendent leur verdict », Le Quotidien, 7 juin 2010, p. 3
  23. Patricia Rainvillel. « Prix coalition Bois Québec. Haute distinction pour Saguenay », Le Quotidien, 2 juin 2011, p. 16.
  24. Louis Tremblay, Saguenay et les citoyens d'Arvida honorés, Le Quotidien, 23 juin 2011, p. 27.
  25. Laura Lévesque, Qualité de vie. Saguenay gagne un prix, Le Quotidien, 16 septembre 2011, p. 2.
  26. Laura Lévesque, « Le premier prix provincial au CLD de Saguenay », Le Progrès-Dimanche, 20 novembre 2011, p. 25.
  27. http://villeenaction.com/Nouvelles/un-1er-prix-provincial-pour-le-cld-de-saguenay.html
  28. Compilation faite par l'Institut de la statistique du Québec à l'aide de données de Statistique Canada, « Évolution démographique des 10 principales villes du Québec (sur la base de 2006) selon leur limites territoriales actuelles, Recensements du Canada de 1871 à 2006 », Gouvernement du Québec, 1er février 2008. Consulté le 22 avril 2009.
  29. Institut de la statistique du Québec, « Estimation de la population des municipalités de 15 000 habitants et plus au 1er juillet des années 2006-2008 », Gouvernement du Québec, 20 avril 2009. Consulté le 22 avril 2009.
  30. a et b Prière à l'hôtel de ville : Deuxième journée d'audience à Saguenay sur Radio-Canada.ca, 1er avril 2009. Consulté le 1er avril 2009.
  31. Commission de consultation sur les pratiques d'accommodement reliées aux différences culturelles. Rapport final intégral, p. 21
  32. François Saint-Gelais. La prière récitée avant la séance, Le Quotidien, 7 octobre 2008.
  33. Patricia Rainville, Une ville méconnaissable dans quatre ans, Le Quotidien, 23 octobre 2009, p. 15.
  34. Virage économique, Le Quotidien, 27 août 2010, p. 10.
  35. Claude Côté, « Saguenay vogue vers le succès », Industrie & Commerce, octobre-novembre 2011, p.3-5.
  36. François Hains, Nancy Bourgeois, « Saguenay, une ville en changement », Urbanité, automne 2011, p. 36-38.
  37. Louis Tremblay, Les trois axes de Promotion Saguenay, Le Quotidien, 27 août 2010, p. 7.
  38. Marc St-Hilaire, « Une centrale sur la Shipshaw », dans Le Quotidien, Saguenay, 10 septembre 2010 [texte intégral (page consultée le 2010-09-10)] 
  39. Michel Munger, « Rio Tinto Alcan lance finalement sa technologie AP60 », dans ARGENT, 14 décembre 2010 [texte intégral] 
  40. Yves Ouellet Alain Dumas, En croisière sur le St-Laurent et le Saguenay, Les Éditions de l'Homme, 2008, 191 pages.
  41. Saguenay, port d'escale
  42. Le Cobalt Co50 sera assemblé à Saguenay, Le Quotidien 18 janvier 2011, p. 2.
  43. CLD de Saguenay, Saguenay en chiffres, édition 2010-2011.
  44. http://www.csjonquiere.qc.ca/page_csdlj.php?id=50
  45. http://www.csrsaguenay.qc.ca////web/document/U110//Portrait20082009.pdf
  46. a et b http://www.ville.saguenay.qc.ca/industriecommerce/Profil+de+Saguenay/profilSaguenay/profil_education.htm
  47. Katerine Belley-Murray, « Projet structurant à portée internationale, L'horizon infini de la biobanque », Le Quotidien, mardi 25 octobre 2011, p. 21.
  48. Christiane Laforge. Elle compte plusieurs festivals d'envergure dont le festival international des rythmes du monde, ManiganSes - le festival international de la marionnette et REGARD sur le court métrage au Saguenay. Un million c'est pas peu dire : Jean-Eudes Simard est fier, Cyberpresse.ca, 7 août 2008. Page consultée le 27 août 2008.

Bibliographie

  • Russel Bouchard, Une histoire de la navigation sur le Saguenay, Chicoutimi, 2009, 417 pages.
  • Sergieh F. Moussally, Le regroupement municipal des villes du Saguenay: son objet ultime et sa raison d'être, dans Organisations & territoires, vol. 13, no 2, printemps-été 2004, p. 133-138. http://sdeir.uqac.ca/doc_numerique/format/PDF/18245404.pdf
  • Yves Ouellet, Alain Dumas, « Saguenay une ville nature », Québec magazine, no 25, vol. 4 no 6, novembre-décembre 2006, 20 pages.
  • Marc-Urbain Proulx, Territoires et développement, La richesse du Québec, PUQ, 2011, 445 pages.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

  • Liste de personnalités liées à Saguenay–Lac-Saint-Jean

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Saguenay (ville) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Saguenay (Québec) — Saguenay (ville)  Ne doit pas être confondu avec Saguenayville. Pour les articles homonymes, voir Saguenay. Saguenay …   Wikipédia en Français

  • Ville de Saguenay — Saguenay (ville)  Ne doit pas être confondu avec Saguenayville. Pour les articles homonymes, voir Saguenay. Saguenay …   Wikipédia en Français

  • Saguenay — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Le nom Saguenay réfère à différents lieux situés dans la province de Québec au Canada. Toponyme exact Le royaume légendaire de Saguenay ; La rivière… …   Wikipédia en Français

  • Ville Centre — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. La ville Centre est la ville principale d une agglomération dû aux défusions municipales. Villes centres par Agglomération Agglomération de Montréal  …   Wikipédia en Français

  • Ville canadienne — Villes du Canada Au Canada, il y avait environ 4 100 municipalités en 2001. En comprenant les réserves indiennes et les territoires non organisés, ce nombre monte à 5 600 subdivisions de recensement. En vertu de l article 92 de la… …   Wikipédia en Français

  • Saguenay--Lac-Saint-Jean — Saguenay–Lac Saint Jean Saguenay–Lac Saint Jean …   Wikipédia en Français

  • Saguenay-Lac-Saint-Jean — Saguenay–Lac Saint Jean Saguenay–Lac Saint Jean …   Wikipédia en Français

  • Saguenay-Lac-St-Jean — Saguenay–Lac Saint Jean Saguenay–Lac Saint Jean …   Wikipédia en Français

  • Saguenay-Lac St-Jean — Saguenay–Lac Saint Jean Saguenay–Lac Saint Jean …   Wikipédia en Français

  • Saguenay/Lac-Saint-Jean — Saguenay–Lac Saint Jean Saguenay–Lac Saint Jean …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.