Evian-les-Bains


Evian-les-Bains

Évian-les-Bains

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Évian (homonymie).
Évian-les-Bains

Vue d'une des rues passantes d'Évian-les-Bains
Vue d'une des rues passantes d'Évian-les-Bains

Évian-les-Bains#Héraldique
Détail

Évian-les-Bains#Politique et administration
Détail
Administration
Pays France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Arrondissement de Thonon-les-Bains
Canton Canton d'Évian-les-Bains
Code Insee abr. 74119
Code postal 74500
Maire
Mandat en cours
Marc Francina (UMP)
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Évian
Site internet Ville-evian.fr
Démographie
Population 7 787 hab. (2005)
Densité 1 811 hab./km²
Gentilé Évianais, Évianaise
Géographie
Coordonnées 46° 23′ 00″ Nord
       6° 35′ 00″ Est
/ 46.3833333333, 6.58333333333
Altitudes mini. 372 m — maxi. 739 m
Superficie 4,3 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Évian-les-Bains est le chef-lieu du canton d'Évian-les-Bains, en Haute-Savoie, en France, sur les bords du lac Léman. Évian est surtout connu pour son eau minérale, exploitée par la Société anonyme des eaux minérales d'Évian, filiale du groupe Danone.

Sommaire

Géographie

Situation

Localisation

La ville d'Évian-les-Bains se situe sur les bords du lac Léman, au Nord Est de Genève. Les communes limitrophes d'Évian-les-Bains sont Maxilly-sur-Léman, Neuvecelle, Larringes et Publier.

Climat

Le climat y est de type montagnard[1] en raison de la présence du Massif alpin.

Ville Ensoleillement Pluie Neige Orage Brouillard
Paris 1 797 h/an 642 mm/an 15 j/an 19 j/an 13 j/an
Nice 2 694 h/an 767 mm/an 1 j/an 31 j/an 1 j/an
Strasbourg 1 637 h/an 610 mm/an 30 j/an 29 j/an 65 j/an
Évian-les-Bains ... h/an ... mm/an ... j/an ... j/an ... j/an
Moyenne nationale 1 973 h/an 770 mm/an 14 j/an 22 j/an 40 j/an

Voici un aperçu dans le tableau ci-dessous pour l'année 2007 :

Mois J F M A M J J A S O N D Année
Températures (sous abri, normales) °C ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Précipitations (hauteur moyenne en mm) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Source: Météo France et Météociel[2]

Voies de communication et transports

Bateau à vapeur Montreux (CGN) au débarcadère d'Évian-les-Bains Juillet 2002.
Voies routières
  • RD1005 (depuis le 1er janvier 2007; anciennement: Nationale 5)
Voies navigables
Pistes cyclables
Transport ferroviaire
  • Gare SNCF
  • Ligne du Tonkin, ligne de chemin de fer neutralisée en direction de la France (terme technique ne voulant pas dire abandonnée, mais en sommeil), mais pas en Suisse ce qui fait de St-Gingolph un "cul de sac" , bientôt réactivée pour le trafic pendulaire voyageur et touristique ainsi que le fret local.
Transports en commun
  • Société des Transports de l'Agglomération de Thonon (STAT)
Transports aériens
  • Héliport du Évian Royal Resort
Transports touristiques

Évian a une ligne de funiculaire surnommée le petit métro éviannais, il est le seul funiculaire au monde à avoir 6 gares.

La ligne de train reliant Évian à la Suisse par l'est n'est plus en service depuis 1998. Mais en 2005, une association a été créée avec pour objectif d'obtenir la réouverture de la ligne du Tonkin, en accord avec le maire Marc Francina (qui est aussi membre de l'association) et le conseiller général Louis Duret.

Urbanisme

Morphologie urbaine

La commune d'Évian-les-Bains comprend plusieurs Villages et petits Hameaux, entouré de communes de l'agglomération de Thonon.

Logement

Le nombre total de logements dans la commune est de 4 814[3]. Parmi ces logements, 67,5 % sont des résidences principales, 22,5 % sont des résidences secondaires et 10 % sont des logements vacants. Ces logements sont pour une part de 22,1 % des maisons individuelles, 74,7 % sont des appartements et enfin seulement 3,2 % sont des logements d'un autre type. Le nombre d'habitants propriétaires de leur logement est de 38 %[3]. Ce qui est inférieur à la moyenne nationale qui se monte à près de 55,3 %. Le nombre de locataires est de 56,4 % sur l'ensemble des logements qui est supérieur à la moyenne nationale qui est de 39,8 %[3]. On peut noter également que 5,5 % des habitants de la commune sont des personnes logées gratuitement alors qu'au niveau de l'ensemble de la France le pourcentage est de 4,9 %. Toujours sur l'ensemble des logements de la commune, 6 % sont des studios, 20,5 % sont des logements de deux pièces, 29,4 % en ont trois, 25,6 % des logements disposent de quatre pièces, et 18,4 % des logements ont cinq pièces ou plus[3].

Projets d'aménagements

Toponymie

Le mot "évian" serait une expression en vieux français - eveux, signifiant "humide - pour désigner un terrain humide. Dans le cas présent, il s'agit de la présence de sources.

Histoire

Héraldique

Armes d'Évian-les-Bains

Les armes d'Évian-les-Bains se blasonnent ainsi : D'azur à une truite d'argent engoulant par le milieu du corps un vangeron du même, au chef cousu de Savoie (de gueules à la croix d'argent).

On sait très peu de chose sur ce blason. L'ancien blason de la ville représentait, sous la couronne Ducale, une croix de Savoie accompagnant un poisson portant en travers dans sa gueule un petit poisson perpendiculaire. La devise de la ville est Deo et duci fidelis perpetuo (en français : « À Dieu et au Duc fidélité perpétuelle »). Néanmoins, une devise populaire de la ville est inspirée des poissons présents sur le blason : « Dans la vie les gros mangent les petits, mais à Évian les petits se mettent en travers». L'emblème de la ville d'Évian a néanmoins été changé récemment...

Naissance de la Ville

Située sur le trajet de pèlerinages en direction de l'abbaye de Saint-Maurice d'Agaune, Évian fut tout d'abord une halte, notamment grâce à son port. Elle fut une des cités de l'ancien duché de Savoie et de la province du Chablais. Elle fut notamment une des résidences des ducs de Savoie.

En 1265, le comte Pierre II de Savoie (1203-1268) accorda au bourg sa franchise municipale.

La ville va se développer entre le XIe et le XIVe siècle avant de rentrer en sommeil et de connaître un nouvel âge d'or aux XIXe et XXe siècles, grâce au développement du thermalisme.

Naissance du thermalisme

Les quelques sources qui font surface à Évian sont encore très peu connues à l'époque de la Révolution française. Analysée en 1807 et en 1808, l'eau d'Évian démontre des qualités pour le traitement des voies urinaires. L'accès à Évian est facilité par la création de son port, puis le passage de la Route nationale 5 qui relie Paris à Milan (1809). Un Genevois, M. Fauconnet, fonde la Société des Eaux Minérales d'Évian en 1823. Il acquiert les deux sources dont la plus connue, la source dénommée Cachat, du nom de la famille qui les cède, le 16 mars 1827. La société de M. Fauconnet, après avoir fait faillite, est reprise et l'on construit l'Hôtel des Bains. Viennent s'ajouter plusieurs autres établissements, l'Hôtel des quatre saisons, l'Hôtel de France, l'Hôtel des Alpes, etc. Le cadre offert par la proximité du lac permet diverses attractions (promenades en canots, balades, etc.)

La station dans la seconde moitié du XIXe siècle

La Société Anonyme des Eaux Minérales de Cachat, créée le 9 décembre 1859 par des investisseurs parisiens, assure la vente de l'eau d'Évian. Le 28 janvier 1865, la petite ville des bords du lac Léman (2200 habitants) avait affiché sa nouvelle vocation en devenant Évian-les-Bains. Plusieurs sources ont suivi la principale, la source Cachat, et offrent leurs services : Guillot, Bonnevie, Corporau. Les expériences et l'utilisation de l'eau permettent de confirmer ses propriétés et de préciser les modes d'administration. En même temps que la Troisième République s'installe, les voies de communication, route et voie ferrée, permettent le développement du tourisme et l'accès à la station thermale.

Le Splendid (1883) est l'un des 20 hôtels construits pour permettre d'accroître la capacité d'accueil de la ville. Hébrard dessine pour la société des Eaux Minérales un des plus remarquables hôtels de l'époque, l'hôtel Royal (1909). De nombreuses villas sont également construites et bordent le lac. Un théâtre et le Casino (dessiné également par Hébrard) occupent les curistes et les écrivains de l'époque (Anna de Noailles, Frédéric Mistral, Marcel Proust). La ville gagne du terrain en aménageant un quai sur le lac. L'établissement thermal, enfin, est construit à proximité de la résidence des Frères Lumière (1902), laquelle fut transformée en Hôtel de Ville.

La période de l'Entre-deux guerres

Une population touristique internationale fréquente Évian entre les deux guerres. De nombreuses têtes couronnées, des écrivains et personnes mondaines sont aperçues dans la ville (l'Aga Khan III, le Maharadja de Kapurthala, Albert Lebrun, président de la république...). Le Tour de France cycliste y fait également halte à plusieurs reprises, le premier départ en province de la grande Boucle est donné à Évian (1926).

Évian après la Seconde Guerre mondiale

La Seconde Guerre mondiale a démodé le thermalisme et détourné de nombreux touristes vers d'autres destinations. Les hôtels sont transformés en résidences, la fréquentation baisse et la renommée s'estompe. Le 18 mars 1962, les Accords d'Évian ont été signés entre les représentants du gouvernement provisoire de la République algérienne et le gouvernement français, reconnaissant l'indépendance de l'Algérie. Cet événement permet à la station d'exister à nouveau, sous l'impulsion de Camille Blanc, maire de l'époque, assassiné dans la nuit du 30 au 31 mars 1961. Attentat attribué à l'OAS qui faisait pression pour que les négociations entre les deux parties ne se déroulent pas à Évian.

Évian a été le lieu du dernier sommet du G8 accueilli par la France, du 1er au 3 juin 2003.

Le 8 février 2007, le ministre du Tourisme, Léon Bertrand, inaugure la partie congrès du Palais Lumière.

Politique et administration

Tendances politiques

Administration municipale

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
2001 2008 Marc Francina UMP ...
2008 → en cours Marc Francina UMP ...
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Instances judiciaires et administratives

Politique environnementale

Jumelage

Population et société

Démographie

Voici ci-dessous, l'évolution démographique de la ville d'Évian-les-Bains classés par date de recensement de 1793 à 2006.

Évolution démographique
(Source : Ehess[4] et INSEE[5])
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
1 650 1 523 1 549 1 832 2 084 2 210 2 210 2 240 2 450
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
2 476 2 553 2 913 3 149 2 777 2 831 3 105 3 112 3 271
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
3 125 3 235 3 682 3 502 3 591 4 353 5 150 5 863 6 026
1982 1990 1999 2006 - - - - -
6 018 6 895 7 273 7 797 - - - - -
Nombre retenu à partir de 1962 : Population sans doubles comptes


Voici ci-dessous, un tableau démographique du XXe siècle sur la ville d'Évian-les-Bains classé par date de recensement.

Évolution de la pyramide des âges de la ville d'Évian-les-Bains, comparaison entre l'année 1999 et 1982[6] :

Pyramide des âges en 1999 en nbre d'individus.
Hommes Classe d'âge Femmes
214  75 à plus  467
378  60 à 74  532
916  40 à 59  941
997  20 à 39  1 043
912  0 à 19  878
Pyramide des âges en 1982 en nbre d'individus.
Hommes Classe d'âge Femmes
138  75 à plus  298
328  60 à 74  457
634  40 à 59  673
970  20 à 39  942
818  0 à 19  782

Le nombre total de ménages à Évian-les-Bains est de 3 248. Ces ménages ne sont pas tous égaux en nombre d'individus. Certains de ces ménages comportent une personne, d'autres deux, trois, quatre, cinq voire plus de six personnes. Voici ci-dessous, les données en pourcentage de la répartition de ces ménages par rapport au nombre total de ménages.

Les Ménages

Ménages de : 1 personne 2 pers. 3 pers. 4 pers. 5 pers. 6 pers. ou +
Évian-les-Bains 37,7 % 30,1 % 14,9 % 12,6 % 3,5 % 1,3 %
Moyenne Nationale 31 % 31,1 % 16,2 % 13,8 % 5,5 % 2,4 %
Sources des données : INSEE[7]

Enseignement

  • Ecole de la Détanche
  • Ecole des Hauts d'Évian
  • Ecole du Centre
  • Ecole du Mur Blanc
  • Etablissement privé St Bruno
  • Collège public : Les Rives du Léman
  • Collège privé Saint Bruno
  • Lycée polyvalent Anna de Noailles

Manifestations culturelles et festivités

  • Carnaval, mardi gras
  • Feux d'artifice, 14 juillet et 15 août(libération d'évian)
  • Rencontres musicales d'Evian, mi Juillet
  • Exposition Canine, fin Août
  • Exposition temporaire au Palais Lumière, toute l'année

Santé

Sports

Médias

Personnalités liées à la commune

  • Pierre Louis Dupas, né le 13 février 1761 à Évian, militaire savoisien au service de la France.
  • Jean Galland, acteur, y est décédé le 18 juillet 1967.
  • Georges Riond, journaliste fondateur et président de la Biennale internationale de l'information (1951 à 1976), ORTF
  • Professeur Léon Binet, auteur "Évian lieu de santé" éditions Plon 1966.
  • Antoine Riboud, ancien PDG de BSN/DANONE groupe.
  • Pierre Christin, peintre contemporain, né à Evian ; Son chemin de croix décore aujourd'hui le sommet de l'allée principale de l'église.
  • Bernard Cahier (né en 1927 à Marseille, mort le 10 juillet 2008 à Évian) était un journaliste et photographe français. Figure du paddock de la Formule 1 des années 1950, 1960 et 1970, ses clichés illustrent la plupart des ouvrages de référence sur l'histoire de la discipline.

Économie

Revenus de la population et fiscalité

Emploi

Le taux de chômage, en 1999, pour la commune s'élève à 12,3 %[8], avec un nombre totale de 423 chomeurs. Le taux d'activité entre 20 et 59 ans s'établit à 86 % ce qui est supérieur à la moyenne nationale qui est de 82,2 %. On comptait 47,4 % d'actifs contre 18,2 % de retraités dont le nombre est égal à la moyenne nationale (18,2 %). Il y avait 22,5 % de jeunes scolarisés et 11,9 % de personnes sans activité[8].

Répartition des emplois par domaine d'activité

  Agriculteurs Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Évian-les-Bains 0,5 % 7,2 % 10,3 % 18,5 % 37 % 26,5 %
Moyenne nationale 2,4 % 6,4 % 12,1 % 22,1 % 29,9 % 27,1 %
Sources des données : INSEE[9]

Entreprises de l'agglomération

  • L'usine d'embouteillage, située en réalité sur la commune voisine d'Amphion-les-Bains, la plus grande du monde avec 5 millions d'unités par jour. Celle-ci peut être visitée, ce qui constitue pour la ville un tourisme industriel.
  • Le thermalisme : Évian, dont l'usine d'embouteillage a fait la renommée auprès du grand public, montre la double apparence d'une ville de cure traditionnelle (on y traite les problèmes d'urologie) et d'une station dynamique : elle joue la carte familiale avec un forfait "maman-bébé-équilibre" pour toutes les nouvelles mères de famille.
  • Évian (eau)
  • Le casino d'Évian est classé 20e casino français en 2006.

Commerce

Culture et patrimoine

Monuments et lieux touristiques

Les monuments

Entrée est de l'hôtel-de-ville.
  • Le Palais Lumière, anciens thermes de la ville d'Évian. Restauré, il a été rouvert en 2006, ayant retrouvé son dôme de métal et de verre. Il accueille aujourd'hui un centre culturel et de congrès.
  • L'Ancienne buvette de la source Cachat, symbole de l'Art nouveau, elle abrite le hall d'information des eaux minérales d'Évian.
  • La "Villa Lumière", ancienne propriété de la famille Lumière (cf. Auguste et Louis Lumière), devenue la mairie de la ville.
  • Château d'Évian[10]: disparu.
  • L'église "Notre-dame-de-Grâce" du XVème siècle et son clocher du XIIème siècle.

Espaces verts

Promenades

  • La promenade aménagée, et le port de plaisance;
  • La buvette de la source Cachat ;

Gastronomie

Patrimoine culturel

Notes et références de l'article

  1. Définition du climat montagnard et cartographie climatique des départements français
  2. Base de données météo et observations temps réelle par Méteociel et Météo France
  3. a , b , c  et d Données INSEE compulsées par le JDN - Évian-les-Bains
  4. http://cassini.ehess.fr/ Population par commune avant 1962 (résultats publiés au journal officiel ou conservés aux archives départementales)
  5. INSEE : Population depuis le recensement de 1962
  6. Recensement de l'INSEE en 1999 - Population totale par sexe et âge
  7. Données démographiques cités par le l'JDN
  8. a  et b Données INSEE cités par le JDN - Emploi
  9. Données démographiques d'après l'INSEE citées par le JDN
  10. Georges Chapier, Les Châteaux Savoyards, Éd. La Découvrance, p.74-77.

Voir aussi

Articles connexes

Commons-logo.svg

Lien externe

  • (fr) Voir - Site officiel de l'office du tourisme d'Évian-les-Bains.

Plans et vues satellites


  • Portail de la Savoie Portail de la Savoie
  • Portail des communes de France Portail des communes de France
Ce document provient de « %C3%89vian-les-Bains ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Evian-les-Bains de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Evian-les-bains — Évian les Bains Pour les articles homonymes, voir Évian (homonymie). Évian les Bains Vue d une des rues passantes d Évian les Bains …   Wikipédia en Français

  • Évian-les-bains — Pour les articles homonymes, voir Évian (homonymie). Évian les Bains Vue d une des rues passantes d Évian les Bains …   Wikipédia en Français

  • Evian-les-Bains — Évian les Bains …   Deutsch Wikipedia

  • Évian-les-Bains — Évian les Bains …   Deutsch Wikipedia

  • Évian-les-Bains — or Évian is a commune of France, in the northern part of the Haute Savoie département , on the shores of Lake Geneva(aka Lac Léman), opposite Lausanne, Switzerland. It has a population of about 7,300 people.In July 1938, the Évian Conference was… …   Wikipedia

  • évian-les-Bains — ville de France (Haute Savoie), sur le lac Léman; 7 027 hab. Stat. thermale. Casino. Accords d évian, conclus entre la France et le Gouvernement provisoire de la Rép. algérienne (G.P.R.A.) pour établir les modalités du cessez le feu en Algérie… …   Encyclopédie Universelle

  • Évian-les-Bains —   [evjãle bɛ̃], Kur und Badeort im Département Haute Savoie, Frankreich, am Südufer des Genfer Sees, 375 m über dem Meeresspiegel, 6 900 Einwohner; Kongressstadt mit Festspielhaus und Spielkasino. Die alkalischen Heilquellen werden gegen… …   Universal-Lexikon

  • Evian-les-Bains — (spr. ewjāng lä bäng), Stadt im franz. Depart. Obersavoyen, Arrond. Thonon, am Südufer des Genfer Sees und an der Lyoner Bahn, hat eine Kirche aus dem 14.–16. Jahrh., ein neues Stadthaus, Kasino, Collège und (1901) 2299 Einw., die vorzügliches… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Evian-les-Bains — (spr. ewĭáng lä bäng), Badeort im franz. Dep. Haute Savoie, am Genfer See, (1901) 3105 E.; alkalische Heilquellen (12° C.) …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Évian-les-Bains — « Évian » redirige ici. Pour les autres significations, voir Évian (homonymie). 46° 23′ 00″ N 6° …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.